« J’accuse » Texte de Jean-Jacques Crèvecœur Samedi, le 1er janvier 2022

2 janvier 2022

« J’accuse »

Texte de Jean-Jacques Crèvecœur
Samedi, le 1er janvier 2022

Je suis Jean-Jacques Crèvecœur. Je suis citoyen du Québec depuis dix-huit. Et en tant que citoyen résistant :
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir menti à la population, dès le début, en lui faisant croire qu’il n’existait aucun remède contre la covid, alors que les médecins de terrain et la communauté scientifique internationale avaient démontré dès le début l’efficacité de l’hydroxychloroquine, de l’azithromycine, de l’ivermectine, de l’artemisia annua, du zinc, de la vitamine C, de la vitamine D, de l’ozone et bien d’autres… ;
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé de nous avoir fait croire, malgré toutes les statistiques disponibles, que cette maladie était terriblement mortelle pour l’ensemble de la population, tout cela dans le but de nous imposer des armes bio-terroristes déguisées en vaccins ;
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir provoqué la mort de plusieurs milliers de personnes âgées dans les CHSLD, les laissant agoniser dans leur urine et leurs excréments, dans la solitude et le désespoir le plus total ;
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir traumatisé les enfants, les adolescents et les jeunes adultes, en les rendant potentiellement responsables de la mort de leurs parents et de leurs grands-parents ;
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir vendu notre souveraineté nationale aux mondialistes du forum de Davos, dirigé par Klaus Schwab ;
— [...]
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir posé les bases d’un régime totalitaire, pire que ceux de Léline, Staline, Pol Pot, Mao Zedong, Hitler, Mussolini [et Idi Amin Dada, et Vladimir Poutine] réunis ;
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir piétiné et violé la charte des droits et libertés du peuple, d’avoir bafoué la constitution et d’avoir confisqué le pouvoir au profit de quelques prédateurs milliardaires ;
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir détruit l’économie réelle, celles des travailleurs autonomes, celles des petites et moyennes entreprises en décidant de façon totalement arbitraire ce qui était essentiel et ce qui ne l’était pas ;
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé de manipuler le peuple québécois en utilisant les pires techniques d’ingénierie sociale pour menacer, pour culpabiliser, pour soumettre et pour contraindre les plus fragiles parmi nous ;
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir endetté le Québec pour de très nombreuses années et d’avoir dilapidé des centaines de millions de dollars pour opérer une propagande médiatique mensongère, pour mettre en place des mesures sanitaires infondées sur le plan scientifique et totalement inefficaces ;
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir détruit la vie sociale, culturelle, familiale et spirituelle de huit millions et demi de Québécois et de Québécoises ;
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’avoir instauré un apartheid plus pernicieux que celui d’Afrique du Sud, en créant une classe de citoyens privilégiés parce que soumis à la dictature techno-sanitaire et une classe de sous-citoyens exclus parce que conscients, éveillés et rebelles ;
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’être responsables des milliers de suicides des enfants et adolescents qui n’espèrent plus aucun avenir prometteur et lumineux, responsables des suicides des entrepreneurs désespérés et ruinés, responsables des suicides des vieux abandonnés à leur solitude ;
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’être responsables, par leurs mesures politiques insensées et injustifiées, des violences conjugales et des maltraitances des enfants à l’intérieur des familles ;
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé de soumettre toute la nation québécoise à la troisième phase d’une étude clinique expérimentale concernant des injections pour le moins hasardeuses et dont on ne possède aucun recul à propos des effets secondaires à moyen et long terme ;
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé de violer le droit du travail et le code de Nüremberg en imposant aux professionnels de différents secteurs la vaccination obligatoire, piétinant ainsi le sacro-saint principe du consentement libre et éclairé en matière de soins de santé ;
— J’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé d’hypothéquer la santé et la fertilité des enfants en faisant la promotion d’une vaccination d’autant plus inutile et dangereuse qu’aucun mort n’a été déploré chez les moins de 18 ans en 2020 ;
— J’accuse également les journalistes des médias mainstream d’avoir terrorisé la population en répandant de manière continue les chiffres gonflés et manipulés des soi-disants morts du covid ;
— J’accuse les journalistes des médias mainstream de n’avoir donné la parole qu’à des experts favorables au narratif gouvernemental, rejetant systématiquement tous ceux qui remettaient en doute la thèse officielle ;
— J’accuse les journalistes des médias mainstream d’avoir injurié, ridiculisé, diffamé, caricaturé, non seulement tous les lanceurs d’alerte qui se sont levés contre ce totalitarisme sanitaire, mais aussi tous les citoyens qui refusaient des mesures injustifiables et injustifiées détruisant nos vies et nos familles ;
— J’accuse les journalistes des médias mainstream d’avoir semé les graines de la violence et de la division au sein des familles, des associations, des églises, des entreprises, en qualifiant de conspirationniste et de complotiste toute personne qui cherchait le sens et la vérité au milieu de cette mer de mensonges ;
— J’accuse également les médecins de famille, les médecins spécialistes et les directeurs d’institutions médicales de nous avoir laissé tomber, préférant se taire et encaisser des primes financières plutôt que de défendre le serment d’Hippocrate qu’ils avaient pourtant juré de respecter ;
— J’accuse également les avocats, les juges et les magistrats de nous avoir abandonnés aux mains des psychopathes et des sociopathes qui violaient nos droits et nos libertés et de ne pas nous avoir défendus sous prétextes que nous étions des dangers pour la démocratie ;
— J’accuse également les syndicats d’avoir trahi leurs membres non seulement en se pliant aux injonctions de la CAQ (Coalition Avenir Québec), mais surtout en devenant les promoteurs des mesures iniques et liberticides supposées lutter contre cette pseudo-pandémie ;
— J’accuse enfin l’ensemble du personnel politique, les députés et les élus municipaux de s’être couchés devant la prise de pouvoir et le coup d’état perpétré par Messieurs Legault, Arruda et Dubé, laissant à ces derniers le libre exercice de l’abus de pouvoir caractérisé ;
— Pour toutes ces raisons, en tant que citoyen résistant du Québec, j’accuse Messieurs Legault, Arruda et Dubé, les journalistes des médias mainstream, les médecins, les avocats, les magistrats, les juges, les syndicats, le personnel politique et tous leurs collaborateurs de haute trahison à l’égard de notre nation et de complicité de crime contre l’humanité.
J’appelle les citoyens à mettre un coup d’arrêt à l’instauration de ce régime totalitaire tourné contre l’ensemble de la nation québécoise.
Pour toutes ces raisons, j’appelle les citoyens québécois conscients et courageux à rejoindre ce mouvement de résistance global et déterminé…

© 01/01/2021 – Jean-Jacques Crèvecœur. Tout droit de reproduction autorisé et même encouragé
 à condition de le publier en intégralité et de citer l’auteur.

Bonheur résumé

25 juin 2017

Résumé du résumé concernant le bonheur :

.

Quelques jours ne suffisent pas. Il faut des semaines ou des mois.
Il faut éviter la routine. Il faut modifier l’ordre du programme et le manière de réaliser son programme.
Il ne faut ni forcer le bonheur, ni pratiquer la loi de l’attraction, ni se vider de toutes les pensées négatives.

.

_ Crudi-végéta_isme [feuillages, graines proté-oléagineuses, fruits, baies, tubercules, algues, champignons...]
_ Sport modéré + activité physique prolongée + froid intense bref
_ Dormir suffisamment.
_ Exprimer ses émotions [joie, sourire, amour, rire, gratitude, peur, colère sans agressivité, tristesse]
_ 4 piliers de l’instant présent [souffle, vue, ouïe, kinesthésie]
_ Recherche de plaisir et de sens signification

.

_ Méditer et respirer dans la nature [pseudo-vacuité taoïste, pseudo-vacuité bouddhiste, yoga, fleur dorée, pleine conscience, prière gratifiante, méthode Coué, 3D, 3G] 45min par jours pour un bénéfice sur le long terme.
_ Si on a médité 3h par jours pendant 10 ans, et que l’on continue de méditer 3 heures par jours, on devrait pouvoir consommer des drogues douces avec modération, sans développer de dépendance. Mais il ne faut pas conduire.

.

_ Méthode de Madeleine, selon Pierre Janet : frugalité [voire jeûne] et repos PUIS homéostasie et sport et nourriture énergisante PUIS gratifier l’instant présent

.

_ Questions : Comment l’amour peut me sauver ? Lorsque j’aime, qu’est-ce que je fais ? Qui suis-je ? Qui est-ce que je préfère être ? Quels messages Dieu m’insuffle ?

.

_ Altruisme : [laisser la personne tranquille, encourager, remercier, complimenter en son absence, sourire, aider, participer aux tâches ménagères, s’intéresser à la personne, faire des cadeaux éphémères et correspondant à ses goûts, aider un non-voyant à traverser la route]

.

_ 5 + 3 piliers du bonheur : ouverture d’esprit, enthousiasme, compassion, curiosité, assiduité   ___   faire table rase du passé, gentillesse, avoir beaucoup de TRèS BONS amis

.

Thérapies Cognitives et comportementales

.

Psychologie positive

.

12 activités à pratiquer régulièrement augmentant significativement notre bonheur:

  • Exprimer sa gratitude
  • Cultiver l’optimisme
  • Eviter de trop penser et de se comparer à autrui
  • Faire preuve de générosité
  • Approfondir ses liens sociaux
  • S’entraîner à tenir le coup
  • Apprendre à pardonner
  • Capter le « flux » au quotidien
  • Goûter les plaisirs de la vie
  • Poursuivre ses objectifs
  • Avoir une pratique spirituelle
  • Prendre soin de son corps

.

_ Exemples de drogues douces EN JAUNE :

SE RENSEIGNER SUR LA LéGISLATION. PRESQUE TOUTES SONT INTERDITES. En EXCèS, ELLES PEUVENT ÊTRE DANGEREUSES.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Drogue

Graphique montrant le classement des préjudices de la drogue pour 19 drogues récréatives courantes d’après une enquête de 2011 auprès de 292 experts cliniques en Écosse1 (voir aussi à ce sujet : Classification des psychotropes).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_des_psychotropes

Bonheur résumé dans *** TOUS LES ARTICLES *** 500px-Rational_scale_to_assess_the_harm_of_drugs_%28mean_physical_harm_and_mean_dependence%29_fr.svg
Autre classification. Source du 24 mars 2007 article: Nutt, David, Leslie A King, William Saulsbury, Colin Blakemore. « Development of a rational scale to assess the harm of drugs of potential misuse » » The Lancet 2007; 369:1047-10538.

.

.

.

Complément religieux INCONTOURNABLE :

_ Bouddhisme : Supprimer les souillures de l’âme [haine, attachements terrestres, désir d'existence, désir de NON existence] ; veggies

_ Christianisme : jeûne, prière, 4 éléments, veggies

_ Jaïnisme : veggies, respect de la plante, non attachement, homéostasie, jeûne

_ Taoïsme : NON attachement, lâcher-prise, démocratie, méditation de la fleur dorée [pour vaincre les souillures de l'âme], jeunesse éternelle

_ Lao-tseu : jeunesse éternelle [plantes, gymnastiques, méditation]

_ Magnétothérapie : vitaponcture, Jésus-Christ ?, Bouddha ?

_ Chamanisme [son des tambours] : se connaître soi-même, augmenter son magnétisme

.

.

.

¤ BONHEUR : (III\XVI) : RÉSUMÉ :

COMMENCER PAR 5 BIS POUR GAGNER DU TEMPS) Comment utiliser la méthode créative imaginative Coué pour atteindre AVEC LE MOINS D’INFORMATIONS POSSIBLES l’état de transe du bonheur ? AIDE-MÉMOIRE

 

Il faut appliquer les conseils suivants dans un ordre aléatoire, sauf l’alimentation et le fait de dormir qui doivent être si possible toujours aux même horaires. Il faut diversifier les plaisirs, il faut de temps en temps interrompre les plaisirs (ou faire des pauses), et il faut y fixer son attention sans excès d’effort de concentration.

Il faut demander le bonheur à haute voix. Il faut y croire ; pour y croire, il faut l’apporter à autrui, et il faut obtenir des résultats.

a) Gratifier l’instant présent (ici et maintenant) ; il s’agit d’1/4 des extases religieuses.

b) Exposer son corps physique aux 4 anges élémentaires de la nature (dont se baigner dans un lac en respectant les consignes de sécurité, et s’exposer modérément au soleil) ; méthode 20-5-3il s’agit d’1/4 des extases religieuses. 

c) Loi de l’homéostasie sans ascétisme. Exposer son corps à des contraintes (effort physique prolongé, jeûnes intempéries dont le froid bref intense,…) sans dépasser sa capacité adaptative; méthode 12-3-30 et méthode Wim Hof et méthode HIIF ; Il s’agit d’1/3 des extases religieuses.

d) Avoir le + possible d’amis de qualité. L’indice de bonheur conséquent est à 0,7.

e) Dormir suffisamment (régulièrement)

f) Activité cardio-respiratoire et reins et rire et bain

f’) Alterner entre l’activité physique (dont le sport) et la contemplation immobile

f ») Thérapies corporelles et cérébrales et diverses

g) Intestins donc alimentation (crue, bactéries\champignons\végétaux\ algues, variée) (régulièrement)

h) Exprimer modérément ses émotions positives et négatives ; ainsi que mimer de manière sincère le bonheur (sourire, rire, se tenir droit, la tête droite… et y croire… avoir la foi).

i) Activité cérébrale : (Dans l’état de transe alpha [idéalement gamma], gratifier l’instant présent dans un espace naturel ici et maintenant au travers des 6 sens informatifs, surtout les 5 sens sensoriels, surtout la vue et l’ouïe et la kinesthésie, surtout la kinesthésie, surtout le système cardiorespiratoire et les reins.)

i’)Il ne faut pas rechercher l’amour, mais il faut supprimer les obstacles à l’amour. Guérir les 4 souillures est davantage important que les plaisirs sensoriels et que la concentration et que les actes de bravoure, bien qu’aucun des trois autres critères n’est à négliger. La guérison des quatre souillures ne consiste pas à les ôter, mais à ajouter leurs antidotes (donc leurs contraires). Les quatre souillures et leurs antidotes sont les suivantes :

L’ignorance consciente de qui on est, il faut la remplacer par la connaissance consciente de qui on est.

Les croyances erronées, il faut les remplacer par la vérité.

La dépendance aux plaisirs sensoriels, il faut la remplacer par le (NON attachement) aux désirs sensoriels, mais surtout pas par la privation des plaisirs sensoriels.

Le désir obsessionnel de devenir, il faut le remplacer par la citation de Marc Aurèle : « Mon Dieu, donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer, le courage de changer les choses que je peux, et la sagesse d’en connaître la différence. », mais surtout pas par la répulsion systématique et irréfléchie.

j) Utiliser la transe chamanique de Mongolie ou la transe des derviches tourneurs pour se reconnecter avec ses mémoires cellulaires donc avec son esprit subconscient, sinon avec des esprits extérieurs à soi.

k) Son créateur (ou Dieu ou le grillon de Pinocchio), il faut l’écouter, puis l’entendre, puis le comprendre, puis le croire (tout en doutant un peu mais pas trop), puis mettre ses conseils en pratique.

l) Avoir 6 ou 10 amis de qualité (outre ses parents).

m) Trouver un compromis ENTRE obtenir ce que l’on désire ET désirer ce que l’on a.

n) Tantrisme

o) Activer le gène régulateur de la protéine p11.

 

Par ordre décroissant d’efficacité, le premier générateur d’énergie spirituelle est le système cardio-vasculaire, le deuxième est le micro-biote intestinal, le troisième est le cerveau. Il faut être suffisamment concentré, mais il ne faut pas forcer cet état. Le cerveau doit émettre les ondes alpha. Aussi, il faut mimer le bonheur de manière sincère. Certains muscles n’obéissent pas à la volonté consciente, sauf si on est dans un état proche de l’hypnose, et que le cerveau est épaulé par le micro-biote intestinal et surtout par le système cardio-respiratoire. Comment faire tout cela ? Il faut aider autrui à faire tout cela. Comment faire ? Il faut faire comme si on savait.

 

Comment faire pour croire ? Une croyance est partiellement cognitive et partiellement émotionnelle. Les résultats sont nécessaires pour que la croyance cognitive soit possible. Mais il ne faut pas rechercher systématiquement des preuves. Il faut une part d’incertitude si on veut que la croyance émotionnelle soit possible. Mais il ne faut pas tenter directement d’augmenter sa foi émotionnelle. Il faut devenir davantage conscient. Comment faire ? Il faut changer la manière de penser envers sois-même, pour conscientiser le fait qu’on est déjà éveillé. Comment faire ? Il faut aider autrui à faire tout cela. Comment faire ? Il faut faire comme si on savait.

(Certaines informations proviennent du livre intitulé « Comment être heureux et le rester. Augmenter votre bonheur de 40% ! » rédigé par Sonja Lyubomoirski)

(Certaines informations proviennent du livre intitulé « Toi qui es si brillant tu peux aussi être heureux » rédigé par Raj Raghunathan)

1) Comment atteindre un objectif ?

 

Je dois apporter à autrui ce que je recherche, tant que j’ai l’accord d’autrui pour lui apporter cela. Si je désire une relation sexuelle, je ne dois pas l’apporter à autrui sans son accord, car le viol est inacceptable. Si je supprime tout intérêt personnel, et que je ne m’épuise pas, et que je ne me sacrifie pas, alors je bénéficierai des conséquences thérapeutiques de l’action, car je ferai l’expérience de l’abondance juste avant de donner. Si je ne sais pas comment faire pour apporter à autrui ce que je recherche, alors je dois faire comme si je savais comment faire.

 

Je dois modifier mes perceptions, pour modifier mes pensées, pour modifier mes paroles (même mentales) pour modifier mes actions (à condition de passer à l’acte), pour modifier mon expérience.

 

Les différentes intelligences sont la logique, l’intuition de l’âme, l’émotion de l’âme (= vibration), la curiosité pour imiter, et la méthode Coué créative imaginative. L’un des objectifs (= outils) est la résistance civile : Nelson Mandela, le Mahatma Gandhi, José Bové, ALF, ELF… La finalité consiste à se poser les questions : « Comment l’amour peut me sauver, et lorsque j’aime qu’est ce que je fais ? » ainsi que « Comment être heureux, ou plutôt, lorsque je suis heureux qu’est-ce que je fais ? »… etc…

 

Coué considère avoir résumé sous forme de lois les principes sur lesquels il a basé sa méthode :

  1. quand la volonté et l’imagination sont en lutte c’est toujours l’imagination qui l’emporte « sans aucune exception » ;
  2. dans le conflit entre la volonté et l’imagination, la force de l’imagination est en raison directe du carré de la volonté ;
  3. quand la volonté et l’imagination sont d’accord, l’une ne s’ajoute pas à l’autre, mais l’une se multiplie par l’autre ;
  4. l’imagination peut être conduite7 par l’autosuggestion consciente.

\ Pour savoir quel objectif atteindre, je dois me poser 4 questions :  » Que cherches-tu ?  » (élément terre) [la « méthode SMART » (l’objectif doit être Spécifique et Mesurable et Atteignable et Réaliste et Temporellement définit) (visible sur Wikipédia) explique comment répondre à cette question] ;  »Quelles sont tes forces ? » (élément eau) ;  »Quelles sont tes peurs ? » (élément feu) ;  »Comment imagines-tu ta mission accomplie ? » (élément air)

\ Ce que j’incarne précède ce que je fais et ce que j’ai. Si je pense que mon anxiété provient du manque d’argent, alors je dois dans un premier temps être heureux, et dans un deuxième temps gagner davantage d’argent. Pour être ou avoir ou faire, je dois permettre à autrui d’être ou d’avoir ou de faire ; aider autrui m’aidera car je ne peux donner que ce que j’ai (ou tout au moins que ce que je crois avoir).

\ Pour atteindre un objectif, d’abord je pense, puis je parle (même si c’est mentalement), et enfin j’agis.

\ La perception engendre la pensée qui engendre l’expérience. Par ailleurs, le désir créé l’intention, puis l’intention créé la pensée, puis la pensée créée l’action, puis l’action créée le résultat.

\ Si on est incarné dans un corps physique, l’action est nécessaire et la pensée est vivement conseillée. Si on est désincarné, la pensée est nécessaire. On peut tromper des gens mais on ne peut pas tromper l’univers.

\ Si un farceur me colle un poisson d’avril dans le dos, je peux choisir d’en faire l’expérience de manière négative notamment en boudant, je peux aussi choisir d’en faire l’expérience de manière positive notamment en riant.

\ La roue du succès a plusieurs étapes ; il faut la saisir idéalement dans l’étape 0 (rajoutée à la roue de succès). L’étape 0 (ce que l’on est) peut-être décomposée de plusieurs manières : la perception engendre la pensée … sinon le désir engendre l’intention qui engendre la pensée. Je dois saisir la roue de succès dans l’étape 0 (celle du savoir subconscient à conscientiser, donc de ce que l’on est), car c’est la meilleure solution pour augmenter l’étape 4 [ celle des actions ] ou l’étape 1 [ celle des résultats (= l’expérience relative) ] qui (lorsque je saisis l’étape 1 à défaut de pouvoir saisir l’étape 0)… en fait, l’étape 1 (tant que je n’en abuse pas) est la meilleure solution pour augmenter les croyances (la roue du succès dépend principalement du savoir inconscient, et beaucoup des croyances à modérer) qui augmenteront le potentielqui augmentera l’action (et\ou l’appropriation) qui augmentera les résultats (et peut-être le savoir inconscient) ; c’est une boucle vertueuse. Attention… l’action est aussi importante que la réflexion. Si on agit sans réfléchir aux conséquences, on risque de le regretter. Mais si on réfléchit trop longtemps et que l’on n’agit pas, alors on procrastine, comme dans la légende du paradoxe de l’âne de Buridan [ en référence au philosophe Jean BURIDAN (XIIIème et XIVème siècle) ] qui inspira le philosophe Voltaire (XVIIIème siècle), car il s’agit d’un âne qui hésite est à la fois affamé et assoiffé, mais l’âne ne sait pas s’il faut d’abord manger ou boire, donc l’âne réfléchit tellement longtemps qu’il finit par mourir de faim et\ou de soif. Par ailleurs… Siddhartha Gautama Bouddha conseille en premier lieu l’action, mais Laura Marie conseille en premier lieu les pensées positives [ sachant que les pensées dites ''neutres'' (à ne pas confondre avec le fait de ne pas penser) elles auront un impact négatif ], et René Descartes disait  »Je pense donc je suis » ; la croyance est un exemple de pensée. Lorsqu’on écrit un livre, la règle n° 1 consiste à écrire, la règle n°2 consiste à réfléchir.

\ Comment convaincre une personne de ne pas appliquer ce qu’elle a lu ? Dans un premier temps, il faut savoir ce que disent les textes, sachant qu’une certaine diversité d’interprétations peut-être acceptée. Dans un second temps, il faut savoir quelles sont les conditions d’application des textes, sachant qu’un texte peut-être rendu inapplicable par un autre texte. Dans un troisième temps, il faut savoir dans quels contexte et environnement ce texte a été écrit, pour comprendre que son application n’est pas d’actualité.Le culturel et la politique, il faut les différencier du religieux et de la spiritualité.

\ [ La règle de la minorité (intransigeante et stricte) (pour donner un exemple… lorsqu’on s’engage à ne pas tuer alors il ne faut pas chercher des exceptions dans lesquelles il semble nécessaire de tuer, sinon on ne parviendra jamais à se mettre d’accord sur le type d’exceptions à tolérer, ce qui rendra impossible la mise en place de la règle générale qui consiste à ne pas tuer.) ; minimiser son identité (pour garder sa capacité de réflexion, et pour ne pas recevoir une étiquette que l’on ne souhaite pas) (se qualifier de végétaLien risque de faire penser au mot  »carence ») ; 30 jours « végane » (au sens étymologique et noble du terme) sans sucres ni gluten (formulé différemment et de manière plus complète, il s’agit d’éviter les sucres raffinés et les céréales chargées en gluten et en prolamine) (il s’agit de mettre son engagement en pratique) ] [ne pas pratiquer la communication paralysante : il vaut mieux parler des divers avantages de ce que l’on souhaite que de parler des divers inconvénients de ce que l’on ne souhaite pas ; il y a d’écrit « FUMER TUE » sur les paquets de cigarettes mais cela n’incite pas les gens à arrêter de fumer]

\ Je dois me poser la question :  »Qui suis-je pour atteindre tel objectif ? » Je dois me comporter comme si je connaissais la réponse à cette question. L’OBJECTIF est le moyen d’atteindre le BUT. Devenir champion du monde en course à pied est un but, car c’est la finalité, et je ne sais pas si je peux l’atteindre. M’entraîner trois fois par semaine dans un club est un objectif, car je suis presque certain de pouvoir mettre cela en pratique (sauf cas de force majeur… par exemple si je me fais écraser par une voiture…) et c’est un moyen d’atteindre le but.

Pour aider quelqu’un, je dois lui montrer ma lumière plutôt que mon chemin. Je ne dois pas former des élèves mais je dois former des enseignants. Comment faire tout cela ? Je dois chercher un groupe au moins aussi éveillé que moi, mais si je n’en trouve pas alors je dois le créer. Je dois montrer l’exemple, sans trop chercher à changer autrui de manière très concrète. Je dois donner un petit coup de pouce à autrui, et parfois lui laisser faire ses propres expériences. Je dois éveiller la conscience d’autrui (l’aider à sa rappeler qui il est), pour éveiller ma conscience (me rappeler qui je suis), pour croire aux miracles de Dieu, pour les manifester par mon intermédiaire (à condition de n’avoir ni orgueil ni égocentrisme), et de ne pas vouloir prouver quoi que ce soit à qui que ce soit (même à moi-même). Je ne dois pas essayer car cela sous-entend que je ne suis pas. Les actions concrètes sont nécessaires (la croyance est vivement conseillée). Mais être s’avère davantage important que faire ou qu’obtenir des résultats. En outre, si je souhaite être libéré par la vérité, alors mes expériences personnelles sont davantage fiables que les expériences d’autrui, et mes expériences présentes sont davantage fiables que mes expériences passées. L’expérience doit être la base à de nouvelles questions, mais pas à de nouvelles réponses. Je dois dire la vérité insufflée par mon âme, et ne pas laisser mon esprit (tout court) [ni qui que ce soit ni quoi que ce soit] me faire changer d’idée à propos de la vérité. En fait, la vérité, je dois la connaître, puis l’accepter, puis la louanger, puis l’aimer, puis l’appeler « mienne ». L’âme me parle sous forme de sentiments et d’intuition et sous mes 6 sens (vue, audition, odorat, toucher, goût, connaissance). Au moment où j’écris ces lignes (année 2017), la connaissance n’est toujours pas considérée comme un sens par les scientifiques. Lorsque j’exprime avec amour la vérité de mon âme, cela entraîne rarement des effets négatifs ou blessants ; mais lorsque ces effets secondaires négatifs se produisent, il est difficile d’y échapper ; et si on incarne le bien alors on sera probablement un jour ou l’autre tué ou crucifié comme Jésus-Christ de Nazareth, presque aussi sévèrement que si on s’était comporté comme un criminel. Blaise Pascal disait que le coeur a ses raisons que la raison ignore.

° Les 11 lois de la réussite (Anthony ROBBINS) :

Leçon N°1 : il suffit d’agir

« Je ne suis pas découragé, car tout nouvel échec constitue un pas de plus vers la victoire. » Thomas Edison

Mettez-vous en marche. C’est la première leçon importante. Pensez « action ». Agissez sans vous décourager et en restant flexible afin de trouver le chemin idéal qui vous permettra de surmonter les obstacles. Et si ce chemin n’existe pas, créez-le.

Leçon N°2 : l’échec n’existe pas

« Le succès est le fruit d’un bon jugement.
Le bon jugement est le fruit de l’expérience.
L’expérience est souvent le fruit d’erreurs de jugement. »

L’échec existe uniquement dans notre tête. Ce n’est pas parce que le destin refuse quelque chose à un certain moment qu’il faut considérer ce refus comme définitif. Le passé n’a rien à voir avec l’avenir. Tirez enseignement de vos erreurs, améliorez-vous, tenez bon et vous réussirez.

Leçon N°3 : Apprenez à décider et plus rien ne vous arrêtera

« C’est en décidant que nous forgeons notre destin » Anthony Robbins.
La vie n’est qu’une suite de décisions. Prenez des décisions et avancez.
Mais attention, oubliez les décisions à la légère. Une décision vous engage corps et âme. Elle ne dépend que de vous. Vous devez assumer l’entière responsabilité de voter succès.

Leçon N°4 : Bâtissez vos croyances et démarrez en trombe

Les croyances ont un immense pouvoir. On parle de croyances limitantes lorsqu’elles vous entrainent dans des impasses. Changez vos croyances. Pratiquez l’auto-suggestion si nécessaire. C’est grâce à des phrases comme celles qui suivent qu’Anthony Robbins a bâti son succès :
« Il y a toujours moyen de changer le cours des évènements, si je m’y engage fermement ».
« Je peux à tous moment changer le cours de ma vie en prenant une nouvelle décision. »
« Notre passé n’a rien à voir avec notre avenir ».

Ce chapitre est intéressant, il fait écho à cette citation d’Henri Ford : « Que vous pensiez être capable ou ne pas être capable, dans les deux cas, vous avez raison. »

Leçon N°5 : c’est en se concentrant sur vos objectifs qu’ils se matérialiseront

C’est assez simple: vous irez là où vous regardez. Si vous êtes en voiture et que vous souhaitez éviter un mur, vous devez regarder à côté du mur. Là où vous n’aurez pas d’accident. Concentrez votre attention sur votre but, pas sur ce que vous craignez.

Leçon N°6 : Les questions renferment la réponse

Les questions sont un excellent moyen de focaliser notre attention au bon endroit.
Pour résoudre un problème par exemple, demandez-vous :
quel avantage puis-je tirer de ce problème ?
que faut-il encore amélioré ?
que suis-je prêt à faire pour que les choses tournent comme je le veux ?
quels comportements suis-je prêt à modifier pour parvenir à mon but ?
comment rendre agréables les étapes que je dois franchir tout en faisant le nécessaire pour réaliser mes objectifs ?

Ce chapitre donne aussi 7 questions énergisantes du matin. Simple et efficace !

Leçon N°7 : découvrez vos ressources cachées

Notre façon de bouger influe sur nos pensées. Si vous vous comportez comme quelqu’un de déprimé, vous vous sentirez déprimé. Bougez différemment, pensez différemment !

peanuts brown

Leçon N°8 : le vocabulaire du succès

La manière dont vous vous exprimez vous conditionne. C’est le corollaire de la leçon no7 sur le comportement gagnant.
Au plus vous vous exprimerez en termes positifs, au plus votre moral s’améliorera. Changez la manière dont vous décrivez vos émotions pour décupler leur intensité !
« intéressant » devient « Positivement génial ».
« ça va » devient « c’est super ! ».
« rapide » devient « fulgurant ».

Leçon N°9 : Utilisez de nouvelles métaphores

Les métaphores ont un effet encore plus puissant que le simple vocabulaire. Normal, elles font appel à l’imagination qui est, rappelons-le, plus importante que le savoir (dixit Albert Einstein).

En voici quelques-une à bannir :
Je suis au bout du rouleau.
J’ai raté mon coup.
J’ai l’impression de me noyer.
Je suis dans une impasse.

Leçon N°10 : Fixez-vous des buts

« Pour se sortir d’une situation instable, il faut se fixer de nombreux objectifs. »
Ce sont les objectifs qui vous hisseront jusqu’au sommet. Notez-les, détaillez-les (timing compris), imaginez-vous les atteindre, agissez jusqu’à ce que ce soit le cas. Les objectifs sont alimentés par un plan d’action. J’aime ce terme !

Leçon n°11 : le défi mental de 10 jours

Ce défi sera la preuve de la pertinence des 10 leçons délivrées par Anthony.

2) Qu’est ce qu’une émotion (= mouvement) et un affect ? Que signifie le bonheur (= être heureux) ? Quelle est la différence entre la joie vibratoire et la joie astrale ?

\ En réaction à un événement (passé ou présent ou futur, réel ou imaginaire), un comportement conséquent engendre une sensation de kinesthésie (= le toucher). Si j’aperçois une vipère s’approcher de moi, alors mon corps peut se raidir ; donc je suis dans la peur prudence, qui est une émotion naturelle ; elle est produite par mon âme et se manifeste dans mon corps. Si je l’exprime avec modération lorsque c’est le moment (par exemple en criant « AU SECOURS » et en fuyant), alors elle disparaîtra. Sinon, elle se transformera en peur crainte, voire en panique, car je penserai au fait que je ne dois pas avoir peur en la vipère, donc je penserai à la peur de la vipère que je ne dois pas ressentir, donc j’aurai toujours peur de la vipère ; ainsi l’émotion se transforme en affect. La crainte et la panique sont deux prétendues « émotions » qui ne sont pas naturelles, car elles proviennent de mon esprit (tout court). On ne peut pas éviter toutes les émotions, mais on peut choisir (au moins partiellement) quelle émotion on veut ressentir.

\ La joie vibratoire est durable car elle est le signe que la personne est en bonne santé, en ce qui concerne son corps et son âme ; c’est tout simplement le bonheur ; la joie vibratoire est produite par l’âme et se ressent dans le corps. La joie astrale (parfois surnommée « joie ») est un état de bien-être passager produit par l’esprit (tout court) ; la joie astrale se ressent dans le corps.

\ Un être qui est à la fois « sentient » et incarné dans un corps physique, il a trois corps multiples. Le premier est le corps physique, alias corps d’émanation. Le second est l’esprit (subconscient), alias corps de gloire. Le troisième est l’âme, alias corps absolu. L’intelligence consciente n’est pas vraiment un corps. En fait, rien ne peut exister sans l’âme divine, alias Dieu, alias Déesse. Seul Dieu est capable de créer, dans certains tout seul, dans d’autres cas au travers d’un esprit (subconscient), incarné ou NON incarné dans un corps physique (un animal humain ou NON humain). Sachant qu’il est impossible d’être hermétiquement déconnecté de Dieu, ceux qui sont quasi-déconnectés de Dieu ne peuvent pas créer ; ils peuvent seulement transformer ou une imiter la création, de manière médiocre. Mais si on est vraiment connecté avec Dieu, alors le corps physique peut créer sans l’esprit (subconscient), mais c’est très difficile. Mais pour atteindre un objectif, les actions doivent être authentiques. On peut tromper des individus mais on ne peut pas tromper la loi de cause à effet. En fait, fondamentalement, l’âme créé, et l’esprit (subconscient) est davantage réactif que créatif. Mais l’idéal consiste à mettre en cohérence le corps physique et l’âme et l’esprit (subconscient) ; sachant que notamment dans l’esprit (subconscient) il y a la logique et la pseudo-émotion et la pseudo-intuition. Quant-à la vraie intuition et à la vraie émotion, elles proviennent de l’âme.

\ Tant que l’on n’est pas suffisamment synchronisé avec son âme divine, alors l’âme divine accepte rarement ou jamais d’offrir de la joie au corps physique et à l’esprit (tout court). Le corps physique (sans l’esprit subconscient) ne peut produire que deux affects qui sont l’Amour et la peur, mais aucun(e) autre émotion ou affect. Mais si on souhaite obtenir des (émotions\affects) + précises ou + diversifiées, alors le cognitif est nécessaire, bien que le corps physique est + important que le cognitif. Le corps physique et le cognitif peuvent différencier les affects ; en effet, des intensités ou emplacements différents s’allument dans l’imagerie. Le cognitif (mais ni le corps physique ni l’imagerie) peut différencier les affects. Détester un objet ou détester une personne, ce sont deux émotions différentes, mais c’est le même affect. En revanche, trembler de peur, ou bondir de colère, ce sont deux affects différents (et à fortiori deux émotions différentes).

\ Une « émotion » est un mouvement vers l’extérieur. La syllabe  »é » signifie  »extérieur ». Les syllabes  »motion » signifient  »mouvement ». Une « émotion » (au sens large du terme) n’est rien d’autre qu’un mouvement (externe\interne) IMPÉRATIVEMENT du CORPS (et\ou) SI POSSIBLE (VIVEMENT CONSEILLÉ) de la PENSÉE (volontaire\involontaire) CROYANTE ; surtout lorsque le corps et la pensée (et l’âme) expriment en même temps la même « émotion » (au sens large du terme) ; un mouvement interne du corps est un flux d’énergie. Une « émotion », si elle est négative, alors elle se ressent + facilement lorsqu’on est fatigué. Le bonheur se ressent dans tout le corps physique. Ce qui différencie les émotions positives des émotions négatives, c’est partiellement le cognitif, et partiellement la manière dont l’énergie circule dans les méridiens et les chakras ; l’idéal consiste à ce que l’énergie circule de manière fluide, régulière, abondante, et facilement. Mais la somme de toutes les émotions aboutit à un état positif.

\ Par ailleurs, « Le coup de Poker le plus funeste de la psychiatrie » et « Santé Nature Innovation » et certaines notices d’antidépresseurs disent que la prise ou l’arrêt brutal d’un anti-dépresseur peut parfois augmenter le risque de suicide ou d’homicide.

\ Frédéric Lenoir accorde + d’importance à l’amour qu’au bonheur. Si un prétendu « amour » ne se ressent pas dans tous le corps, c’est peut-être parce qu’il est trop conditionnel et trop fondé sur la peur et bloqué par le chagrin ou la trahison ou l’égo négatif ou l’orgueil ou la jalousie ou autre… L’amour a plusieurs contraires dont la peur et la haine ; de la même manière le nombre 5 a plusieurs contraires qui sont son opposé -5 et son inverse 1/5. Les « émotions » dites  »positives » sont des extensions de l’amour  »inconditionnel ». Les « émotions » dites  »négatives » sont des extensions de la peur. Paradoxalement, même la peur (au sens large du terme) est une extension de l’amour  »inconditionnel ».

\ L’amour (aussi proche que possible de l’inconditionnel) ainsi que le bonheur sont réels lorsque les sensations dans le corps sont + agréables que de ne rien ressentir du tout. Mimer des émotions (même positives) n’est pas une garantie de bonheur, si les réactions biochimiques ne se produisent pas dans le corps ; idem pour l’amour  »inconditionnel ». Prendre des plaisirs (manger du sucre, prendre un bain…) n’est pas une garantie de bonheur, si les réactions biochimiques ne se produisent pas dans le corps ; idem pour l’amour  »inconditionnel ». Paraître heureux ne prouve pas que l’on est heureux. Si après avoir supprimé toutes les sensations négatives dans le corps, on n’est toujours pas heureux, alors être heureux devient… au mieux très difficile, et au pire impossible.

* Selon le site https://amelioretasante.com/organes-corps-lies-aux-emotions/

1. Cœur et intestin grêle : la joie

2. Le foie et la vésicule biliaire : la colère

3. La rate et l’estomac : l’obsession

4. Le poumon et le gros intestin : la tristesse

5. Les reins et la vessie : la peur

L’expression faciale (toute seule) peut exprimer quatre émotions qui sont la joie, la peur, la colère, et la tristesse.

Par ailleurs, l’amour (proche de l’inconditionnel) est supprimé par la peur. La peur est supprimée par la colère. La colère est supprimée par la tristesse. La tristesse est supprimée par la joie. Mais pour supprimer la peur, il vaut mieux utiliser l’humour. Dans les livres de la série « Harry POTTER », rédigée par JK ROWLING, un épouvantard est un épouvantail magique qui prend l’apparence la + effrayante possible pour celui qui s’en approche. Pour empêcher cela, il suffit de lui envoyer le sortilège « Riddikulos » en imaginant l’apparence que l’on souhaite que l’épouvantard prenne. Imaginer un clown, pour transformer l’épouvantard en clown, est une excellente manière de vaincre ses peurs.

2′) Posez-vous les questions : « Qu’est-ce qui réduit mon mal-être ? » et « Qu’est-ce qui augmente mon bien-être » ? et « Qu’est ce qui me fait vibrer ? »

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

3) Est-il possible d’être heureux ?

Pour Laila Del Monte, son bonheur est faire la fête dans sa chambre, comme dans une discothèque, mais avec les élémentaux (lutins, esprits de la nature…) ; elle dit que cela lui est vraiment arrivé.

\ Sur une échelle qui varie entre -5 (je ressens du mal être) et +5 (je ressens du bien être), les gènes ont « approximativement » autant d’influence que l’implication personnelle. On peut temporairement lutter contre sa génétique, mais sur le long terme on finit souvent par être rattrapé par sa génétique. 11% des humains ne déprimeraient pas mais ne seraient jamais heureux(année 2015). Autant il existe des solutions efficaces pour réduire le mal être, autant je ne sais pas comment on peut franchir la barrière du 0 pour devenir vraiment heureux. Sigmund Freud disait que le bonheur n’est pas le propre de l’humain. Siddhartha Gautama Bouddha Shakyamuni disait que le fait de vivre est une souffrance.

\ Aucune liste de conseils sur le bonheur ne peut être complète. Beaucoup de personnes peuvent réduire leur souffrance en suivant ces conseils ; mais il semblerait hélas que certaines personnes ne peuvent pas être heureuses (malgré tous leurs efforts).

\ Selon le livre intitulé « Conversations avec Dieu » et rédigé par Neale Donald Walsch, le bien sans mal n’existe pas sur Terre, mais il existe dans le Royaume des cieux. Cependant, le philosophe Eckart Tolle préfère utiliser le terme « NON manifeste » que d’utiliser le terme « Royaume des cieux ». Le terme « amour inconditionnel » est un synonyme.

\ Selon le livre intitulé « Conversations avec Dieu » et rédigé par Neale Donald Walsch), le bien sans mal n’existe pas sur Terre, mais il existe dans le Royaume des cieux. La somme des « émotions » (au sens large du terme) [positives et négatives] est l’ AMOUR  »INCONDITIONNEL ».

\ Selon le livre intitulé « Conversations avec Dieu » et rédigé par Neale Donald Walsch), la vie c’est la joie. Pourtant j’ai 29 ans et j’ai expérimenté presque uniquement le contraire (année 2018).

4) La souffrance, a-t-elle un contraire ?

\ Si tout à un contraire, alors peut-on en déduire que la souffrance a un contraire qui est l’agréable ? Hélas, la prétendue loi des contraires est une illusion, la loi qui existe réellement est celle des contrastes.

\ Pleurer signifie verser des larmes (par exemple si on épluche des oignons, ou si on mange beaucoup de moutarde forte, ou si on retrouve quelqu’un qu’on n’a pas vu depuis longtemps) mais ce n’est ni une preuve de tristesse ni une preuve de souffrance. Rire signifie sourire en émettant certaines sonorités (par exemple si on se force à rire ironiquement) mais ce n’est pas une preuve de bien-être.

\ En fait, une loi des contrastes, soit elle a un point neutre impossible à traverser, soit il est impossible de trouver une frontière entre le positif et le négatif. Prenons des exemples. Un oiseau en train de voler au-dessus de l’océan, il pensera que le marin est en bas ; mais un poisson nageant dans les profondeurs, il pensera que le marin est en haut ; le haut et le bas existent seulement par rapport à des points de références mais ce ne sont pas des lois absolues. En revanche… L’absence de la chaleur est le froid (mais on ne peut pas descendre en-dessous de -273,18°C) ; les sensations de chaud et de froid, en excès, sont toutes les deux douloureuses, donc pas si contraires que cela. Le mouvement à pour point neutre l’immobilité, mais il n’a pas de contraire. Concernant les acides et les bases, lorsqu’un proton a perdu tous ses électrons, il ne peut pas en perdre davantage. Selon le livre intitulé « Conversations avec Dieu » et rédigé par Neale Donald Walsch), le bien sans mal n’existe pas sur Terre, mais il existe dans le Royaume des cieux (les miracles y sont possibles). Mais selon Monsieur Mondialisation, dans la chaîne « hygiène mentale », dans Internet, toute information incroyable dite sans preuve mérite d’être rejetée sans preuve, et doit être présumée fausse (mais pas accusée fausse) tant que l’on n’a pas la preuve de son authenticité ; et on la considérera partiellement vraie (mais pas totalement vraie) lorsqu’on aura la preuve de son authenticité. Mais pour revenir au livre, il est impossible d’atteindre le Royaume des cieux (donc de faire des miracles) si on n’y croit pas (même si on le désire très fortement). En fait, être heureux est à la fois nécessaire et irréaliste (mais rien ne prouve que c’est impossible).

5) Comment utiliser la méthode créative imaginative Coué pour atteindre AVEC LE MOINS D’INFORMATIONS POSSIBLES l’état de transe du bonheur ? AIDE-MÉMOIRE

 

Il faut appliquer les conseils suivants dans un ordre aléatoire, sauf l’alimentation et le fait de dormir qui doivent être si possible toujours aux même horaires. Il faut diversifier les plaisirs, il faut de temps en temps interrompre les plaisirs (ou faire des pauses), et il faut y fixer son attention sans excès d’effort de concentration.

Il faut demander le bonheur à haute voix. Il faut y croire ; pour y croire, il faut l’apporter à autrui, et il faut obtenir des résultats.

a) Gratifier l’instant présent (ici et maintenant) ; il s’agit d’1/4 des extases religieuses.

b) Exposer son corps physique aux 4 anges élémentaires de la nature (dont se baigner dans un lac en respectant les consignes de sécurité, et s’exposer modérément au soleil) ; il s’agit d’1/4 des extases religieuses.

c) Loi de l’homéostasie sans ascétisme. Exposer son corps à des contraintes (effort physique, intempéries, jeûnes…) sans dépasser sa capacité adaptative. Il s’agit d’1/3 des extases religieuses.

d) Avoir le + possible d’amis de qualité. L’indice de bonheur conséquent est à 0,7.

e) Dormir suffisamment (régulièrement)

f) Activité cardio-respiratoire et reins et rire et bain

f’) Alterner entre l’activité physique (dont le sport) et la contemplation immobile

f ») Thérapies corporelles et cérébrales et diverses

g) Intestins donc alimentation (crue, bactéries\champignons\végétaux\ algues, variée) (régulièrement)

h) Exprimer modérément ses émotions positives et négatives ; ainsi que mimer de manière sincère le bonheur (sourire, rire, se tenir droit, la tête droite… et y croire… avoir la foi).

i) Activité cérébrale : (Dans l’état de transe alpha [idéalement gamma], gratifier l’instant présent dans un espace naturel ici et maintenant au travers des 6 sens informatifs, surtout les 5 sens sensoriels, surtout la vue et l’ouïe et la kinesthésie, surtout la kinesthésie, surtout le système cardiorespiratoire et les reins.)

i’)Il ne faut pas rechercher l’amour, mais il faut supprimer les obstacles à l’amour. Guérir les 4 souillures est davantage important que les plaisirs sensoriels et que la concentration et que les actes de bravoure, bien qu’aucun des trois autres critères n’est à négliger. La guérison des quatre souillures ne consiste pas à les ôter, mais à ajouter leurs antidotes (donc leurs contraires). Les quatre souillures et leurs antidotes sont les suivantes :

L’ignorance consciente de qui on est, il faut la remplacer par la connaissance consciente de qui on est.

Les croyances erronées, il faut les remplacer par la vérité.

La dépendance aux plaisirs sensoriels, il faut la remplacer par le (NON attachement) aux désirs sensoriels, mais surtout pas par la privation des plaisirs sensoriels.

Le désir obsessionnel de devenir, il faut le remplacer par la citation de Marc Aurèle : « Mon Dieu, donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer, le courage de changer les choses que je peux, et la sagesse d’en connaître la différence. », mais surtout pas par la répulsion systématique et irréfléchie.

j) Utiliser la transe chamanique de Mongolie ou la transe des derviches tourneurs pour se reconnecter avec ses mémoires cellulaires donc avec son esprit subconscient, sinon avec des esprits extérieurs à soi.

k) Son créateur (ou Dieu ou le grillon de Pinocchio), il faut l’écouter, puis l’entendre, puis le comprendre, puis le croire (tout en doutant un peu mais pas trop), puis mettre ses conseils en pratique.

l) Avoir 6 ou 10 amis de qualité (outre ses parents).

m) Trouver un compromis ENTRE obtenir ce que l’on désire ET désirer ce que l’on a.

n) Tantrisme

o) Activer le gène régulateur de la protéine p11.

 

Par ordre décroissant d’efficacité, le premier générateur d’énergie spirituelle est le système cardio-vasculaire, le deuxième est le micro-biote intestinal, le troisième est le cerveau. Il faut être suffisamment concentré, mais il ne faut pas forcer cet état. Le cerveau doit émettre les ondes alpha. Aussi, il faut mimer le bonheur de manière sincère. Certains muscles n’obéissent pas à la volonté consciente, sauf si on est dans un état proche de l’hypnose, et que le cerveau est épaulé par le micro-biote intestinal et surtout par le système cardio-respiratoire. Comment faire tout cela ? Il faut aider autrui à faire tout cela. Comment faire ? Il faut faire comme si on savait.

 

Comment faire pour croire ? Une croyance est partiellement cognitive et partiellement émotionnelle. Les résultats sont nécessaires pour que la croyance cognitive soit possible. Mais il ne faut pas rechercher systématiquement des preuves. Il faut une part d’incertitude si on veut que la croyance émotionnelle soit possible. Mais il ne faut pas tenter directement d’augmenter sa foi émotionnelle. Il faut devenir davantage conscient. Comment faire ? Il faut changer la manière de penser envers sois-même, pour conscientiser le fait qu’on est déjà éveillé. Comment faire ? Il faut aider autrui à faire tout cela. Comment faire ? Il faut faire comme si on savait.

6) Sachant que trop d’informations tue l’information, comment être heureux rapidement et avec le moins possible d’efforts ?

Il existe rarement une voie idéale pour atteindre le sommet d’une montagne, mais une vie peut-être gâchée si on assouvit pas de manière SAINE ses besoins et désirs physiques et psychiques et émotionnels…

J’ai une âme dont un morceau s’exprime en trois parties : le corps physique, ainsi que l’esprit subconscient alias mémoires cellulaires, ainsi que l’intelligence consciente. Les trois parties les + importantes de mon corps physique sont le système cardio-respiratoire, les intestins, et le cerveau. Quant-au cerveau, il a trois couches et deux hémisphères ; la couche interne (donc reptilienne archaïque) concerne la survie (faim et soif et sexualité…), la partie intermédiaire (donc limbique) concerne les émotions et certains apprentissages, la partie externe (donc le néocortex) concerne à certains endroits l’intelligence consciente ; l’hémisphère droite concerne la contemplation et le stockage brut d’informations (je vois un joli arc-en-ciel), l’hémisphère gauche concerne la décortication et l’analyse des informations (l’arc en ciel est constitué de 9 couleurs qui sont…). En fait, pour être heureux, il faut mettre tout cela en harmonie, il faut tout écouter, et il ne faut rien bloquer ; à condition de ne pas dépasser certaines limites.

Mon subconscient fait fonctionner mes poumons, donc je bloque ma respiration, je me sentirai mal, et dans un cas extrême je pourrai mourir d’asphyxie. Lorsque la couche interne (donc reptilienne archaïque) de mon cerveau a soif, si je refuse de boire (de l’eau mais pas du vin) alors je me sentirai mal. Si la partie intermédiaire (donc limbique) de mon cerveau est en colère, alors je dois par exemple exprimer ma colère contre un punch ball, mais surtout pas contre une personne ; si j’exprime ma colère contre une personne alors je risque des représailles ou des retours énergétiques (karmiques ? cosmiques ?) concernant la loi de cause à effet, mais si j’utilise la partie externe (donc le néocortex) de mon cerveau pour étouffer ma colère, alors je me sentirai aussi mal que si j’arrêtais de respirer ou de boire.

Avant tout, je dois DORMIR SUFFISAMMENT si je souhaite que mes efforts portent leurs fruits, car nous sommes limités par la loi du minimum. Je dois m’occuper, en premier lieu de mon SYSTÈME CARDIO-RESPIRATOIRE (pour ouvrir mon chakra du cœur… et sans négliger la gratitude exprimée par ma gestuelle et par mon expression faciale) (et en exprimant modérément [suffisamment mais pas trop] mes émotions pour éviter l’hypertension ou l’hypotension ou le cancer), en deuxième lieu de MES INTESTINS (mon alimentation), et en troisième lieu de MES PENSÉES (gratifiant l’instant présent dans la nature… ici et maintenant… grâce à la méthode coué imaginative, et en y croyant), et en quatrième lieu EN OFFRANT LES 3 PREMIÈRES ÉTAPES A AUTRUI (sans attendre de récompense et sans m’épuiser et sans me sacrifier… pour que je fasse l’expérience de l’abondance avant de donner… et pour que mon esprit croit que mon corps est heureux). Si vous voulez obtenir le bonheur, demandez le à haute voix ; peut-être que des êtres de lumière vous l’apporteront. Ils resteront probablement nonchalant si vous ne demandez rien, car ils ne veulent pas être accusés d’ingérence. Décider d’être heureux est à la fois nécessaire et insuffisant pour être heureux. En revanche, il ne faut pas « essayer » en force d’être heureux, sinon cela sous-entend que l’on n’est pas heureux ; c’est comme essayer de mesurer 1m85 si on mesure 1m 65. Il faut croire au bonheur ; car le désirer n’est pas suffisant. Le cerveau doit émettre les ondes alpha. Aussi, il faut alterner entre la contemplation immobile et l’activité physique (si possible sportive). Aussi, il faut mimer le bonheur de manière sincère (sourire, rire, se tenir droit, la tête droite… et y croire… avoir la foi). Certains muscles n’obéissent pas à la volonté consciente, sauf si on est dans un état proche de l’hypnose, et que le cerveau est épaulé par le micro-biote intestinal et surtout par le système cardio-respiratoire. Comment faire tout cela ? Il faut aider autrui à faire tout cela. Comment faire ? Il faut faire comme si on savait.

La mémoire s’avère à 50% visuelle et à 30% auditive, mais seulement à 7% dans la signification des mots. Dans ce schéma, les parties du corps ont une taille proportionnelle à leur sensibilité tactile.

hommesensitif dans bonheur ; ESSENTIEL _

Qu’est-ce qu’une croyance ? Une croyance est partiellement cognitive et partiellement émotionnelle. Les résultats sont nécessaires pour que la croyance cognitive soit possible. Mais il ne faut pas rechercher systématiquement des preuves. Il faut une part d’incertitude si on veut que la croyance émotionnelle soit possible. Mais il ne faut pas tenter directement d’augmenter sa foi émotionnelle. Il faut devenir davantage conscient. Comment faire ? Il faut changer la manière de penser envers sois-même, pour conscientiser le fait qu’on est déjà éveillé. Comment faire ? Il faut aider autrui à faire tout cela. Comment faire ? Il faut faire comme si on savait.

Il faut vivre ces méthodes dans l’instant présent sur place, et les appliquer le + souvent possible dans un ordre différent. Il s’agit de l’alimentation [ naturelle bactério-végétale majoritairement crue à l'état brut (propriétés électromagnétiques) prébiotique probiotique macrobiotique et ensoleillement et respiration et eau ], du sport (20min / jour est un compromis possible entre l’efficacité et le gain de temps), du dormir suffisamment, de réduire la prise de risques, de réduire [ le mental (positif\négatif\neutre) et la peur… autant que le permet la réduction de la prise de risques et supprimer totalement la colère et la haine ], se rapprocher autant que possible de l’amour  »inconditionnel » [ en appliquant sa conscience dans son chakra du coeur (amour  »inconditionnel » de soi et d’autrui) et en faisant des exercices de respiration consciente (12 min / jour), et en riant (tous les jours), et en faisant toutes sortes de thérapies (12 min / jour) et en faisant du tantrisme (tous les jours), en faisant de la permaculture (45 heures par jour) et en gratifiant en pleine conscience l’instant présent dans la nature (ici et maintenant) ], et de consommer du pino blanco (se renseigner sur la loi et les risques et les contre-indications), d’atteindre les états d’ondes cérébrales alpha et thêta de manière naturelle (promenade dans la nature : mettre ses 5 sens en éveil) et\ou de manière semi-artificielle (écouter de la musique pro-alpha et pro-thêta… avec du matériel haut de gamme sensible aux ultra-sons et aux infra-sons… mais il est contre-productif et fatiguant de dépasser 3 heures par jour) et\ou de manière artificielle (stimulation magnétique transcrânienne, méthode Thomatis, méditation 3G (pour ces trois méthodes totalement artificielles il faut se renseigner sur les risques et sur les contre-indications).

Je dois modifier mes perceptions, pour modifier mes pensées, pour modifier mes paroles (même mentales) pour modifier mes actions (à condition de passer à l’acte), pour modifier mon expérience. Je ne dois pas percevoir le mur, je dois percevoir la route. Il vaut mieux imaginer une douleur qui quitte mon corps physique, que de redouter de voir la douleur revenir dans mon corps physique ; bien-sûr, cela ne remplace pas le traitement médical.

On peut tester la méthode Coué, notamment : le théâtre, la danse, le chant, le décathlon et autres sports, le triathlon, la gymnastique, s’exposer aux quatre anges élémentaires de la nature (ensoleillement, eau, terre, air), se connecter aux esprits des animaux, rire, sourire, gratifier l’instant présent (ici et maintenant), se tenir droit, la pensée positive, la piscine, la discothèque, le laser-game, la permaculture, le tantrisme, la fête, la célébration de la vie, les arts martiaux. Il existe aussi respectivement les 7 arts (voire les 10 arts) [ l’architecture, la sculpture, les arts visuels (dont peinture et dessin), la musique, la littérature (dont poésie ou dramaturgie), les arts de la scène (dont théâtre et danse et mime et cirque), et le cinéma ; il existe aussi les arts médiatiques (dont radio et télévision et photographie), la bande-dessinée (dont manga et comics), et les arts numériques (dont jeu vidéo). Il faut éviter la compétition, la contrainte, l’intellect… etc. Il faut se divertir.

image12

Il ne faut pas rechercher l’amour, mais il faut supprimer les obstacles à l’amour. Guérir les 4 souillures est davantage important que les plaisirs sensoriels et que la concentration et que les actes de bravoure, bien qu’aucun des trois autres critères n’est à négliger. La guérison des quatre souillures ne consiste pas à les ôter, mais à ajouter leur santidotes (donc leurs contraires). Les quatre souillures et leurs antidotes sont les suivantes :

L’ignorance consciente de qui on est, il faut la remplacer par la connaissance consciente de qui on est.

Les croyances erronées, il faut les remplacer par la vérité.

La dépendance aux plaisirs sensoriels, il faut la remplacer par le (NON attachement) aux désirs sensoriels, mais surtout pas par la privation des plaisirs sensoriels.

Le désir obsessionnel de devenir, il faut le remplacer par la citation de Marc Aurèle : « Mon Dieu, donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer, le courage de changer les choses que je peux, et la sagesse d’en connaître la différence. », mais surtout pas par la répulsion systématique et irréfléchie.

7) Concrètement, comment aider autrui à devenir davantage heureux afin devenir sois-même davantage heureux ?

\  » Le bonheur est un « état d’esprit » qui se reproduit dans le corps physique. Miriam Gablier et Olivier Chambon ont rédigé un livre intitulé :« LE BONHEUR EST DANS LE CORPS » ; Olivier CHAMBON a essayé presque toutes les thérapies ; la majeure partie du bonheur n’est ni dans l’esprit (tout court), ni dans les émotions positives (bien qu’elles sont incontournables pour la recherche du bonheur), ni dans les drogues ; mais la majeure partie du bonheur est dans le corps ; les 4 piliers de l’instant présent sont LA VUE (pour ressembler à une serre lumineuse mais elle sera endommagée si on néglige les autres piliers), l’ OUÏE (pour ressembler à un jardin féerique) (chant des oiseaux, vent sur le feuillage, ruisseau…), LA RESPIRATION (pour ouvrir le chakra du cœur donnant accès à l’âme et aux dimensions supérieures… ainsi qu’à l’amour de soi et d’autrui qui est aussi proche que possible de l’inconditionnel), et LA KINESTHÉSIE (ré-harmoniser la gestuelle et l’expression et les méridiens et chakras pour ressembler à une forteresse) (bains, gymnastique, respiration, sport, tantrisme, rire, s’exposer aux quatre principaux anges élémentaires, ouverture du chakra du coeur). Il faut mimer le bonheur (sourire, se tenir droit, avoir la tête droite…) de manière sincère. Sur ces 4 piliers, je dois y fixer mon attention, en me concentrant légèrement et sans jugement. Mais les plaisirs visuels ne sont pas le + efficace. Mon esprit doit être à la juste tension, comme les cordes d’une guitare, pour que la mélodie soit harmonieuse. En revanche, je me sentirai mal si je réfléchis (même à la manière dont il faut faire l’exercice), ou si je fais un effort de concentration intense pour forcer le bonheur, ou si j’essaye de ne penser à rien (car faire le vide est impossible selon Matthieu RICARD, et même si j’y parvenais cela aboutirait au vide émotionnel) Comment rendre le bonheur sincère ? Pour cela, il faut aider autrui à être heureux, sans s’épuiser, sans se sacrifier, et sans attendre de récompense. Mais s’il m’est impossible de faire comme si je savais comment faire ? À priori, je dois m’éveiller par la méditation. En réalité, je suis déjà éveillé mais je l’ignore ; mais grâce à la méditation je dois conscientiser le fait que je suis déjà éveillé. Comment faire ? Je dois faire comme si je savais comment aider autrui à conscientiser le fait qu’il est déjà éveillé. Mais si je n’y parviens pas ?Les circuits neuronaux correspondant aux émotions sont les mêmes que les circuits neuronaux cognitifs. Mais la pensée positive est à double tranchant ; elle peut être bénéfique comme elle peut être néfaste. Si je ne suis pas un EHE (Être Hautement Évolué), donc vraiment éveillé et heureux, alors je dois pratiquer la méditation de pleine conscience sur l’instant présent (ici et maintenant) si possible en le gratifiant. En effet, personnes qui méditent pour augmenter le volume et la quantité de matière grise du précunéus (région précise du cerveau), elles deviennent davantage heureuses et en bonne santé que la moyenne (y compris que celles qui pratiquent la pensée positive ou que celles qui bénéficient d’un effet placebo). Laura Marie (jadis  »coacheuse » en sport et alimentation) dit que penser à son corps n’est pas suffisant mais qu’il faut aussi accomplir sa mission de vie, être en alignement avec son âme et avec le divin ; elle dit qu’il faut ouvrir le chakra du cœur et être serein ; si on veut réactiver les chakras et les brins d’ADN correspondants. Thierry CASASNOVAS dit que la clé du bonheur consiste à être à genoux devant son créateur, mais qu’il ne s’agit ni des anti-dépresseurs ni de l’ésotérisme ; à moins d’être un cyborg, il dit qu’une personne se résume uniquement au physiologique et au spirituel (sachant que le mental et\ou l’intelligence consciente font parti du spirituel). L’imagerie cérébrale indique que le généticien moine bouddhiste Matthieu Ricard (l’une des personnes les + heureuse au monde) atteint un niveau de bien-être record lorsqu’il médite pour l’amour et l’empathie et la compassion.

Je dois aider autrui (animaux humains et non humains) à s’amuser avec son corps. Si j’oublie moi-même ou autrui, alors la partie est presque perdue d’avance. Les marsupilamis (animaux imaginaires) et les chamanes savent bien s’amuser avec leurs corps. Aussi, on peut aller à la piscine ou dans un lac ou dans l’océan, avec des accessoires de jeux, et s’amuser avec autrui. Avec des amis, je peux contempler un coucher de soleil. Je peux lancer un bâton à un chien, et changer d’endroit en courant, pour qu’il le rapporte dans une autre direction. Donner sans attendre de récompense me permet de faire l’expérience de l’abondance avant de donner, et permet à mon esprit de croire au bonheur.

8) Quelques thérapies cognitives et méditations :

Les meilleures thérapies cognitives sont le fait de gratifier l’instant présent (ici maintenant), ainsi que les TLE (Techniques de Liberté des Émotions) [mais avec les raccourcis de psycho-bio-acupressure, pour les méridiens, si on manque de temps], ainsi que Ho’ pono pono (« désolé, pardon, merci, je t’aime » à dire à soi-même). Le livre intitulé « Notre corps aime la vérité » reprend des extraits de certains livres de David SERVAN-SCHREIBER. « Tout le mystère du chamanisme est dans ton corps » (dit le vieux chamane Toltèque Don Juan à son élève Carlos Castaneda) [ ce Don Juan n'a aucun rapport avec le Don Juan de Molière (17ème siècle) ou le Don Juan de Mozart (18ème siècle) ].  »

L’une des méditations consiste à n’émettre aucune pensée volontaire. Une autre méditation consiste à aimer d’abord sois-même, puis un ami, puis un ennemi. Une autre méditation consiste à prier ou à réciter des mantras. Une autre méditation consiste à gratifier l’instant présent (ici et maintenant).

Selon Matthieu RICARD, l’un des hommes les + heureux du monde, n’émettre aucune pensée volontaire, ou méditer sur la compassion et l’amour, figurent parmi les méthodes les + efficaces pour être heureux. C’est prouvé par les neurosciences et par imagerie cérébrale avec des électrodes. À moins de vivre dans une bulle, il est impossible et déconseillé de ne penser à rien. Mais il faut supprimer « l’écran de mental » (= pensées et émotions) qui n’ont pas de rapport avec le ici et le maintenant. Le « temps horloge » est nécessaire, par exemple noter un rendez-vous sur l’agenda, ou programmer le réveil pour se lever suffisamment tôt pour arriver à l’heure au travail. Mais le « temps psychologique » est néfaste ; il ne faut pas penser toute la journée au prochain rendez-vous ou à la prochaine journée de travail. « Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. À chaque jour suffit sa peine. » (Matthieu 6 : 34) (christianisme de Jésus-Christ de Nazareth)

Il ne faut pas rechercher l’amour, mais il faut supprimer les obstacles à l’amour. Guérir les 4 souillures est davantage important que les plaisirs sensoriels et que la concentration et que las actes de bravoure, bien qu’aucun des trois autres critères n’est à négliger. La guérison des quatre souillures ne consiste pas à les ôter, mais à ajouter leur antidotes (donc leur contraires). Les quatre souillures et leur antidotes sont les suivantes :

L’ignorance consciente de qui on est, il faut la remplacer par la connaissance consciente de qui on est.

Les croyances erronées, il faut les remplacer par la vérité.

La dépendance aux plaisirs sensoriels, il faut la remplacer par le (NON attachement) aux désirs sensoriels, mais surtout pas par la privation des plaisirs sensoriels.

Le désir obsessionnel de devenir, il faut le remplacer par la citation de Marc Aurèle : « Mon Dieu, donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer, le courage de changer les choses que je peux, et la sagesse d’en connaître la différence. », mais surtout pas par la répulsion systématique et irréfléchie.

\ Posez-vous la question : « Lorsque je suis heureux, qu’est ce que je fais ? » :

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

\ Quelles sont vos idées pour aider autrui à devenir davantage heureux afin de devenir vous-même davantage heureux ?

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

\ Dormir suffisamment est essentiel.

Si on a mal à la tête ou chaud à la tête, alors il faut dormir davantage, ouvrir la fenêtre, aller dehors, moins lire, et baisser le chauffage ; et si nécessaire demander un avis médical.

30 secondes de lumière suppriment une grande partie de la mélatonine (hormone du sommeil), donc se rendormir devient difficile. L’obscurité est vivement conseillée pour dormir.

Lorsque l’on dort, si on souhaite que le repos soit réparateur, il faut éviter d’émettre des pensées volontaires, à fortiori si les pensées sont négatives. Il faut éviter les sucres raffinés (sauf le xylitol et la Stévia et l’édulcobio), il ne faut pas abuser des céréales (notamment à cause de leurs sucres à chaînes longues), car ces types de sucres activent le mental donc ils empêchent de dormir facilement. La lecture (à fortiori sur écran) fatigue beaucoup + (et nécessite de dormir +) que d’écouter des textes audio. Pour parvenir à dormir, on peut regarder des images relaxantes (cascade d’eau, ruisseau, île exotique ou tropicale…), puis faire un exercice de respiration, juste avant de dormir. On peut repenser brièvement à l’image dès que le mental tente de se réactiver, et à chaque fois que le mental se réactive, pour garder le mental désactiver.

Même si la température se situe dans l’intervalle de confort, trop de chaleur empêche de dormir facilement, et suffisamment de fraîcheur permet au corps de s’endormir plus facilement. Mais la température doit rester dans un intervalle de confort si on veut dormir suffisamment, et dans un intervalle de sécurité pour ne pas mettre en danger un bébé, ou une personne âgée ou malade.

« Allah tend la main dans la nuit afin de pardonner à celui qui a commis des péchés le jour ; et il tend la main dans la journée afin de pardonner à celui qui a commis des péchés la nuit, jusqu’à ce que le soleil se lève de l’Ouest. » (Muslim) Selon le contexte culturel, la journée commence au lever ou au coucher du soleil. Il faut pardonner et lâcher prise : avant de dormir (pour que les traumatismes puissent être guéris) ou avant de mourir (pour aller au Royaume des cieux)

Si on est un peu fatigué, on peut faire une sieste de 30minutes maximum pour que le réveil ne soit pas trop pénible. Si on est très fatigué, il faut savoir que le cerveau fonctionne par cycles de 1h30, et qu’il vaut mieux que la sieste dure jusqu’à la fin du cycle ; mais il est déconseillé de faire une sieste de plusieurs cycles d’1h30, car on risque de ne plus dormir la nuit.

duree-sommeil-ideale

Certaines personnes ont besoin de dormir 1h ou 2h de plus que leur théorique, pour être plus épanouie, même si elles n’ont pas la sensation de fatigue. Mais il ne faut pas dormir davantage. Les conseils suivants sont vrais pour l’immense majorité des gens, mais il existe quelques rares personnes qui ont besoin de beaucoup + ou de beaucoup – dormir que la moyenne, par exemple du fait d’une génétique différente. Le bleu très clair est une zone à ne pas atteindre, car un excès de repos augmente sensiblement le risque de mortalité (sur le très long terme), et une carence en repos est mauvaise pour la santé et pour la gestion des émotions. Sauf si on a beaucoup de repos en retard à rattraper, si on fait une sieste alors il faut théoriquement la déduire du repos nocturne pour éviter un excès de sommeil ; mais dans la pratique ce n’est pas toujours nécessaire grâce à la marge de manœuvre autorisée.

Le sommeil polyphasique consiste à dormir plusieurs fois au cours de la journée pour pouvoir réduire le temps de repos. Mais le mode de vie et les horaires de travail de la plupart des gens ne permettent pas cela. Quant-à ceux qui ont le temps de pratiquer le repos polyphasique, son efficacité (à fortiori aussi spectaculaire) n’a pas été scientifiquement et rigoureusement prouvé (à fortiori pour tout le monde). Si cela ne fonctionne pas pour vous, ne vous y acharnez pas, car il pourrait vous mettre en danger. Même s’il fonctionne, la moindre entorse à la règle (dormir 30minutes + tard que le moment théorique) peut fatiguer énormément le personne pour plusieurs jours voire plusieurs semaines.

Il existe plusieurs cycles de sommeil polyphasique :

  • Siesta : 6H + 1 nap de 20 minutes => 6H20 de sommeil total
  • Everyman 2 : 4H30 + 2 naps de 20 minutes => 5H10 de sommeil total
  • Everyman 3 : 3H + 3 naps de 20 minutes => 4H00 de sommeil total
  • Everyman 4 : 1H30 + 4 naps de 20 minutes => 2H50 de sommeil total
  • Uberman : 6 naps de 20 minutes => 2H de sommeil total

Le philosophe Eckart Toll dit que c’est l’écran de mental (pensées superflues et émotions superflues) qui empêche d’être heureux. Être intelligent au point de voir la médiocrité chez autrui ne rend pas heureux. Mobiliser énormément d’énergie pour convaincre autrui d’une opinion ne rend pas heureux. Se poser des questions en permanence ne rend pas heureux. Jean LASSALE a déprimé dans la période de sa vie où il se posait plein de questions.

Il faut taire son mental, vivre davantage dans son corps, faire ce que l’on aime, et profiter du moment présent ici. Si je déteste éplucher des oignons mais que je suis quand-même obligé d’en éplucher, alors je serai davantage heureux si je pense à ce que je fais (en l’occurrence l’épluchage des oignons). Attention… si j’ai une douleur intense à la jambe suite à blessure, il faut se faire soigner, et il faut fixer son attention sur la douleur (s’y concentrer faiblement et sans jugement).

Le fait d’être dans un état émotionnel négatif ou de prendre des anti-dépresseurs… peut empêcher d’être heureux. Le corps peut produire des substances qui anesthésie la souffrance, mais qui ont pour inconvénient de bloquer le bonheur. Les méthodes destinées à être heureux, si elles sont appliquées de manière routinière, répétitives, toujours dans le même ordre, et en excès, alors elles perdent une partie de leur efficacité ; c’est à cause de l’adaptation hédonistique.

Est-ce que j’ai une génétique inapte au bonheur ? S’agit-il de la génétique de mes cellules (10% de mon corps physique) ou de mes bactéries (90% de mon corps physique) ? S’agit-il de mon code génétique ou de l’expression de mes gènes ? Le code génétique de mes cellules est extrêmement lent et difficile à modifier. Il est presque impossible à beaucoup modifier en une vie, sauf s’il s’agit de mutations isotopes, n’entraînant aucune modification. Dans le cas présent, je devrai éviter d’avoir des enfants, sinon je risque de lui transmettre des gènes de la dépression.

Est-ce que certaines zones de mon cerveau sont déformées (de naissance à cause d’une exposition prématurée à des substances neurotoxiques) ou atrophiées (à cause d’un traumatisme émotionnel ou de substances neurotoxiques) ? Le bonheur n’a pas de zone précise dans le cerveau ou dans le(s) corps.

Est-ce qu’est déséquilibré ou bloqué ou atrophié… un ou plusieurs de mes chakras (= filtre énergétique) (= prétendu  »corps énergétique »)… notamment le chakras du cœur, la glande pinéale (7ème chakra, l’un des responsables du sentiment d’unité), le corps divin (l’un des responsables de la morale), et le filtre énergétique de l’âme (l’un des responsables de la joie et de la capacité à s’amuser) ?

Est-ce que j’ai des implants physiques (puce RFID…) ou éthériques (notamment au niveau de la tête et de la gorge et des pieds…) que je devrai enlever ?

Est-ce que je suis autiste ? Est-ce que j’ai le syndrome d’Asperger ? Est-ce que j’ai un autre handicap ou pseudo-handicap ? Si oui, alors il est + difficile d’être heureux.

33% des gens ne comprennent rien au bonheur quoi qu’on leur dise ; ils ont le courage ou le besoin de reconnaître qu’ils ne parviennent pas à être heureux. Certains d’entre eux dépriment, d’autres non.

11% des gens ne dépriment pas mais sont dans l’impossibilité d’être heureux. Dans les pays (France compris) dans lesquels le rire n’est pas omniprésent, un fou rire met très en colère 75% des observateurs ; il ne s’agit pas d’une petite irritation ou d’un petit agacement ; il s’agit d’une forte colère. Dans ces pays, on est + facilement puni pour un fou rire que pour s’être battu contre quelqu’un. Cela prouve qu’au moins 75% des gens ne parviennent jamais ou presque jamais à être heureux, mais ils préfèrent supprimer totalement le bonheur que d’être privé d’un bonheur ressentit par autrui ; c’est à la fois de la jalousie et du sadisme et de la dissonance cognitive. Les personnes neutres sont généralement préférées aux personnes souriantes. Sigmund Freud affirme que la dysharmonie sensuelle et sexuelle (plaisirs sensuels et sexuels NON assouvis) est la principale cause des problèmes de tous ou presque tous ses clients.

Si au moins 75% des gens ne parviennent jamais ou presque jamais à être heureux, pourquoi seulement 33% des gens le reconnaissent ? Durant le néolithique, lorsque les gens étaient des orchims (donc des anges), presque tous étaient heureux et affirmaient être heureux. Mais suite au néolithique, au cours des millénaires, le pourcentage de personnes heureuses a progressivement diminué. Les personnes qui ont oublié la clé du bonheur, elles ont généralement quand-même affirmé être heureuses, pour dire comme tout le monde. Cela explique pourquoi il y a une majorité de personnes qui ne parvient presque jamais à être heureuse, mais qui affirme être heureuse, pour dire comme tout le monde.

Dans le dessin animé intitulé « Le livre de la jungle » réalisé par Rudyard Kipling, voici un extrait de la chanson de l’ours Baloo :

Il en faut peu pour être heureux

Vraiment très peu pour être heureux

Il faut se satisfaire du nécessaire

Un peu d’eau fraîche et de verdure

Que nous prodigue la nature

Quelques rayons de (…) et de soleil

(…)

Chassez de votre esprit

Tous vos soucis

Prenez la vie du bon côté

(…)

Et tu verras qu’ tout est résolu

Lorsque l’on se passe

Des choses superflues

Alors tu ne t’en fais plus »

\ Trouver un bon compromis entre les pensées négatives, les pensées positives, et la NON surcharge de pensées :

L’absence de preuves augmente la charge émotionnelle de la croyance, qu’elle soit positive ou négative.

L’idéal est l’optimisme naturel durable, accompagné de modestie. Mais il vaut mieux être naturel que de se forcer à être optimiste. En effet, l’optimisme forcé rend malheureux. Une personne pessimiste est une personne qui était optimiste dans le passé, mais qui a gagné de l’expérience. Mais Laura Marie dit qu’une pensée ne peut pas être neutre. Si une pensée n’est pas positive, alors elle est forcément négative, car les pensées qui pourraient paraître neutre, elles contribuent à la formation d’un écran de mental angoissant auquel Jean LASSALE et le philosophe Eckart Toll ont mis du temps à se défaire.

Les gens qui ont le + d’expériences agréables sont ceux qui ont le + d’expériences pénibles. Or, on est + sensible à la douleur qu’au plaisir. Donc fuir la souffrance est + important que de chercher le plaisir. (Un animal sauvage qui manque un repas aura plein d’autres occasions, mais il n’aura probablement pas de seconde chance s’il se fait attraper par un prédateur. Un chef d’entreprise tentant de ne pas faire faillite a davantage de chances de réussir que celui rêvant d’un idéal. Les évadés de camps de travaux forcés, qui tentent uniquement de survivre, ils ont davantage de chance de survivre que ceux qui rêvent d’une île paradisiaque. Si une personne a une vertèbre cassée et qu’elle sous-estime la gravité de sa blessure, elle risque d’être paralysée à vie partout sous sa vertèbre cassée, car un os cassé est pointu, donc aiguisé comme une lame de rasoir, donc si la partie en question du corps n’est pas immobilisée rapidement, l’os cassé risque de détruire la partie du corps environnante.)

Il faut modifier ses perceptions si on veut modifier ses pensées, et par conséquent modifier son expérience. Un événement négatif, il faut le considérer comme un fait, mais pas comme une menace permanente. Si on a excessivement intensifié ses pensées négatives et ses croyances négatives au point d’intensifier la menace, alors il faut regarder la menace pour la supprimer ou pour la réduire. Si on n’y parvient pas, alors il faut utiliser sa créativité pour regarder dans une autre direction. Mais si on y résiste, alors elle persistera.

Il faut bien doser les pensées négatives, ni trop ni trop peu. L’oubli des mauvaises expériences (notamment dans ses vies antérieures) est responsable de la répétition des guerres et des expériences négatives. Trop penser aux expériences négatives, d’une part cela apporte des syndromes de stress post-traumatiques, et d’autre part cela attire les expériences négatives. Il ne faut pas croire trop fortement à ses pensées négatives (tel est l’un des secrets des personnes heureuses), ni les cogiter en permanence, selon le livre intitulé « Le bonheur s’apprend » et rédigé par Marci Shimoff (avec la collaboration de Carol Kline). Il faut enlever la peur qui est associée aux pensées négatives, si on veut réduire les syndromes de stress post traumatiques. Mais vouloir retrouver des souvenirs de ses vies antérieurs peut réveiller des traumatismes, et augmenter le risque de suicide ou d’homicide.Ce paradoxe entre l’oubli d’une leçon ou le réveil d’un traumatisme, ce paradoxe est difficile à résoudre. L’idéal consiste à se souvenir de la leçon mais sans la charge émotionnelle négative qui lui est associée.

L’un des plus efficaces piliers du bonheur serait la diversité et la modération de la gratitude (par exemple remercier le destin pour le rayon de soleil), mais sans désirer en permanence ce que l’on ne possède pas, et sans se comparer à autrui. Il faut minimum 5 remarques positives pour compenser une remarque négative, et il faut minimum 3 expériences positives pour compenser une expériences négatives. Une bonne méthode serait deux fois + de positif que de serrage de dents, ce qui correspond à 10 remarques positives pour compenser une remarque négative, et à 6 expériences positives pour compenser une expérience négative. Il faut croire en la pensée positive pour qu’elle soit efficace, sinon elle risque de faire + de mal que de bien. Toute pensée positive doit durer minimum entre 15 et 30 secondes pour être bénéfique. Un espoir déçu peut faire très mal, d’où l’intérêt d’être prudent avec les croyances positives, et d’en choisir des fiables et durables, ou d’avoir la foi sans attente précise de résultat et de preuve. La diversité permet d’éviter la lassitude. Si une personne déprime, il peut être intéressant qu’elle note le soir sur papier trois événements positifs dont elle a bénéficié durant la journée ; elle se force ainsi à pratiquer la pensée positive. Mais si une personne est heureuse, elle ne doit ni noter sur papier ni réfléchir sur ses moments de bonheur, si elle veut continuer de les apprécier. Si une personne n’est pas malheureuse, alors elle ne doit pas pratiquer la pensée positive plus d’une fois par semaine, si elle souhaite une amélioration de son niveau de bien-être.

Résoudre un problème rend + heureux que l’absence de problèmes. Si on veut résoudre un problème, il faut l’identifier tel qu’il est, pour savoir de quoi on parle. Lorsqu’on a identifié le problème (en y consacrant au maximum 10% du temps, selon Anthony Robbins), il est intéressant de connaître les 5 attitudes de PORTER, ainsi que les questions de l’ELFE (livre intitulé  »Guérir » de David SERVAN-SCHREIBER), ainsi que la carte à six points SPA-CEE (livre intitulé  »Guérir » de David SERVAN-SCHREIBER), ainsi que d’éviter les 4 chevaliers de l’apocalypse ; David SERVAN-SCHREIBER prône la communication émotionnelle NON violente. Mais il faudra rapidement résoudre le problème (si c’est réaliste et compatible avec l’éthique). Croire qu’une amélioration est possible permet d’éviter le sentiment d’impuissance (se laisser mourir de faim) ou la déprime. Un soutient émotionnel doit durer au minimum entre 15 et 30 secondes si on souhaite des voies neuronales davantage euphorisantes, car en deçà c’est insuffisant. Ce soutient émotionnel peut-être opportun s’il s’agit d’un encouragement ou d’une dédramatisation ou d’une gratification de l’environnement. Mais selon le livre intitulé « Les lois naturelles de l’enfant » rédigé par Céline Alvarez, si on récompense ou remercie ou félicite une bonne action ou un succès, alors on risque d’atrophier le dispositif interne de récompense de l’individu. Attention… si on souhaite qu’une personne nous rende un service alors la politesse impose parfois qu’on lui dise « merci » ou « s’il te plaît » ou « s’il vous plaît » ; et si on a fait du mal a une personne alors la politesse impose parfois qu’on lui dise « pardon » ou « excuse-moi » ou « excusez-moi ». Mais il est rarement nécessaire d’aller + loin ou d’insister. Attention… ces mots répétés trop souvent peuvent aussi lasser le destinataire. Aussi, le mot le + désagréable est le mot  »NON ».

9) Pourquoi je ne parviens pas à être heureux malgré tous mes efforts ?

La théorie et la connaissance ne suffisent pas ; l’étape de la pratique est nécessaire. Décider d’être heureux et le vouloir, c’est à la fois nécessaire et insuffisant, il faut y croire. Il ne faut pas essayer en force, il faut être.

Mon âme est éternelle. Si je suis vivant, mon âme s’exprime en trois parties qui sont : un corps physique, un esprit (tout court), et l’intelligence consciente. Je ne dois négliger aucune de ces quatre entités.

Un allèle particulier du gène Maoa (monoamine oxydase A) procurerait du bien-être chez la femme alors qu’il favoriserait l’agressivité chez l’homme. Lorsqu’il est présent en deux exemplaires, les effets sont théoriquement doublés. Mais dans la pratique, les dames qui le possèdent en deux exemplaires sont moins que deux fois + heureuses que celles qui le possèdent en un exemplaire, car davantage on est heureux, davantage on prend des risques, et davantage on s’expose aux traumatismes émotionnels.

Il faut que mon corps produise suffisamment d’hormones de bonheur, suffisamment de neurotransmetteurs, et suffisamment de récepteurs. Il ne faut pas que les récepteurs aient été bouchés de manière irréversibles par des hormones de bonheur analogues (certaines drogues…). Il ne faut pas qu’à cause d’émotions trop fortes, le corps produise une substance anesthésiante ou qu’il retire ses récepteurs. Il ne faut pas que la souffrance empêche tout simplement la personne de ressentir le bonheur. Il ne faut pas que les muscles produisent des carapaces ou des armures énergétiques, anesthésiant le corps.

Faire semblant d’être heureux est peu productif. Si je souhaite être heureux, alors je dois mimer avec sincérité le bonheur, mais si je ne sais pas le mimer alors je dois rendre autrui davantage heureux, mais si je ne sais toujours pas comment faire alors je dois faire comme si je savais. Si je me force à rire, cela a peu de chances de me rendre heureux. Mais si j’observe une personne rire (à fortiori si c’est moi qui déclenche son rire et qu’elle ne se moque pas de moi ou d’une personne que j’aime bien), alors par mimétisme, j’ai des chances d’être pris d’un fou rire, sans être obligé de me forcer.

La question  »Comment faire pour être heureux ? » ne suffit pas. Il faut aussi se poser la question :  »Lorsque je suis heureux, qu’est ce que je fais ? » ainsi que la question « Qui suis-je pour être heureux ». Si je ne connais pas la réponse à ces questions, je dois me comporter comme si je connaissais la réponse à ces questions.

Je peux faire des efforts conscients pour être heureux, mais je dois éviter le sourire forcé, le rire forcé, et l’optimisme forcé. Il faut trouver un équilibre en être naturel et faire semblant d’être heureux.

10) Douze activités à pratiquer régulièrement augmentant significativement notre bonheur:

  • Exprimer sa gratitude
  • Cultiver l’optimisme
  • Eviter de trop penser et de se comparer à autrui
  • Faire preuve de générosité
  • Approfondir ses liens sociaux
  • S’entraîner à tenir le coup
  • Apprendre à pardonner
  • Capter le « flux » au quotidien
  • Goûter les plaisirs de la vie
  • Poursuivre ses objectifs
  • Avoir une pratique spirituelle
  • Prendre soin de son corps

11) Comment faire de son mieux pour ressentir au moins quelques instants de bien-être, si être durablement heureux est vraiment trop difficile ?

\ La respiration, le rire, les massages, la sexualité… tout cela en pleine conscience… permet de se sentir mieux. Pour qu’une mélodie soit agréable, des silences sont nécessaires. Pour éviter de se lasser d’un plaisir, des pauses sont nécessaires. La sexualité, il faut l’arrêter lorsqu’elle cesse de procurer du plaisir, il ne faut pas en devenir dépendant. En ce qui concerne les plaisirs physiques (dont la sexualité), il ne faut pas les mépriser car ils permettent d’apprécier les plaisirs de l’esprit ou de l’âme. Il faut profiter de ces plaisirs (avec modération) en attendant de trouver mieux. La privation de sexe doit être une conséquence d’une évolution spirituelle, mais pas une condition nécessaire pour progresser spirituellement.

Permaculture, végata_isme

7 juin 2017

\ La préparation suivante permettrait à certaines personnes d’accepter le régime végéta_ien… « Steaks de Seitan sauce barbecue x gingembre. » On sait faire de la viande végétale parfaitement réaliste.

Avant tout, consulter ces liens :

https://www.l214.com/abattoir-made-france       (en caméra cachée, preuves que les animaux sont torturés dans les abattoirs)
https://www.youtube.com/watch?v=J_HnK42UvWU       (RES TURNER- EARTHLINGS)
https://www.youtube.com/watch?v=jQDcH5-E5vM      (Le jugement avec MagiCJacK)
https://www.youtube.com/watch?v=FM_wAN2id58       [ TERRIENS (Earthlings) Narration par Maxime Ginolin ]
http://vegecru.com/     (alimentation 100% crudivégétaLienne)

.

.

.

RESUME Plantes mellifères

4+ ou 5+

Ajonc [4 mois], Aster [3 mois], Bruyère [5 mois], Carotte [3 mois], Cassis [1 mois], Lierre [3 mois], Mahonia [2 mois], Pyracantha [2 mois], Robinier [= faux acacia] [1 mois], Sauge [5 mois]

3+

Menthe [4 mois], Saule blanc [2 mois], Sedum [6 mois], Souci [9 mois], Thym [3 mois]

2+

Laurier-Thym [6 mois], Lavande [3mois], Pavot [2 mois]


Surfaces de sol nécessaires par aliment

Effet de serre selon l'alimentation

Besoin en eau des aliments

.

.

.

 

Permaculture, végata_isme dans *** TOUS LES ARTICLES *** OSI_SchemaJardinForet

Colibri dans ECOLOGIE ; AU SENS LARGE _

¤ MINI-COURSES : France, biologique, végétaLien, santé, majoritairement cru, NON lavé, NON brossé (il doit rester un peu d’humus) : (IV\XV)

\ L’eau de René Quinton minéralise le corps et prolonge la vie. L’eau saline remplace partiellement le sang.

\ Les céréales chargées (à + que 5% ou 10%) en gluten et\ou en prolamine sont nocives. Les + anciennes variétés de céréales étaient celles qui avaient le moins de gluten et de prolamine, donc elles provoquaient aucun problèmes d’intolérance, lorsqu’elles sont préparées de manière adéquate, et consommées avec modération. En cas d’addiction au pain, prendre idéalement du pain essénien ; en cas d’impossibilité prendre du pain peu chargé en gluten et en prolamine (par exemple du pain de riz).

\ Prendre 2 herbacées par liste de courses ; jongler avec 6 herbacées toutes les 3 listes de courses (annuelles) : La plupart des herbacées ont plein de vitamine K1 qui favorisent la coagulation du sang.

artichaut, brocolis, [carde=blette=bette], chou (tout court), chou de Bruxelles, chou-fleur, cresson, endive, épinard, fane de carotte, laitue, mâche, persil

\ Prendre 2  »légume-fruit » par liste de courses ; jongler avec 4  »légumes-fruits » toutes les 3 listes (annuels) :

aubergine (si pas assez mûre elle est toxique), concombre, courgette, poivron, potimarron, potiron, tomate (la partie herbacée de la tomate est potentiellement mortelle et ses pépins à forte dose sont toxiques) (la tomate en elle-même fut à tort considérée comme toxique du temps où elle était consommée dans des couverts en argent dont l’argent a intoxiqué la tomate)

\ Par liste de courses, tout en jonglant avec 1 liste de course totalement différente chaque saison : Si les fruits sont consommés trop tôt ou trop tard, ils ont des effets négatifs. Il faut éviter les excès de fruits trop acides (et même avec modération ils ne sont pas compatibles avec certains traitements médicaux) ; si on en consomme alors il faut attendre au moins 1 heure avant de se brosser les dents, si on veut préserver l’émail.

PRINTEMPS {prendre 2  »fruits »} =

fraise, kiwi, cerise [ses feuilles et son noyau sont toxiques], pomme [ses pépins à forte dose sont potentiellement mortels]

ÉTÉ{prendre 3  »fruits »} =

[nectarine ou brugnon], pastèque, abricot (ses feuilles et son noyau sont toxiques), melon (le melon doux est comestible mais le melon amer à forte dose est toxique), pêche (ses feuilles et son noyau sont toxiques) (la pêche trop mûre devient toxique), pomme [ses pépins à forte dose sont potentiellement mortels]

AUTOMNE {prendre 3  »fruits »} =

noix de Grenoble, poire, raisin, châtaigne (ressemble au marron d’Inde qui est toxique), pomme [ses pépins à forte dose sont peut-être mortels], prune (ses feuilles et son noyau sont toxiques)

HIVER {prendre 2  »fruits »} =

kiwi, poire, châtaigne [ressemble au marron d'Inde qui est toxique], pomme [ses pépins à forte dose sont potentiellement mortels]

CALCIUM ET FER {optionnel} : noix de Grenoble [il y en a tout l'an, mais il faut diversifier davantage]

\ Prendre 2 graines (chacune à la fois riche en calcium et fer) par liste de courses. [Si le repas est adéquat, alors les légumineuses et ''céréales'' ne sont pas INcontournables (même pour les protéines) mais il est prudent d'en consommer pour diversifier l'alimentation] ; [l'inconvénient des fruits oléagineux à coque est d'être lourd à digérer] :

Le pois Indien est toxique. Certains pois et haricots et fèves sont toxiques à l’état cru.

CALCIUM ET FER = graines de lin (type d’oméga-3 optionnels), graines de quinoa (fausse céréale et peu protéinée), graines de pavot (le reste du pavot est toxique)

CALCIUM ET FER = les feuilles de pissenlit et l’ortie piquante sont gratuites dans la nature. À forte dose, l’ortie piquante n’est pas toxique, mais elle est brutale pour les personnes NON habituées, donc il est conseillée de l’introduire progressivement. Ses racines et ses graines ne sont pas urticantes, mais son feuillage est urticant. Si on veut que son feuillage cesse d’être urticant, il existe plusieurs solutions. Il est conseillé de la cueillir avant la floraison, ou les nouvelles jeunes pousses après le fauchage, mais ce n’est pas suffisant. On peut la tremper, la sécher au soleil, la conditionner en comprimés ou en gélules. On peut aussi la cuire, mais elle perd sa vitamine C à partir de 60° C.

CALCIUM ET FER = graines de vrai soja jaune (toxique à l’état cru) (quant-au cuit, si hélas NON lactique-fermenté… alors anti-nutriments pas pires que dans maints aliments ; acides moins nocifs que ceux de la viande et du lait ; hormones oestrogènes moins nocives que celles de la viande et du lait)

\ Prendre 1 graine (riche en fer) par liste de courses ; sans forcément jongler :

FER = graines d’Amarante [fausse céréale mais concentrée dans certains acides aminés] [sauf sa farine car FODAMA), graines de chanvre (type d’oméga-3 optionnels) (à ne pas confondre avec le cannabis ou marijuana ou hashish, qui sont toxiques à forte dose),les graines de tournesol crues NON broyées risqueraient de provoquer l’appendicite.

\ Prendre 2 légumes-racines par jour ; sans forcément jongler : betterave, carotte, navet, radis

¤ Pour la VITAMINE B12, la solution auto-suffisante la plus simple et la plus sûre consiste à acheter la vitamine B12 chimique artificielle en pharmacie (10mcg/jour) (presque 0€). Mais il existe D’AUTRES SOLUTIONS, qu’il est conseillé de diversifier à cause de leur fiabilité variable :

\ (bactéries produisant la vitamine B12 et produisant peut-être d’autres nutriments nécessaires pour certains animaux) : végétaux biologiques, crus, NON lavés, NON épluchés, NON  »traités » (même de manière biologique), NON brossés (il doit rester un peu d’humus), et poussant dans une terre riche en humus, des végétaux de petit volume pour une grande superficie, est la solution la plus logique si elle bien appliquée, ce qui n’est pas facile dans le circuit commercial.

\ (vitamine B12 partiellement bio-disponible, elle devrait suffire si les critères de qualité sont suivis, extrêmement chère) : 25g/jour/humain adulte, en pesée sèche et de qualité (paillettes produites au soleil et conservées au frais)… d’algue chlorella(peu iodée) ET idem pour l’algue nori(très iodée)

\ Jus végétaux « pseudo-laits » À DIVERSIFIER pour bébés [en cas d'impossibilité ou de refus absolu de lui donner du lait maternel ou maternise] : sève de bouleau (riche en nutriments et à introduire progressivement car elle nettoie énergiquement l’intérieur du corps) ; jus de soja jaune (toxique à l’état cru) (quant-au cuit, s’il est hélas NON lactique-fermenté… alors anti-nutriments pas pires que dans maints aliments ; hormones oestrogènes moins nocives que celles des viande ou lait) (fer + calcium + superbes protéines en acides aminés essentiels et NON essentiels) ; et autres jus végétaux. Dans ce contexte, la question des FODMAP est secondaire (sauf cas particulier). Il est préférable d’éviter toute carence. Demander conseil au pédiatre pour la vitamine B12 et pour les bactéries précurseurs ; mais éviter la cyanocobalamine (car le cyanure est toxique).

\ Acides aminés essentiels et NON essentiels pour les animaux carnivores (remplacent la taurine sauf si on préfère une taurine chimico-végétale) dans chacun des aliments suivants À VARIER : graines de soja jaune (s’il est hélas NON lactique-fermenté) (anti-nutriments pas pires que dans maints aliments ; acides moins nocifs que ceux de la viande et du lait ; hormones oestrogènes moins nocives que celles de la viande et du lait), lupin doux (ressemble au lupin amer qui est toxique), pois d’Angole [ il ne s'agit pas du petit pois (peu protéiné) ], féverole, certains autres pois et haricots sont toxiques à l’état cru, œuf (NON végétalien).

Dans ce contexte, la question des FODMAP est secondaire (sauf cas particulier). Il est préférable d’éviter toute carence.

.

.

.

Hélas, la plupart des pseudo-véganes mentent sur leurs objectifs, et sont racistes, et sont pour le Front National, et font de la diffamation mensongère sur le Mahatma Gandhi et sur le 14ème Dalaï-Lama, et font de la publicité et\ou du commerce de viande pour chiens, chats, furets. Adolphe HITLER a fait semblant de vouloir s’intéresser à la cause animale, tant qu’il n’avait pas le pouvoir.

.

.

.

¤ ÉCOSYSTÈME PERMACOLE POUR RENDRE BACTÉRIO-VÉGÉTA_IEN (et sans carence) LES PRÉDATEURS ET LES HUMAINS : FORÊT COMESTIBLE ET JARDIN PERMACOLE (VI\XV)Permaculture

L’agriculture dite  »biologique » est mieux que l’agriculture industrielle, mais l’agriculture dite  »biologique » détruit parfois le sol sur le long terme (bien que ce soit moins vite que l’agriculture industrielle). En revanche, la permaculture régénère forcément le sol. La permaculture était jadis appelée « agriculture bouddhiste » car elle provient du bouddhisme.

La permaculture consiste à cultiver de la terre pour créer un écosystème, de manière à ce qu’il y ait le moins possible d’interventions humaines, de recycler le plus possible les déchets végétaux, et de déléguer tout le travail possible à la nature. Il faut labourer (= retourner) la terre le moins possible, mais il faut l’ameublir souvent. Il s’agit d’éviter les produits chimiques artificiels (que ce soit pour fertiliser le sol ou pour combattre les ennemis des cultures). Il s’agit aussi d’éviter l’apport de produits animaux (cuir, coquille d’œuf, corne broyée, fumier…) sauf si les animaux font leurs besoins (excréments et urine…) de manière naturelle. Quant-aux traitements biologiques, ils doivent être limités. Le sol ne doit être pas être labouré, car cela mélange les couches souterraines de vie, et déséquilibre la vie microbienne. Le sol ne doit pas être tassé. La technologie lourde (telle que les tracteurs…) n’est pas adaptée, mais les outils manuels sont adaptés. La permaculture nécessite beaucoup de travail seulement si on la pratique à but lucratif.

La taille, le semis, l’arrosage, ainsi que la lutte contre les maladies et contre les aléas climatiques, ce sont des interventions humaines qu’il faudra réduire ou supprimer un jour ou l’autre, même si elles sont nécessaires au départ. Les animaux sauvages qui se nourrissent des végétaux, ce ne sont pas des ennemis ; la nature appartient à tout le monde. Aucun animal, même un insecte, ne doit être tué volontairement. Les plantes totalement ou partiellement toxiques (même à forte dose) sont des ennemis à arracher. La cueillette est la seule intervention humaine que la nature ne pourra jamais pratiquer pour nous.

Un écosystème permacole est vraiment intéressant si on trouve toutes les catégories de végétaux comestibles à forte dose (de manière à n’avoir aucune carence), si le sol est riche en micro-organismes [ bactéries, mousses, lichen (micro-champignons et micro-algues...) ] (de manière à n’avoir aucune carence en vitamine B12 grâce aux bactéries), si le sol n’est carencé ou surchargé en aucun nutriment (y compris l’eau et l’air et l’ensoleillement…), si le sol est totalement dépourvu de substances neurotoxiques inutiles (aluminium, baryum, métaux lourds, fluor…), si certains végétaux (tubercules, feuillages, baies, fruits à coque ou à bogue…) peuvent être consommés l’hiver, et si les déchets des plantes deviennent les nutriments des autres plantes.

Il existe un bon indicateur de la qualité de l’écosystème. Si les animaux se mangent entre eux, c’est que le travail effectué n’est pas adéquat. Si les animaux habituellement carnivores deviennent végéta_iens, c’est que le travail effectué est adéquat. Tous les animaux humains et NON humains de la Terre pourraient se nourrir de végétaux et de prãna, si l’humanité n’avait pas autant détruit la nature. Les animaux carnivores (et les humains) sont destinés à devenir végéta_iens ; c’est indiqué dans les Saintes écritures, Esaïe 65:25 : « Le loup et l’agneau paîtront ensemble, Le lion, comme le bœuf, mangera de la paille, Et le serpent aura la poussière pour nourriture. Il ne se fera ni tort ni dommage Sur toute ma montagne sainte, Dit l’Éternel. »

Choisir les anciennes variétés, même si elles sont moins productives, car elles sont plus robustes, plus nutritives, présentent moins d’effets secondaires, et leurs graines sont capable de germer (même si l’aide des insectes pollinisateurs est généralement nécessaire). On peut en trouver chez Kokopelli. Malheureusement, sur Terre, de nouvelles variétés ont le même nom que les anciennes variétés ; cela est volontairement étudié pour faire disparaître les anciennes variétés. Même si les pépins et noyaux proviennent d’un arbre. Plus la surface cultivée sera petite, plus le travail sera effectué de manière adéquat, et plus les rendements seront élevés. L’une des principales causes d’échec consiste à cultiver une parcelle de terre trop grande.

Pour éviter les carences on a besoin de végétaux et de bactéries. Les bactéries se situent autour des végétaux lorsqu’ils ne sont ni lavés ni épluchés ni cuits ni traités ; il est conseillé de laisser un peu d’humus autour du végétal.

Il faut éviter tous les résineux (en particulier le sapin), car ils n’apportent presque rien à manger, et si on coupe leurs racines alors ils sont vecteurs de maladies pour les plantes, et les sapins acidifient tellement le sol qu’ils empêchent la naissance de tout végétal autre que les sapins. Il faut éviter les eucalyptus car ils acidifient trop (donc appauvrissent) le sol, et ils émettent un gaz qui a pour conséquence de les enflammer facilement. Les tribus qui vivent dans des forêts d’Eucalyptus recommandent aux journalistes de ne pas allumer ou éteindre la caméra, car la moindre étincelle peut provoquer un feu de forêt.

Parmi les outils conseillés, il existe les binettes, grelinettes, râteaux à terre, râteaux à herbe, pioches, pelles, bigos, fourche-bêches, fourches, sceaux, poubelles, brouettes, arrosoirs (avec paumes tournées vers le haut), tuyaux d’arrosages, sécateurs, cordelettes, ficelles, grillages métalliques souples, tuteurs (pas en plastique), broyeurs.

Parmi les ressources organiques conseillées :

Dans la première couche (en partant du haut), on peut mettre du BRF (Bois Raméal Fragmenté), dans lequel les champignons (certains sont toxiques ou mortels) et les micro-champignons se développent facilement ; il faut 3m3de broyat pour 100m2.

Dans la deuxième couche (en partant du haut), on peut mettre de l’humus provenant des forêts de feuillus (si on veut apporter rapidement des bactéries au sol), sachant qu’à l’état naturel, malgré les variabilités, en moyenne, parmi les bactéries connues (année 2016), 10% des bactéries sont bénéfiques, 10% des bactéries sont néfastes, et 80% des bactéries deviendront bénéfiques en présence d’une majorité de bactéries bénéfiques… ou néfastes en présence d’une majorité de bactéries néfastes. Il est conseillé de recouvrir les graines, trois fois leur épaisseur.

Dans la couche troisième couche (en partant du haut), on peut mettre des fermentations anaérobies (= sans dioxygène) de déchets végétaux, dites « bokashi ». Le compost est déjà un effort, mais il est détruit trop vite et il produit du CO2, contrairement aux fermentations anaérobies.

Toujours dans la quatrième couche (en partant du haut), on peut mettre de la terre noire, car elle est pourvue de charbon de bois, qui, grâce à sa structure lacunaire, permet le développement des bactéries.

Attention… l’azote (N) enrichit les feuilles, le phosphore (P) enrichit les racines, la potasse (K) enrichit les fleurs. Mais si on veut que la plante soit en bonne santé alors, il faut penser aux autres nutriments

Différents degrés de nocivité des atomes ou molécules : les listes ne sont pas forcément exhaustives :

Parmi le tableau périodique des éléments, en fait, les éléments sains (d’un point de vue nutritif) sont : calcium, chrome, cuivre, fer, iode, magnésium, manganèse, phosphore, potassium, sodium, sélénium, zinc, cobalt, chlore, bore, molybdène… Attention… un excès de ces nutriments est dangereux.

Parmi le tableau périodique des éléments, en fait, les éléments limites à doses infimes (d’un point de vue médical ou paramédical) mais néfastes (d’un point de vue nutritionnel) sont : argent colloïdal, or… Attention… à dose NON infime, ils sont plus ou moins dangereux.

Parmi le tableau périodique des éléments, en fait, les éléments INutiles et extrêmement dangereux (même à doses infimes) sont : fluor (au moins aussi toxique que le mercure), aluminium, mercure, plomb, cadmium, baryum, argent NON colloïdal

Parmi les molécules relativement dangereuses à doses NON infimes, il existe : alcool

Parmi les molécules extrêmement dangereuses à doses NON infimes, il existe : cyanure

Les rayons Ultras-Violets (de préférence ceux émis par le soleil), les nitrites, et les nitrates, sont nécessaires avec modération, mais dangereux en excès, pour les animaux et pour les végétaux et l’écologie. Les nitrates présents avec modération à l’état naturel, notamment dans la racine de betterave, ils sont bénéfiques.

Proportions de plantes conseillées :

Il faut penser aux plantes plus ou moins ligneuses (arbres, arbustes, baies…). Parmi les plantes vraiment herbacées, il est conseillé d’introduire 60% de graines (céréales, légumineuses, graines oléagineuses…), 30% de racines (ou herbacées à grand développement souterrain…), et 10% d’autres herbacées.

A) Faune nécessaire :

Abeilles, fourmis, vers de terre, tique Lone Star

B) Plantes pionnières (extrêmement robustes) :

Ronces, bambous, renouée du Japon

C) Micro-algues (= cyanobactéries)… et fermentations… riches en vitamine B12 dans des bassins sous serre : Les cyanobactéries sont appelées ainsi car certaines sont de couleur bleu cyan, ce qui n’a pas de rapport avec le cyanure.

 

Spiruline, nori, chlorella…

D-1) Couche canopée : arbres fruitiers de plus de dix mètres de haut :

noyer, chêne, châtaigner, pécanier, poirier, cormier, cerisier [ses feuilles sont toxiques]prunier (quetshier et mirabellier et merisier…) (donne les fameuses prunes) [ses feuilles sont toxiques]

E-2) Strate arborée basse : arbres fruitiers de quelques mètres de haut :

sureau, arbousier (Arbutus unedo), cognassier (Cydonia oblonga), prunellier (Prunus spinosa) (donne une fausse prune), mûrier (Morus nigra) (c’est un arbre qui donne les fausses mûres), abricotier [ses feuilles sont toxiques], amandier [ses feuilles sont toxiques], pêcher [ses feuilles sont toxiques]

F-3) Strate arbustive : arbustes fruitiers et baies fruitières :

groseillier, ronce (qui donne les fameuses mûres), framboisier, noisetier, Goumi du Japon (Elaeagnus multiflora), Chèvrefeuille camérisier (Lonicera kamtschatica), baie de jujube, baie de Rhus (extrêmement riche en anti-oxydants). Mais l’églantier et l’aubépine et le prunellier, ont des des fruits plus ou moins persistants l’hiver. Myrtillier (ses feuilles sont toxiques), Goji du Tibet (Lycium barbarum) (ses feuilles sont toxiques) (la plupart des autres baies de Goji sont toxiques)

G-4) Couche herbacée :

Légumes-feuilles : chou marin (Crambe maritima), prétendue « huître des potagers » (Mertensia maritima), Plain corne de cerf (Plantago coronopus), pissenlit (Taraxacum officinale), ortie piquante (pour ne pas être trop agressive, elle doit être consommée d’une part cuite, et d’autre part avant la floraison ou les nouvelles jeunes pousses après le fauchage)

Légumes-fruits : épinard-fraise (Chenopodium capitatum)

Plantes potagères de famille cucurbitacée et des plantes aromatiques : livèche (Levisticum officinale), carvi (Carum carvi)

H-5) Couche couvre-sol : dont plantes rampantes :

fraisier des bois (Fragaria vesca), aspérule odorante (Galium odoratum), cresson de fontaines (Nasturtium officinale), pourpier d’hiver (Claytonia perfoliata), pimprenelle (Sanguisorba minor), mâche commune (Valerianella olitoria)

I-6) Rhizosphère : plantes à racines (tubercules et bulbes) :

pomme de terre, betterave, patate douce, radis, panais (Pastinaca sativa), maca du Pérou (Lepidium meyenii), rutabaga (Brassica napus), topinambour (Helianthus tuberosus), chervis (Sium sisarum), raifort (Armoracia rusticana), Allium [ ail (si possible ''ail des ours'') et oignon et échalote et poireau et fenouil ; et (cive = ciboulette) ] [toxiques à forte dose pour les humains, et à moins forte dose pour maints animaux dont ceux de compagnie] ; la carotte qui est comestible ressemble au cerfeuil penché et à la ciguë qui sont toxiques

J-6′) Graines à intérêt nutritionnel (s’assurer que la totalité de la plante concernée est comestible, même à l’état cru) :

oléagineuses (lin, amarante, quinoa, chanvre, colza, MAIS le tournesol est à éviter car leurs graines crues à l’état NON broyé pourraient provoquer l’appendicite, le pavot est toxique sauf la graine…); Céréales (peu chargées en gluten et en prolamine) (éviter le sarrasin car il est photosensibilisant et il produit un herbicide naturel potentiellement nocif)… ; Légumineuses [ lentilles, flageolets, le lupin doux est comestible mais le lupin amer est toxique, le petit pois est comestible (sauf le petit pois Indien qui est toxique) …]

K-7) Couche verticale : vignes et plantes grimpantes :

baie aux 5 saveurs (Schisandra chinensis), vigne (tout court), houblon (Humulus lupulus), vigne chocolat (Akebia quinata), kiwi de Sibérie (dit « kawaï ») (Actinidia arguta), passiflore à fruits comestibles (certaines variétés sont toxiques ou mortelles)

L) Maisons de hobbits creusées sous le sol (notamment dans des buttes), et cabanes elfiques en bois perchées sur les grands arbres (couche canopée).

AUTRE)

  • Les radis éloignent les mineuses des vignes.
  • La menthe est un excellent répulsif contre les fourmis et les pucerons.
  • Le cerfeuil éloigne les limaces.
  • Le sureau éloignent les taupes.
  • Le basilic protège contre l’apparition du mildiou du concombre et attire les pollinisateurs.
  • L’odeur de la tomate repousse la piéride du chou.
  • La citronnelle éloigne certains insectes.

  • La fougère éloigne les puces.

  • L’aneth, le fenouil (le bulbe de fenouil à plus ou moins forte dose est « toxique ») éloignent les pucerons, les araignées rouges et les teignes du poireau.
  • La ciboulette à plus ou moins forte dose « toxique » mais elle éloigne les insectes des arbres fruitiers et les protège de la tavelure.
  • L’ail et l’oignon sont « toxiques » à plus ou moins forte dose mais plantés aux pieds des pêchers permet de les protéger contre la cloque.
  • Le poireau et l’oignon sont « toxiques » à plus ou moins forte dose mais ils chassent la mouche de la carotte (la carotte qui est comestible ressemble au cerfeuil penché et à la ciguë qui sont toxiques). Le poireau cuit, s’il n’est pas mangé dans la journée, il deviendrait vraiment toxique, même à faible dose.

 

¤ Quelques notions sur les caractéristiques nutritives des plantes :

Feuillages (choux, brocolis, cresson…)  : la plupart des nutriments

Oléagineux, surtout les graines oléagineuses (lin, tournesol, colza, chanvre…) : la plupart des nutriments, graisses, protéines complètes, fer, calcium

Racines tubercules crues (carotte, betteraves rouge, radis, panais, navet-raves …) : vitamine B12

Fruits à saveur sucrée (et\ou) acide (fraise, framboise, melon…) : sucres

Céréales (blé, avoine, sésame…) : protéines incomplètes, sucres

Légumineuses (lentilles, pois chiche, pois cassé…) : protéines incomplètes

¤ Potager permacole simple et rapide :

Fruits :

- Kiwaïs, pastèques

Baies :

- (églantier, aubépine, prunellier… tous les 3 ont des fruits persistant l’hiver)

- framboisiers, cassissiers, groseilliers, ronces, fraises, raisins

Légumes :

- racines (tubercules) : Carotte, chou-rave, navet-rave, betterave rouge, rutabaga, panais, radis

- légumineuses : flageolet, lupin doux, haricot mungo

- feuilles : brocolis, cresson alénois, roquette, chou de Bruxelles, endive

- légumes-fruits : butternut, potimarron, concombre, courge, potiron, pâtisson

- Plantes aromatiques : persil, cerfeuil, fenouil

¤ Taille des arbres fruitiers et des buissons :

\ Le sécateur doit être désinfecté voire stérilisé (par exemple avec une solution alcoolique), et avoir la partie épaisse vers le haut et la partie fine vers le bas, si on veut couper proprement la branche. Il faut faire la taille en biais (pour évacuer les futures pluies pourrissantes) et 1cm après le dernier bourgeon épargné.

\ En permaculture, il est conseillé de les tailler le moins possible, pour qu’ils ne soient pas dépendant des humains pour la taille. Il faut les tailler juste ce qu’il faut pour qu’ils soient en bonne santé, mais il vaut mieux avoir beaucoup de petits fruits que peu de gros fruits. Les arbres dont les fruits sont à noyaux (en particulier le pêcher) supportent moins bien les tailles sévères que les arbres dont les fruits sont à noyaux.

\ En ce qui concerne la taille des arbres fruitiers, on doit commencer chaque système de branche à la pointe aussi loin que possible du tronc, puis le terminer vers le tronc de l’arbre.

\ Lorsqu’on taille les différents systèmes de branches d’un buisson, on doit laisser systématiquement les deux ou trois premiers bourgeons. Pour gagner du temps, on peut estimer une hauteur moyenne approximative à laquelle on coupera les branches du buisson, puis faire une deuxième taille en biais (pour évacuer les futures pluies pourrissantes) et 1cm après le dernier bourgeon épargné.

\ Davantage la branche est grosse, davantage on la coupe haut.

\ Il faut couper les branches qui rentrent vers l’intérieur.

taille_d_entretien dans jardin ; PERMACOLE [dehors ou sous abris] _

imagetaille dans végéta*isme ; ALIMENTATION éTHIQUE ET SAINE _

Certains légumes n’ont besoin d’aucun traitement du fait de leur  »tolérance » (donc immunité polygénique) aux maladies et parasites.

Famille de l’igname : igname chinois, igname japonais

Famille de l’arum : taro

Famille du chénopode : épinard, carde, chou chinois

Famille de la carotte : carotte (à ne pas confondre avec la berce et la ciguë qui sont toxiques), « herbe à aiguiser », céleri, persil

Famille de la composée : bardane, pétasite, laitue, chrysanthème en guirlande

Famille de la menthe : pérille, menthe japonaise

Famille du ginseng : udo, ginseng, angélique, japonaise

Famille du gingembre : gingembre (tout court), gingembre japonais

Famille du volubilis : patate douce

Famille du Lys : poireau chinois, ail (toxique en excès), échalotte (tout court) (toxique en excès), échalotte de Nankin (toxique en excès), cive, oignon (toxique en excès), dent de chien, asperge, lys, tulipe (son bulbe est toxique)

Semer plein de légumes automnaux dont le daikon, le navet, et différents crucifères, retardera la poussée des adventices hivernaux et printaniers. Le trèfle ladino et la luzerne combattent les adventices.

La plantation d’un vrai acacia morishima peut fertiliser 100 mètres carré de terre, en 5 ou 6 ans.

L’alternance entre les feuillus caduques et les feuillus persistants préviennent des insectes.

Feuillus caduques très robustes : prunier, abricotier, cognassier chinois, abricotier japonais, figue, akebia, groseiller (à maquereau) chinois, vigne sauvage, cerisier, plaqueminier (astringent), grenade, jujube, oléastre, groseiller, ginko, noisetier

Feuillus caduques moyennement robustes : nectarinier, noyer, plaqueminier (doux)

Feuillus caduques fragiles : pêcher, pommier, poirier, vigne

Feuillus persistants très robustes : myrte à cire, kumquat

Feuillus persistants moyennement robustes : nèfle du japon, oranger d’été japonais, oranger lyo, pamplemoussier

Feuillus persistants fragiles : oranger Satsuma, oranger doux

 

Plantes utilisées comme couverture de sol des vergers :

Famille des herbes :

Ivraie vivace italienne, Dactyle pelotonné
Printemps – été
« Sous-bois » des fruitiers à feuilles caduques

Fléole des prés, Folle avoine, Céréales d’hiver
Eté – hiver / printemps
Avec les plantes grimpantes (vigne…), maîtrise des adventices estivaux

 

Famille des pois :

vesce commune, vesce velue*, Saatwicke*
hiver – printemps
arbres à feuilles caduques, arbres à feuilles persistantes, (maîtrise des adventices printaniers)

haricot mungo, pois à vache, kuzdu
printemps – été
grands arbres à feuilles persistantes, (maîtrise des adventices estivaux)

trèfle ladino*, trèfle rouge\blanc, luzerne, trèfle incarnat, melilot

Sous-trèfle (trèfle rampant?), bur clover*, astragale chinois
hiver – printemps : arbres fruitiers et légumes l’été
printemps : maîtrise des adventices printaniers

cacahuète*, soja*, haricot azuki*, lupin (doux)*, fève*, pois des jardins*, haricot blanc
printemps – été : maîtrise des adventices estivaux (engrais verts)
hiver – printemps : maîtrise des adventices printaniers (engrais verts)
printemps : maîtrise des adventices printaniers

Famille de la moutarde :

daikon*, navet*, moutarde indienne*, autres moutardes, chou chinois, colza*, autres légumes
automne – hiver
maîtrise des adventices d’hiver pour tous les arbres fruitiers

* Couvertures importantes de sol

La succession saisonnière des herbes sauvages doit régler le choix de légumes :

Type de plantes
Plantes sauvages
Plantes cultivées

Fougères
urajiro, roshida, fougère (arborescente)
Millet des oiseleurs, millet à grappe

Famille des herbes
Eulalie, cogon, vulpin, digitaria
proso-millet, blé, orge, riz

Famille de l’igname
Igname
Igname chinois

Famille du sarrasin
Renouée des oiseaux, herbe à cochon
Sarrasin, épinard

Famille de la composée
vergette, pissenlit, chardon, armoise, aster
chrysanthème comestible, laitue, bardane

Famille du lis
dent de chien, lis rayé d’or, tulipe, asperge
poireau, ail, échalote, cive, oignon

Famille de la menthe
Hikiokoshi
pérille, menthe

Famille du pois
Kuzu, vexe commune, trèfle
soja, haricot azuki, soissons, pois du jardin, fève

Famille du liseron
Liseron (pourpre)
Patate douce

Famille de la carotte
Vigne aquatique
Filipendule, honewort, carotte, persil, céleri

Famille de la moutarde
Bourse à pasteur
Daikon, navet, chou chinois, moutarde à feuilles, chou

Famille de la courge
courge « serpent », calebasse
Chayotte, patisson, cantaloup, pastèque, concombre

Famille de la pomme de terre
Physalis, bruyère « douce »
Poivre rouge piquant, pomme de terre (les tâches vertes sont toxiques), aubergine, tomate (sa partie herbacée est toxique)

 

La végétation du verger :

Grandes catégories
Types
Saisons
Sous-bois

Arbres protégés, ou donnant de l’engrais vert, ou utiles
Acacia, myrica à cire, arbre ombrelle, aulne japonais, érable, laurier, cannelle
Toute l’année
Engrais verts, légumes

Plantes donnant de l’engrais vert
Trèfle ladino, luzerne \\ toute l’année
« Bur clover », légumes de la famille de la moutarde \\ printemps et hiver
Lupin, vesce velue, vesce commune, saatwicke \\ hiver
Soja, cacahuète, haricot azuki, haricot mungo, « cowpea » \\ été

Arbres à feuilles persistantes
Citronniers, néfliers du japon
Petasite commun, sarrasin

Arbres à feuilles caduques
Plaqueminier, noisetier, pêcher, prunier, abricotier, poirier, pommier, cerisier
Konnyaku, lis, gingembre, sarrasin

Plantes grimpantes
Vigne, souris végétale chinoise, akebia
Millet des oiseleurs, millet commun, millet à grappe

.

.

.

https://www.gammvert.fr/conseils/conseils-de-jardinage/plantes-potageres-recapitulatif

Plantes potagères – récapitulatif

 

Les multiples variétés des plantes potagères et les différences de culture spécifiques de chaque une d’entre elles font du potager un univers très complexe et passionnant. Toutes les informations à savoir pour réussir la culture des légumes les plus courants au potager !

Il existe une période de plantation, une méthode de semis, des profondeurs de plantations et des distances de séparation entre les graines conseillées pour chaque plante, elles dépendent de ses caractéristiques, de son développement et de son système racinaire.

Pour vous aider dans la culture de votre potager : lisez la fiche conseils Potager ainsi que Semez et cultivez vos légumes.

Aidez-vous de nos fiches sur : le semis, le buttage, le paillage, la gestion de l’arrosage

 

Retrouvez dans le tableau ci-dessus, pour chaque légume toutes les conditions de culture à respecter ainsi que des conseils d’entretien

LEGUMES

Exposition
Type de sol

Distance
entre les plants

Semis
Plantation

Méthode de plantation

Occupation
du terrain
Récolte

Entretien

Ail et Echalote

Expo. ensoleillée
Sol léger (évitez les terres humides)
15 cm dans le rang et 30cm entre les rangs Planter en Février-mars (dès octobre dans le Sud) Planter en sol ameubli, la pointe vers le haut Occupe le terrain 4 ou 8 mois
Récolte à partir de Juin (quand le feuillage est jaunit et se couche au sol)
Binage (en mars et novembre)
Avant la récolte laisser sécher au sol

Artichaut

Expo. ensoleillée, chaude et dégagée
Sol léger, profond, frais, riche en humus
80cm dans le rang et 70 cm entre rangs Planter en mars-avril Planter les oeilletons (morceaux de tiges portant des bourgeons) Occupe le terrain 8 mois
Récolte à partir de Septembre-octobre (quand les capitules sont assez grands, et avant qu’ils ne montent en graines)
Butter pour l’hiver
Apport de compost chaque année

Aubergine

Expo. ensoleillée, chaude et abritée (craint le froid)
Sol riche, très humifère
50 cm dans le rang et 50cm entre les rangs Semer en février-mars
au chaud en godets
Planter en mai
Repiquer à 5 feuilles. Planter en terre riche en compost Occupe le terrain 5 mois
Récolte à partir de Août (juillet dans le Midi) (quand les fruits sont bien colorés)
Arrosage régulier
Paillage en région sèche
Apports d’engrais fréquents
Tuteurer et tailler (comme la tomate)

Bette ou Poirée

Expo. ensoleillée
Eviter la fumure fraîche
40 cm dans le rang et 40cm entre les rangs Semer de fin mars à juin Eclaircir. Bisannuel
Récolte à partir de Juillet
Biner. Pailler
Arroser par temps sec

Betterave

Expo. ensoleillée
Eviter la fumure fraîche
15 cm dans le rang et 30cm entre les rangs Semer en avril Semer chaque mois d’avril à juin, éclaircir Occupe le terrain 5 mois
Récolte à partir de Juin
Arrosage régulier
Paillage en région sèche
Apports d’engrais réguliers

Carotte

Expo. ensoleillée (supporte la mi-ombre)
Sol léger,sableux, ameubli en profondeur
(éviter la fumure fraîche)
De 7 cm dans le rang et 25 cm entre les rangs Semer d’ avril à août
Planter de mai à septembre
Casser toutes les mottes. Semer en ligne et en place. Eclaircir. Occupe le terrain 6 à 8 mois
Récolte à partir de Juillet
Arrosage régulier
Apports d’engrais réguliers

Chou brocoli

Expo. à mi-ombre
Sol frais, profond, argileux, humifère
60 cm dans le rang et 60 cm entre les rangs Semer de février à juin sous abri ; d’avril à juin en pleine terre Repiquer à 5-6 feuilles Occupe le terrain 4 à 6 mois
Récolte à partir d’Avril
Paillage
Arrosage régulier

Chou-fleur

Expo. ensoleillée
Sol riche, frais, fertile, assez humifère
70 cm dans le rang et 70 cm entre les rangs Semer en avril-mai en sol réchauffé
Planter en mai
Semer sous châssis plus tôt pour les hâtifs, plus tard pour les chou-fleur d’automne Occupe le terrain 4 à 8 mois
Récolte à partir de Juillet
Paillage
Arrosage régulier

Chou pommé, chou rouge

Expo. ensoleillé
Sol frais, profond, argileux, humifère
50 cm dans le rang et 60 cm entre les rangs Semer de février à juin sous abri
Planter de mai à août
Laisser réessuyer 2 jours les jeunes choux avant de les repiquer Occupe le terrain 4 à 5 mois
Récolte à partir de Septembre jusqu’à mars pour les variétés d’hiver
Paillage
Arrosage régulier

Cornichon et concombre

Expo. ensoleillé (craint le froid)
Sol humifère, bien drainé (redoute l’humidité)
60 cm dans le rang et 90 cm entre les rangs Semer en mars-avril en poquets, sous châssis
Planter en mai
Pincer au-dessus de la 2ème feuille après la plantation. Occupe le terrain 5 à 6 mois
Récolte à partir de Juillet (à récolter sans attendre trop longtemps)
Paillage
Arrosage régulier (éviter les feuilles)

Courgette

Expo. ensoleillé
Sol humifère, bien drainé, se réchauffant vite
100 cm dans le rang et 100 cm entre les rangs Semer en avril-mai
Planter en mai-juin
Renouveler les semis au bout de 3 semaines Occupe le terrain 5 mois
Récolte à partir de fin juin
Paillage
Arrosage régulier
Apport d’engrais régulier

Epinard

Expo. à mi-ombre ou à l’ombre (n’aime pas la chaleur)
Sol humifère, frais, un peu argileux (éviter la fumure fraîche)
10 cm dans le rang et 30 cm entre rangs Semer en mars/avril ou fin août/sept en place Griffer la surface à semer. Eclaircir. Bisannuel
Récolte à partir de Juillet
Biner en été
Garder la terre humide
Arrosage régulier
Apport d’engrais régulier

Fève

Expo. ensoleillée, et chaude
Sol humifère, frais, un peu argileux
15 cm dans le rang et 40 cm entre rangs Semer de février à mai Semer en place, en ligne ou en poquets de 3 graines
Dans le Midi semer d’octobre à février
Occupe le terrain 4 mois
Récolte à partir de mi-mai
Butter. Pailler
Arrosage pour garder le sol frais

Haricot

Expo. ensoleillée et chaude (craint le froid)
Sol léger, frais (redoute l’excès d’humidité et de calcaire)
5 cm dans le rang et 40-70 cm entre rangs Semer d’avril à juillet Tremper 1-2 heures les graines avant de les semer. Jeter celles qui surnagent. Occupe le terrain 3 à 4 mois
Récolte à partir de Juillet
Installer les filets dès que les haricots font 10 cm de hauteur. Butter légèrement les pieds

Fraisier

Expo. ensoleillée ou mi-ombragée
Sol riche, bien drainé, un peu acide ou neutre
30 cm dans le rang et 40 cm entre rangs Planter en mars-avril Apporter de l’engrais organique à la plantation. Vivace
Récolte à partir de Juillet
Pailler. Arrosage régulier.
Apport d’engrais régulier.
Supprimer les stolons.

Melon

Expo. ensoleillée, chaude
Sol riche et bien fumé
100 cm dans le rang et 100 cm entre rangs Semer en avril sous abri, Mai
Planter en mai-juin
Apport de compost à la plantation, dans un sol bien réchauffé. Abriter sous une clochejusqu’à l’été Occupe le terrain 5 mois
Récolte à partir de Août
Arrosage régulier.
Apport d’engrais fréquent. Protéger les fruits formés de l’humidité du sol.

Navet

Expo. ensoleillée
Sol fertile, frais, très humifère
10 cm dans le rang et 25cm entre rangs Semer de mars à septembre en place Eclaircir. Dans le Sud, semer en fin d’hiver ou en été Occupe le terrain 3 mois
Récolte à partir de Fin octobre (laisser réessuyer 1 journée)
Arroser régulièrement pour garder le sol humide. Pailler

Oignon

Expo. ensoleillée
Sol peu riche, léger (craint l’excés d’humidité, la fumure fraîche)
10-12 cm dans le rang et 40-70cm entre rangs Semer de mars à avril
Planter de février à avril
Semer d’août à septembre dans les régions à hiver douxx Occupe le terrain 5 à 6 mois
Récolte à partir d’Avril
Désherber régulièrement

Petit pois

Expo. ensoleillée, assez chaude
Sol frais, profond, humifère, aéré (craint la sécheresse)
3cm dans le rang et 25cm entre rangs Semer de février à juin En place, en ligne ou en poquets Occupe le terrain 4 mois
Récolte à partir d’Avril
Butter après 3 semaines.

Piment et Poivron

Expo. ensoleillée et chaude
Sol humifère
50 cm dans le rang et 50cm entre rangs Semer en mars sous abri
Planter en mai-juin
Semer en terrine au chaud, repiquer toujours au chaud. Placer sous cloche en attendant les températures chaudes Occupe le terrain 6 mois
Récolte à partir de Août
Pailler. Arroser régulièrement. Fortifier les plants. Tuteurer. Tailler pour limiter les fruits

Poireau

Expo. ensoleillée
Sol bien aéré, humifère et assez frais (craint la fumure fraîche)
10cm dans le rang et 30cm entre rangs Semer de février à avril
Planter en mai
Semer sous châssis ou à bonne exposition. Repiquer en mai Occupe le terrain 5 mois
Récolte à partir de Août
Butter au fur et à mesure

Pomme de terre

Expo. ensoleillée et aérée
Sol humifère, léger, profond (craint les gelées et l’eau stagnante)
40 cm dans le rang et 60cm entre rangs Planter de février à mai Acheter des tubercules germés. Ameublir le sol en profondeur. Biner puis butter les plants un mois après leur apparition. Plus de conseils sur la culture de la pomme de terre ! Occupe le terrain 5 mois
Récolte à partir de Mai
Butter les plants au fur et à mesure de leur croissance. Arroser par temps sec. Pailler

Radis

Expo. ensoleillée ou légèrement mi-ombragée
Sol léger, frais, sans cailloux (apprécie beaucoup le terreau forestier)
2 cm dans le rang et 20 cm entre rangs Semer de février à septembre Semer à différentes profondeurs selon la forme du radis. Renouveler les semis tous les 15 jours Occupe le terrain 1 mois
Récolte à partir de Mars (3 semaines après le semis)
Arrosage régulier pour maintenir le sol frais

Salade – Laitue

Expo. à mi-ombre. Eviter toute lumière excessive
Sol frais, humifère
20cm dans le rang et 20cm entre rangs Semis varie selon les variétés / à partir de février
Repiquer un mois et demi après semis
Semis en place ou en pépinière :
laitues de printemps semis en février et mars sous abri
laitues d’été ou d’automne : de fin mars à juin en pleine terre
laitues d’hiver : en août et septembre, protection à prévoir
laitues romaines : de mars à juin
laitues à couper : mars à fin août en place
Occupe le terrain 8 à 10 semaines
Récolte à partir du printemps
Arroser fréquemment !

Tomate

Expo. ensoleillée, chaude et à l’abri des vents
Sol humifère, modérément humide
60cm dans le rang et 60cm entre rangs Semer en février-mars en godets sous abri
Planter en mai
Repiquer sous châssis quand les plants ont 5-6 feuilles. Mettre en place lorsqu’il ne gèle plus et que les plants atteignent 12-15cm. Occupe le terrain 6 mois
Récolte à partir de Mi-juillet
Pailler. Arroser régulièrement. Apporter de l’engrais fréquemment. Plus de conseils sur la culture de la tomate !

 

 

.

.

.

.

.

Soigner les plantes par les HE et HV et HM:

Réalisation de la D8 : Il faut savoir que 1mL d’HE équivaut presque à 1g. Pour obtenir 1mL d’HE, il faut 25 à 35 gouttes selon la fluidité. On prend 1 gramme d’HE dynamisée (à réaliser à une heure où l’on bénéficie de la lumière solaire mais pas en pleine chaleur) + 1g d’huile végétale + 1g de liquide vaisselle bio avec 9ml d’eau dans un flacon. On agite le tout pendant 3 minutes. On aura une D1. Ensuite on ajoute 90ml d’eau et on agite durant 3 minutes. On aura la D2. Pour la D3, ajouter 900ml d’eau, brasser et pour la dilution D4 : 9l d’eau. Pour passer de la D3 à la D4 on brassera l’eau. Pour passer de la D4 à la D8, il est souhaitable de recommencer avec une quantité plus réduite à partir de la D4. On prend 1ml de D4 et 9ml d’eau, on agite 3min pour obtenir une D5 et on continue comme cela jusqu’à 9l d’eau.

 

Feu Bactérien :

* L’idéal serait d’utiliser Rosa damascena (Rose de Damas) (s.b. citronnellol, géraniol) avec Thymus vulgaris (Thym) (s.b. linalol), avec Lavendula spica. Lavande aspic.

* HE de Thymus vulgaris (thym) (s.b. linalol) 10 %

* HE de Pelargonium (géraniol – citronnellol) 10 %

* HE de Cymbopogon nardus (citronnelle de Ceylan) (géraniol – citronnellol) 10 %

 

* HE d’Eugenia caryophyllus (clou de girofle) (eugénol à 70 %-80%) 10 %

Précaution : protégez-vous la peau.

* HE d’Origanum compactum carvacrol. Origan à inflorescences compactes (60 %-70 % thymol) 10 %.

Précaution : protégez-vous la peau

+ huile végétale (type huile de colza) + 1 à 3 % tensio-actif pour la pulvérisation

À utiliser en perfusion. 2 % HE, 50 % huile végétale 1 % à 3 % tensio-actif

+ eau de pluie

 

* HE d’Allium sativum (ail) Diallyl disulfide (60%) et trisulfide (20%)

* HE de Brassica nigra (moutarde noire) Composés souffrés et azotés (isothiocyanate d’allyle). En perfusion contre Erwinia amilorova (feu bactérien) et Agrobactérium tumefasciens.

Précaution : Protégez-vous la peau et les voix respiratoires.

* Pour ces deux HE, une dose pondérée (plutôt dynamisée et homéopathique) permet d’éviter les brûlures au sein des vaisseaux ou sur le feuillage. Réalisez une D8.

 

* HE de Citrus aurantium ssp. Bigaradier bergamia. Rutacées. Bergamotier. Composition : flavonoïdes.

* Plante contrariant le développement des bactéries, que l’on peut intégrer dans différentes préparations ci-dessus.

 

* HE de cymbopogon martinii var. Motia. Poacées. Palmarosa (herbe). Composition : alcools monoterpénique (linalol, géraniol, nérol).

* Forte action perturbatrice des bactéries. On peut lutter en partie contre le feu bactérien avec cette huile, en dilution mais aussi contre Agrobactérium tumefasciens et Ralstonia solanacearum. À utiliser en pulvérisation foliaire.

 

Agrobactérium tumefasciens :

* HE de Monarda fistulosa geraniolifera (Monarde fistuleuse) Lamiacées. Monarde fistuleuse à géraniol.

* Composition : géraniol (90% à 95%)

 

* HE de Pelargonium x asperum. Géraniacées. Géranium odorant « Bourbon ».

* Composition : citronnellol (33%), géraniol (25%)

* Forte action perturbatrice des bactéries. On peut lutter en partie contre le feu bactérien mais aussi contre Agrobacterium tumefasciens avec cette huile, en dilution.

 

Chancre coloré du platane (Ceratocystis fimbriata) :

* HE deSatureja montana Labiacées Sarriette ou thymus serphyllum. Serpolet. Plante fleurie. S.b. Thymol (phénol). Doses conseillées :

 

Chancre européen (Nectria galligena) :

* HE de Satureja montana. Labiacées. Sarriette. Ou thymus serphyllum. Serpolet. Plante fleurie. S.b. Thymol (phénol)

 

Cloque du pêcher (Taphrina dephormans) :

* 25g de soufre et 70g de bouillie bordelaise (ou mieux du cuivrol) pour 10 l d’eau.

* Commencer au stade de pointes vertes puis effectuer 2 traitements avant la floraison.

* HE de Thymus serpyllum. Serpolet

* Il est probable qu’après la perfusion sur pêcher, l’arbre perde ses feuilles pour ensuite en avoir de nouvelles bien saines.

 

Fumagine :

* HE d’Eugenia carypophyllus. Myrtacées. Clou de girofle (bouton floral). Composition : eugénol (70/80%)

* Forte action sur la fumagine

* Précaution : protégez-vous la peau

 

* HE d’Origanum compactum. Lamiacées.

Origan à inflorescence compactes.

Composition : carvacrol (60/70%) thymol

Forte action sur la fumagine

Précaution : protégez-vous la peau

 

HE de Satureja montana. Lamiacées. Sarriette des montagnes ou thymus serpyllum. Serpolet. Composition : thymol, carvacrol, eugénol. Forte action sur la fumagine.

Précaution : protégez-vous la peau

 

La fusariose du dattier (fusarium oxysporum) :

HE de satureja montana. Lamiacées. Sariette des montagnes. Ou thymus serpyllum. Serpolet. Composition : thymol, carvacrol, eugénol.

En perfusion ou endothérapie (injection)

Les paramètres électromagnétiques du sol devront impérativement être corrigés afin de pérenniser la vie des palmiers.

Précaution : protégez-vous la peau.

 

Graphiose de l’orme (Ophiostoma ulmi) :

Allium sativum. Liliacées. Ail : en dilution, peut permettre d’agir de manière préventive contre la graphiose de l’orme ou maladie hollandaise de l’orme.

 

Mildiou de la vigne (mais aussi sur d’autres végétaux) :

* HE de Corydothymus capitatus. Lamiacées. Origan d’Espagne.
Composition : phénols (carvacrol 67 à 79%) (thymol 0,1 à 9,8%)
Forte action sur les mildiou (anti-oxydante)
Précaution : protégez-vous la peau

HE d’Eugenia caryophyllus. Myrtacées. Clou de girofles. (Bouton floral)
Composition : eugénol (70/80%)
Précaution : Protégez-vous la peau

HE d’Origanum compactum. Lamiacées.
_ Origan à inflorescences compactes.
_ Composition : carvacrol (60/70%) thymol
_ Précaution : Protégez-vous la peau

HE de Pimenta dioica (fe.) Myrtacées. Bay.
Composition : eugénol (70 à 90%)

HE de Satureja montana. Lamiacées. Sarriette des montagnes. Ou thymus serphyllum. Serpolet. Composition : thymol, carvacrol, eugénol. L’Eugenia, l’Origanum et Satureja ont aussi une action phyto-stimulante à très faible dose.

Action déterminée à Changins (Alexandre Delétraz – Eric Petiot) sur le mildiou de la vigne, oïdium.

D’après les tests organoleptiques, le vin est supérieur au phoséthyle aluminium (ce dernier est neurotoxique même à dose infime).

Précaution : protégez-vous la peau

 

HE de Satureja hortensis. Lamiacées. Sarriette des jardins. (som. fl.)
Composition : thymol, carvacrol (39 à 40%)
Propriété redoutable contre la cloque du pêcher
La sarriette de montagne à carvacrol a les mêmes propriétés.
Précaution : Protégez-vous la peau

HE de Salvia officinalis. Lamiacées. Sauge officinale (som. Fleurie).
Composition : thuyone (12 à 33%) et camphre
Agit efficacement sur les mildious.
Précaution : protégez-vous la peau et les voies respiratoires.
Moniliose :

* 25g de soufre et 70g de bouillie bordelaise : 1 traitement foliaire juste avant la fleur (bouton rose) et un traitement juste après (chute des pétales).

* HE de Satureja montana. Labiacées. Sarriette. Perfusion

* Plante fleurie. S.b. Carvacrol ou S.b. Thymol (phénol)

Doses conseillées : voir le tableau dans perfusion pp.86-87

Précaution : protégez-vous la peau

* 25ml d’huile de paraffine

 

Oïdium :
* 25g de soufre pour 10l d’eau (1 traitement foliaire avant les fleurs. 2 traitements en mai – juin)
* HE d’Allium sativum. Liliacées. Ail : en dilution, peut permettre de lutter contre l’oïdium de la vigne (essais à la station expérimentale de Changins ; mai 2005 Eric Petiot – Alexandre Delétraz)
* Composition : composés soufrés : diallyl disulfide (60%) et trisulfide (20%)
* En pulvérisation foliaire : à raison de 100mL/ha
* Précaution : protégez-vous la peau

 

Phytophthora cinnamomi :

* HE de Satureja montana. Lamiacées. Sarriette des montagnes ou thymus serpyllum. Serpolet. Composition : thymol, carvacrol, eugénol.

Doses conseillées : voir le tableau dans injection ou perfusion.

Précaution : protégez-vous la peau
Polypores :

HE de Pimenta dioica (fe). Myrtacées. Bay. Piment de Jamaïque

Composition : eugénol (70 à 90%)

* Peut-être utilisé contre les polypores du bois en adjonction à Satureja montana. Sarriette des montagnes.

Quand la fructification est visible, on peut injecter directement dedans en réalisant un avant trou avec une perceuse et une mèche à bois du même diamètre que l’embout de l’injecteur ou d’une seringue.

* HE de Satureja montana. Lamiacées. Sarriette des montagnes :
Composition : thymol, carvacrol, eugénol. Ou thymus serphyllum. Serpolet.
Précautions : protégez-vous la peau

Les rouilles :
* HE de Chrysanthème vulgare thujoniferum. Asreracées. Tanaisie vulgaire.
Agit bien sur les rouilles.
Composition : cétones (thujones)

.

.

.

.

.

ROTATIONS ET ALLELOPATHIE [complet]

Dans une même parcelle :

1 = légumineuses [haricots, petits pois, fèves…]

2 = crucifères [choux, radis, navet, rutabaga…]

3 = solanacées [tomates, pommes de terre, aubergine, poivron…]

4 = ombellifères [carottes, céleri-rave, fenouil, panais, aneth…]

5 = chénopodiacées [épinards, betterave, poirée, amarante, arroche, Ansérine Bon Henry…]

6 = composées [artichaut, cardon, chicorée, mâche, cresson, endive, laitue, pissenlit, salsifis, scorsonère, shungiku, topinambour, tournesol, yakon, poire de terre…]

7 = cucurbitacées [courgette, concombre, potiron, melon, pastèque…]

8 = liliacées [bulbes…]

Epoques moyennes de semis et de plantations à moduler en fonction du climat local

CULTURAL

SEMIS

PLANTATIONS

JANVIER

{ }

{ }

FEVRIER

{ }

{.}

MARS

ciboulette, persil, basilic, cerfeuil, hysope, absinthe, aneth, bourrache, coriandre, thym, verveine, Ansérine Bon Henry, arroche, cresson, oseille, pissenlit, origan

Ail, pomme de terre, artichaut, asperge, chou-fleur, crosne du japon, échalote, épinard, fève et pois, fraise, hysope, oignons, rhubarbe, romarin, sauge, topinambour, arbres et arbustes à racines nues, lianes fruitières

AVRIL

Chou-fleur, laitue, radis, carotte, poireau, betterave, panais, navet, pois, haricot, fève, Ansérine Bon Henry, arroche, brocolis, chou de Bruxelles, chou-rave, chou-pommé, cresson, épinard, oignon blanc, patience, poirée, cardon, concombre\cornichon, mâche, pourpier, roquette

Aromates, artichauts, fraisiers, asperges, brocolis ou chou-rave ou chou-fleur, crosne du Japon, échalote, Oca du Pérou, oignon, pomme de terre, rhubarbe, salade, topinambour, liane fruitière

MAI

Amarante, betterave, cardon, carotte, chou d’hiver, haricot, pois, radis, salade, brocolis, chou de Bruxelles, chou pommé, concombre, panais, poireau, Ansérine Bon Henri, arroche, cresson, endive, épinard, fenouil, mâche, maïs doux, navet, oignon blanc, oseille, patience, pissenlit, poirée, pourpier, roquette, rutabaga, tétragone

Aubergine, poivron, piment, tomate, courge, courgette, artichaut, pomme de terre, céleri-rave et branche, chou-fleur, salade, cardon, chou-rave, brocolis, chou-pommé, fenouil, maïs doux, Oca du Pérou, poire de terre, poireau, tétragone

JUIN

Radis, betterave, chicorée, haricot, laitue, carotte, pois, maïs doux, aromate, navet, oignon blanc, pissenlit, poirée, pourpier, engrais vert, arroche, brocolis, chou-frisé, chou-rave, concombre, cornichon, courge, courgette, cresson, endive, fenouil, roquette, rutabaga, mâche

Céleri, tous types de choux, cucurbitacées, poivrons, aubergine, piment, tomate, poireau, concombre, melon, cornichon, herbes aromatiques, fenouil, maïs doux, salades au sens large, tétragone

JUILLET

Chou, cresson, haricot, salade, roquette, navet, radis, mâche, betterave, cerfeuil, persil, poireau, fenouil, épinard, arroche, carotte, chicorée, brocolis, chou-frisé, brocolis, chou-frisé, chou-rave, oignon, poirée, pois, pourpier, radis noir

{ }

AOÛT

Persil, tous types de choux, oignon blanc, arroche, radis, navet, épinard, salade, mâche, carotte, poirée, radis noir, roquette

Persil, basilic, sauge, thym, ciboulette, laurier, aneth

 

Céleri, chou, salade, poireau, oignon jaune et rouge

SEPTEMBRE

Navet d’hiver, oignon blanc, carotte d’hiver, roquette, mâche, épinard, fève, engrais vert, cerfeuil, origan, coriandre, sauge, Ansérine Bon Henri

Fraisier, oignon, hysope

OCTOBRE

Ansérine Bon Henri, radis roses, laitues pommées ou Batavia, petits pois ronds, fèves, engrais vert, aneth, cerfeuil, oseille, roquette

Ail, fraise, hysope, rhubarbe, petits fruitiers

NOVEMBRE

{ }

Ail, hysope, rhubarbe, arbres, arbustes, fruitiers

DECEMBRE

{ }

{ }


Quelques exemples d’associations au potager

 

Plantes extrêmement sociables

Plantes assez bien sociables

Plantes moyennement sociables

Plantes peu sociables

Compatibilité

Incompatibles

Ail ou Allium sativum

Blettebetteravecamomillecarottecélericoncombrecornichon, épinard, fraisierframboisierlaituepanais, rosier, rutabaga, sarriette.

Aspergebrocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleurciboulette, échalote, fèveharicotnavetoignonpimentpoireaupoispoivronpomme de terre, sauge, souci, tomate.

Aneth ou Anethum graveolens

Brocoli,  chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, navet.

Carotte, panais, persil.

Artichaut ou Cynara scolymus

Asperge, aubergine, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, fève, haricot, oignon, pois, radis,  tomate.

Endiveestragon, laitue, persil, salsifis, topinambourtournesol.

Asperge ou Asparagus officinalis

Artichaut, concombre, cornichon, épinard, laitue, œillet d’Inde, persil, radis, sauge

Ail, bette, betterave,  échalote, haricot, oignon, piment, poireau, poivron.

Aubergine ou Solanum melongena

Artichaut, bourrache, estragon, fève, haricot, lavande, œillet d’Inde, persil, radis, souci, tanaisie, thym.

Ail, ciboule, ciboulette, oignon, piment, pois, poivron, pomme de terre, tomate.

Basilic ou Ocimum basilicum

Tous les légumes et principalement les tomates

Rue

Bette ou Beta vulgaris

Ail, camomille, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, échalote, laitue, mâche, navet, oignon, radis.

Asperge, betterave, carotte, épinard, panais, poireau, pomme de terre, tomate

Betterave ou Beta vulgaris

Ail, brocoli, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, échalote, laitue, oignon, radis

Asperge, bette, carotte, épinard, fève,  haricot à rames, maïs, poireau, pomme de terre, tomate.

Bourrache ou Borago officinalis

Aubergine, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, courgecourgette, fraisier, tomate

Il n’y a aucune incompatibilité

Brocoli ou Brassica oleacera var.asparagoïde ou italica

Aneth, betterave, camomille, capucine,  céleri, concombre, cornichon, épinard,  fève, haricot nain, mentheorigan, panais, pois, pomme de terre, romarin, thym

Ail, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, échalote, fraisier, laitue, navet, oignon, poireau, radis, rutabaga, sauge, tomate

Camomille ou Matricaria recutita et Camomille romaine ou chamaemelum nobile

Ail, bette, betterave, concombre, cornichon, chou, oignon

Il n’y a pas d’incompatibilité

Carotte ou Daucus carota

Ail, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, ciboulette, coriandre, échalote, endive, épinard, fève, haricot nain, laitue, œillet d’Inde, oignon,  piment, poireau, pois, poivron, radis, romarin, rutabaga, sauge, souci,  tomate

Aneth, bette, betterave, céleri,  cerfeuil, menthe, panais, persil, pomme de terre

Céleri à côtes ou Apium graveolens

Ail, bette, betterave, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, ciboulette,  concombre, cornichon, courge, courgette, épinard, fève, haricot, mâche, oignon, poireau, pois, radis, raifort, rutabaga,  tomate.

Carotte, laitue, maïs, panais, persil, pomme de terre

Céleri rave Ou Apium graveolens rapaceum

Ail, bette, betterave, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, ciboulette,  concombre, cornichon, courge, courgette, épinard, fève, haricot, mâche, oignon, poireau, pois, radis, raifort, rutabaga,  tomate

Carotte, laitue, maïs, panais, persil, pomme de terre.

Cerfeuil ou Anthriscus cerefolium

Radisrhubarbe, rutabaga

Carotte

Chicorée frisée ou Cichorium endiva

Carotte, endive, haricot, laitue, radis

Fenouil, lavande, rue

Chou ou Brassica oleracea

Aneth, artichaut, bette, betterave, bourrache, camomille, capucine,  carotte, céleri, concombre, cornichon, épinard, fève, haricot nain, hysope, laitue, mâche, menthe, œillet d’Inde, origan, pois, pomme de terre,  romarin, sarriette, sauge, souci, thym

Ail, brocoli, ciboulette, chou de Bruxelles, chou-fleur, échalote, fraisier, navet, oignon, poireau, radis, rutabaga, tomate, vigne.

Chou de Bruxelles ou Brassica oleracea gemmifera

Aneth, artichaut, bette, betterave, bourrache, camomille, capucine,  carotte, céleri, concombre, cornichon, épinard, fève, haricot nain, hysope, laitue, mâche, menthe, œillet d’Inde, origan, pois, pomme de terre,  romarin, sarriette, sauge, souci, thym.

Ail, brocoli, ciboulette, chou, chou-fleur, échalote, fraisier, navet, oignon, poireau, radis, rutabaga, tomate, vigne

Chou-fleur ou Brassica oleracea botrytis

Aneth, artichaut, bette, betterave, bourrache, camomille, capucine,  carotte, céleri, concombre, cornichon, épinard, fève, haricot nain, hysope, laitue, mâche, menthe, œillet d’Inde, origan, pois, pomme de terre,  romarin, sarriette, sauge, souci, thym

Ail, brocoli, ciboulette, chou, chou de Bruxelles, échalote, fraisier, navet, oignon, poireau, radis, rutabaga, tomate, vigne.

Ciboulette ou allium schoenoprasum

Carotte, céleri, concombre, cornichon, rosier, tomate

Ail, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, échalote,  fève, haricot, oignon, piment, pois, poivron.

Concombre ou cucumis sativus

Ail, anethasperge, brocoli, camomille, carotte, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, ciboulette, échalote, fève, haricot, laitue, maïs, oignon, pois.

Cornichon, courge, courgette, melon, menthe, pomme de terre, radis, romarin, sauge, tomate.

Coriandre ou Coriandrum sativum

Anis, carotte, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, oignon, pomme de terre.

Fenouil

Cornichon ou Cucumis sativus :

Ail, Aneth, asperge, basilic, brocoli, camomille, carotte, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, ciboulette, échalote,  fève, haricot, laitue, maïs, marjolaine,  oignon, pois.

Concombre, courge, courgette, melon, menthe, pomme de terre, radis, romarin, sauge, tomate.

Toutes les Courges et Citrouilles ou Cucurbitacées

Ail, bette, betterave, oignon.

Brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, courgette, melon, pomme de terre, radis, tomate.

Courgette ou Cucurbita pepo

Basilic, bourrache, capucine, céleri, fève, haricot à rames, maïs, marjolaine, menthe, oignon, pois

Brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, courge, melon, pomme de terre, radis, tomate

Cresson alénois ou Lepidium sativum

Fraisierradis noir, tomate.

Tous les légumes sauf fraisier, radis noir et tomate

Echalote ou Allium ascalonicum

Bette, betterave, carotte, concombre, cornichon, fraisier, laitue

Ail, asperge, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, ciboulette, fève, haricot, oignon, piment, pois, poivron, pomme de terre, tomate

Endive ou Cichorium intybus

Carotte, navet, poireau, radis

Artichaut, estragon, laitue, salsifis, topinambour

Epinard ou Spinacia oleracea

Ail, asperge, aubergine, brocoli,  camomille, carotte, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, fève, fraisier, haricot,  maïs,  melon, navet, oignon, poireau, pois, radis, souci.

Bette, betterave, laitue, piment, poivron, pomme de terre, tomate

Estragon ou Artemisia dranunculus

Aubergine.

Artichaut, endive

FENOUIL

Il doit être éloigné de tous les autres légumes et aromatiques car, en règle générale, il les empêche de bien se développer.

Fève ou Vicia faba

Artichaut, bourrache, brocoli, carotte, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, courge, courgette, épinard, fraisier, laitue, maïs, melon, navet, œillet d’Inde, radis, rutabaga, tomate

Ail, asperge, aubergine, betterave, ciboulette, échalote, haricot, oignon, piment, poireau, poivron, pomme de terre, pois.

Fraisier ou Fragaria

Ail, bourrache, ciboulette, cresson, échalote, épinard, haricot, laitue, mâche, navet, oignon, poireau, sauge, souci, thym, tomate.

Brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur

Framboisier ou Rubus idaeus

Ail, myosotis, souci, tanaisie

Pomme de terre.

Haricot ou Phaseolus vulgaris

Bourrache, brocoli, capucine,  carotte, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, courge, courgette, épinard, fraisier, laitue, mâche, maïs (pour les haricots à rame), melon, navet, œillet d’Inde, panais, radis, romarin, rutabaga, sarriette, souci

Ail, asperge, aubergine,  betterave, ciboule, ciboulette, échalote, fenouil, oignon, persil, piment, poireau, pois, poivron, pomme de terre, tomate.

Laitue ou Lactuca sativa

Ail, asperge, bette, betterave, carotte, cerfeuil, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, échalote, fève, fraisier, haricot, mâche, melon, navet, oignon, poireau, pois, potiron, radis, souci

Artichaut, brocoli, céleri, endive, épinard, maïs, persil, tournesol

Mâche ou Valerianella olitoria

Bette, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, fraisier, haricot, laitue, oignon, poireau.

Pas de mésentente

Maïs ou Zea mays

Concombre, cornichon, courge, courgette, épinard, fève, haricot à rame, melon, persil, pois, potiron.

Betterave, céleri, laitue, menthe, pomme de terre, romarin, tomate, tournesol

Marjolaine ou Origanum majorana

Chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, courge, haricot, persil, romarin.

Thym.

Melon ou Cucumis melo

Epinard, fève, haricot, laitue, maïs, marjolaine, pois, radis,  tournesol

Concombre, cornichon, courge, courgette, pomme de terre, romarin, sauge, thym

Menthe ou Mentha

Brocoli, camomille, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, navet, pois, radis, tomate

Carotte, concombre, cornichon, maïs

Navet ou Brassica napus

Aneth,  bette, bourrache, carotte, endive, épinard, fève, haricot, laitue, menthe, panais, pois, romarin.

Ail, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, oignon, pomme de terre, rutabaga.

Oignon ou Allium cepa

Artichaut, bette, betterave, camomille, carotte, céleri, concombre, cornichon, fraisier, laitue, mâche, navet, panais, persil, radis, sarriette, tomate.

Ail, asperge, aubergine, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, ciboulette, échalote, fève, haricot, piment, poireau, pois, poivron, pomme de terre, sauge, tomate.

Origan ou Origanum vulgare

Brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, courge, haricot, persil, romarin.

Thym.

Panais ou Pastinica sativa

Ail, brocoli,  chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, fève, haricot, navet, oignon, poireau, pois, radis.

Aneth, bette, carotte,  céleri, persil

Pâtisson ou Cucurbita pepo

Betterave, carotte, fève, haricot, laitue, maïs, menthe, pois, radis.

Pomme de terre, romarin, sauge, thym.

Persil ou Petroselinum crispum

Asperge, aubergine, maïs, radis, romarin, tomate.

Artichaut, aneth, carotte, céleri, haricot, laitue, panais, poireau, pois.

Piment ou capsicum annuum

Basilic, bourrache, carotte, marjolaine, origan.

Ail, asperge, aubergine, ciboulette, échalote, épinard, fève, haricot, oignon, poireau, pois, poivron, pomme de terre, tomate

Poireau ou Allium porrum

Carotte, céleri, endive, épinard, fraisier, laitue, mâche, œillet d’Inde, panais, tomate

Ail, asperge, bette, betterave, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, fève, haricot, oignon, persil, piment, pois, poivron, sauge

Pois ou Pisum sativum

Artichaut, brocoli, carotte, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, courge, courgette, épinard, laitue, maïs, melon, menthe, navet, panais, radis, rutabaga.

Ail, asperge, aubergine, ciboule,  ciboulette, échalote, fenouil, fève, fraisier, haricot, oignon, persil, piment, poireau, poivron, pomme de terre, tomate

Poivron ou Capsicum annuum

Basilic, bourrache, carotte, marjolaine, origan

Ail, asperge, aubergine, ciboulette, échalote, épinard, fève, haricot, oignon, piment, poireau, pois, pomme de terre, tomate

Pomme de terre ou Solanum tuberosum

Brocoli, capucine, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, coriandre,  laitue, œillet d’Inde, souci,  topinambour.

Aubergine, bette, betterave, carotte, céleri, concombre, cornichon, courge, courgette, échalote, épinard, fève, framboisier, haricot, maïs, melon, navet, oignon, piment, pois, poivron, radis,  tomate, tournesol.

Radis ou Raphanus sativus

Artichaut, bette, betterave, capucine, carotte, céleri, cerfeuil, cresson, endive, épinard, fève, haricot, laitue, melon,  menthe, panais, persil, pois, souci, tomate.

Brocoli, chou, chou-fleur, chou de Bruxelles,  concombre, cornichon, courge, courgette, pomme de terre, rutabaga, vigne

Romarin ou Rosmarinus officinalis

Brocoli, carotte, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, haricot, navet, persil, sauge

Concombre, cornichon, maïs.

Rutabaga ou Brassica napus variété napobrassica

Ail, carotte, céleri, cerfeuil, fève, haricot, pois

Brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, navet, radis

Salsifis

Carotte, poireau, oignon, laitue.

Artichaut, endive, topinambour

Sarriette ou Satureja hortensis

Ail, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, haricot, oignon

Concombre, cornichon, sauge

Sauge officinale ou Salvia officinalis

Asperge, carotte, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, fraisier, romarin, tomate.

Ail, brocoli, concombre, cornichon, oignon, poireau, sarriette

Scarole ou Cichorium endivia latifolium

Carotte, endive, laitue, radis

Fenouil, lavande, rue

Thym ou Thymus vulgaris

Aubergine, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, fraisier, pomme de terre, tomate

Il n’y a pas de mésentente

Tomate ou Solanum lycopersicon

Artichaut, basilic, bourrache, capucine, carotte, céleri, cresson, menthe, monarde, œillet d’Inde, panais, persil, poireau, radis, sauge, souci

Ail, aubergine, bette,  betterave, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, courge, courgette, échalote, épinard, haricot, maïs, oignon, piment, poivron, pois, pomme de terre.

Topinambour ou Helianthus tuberosus

Pomme de terre

Artichaut, endive, salsifis

Vigne ou Vitis vinifera

Asperge, hysope, moutarde, œillet d’Inde, ronce, sauge.

Chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, euphorbelaurier, radis.

 

Le Compagnonnage des légumes

.

.

.

.

.

ROTATIONS ET ALLELOPATHIE [potager perpétuel SI SOULIGNé]

Dans une même parcelle :

1 = légumineuses [haricots, petits pois, fèves…]

2 = crucifères [choux [perpétuels de Daubenton], radis, navet, rutabaga…]

3 = solanacées [tomates, pommes de terre, aubergine, poivron…]

4 = ombellifères [carottes, céleri-rave, fenouil, panais, aneth…]

5 = chénopodiacées [épinards, betterave, poirée, amarante, arroche, Ansérine Bon Henry…]

6 = composées [artichaut, cardon, chicorée, mâche, cresson, endive, laitue, pissenlit, salsifis, scorsonère, shungiku, topinambour, tournesol, yakon, poire de terre…]

7 = cucurbitacées [courgette, concombre, potiron, melon, pastèque…]

8 = liliacées [bulbes…]

Epoques moyennes de semis et de plantations à moduler en fonction du climat local

CULTURAL

SEMIS

PLANTATIONS

JANVIER

{ }

{ }

FEVRIER

{ }

{.}

MARS

ciboulette, persil, basilic, cerfeuil, hysope, absinthe, aneth, bourrache, coriandre, thym, verveine, Ansérine Bon Henry, arroche, cresson, oseille, pissenlit, origan

Ail [des ours \ rocambole], pomme de terre, artichaut, asperge, chou-fleur, crosne du japon, échalote [perpétuelle], épinard, fève et pois, fraise, hysope, oignons [rocambole], rhubarbe, romarin, sauge, topinambour, arbres et arbustes à racines nues, lianes fruitières

AVRIL

Chou-fleur, laitue, radis, carotte, poireau [perpétuel], betterave, panais, navet, pois, haricot, fève, Ansérine Bon Henry, arroche, brocolis, chou de Bruxelles, chou-rave, chou-pommé, cresson, épinard, oignon blanc, patience, poirée, cardon, concombre\cornichon, mâche, pourpier, roquette

Aromates, artichauts, fraisiers, asperges, brocolis ou chou-rave ou chou-fleur, crosne du Japon, échalote [perpétuelle], Oca du Pérou, oignon [rocambole], pomme de terre, rhubarbe, salade, topinambour, liane fruitière

MAI

Amarante, betterave, cardon, carotte, chou d’hiver, haricot, pois, radis, salade, brocolis, chou de Bruxelles, chou pommé, concombre, panais, poireau [perpétuel], Ansérine Bon Henri, arroche, cresson, endive, épinard, fenouil, mâche, maïs doux, navet, oignon blanc, oseille, patience, pissenlit, poirée, pourpier, roquette, rutabaga, tétragone

Aubergine, poivron, piment, tomate, courge, courgette, artichaut, pomme de terre, céleri-rave et branche, chou-fleur, salade, cardon, chou-rave, brocolis, chou-pommé, fenouil, maïs doux, Oca du Pérou, poire de terre [Cochet], poireau [perpétuel], tétragone

JUIN

Radis, betterave, chicorée [sauvage], haricot, laitue, carotte, pois, maïs doux, aromate, navet, oignon blanc, pissenlit, poirée, pourpier, engrais vert, arroche, brocolis, chou-frisé, chou-rave, concombre, cornichon, courge, courgette, cresson, endive, fenouil, roquette, rutabaga, mâche

Céleri, tous types de choux, cucurbitacées, poivrons, aubergine, piment, tomate, poireau [perpétuel], concombre, melon, cornichon, herbes aromatiques, fenouil, maïs doux, salades au sens large, tétragone

JUILLET

Chou, cresson, haricot, salade, roquette, navet, radis, mâche, betterave, cerfeuil, persil, poireau [perpétuel], fenouil, épinard, arroche, carotte, chicorée, brocolis, chou-frisé, brocolis, chou-frisé, chou-rave, oignon [rocambole], poirée, pois, pourpier, radis noir

{ }

AOÛT

Persil, tous types de choux, oignon blanc, arroche, radis, navet, épinard, salade, mâche, carotte, poirée, radis noir, roquette

Persil, basilic, sauge, thym, ciboulette, laurier, aneth

 

Céleri, chou, salade, poireau [perpétuel], oignon jaune et rouge

SEPTEMBRE

Navet d’hiver, oignon blanc, carotte d’hiver, roquette, mâche, épinard, fève, engrais vert, cerfeuil, origan, coriandre, sauge, Ansérine Bon Henri

Fraisier, oignon [rocambole], hysope

OCTOBRE

Ansérine Bon Henri, radis roses, laitues pommées ou Batavia, petits pois ronds, fèves, engrais vert, aneth, cerfeuil, oseille, roquette

Ail [des ours \ rocambole], fraise, hysope, rhubarbe, petits fruitiers

NOVEMBRE

{ }

Ail [des ours \ rocambole], hysope, rhubarbe, arbres, arbustes, fruitiers

DECEMBRE

{ }

{ }

Bette maritime

Fraisier – Framboisier – Goji – Groseillier à maquereau – Kiwaï

Chénopode bon-Henri – Chicorée sauvage

Gesse à larges feuilles

Mauritanie – Mertensie

Petite pimprenelle

Roquette vivace

Capucine tubéreuse – Chervis

Glycine tubéreuse – Noisette de terre

Raifort – Scorsonère – Souchet comestible – Topinambour – Et tous les autres

Lavande officinale – Mélisse officinale – Menthe

Berce spondyle – Égopode – Houblon – Lierre terrestre – Plantain

Centranthe rouge – Éphémère de Virginie – Épilobe en épi – Hémérocalle – Primevère – Rose trémière – Rosier

Ciboule de Chine – Consoude – Crambé


Quelques exemples d’associations au potager [0 soulignage, même si potager perpétuel]

 

Plantes extrêmement sociables

Plantes assez bien sociables

Plantes moyennement sociables

Plantes peu sociables

Compatibilité

Incompatibles

Ail ou Allium sativum

Blettebetteravecamomillecarottecélericoncombrecornichon, épinard, fraisierframboisierlaituepanais, rosier, rutabaga, sarriette.

Aspergebrocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleurciboulette, échalote, fèveharicotnavetoignonpimentpoireaupoispoivronpomme de terre, sauge, souci, tomate.

Aneth ou Anethum graveolens

Brocoli,  chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, navet.

Carotte, panais, persil.

Artichaut ou Cynara scolymus

Asperge, aubergine, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, fève, haricot, oignon, pois, radis,  tomate.

Endiveestragon, laitue, persil, salsifis, topinambourtournesol.

Asperge ou Asparagus officinalis

Artichaut, concombre, cornichon, épinard, laitue, œillet d’Inde, persil, radis, sauge

Ail, bette, betterave,  échalote, haricot, oignon, piment, poireau, poivron.

Aubergine ou Solanum melongena

Artichaut, bourrache, estragon, fève, haricot, lavande, œillet d’Inde, persil, radis, souci, tanaisie, thym.

Ail, ciboule, ciboulette, oignon, piment, pois, poivron, pomme de terre, tomate.

Basilic ou Ocimum basilicum

Tous les légumes et principalement les tomates

Rue

Bette ou Beta vulgaris

Ail, camomille, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, échalote, laitue, mâche, navet, oignon, radis.

Asperge, betterave, carotte, épinard, panais, poireau, pomme de terre, tomate

Betterave ou Beta vulgaris

Ail, brocoli, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, échalote, laitue, oignon, radis

Asperge, bette, carotte, épinard, fève,  haricot à rames, maïs, poireau, pomme de terre, tomate.

Bourrache ou Borago officinalis

Aubergine, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, courgecourgette, fraisier, tomate

Il n’y a aucune incompatibilité

Brocoli ou Brassica oleacera var.asparagoïde ou italica

Aneth, betterave, camomille, capucine,  céleri, concombre, cornichon, épinard,  fève, haricot nain, mentheorigan, panais, pois, pomme de terre, romarin, thym

Ail, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, échalote, fraisier, laitue, navet, oignon, poireau, radis, rutabaga, sauge, tomate

Camomille ou Matricaria recutita et Camomille romaine ou chamaemelum nobile

Ail, bette, betterave, concombre, cornichon, chou, oignon

Il n’y a pas d’incompatibilité

Carotte ou Daucus carota

Ail, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, ciboulette, coriandre, échalote, endive, épinard, fève, haricot nain, laitue, œillet d’Inde, oignon,  piment, poireau, pois, poivron, radis, romarin, rutabaga, sauge, souci,  tomate

Aneth, bette, betterave, céleri,  cerfeuil, menthe, panais, persil, pomme de terre

Céleri à côtes ou Apium graveolens

Ail, bette, betterave, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, ciboulette,  concombre, cornichon, courge, courgette, épinard, fève, haricot, mâche, oignon, poireau, pois, radis, raifort, rutabaga,  tomate.

Carotte, laitue, maïs, panais, persil, pomme de terre

Céleri rave Ou Apium graveolens rapaceum

Ail, bette, betterave, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, ciboulette,  concombre, cornichon, courge, courgette, épinard, fève, haricot, mâche, oignon, poireau, pois, radis, raifort, rutabaga,  tomate

Carotte, laitue, maïs, panais, persil, pomme de terre.

Cerfeuil ou Anthriscus cerefolium

Radisrhubarbe, rutabaga

Carotte

Chicorée frisée ou Cichorium endiva

Carotte, endive, haricot, laitue, radis

Fenouil, lavande, rue

Chou ou Brassica oleracea

Aneth, artichaut, bette, betterave, bourrache, camomille, capucine,  carotte, céleri, concombre, cornichon, épinard, fève, haricot nain, hysope, laitue, mâche, menthe, œillet d’Inde, origan, pois, pomme de terre,  romarin, sarriette, sauge, souci, thym

Ail, brocoli, ciboulette, chou de Bruxelles, chou-fleur, échalote, fraisier, navet, oignon, poireau, radis, rutabaga, tomate, vigne.

Chou de Bruxelles ou Brassica oleracea gemmifera

Aneth, artichaut, bette, betterave, bourrache, camomille, capucine,  carotte, céleri, concombre, cornichon, épinard, fève, haricot nain, hysope, laitue, mâche, menthe, œillet d’Inde, origan, pois, pomme de terre,  romarin, sarriette, sauge, souci, thym.

Ail, brocoli, ciboulette, chou, chou-fleur, échalote, fraisier, navet, oignon, poireau, radis, rutabaga, tomate, vigne

Chou-fleur ou Brassica oleracea botrytis

Aneth, artichaut, bette, betterave, bourrache, camomille, capucine,  carotte, céleri, concombre, cornichon, épinard, fève, haricot nain, hysope, laitue, mâche, menthe, œillet d’Inde, origan, pois, pomme de terre,  romarin, sarriette, sauge, souci, thym

Ail, brocoli, ciboulette, chou, chou de Bruxelles, échalote, fraisier, navet, oignon, poireau, radis, rutabaga, tomate, vigne.

Ciboulette ou allium schoenoprasum

Carotte, céleri, concombre, cornichon, rosier, tomate

Ail, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, échalote,  fève, haricot, oignon, piment, pois, poivron.

Concombre ou cucumis sativus

Ail, anethasperge, brocoli, camomille, carotte, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, ciboulette, échalote, fève, haricot, laitue, maïs, oignon, pois.

Cornichon, courge, courgette, melon, menthe, pomme de terre, radis, romarin, sauge, tomate.

Coriandre ou Coriandrum sativum

Anis, carotte, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, oignon, pomme de terre.

Fenouil

Cornichon ou Cucumis sativus :

Ail, Aneth, asperge, basilic, brocoli, camomille, carotte, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, ciboulette, échalote,  fève, haricot, laitue, maïs, marjolaine,  oignon, pois.

Concombre, courge, courgette, melon, menthe, pomme de terre, radis, romarin, sauge, tomate.

Toutes les Courges et Citrouilles ou Cucurbitacées

Ail, bette, betterave, oignon.

Brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, courgette, melon, pomme de terre, radis, tomate.

Courgette ou Cucurbita pepo

Basilic, bourrache, capucine, céleri, fève, haricot à rames, maïs, marjolaine, menthe, oignon, pois

Brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, courge, melon, pomme de terre, radis, tomate

Cresson alénois ou Lepidium sativum

Fraisierradis noir, tomate.

Tous les légumes sauf fraisier, radis noir et tomate

Echalote ou Allium ascalonicum

Bette, betterave, carotte, concombre, cornichon, fraisier, laitue

Ail, asperge, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, ciboulette, fève, haricot, oignon, piment, pois, poivron, pomme de terre, tomate

Endive ou Cichorium intybus

Carotte, navet, poireau, radis

Artichaut, estragon, laitue, salsifis, topinambour

Epinard ou Spinacia oleracea

Ail, asperge, aubergine, brocoli,  camomille, carotte, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, fève, fraisier, haricot,  maïs,  melon, navet, oignon, poireau, pois, radis, souci.

Bette, betterave, laitue, piment, poivron, pomme de terre, tomate

Estragon ou Artemisia dranunculus

Aubergine.

Artichaut, endive

FENOUIL

Il doit être éloigné de tous les autres légumes et aromatiques car, en règle générale, il les empêche de bien se développer.

Fève ou Vicia faba

Artichaut, bourrache, brocoli, carotte, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, courge, courgette, épinard, fraisier, laitue, maïs, melon, navet, œillet d’Inde, radis, rutabaga, tomate

Ail, asperge, aubergine, betterave, ciboulette, échalote, haricot, oignon, piment, poireau, poivron, pomme de terre, pois.

Fraisier ou Fragaria

Ail, bourrache, ciboulette, cresson, échalote, épinard, haricot, laitue, mâche, navet, oignon, poireau, sauge, souci, thym, tomate.

Brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur

Framboisier ou Rubus idaeus

Ail, myosotis, souci, tanaisie

Pomme de terre.

Haricot ou Phaseolus vulgaris

Bourrache, brocoli, capucine,  carotte, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, courge, courgette, épinard, fraisier, laitue, mâche, maïs (pour les haricots à rame), melon, navet, œillet d’Inde, panais, radis, romarin, rutabaga, sarriette, souci

Ail, asperge, aubergine,  betterave, ciboule, ciboulette, échalote, fenouil, oignon, persil, piment, poireau, pois, poivron, pomme de terre, tomate.

Laitue ou Lactuca sativa

Ail, asperge, bette, betterave, carotte, cerfeuil, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, échalote, fève, fraisier, haricot, mâche, melon, navet, oignon, poireau, pois, potiron, radis, souci

Artichaut, brocoli, céleri, endive, épinard, maïs, persil, tournesol

Mâche ou Valerianella olitoria

Bette, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, fraisier, haricot, laitue, oignon, poireau.

Pas de mésentente

Maïs ou Zea mays

Concombre, cornichon, courge, courgette, épinard, fève, haricot à rame, melon, persil, pois, potiron.

Betterave, céleri, laitue, menthe, pomme de terre, romarin, tomate, tournesol

Marjolaine ou Origanum majorana

Chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, courge, haricot, persil, romarin.

Thym.

Melon ou Cucumis melo

Epinard, fève, haricot, laitue, maïs, marjolaine, pois, radis,  tournesol

Concombre, cornichon, courge, courgette, pomme de terre, romarin, sauge, thym

Menthe ou Mentha

Brocoli, camomille, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, navet, pois, radis, tomate

Carotte, concombre, cornichon, maïs

Navet ou Brassica napus

Aneth,  bette, bourrache, carotte, endive, épinard, fève, haricot, laitue, menthe, panais, pois, romarin.

Ail, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, oignon, pomme de terre, rutabaga.

Oignon ou Allium cepa

Artichaut, bette, betterave, camomille, carotte, céleri, concombre, cornichon, fraisier, laitue, mâche, navet, panais, persil, radis, sarriette, tomate.

Ail, asperge, aubergine, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, ciboulette, échalote, fève, haricot, piment, poireau, pois, poivron, pomme de terre, sauge, tomate.

Origan ou Origanum vulgare

Brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, courge, haricot, persil, romarin.

Thym.

Panais ou Pastinica sativa

Ail, brocoli,  chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, fève, haricot, navet, oignon, poireau, pois, radis.

Aneth, bette, carotte,  céleri, persil

Pâtisson ou Cucurbita pepo

Betterave, carotte, fève, haricot, laitue, maïs, menthe, pois, radis.

Pomme de terre, romarin, sauge, thym.

Persil ou Petroselinum crispum

Asperge, aubergine, maïs, radis, romarin, tomate.

Artichaut, aneth, carotte, céleri, haricot, laitue, panais, poireau, pois.

Piment ou capsicum annuum

Basilic, bourrache, carotte, marjolaine, origan.

Ail, asperge, aubergine, ciboulette, échalote, épinard, fève, haricot, oignon, poireau, pois, poivron, pomme de terre, tomate

Poireau ou Allium porrum

Carotte, céleri, endive, épinard, fraisier, laitue, mâche, œillet d’Inde, panais, tomate

Ail, asperge, bette, betterave, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, fève, haricot, oignon, persil, piment, pois, poivron, sauge

Pois ou Pisum sativum

Artichaut, brocoli, carotte, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, courge, courgette, épinard, laitue, maïs, melon, menthe, navet, panais, radis, rutabaga.

Ail, asperge, aubergine, ciboule,  ciboulette, échalote, fenouil, fève, fraisier, haricot, oignon, persil, piment, poireau, poivron, pomme de terre, tomate

Poivron ou Capsicum annuum

Basilic, bourrache, carotte, marjolaine, origan

Ail, asperge, aubergine, ciboulette, échalote, épinard, fève, haricot, oignon, piment, poireau, pois, pomme de terre, tomate

Pomme de terre ou Solanum tuberosum

Brocoli, capucine, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, coriandre,  laitue, œillet d’Inde, souci,  topinambour.

Aubergine, bette, betterave, carotte, céleri, concombre, cornichon, courge, courgette, échalote, épinard, fève, framboisier, haricot, maïs, melon, navet, oignon, piment, pois, poivron, radis,  tomate, tournesol.

Radis ou Raphanus sativus

Artichaut, bette, betterave, capucine, carotte, céleri, cerfeuil, cresson, endive, épinard, fève, haricot, laitue, melon,  menthe, panais, persil, pois, souci, tomate.

Brocoli, chou, chou-fleur, chou de Bruxelles,  concombre, cornichon, courge, courgette, pomme de terre, rutabaga, vigne

Romarin ou Rosmarinus officinalis

Brocoli, carotte, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, haricot, navet, persil, sauge

Concombre, cornichon, maïs.

Rutabaga ou Brassica napus variété napobrassica

Ail, carotte, céleri, cerfeuil, fève, haricot, pois

Brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, navet, radis

Salsifis

Carotte, poireau, oignon, laitue.

Artichaut, endive, topinambour

Sarriette ou Satureja hortensis

Ail, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, haricot, oignon

Concombre, cornichon, sauge

Sauge officinale ou Salvia officinalis

Asperge, carotte, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, fraisier, romarin, tomate.

Ail, brocoli, concombre, cornichon, oignon, poireau, sarriette

Scarole ou Cichorium endivia latifolium

Carotte, endive, laitue, radis

Fenouil, lavande, rue

Thym ou Thymus vulgaris

Aubergine, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, fraisier, pomme de terre, tomate

Il n’y a pas de mésentente

Tomate ou Solanum lycopersicon

Artichaut, basilic, bourrache, capucine, carotte, céleri, cresson, menthe, monarde, œillet d’Inde, panais, persil, poireau, radis, sauge, souci

Ail, aubergine, bette,  betterave, brocoli, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, cornichon, courge, courgette, échalote, épinard, haricot, maïs, oignon, piment, poivron, pois, pomme de terre.

Topinambour ou Helianthus tuberosus

Pomme de terre

Artichaut, endive, salsifis

Vigne ou Vitis vinifera

Asperge, hysope, moutarde, œillet d’Inde, ronce, sauge.

Chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, euphorbelaurier, radis.

Anti-cancer

29 mai 2017

¤ (PARA)MÉDECINES : ANTI-CANCER : MEILLEURS REMÈDES : (ne remplacent pas les conseils du médecin) : (V/VII)

 

¤ Court extrait du trio du miracle contre le cancer :

\ Peroxyde d’hydrogène {= H2O2} {= eau oxygénée} + concentré de jus de melon + germanium :

\ La prise de germanium peut éventuellement être renforcé par du reishi, goji, gingembre, shiitaké (toxique cru à forte dose), aloès véra, consoude (toxique à forte dose), ail (toxique à forte dose), cresson, épinard, chlorella, gomphrena, schiZandra (fruit de l’amour), à prendre loin de l’eau oxygénée.

\ L’eau de Lourdes contient du germanium et de l’oxygène.

* Lire l’article du lien http://cancer-soinsalternatifs.over-blog.net/article-27385672.html pour connaître les contre-indications et précautions d’emploi.

¤ Contre certains types de cancers (les remèdes les + efficaces) :

\ Des cancers comme la maladie de Hodgkin et la leucémie sont traités (sans le dire aux patients) avec les feuilles de la pervenche de Madagascar. Le cancer du sein est traité par un extrait d’if (taxol et taxotère), efficace aussi contre le cancer des ovaires.

* http://www.maevie.fr/2015/03/artemisinine-1-herbe-qui-tue-98-des-cellules-cancereuses-en-16h.html (Atemisinine, associée avec du fer, in vitro, tue 98% des cellules cancéreuses du poumon en 16 heures)

** https://www.aloeverasante.net/2015/07/30/cancer-et-chimioth%C3%A9rapie-l-aloe-vera-soulage-de-tous-les-effets-secondaires-de-la-chimioth%C3%A9rapie-et-des-radiations/ et https://www.docteurnature.org/aloe-arborescens-romano-zago/ (L’Aloe vera et l’Aloe arborescens combattent les cancers de la peau lors des radiations nucléaires)

* http://swagactu.com/cancer-du-colon-lhuile-de-noix-de-coco-tue-93-des-cellules-cancereuses.html (l’huile de noix de coco tue 93% des cellules cancéreuses du côlon)

* http://www.astucesnaturelles.net/cette-plante-detruit-86-cancers-poumon-sein/ Une dernière étude canadienne, de l’Université de Toronto, a révélé que le persil tue jusqu’à 86 % des cellules du cancer des poumons. Le persil contient un flavonoïde appelé apigénine. D’autres sources de flavonoïde végétales comprennent le céleri, les oranges, thé à la camomille, l’origan, le thym (toxique à forte dose), la coriandre, les artichauts.

* http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/23860/plante-meconnue-des-effets-miraculeux-contre-cancer (le thé à la racine de pissenlit tue en 48 heures environ 98% des cellules cancéreuses correspondant au cancer du sang)

\ Les feuilles de Pervenche de Madagascar sont anti-cancer. La Camomille romaine est anti-diabète et anti-inflammatoire. L’ortie piquante est un anti-inflammatoire.

\ Le (Desomodium Adscendens) protège remarquablement votre foie contre les agressions de la chimiothérapie ? [1] Voir le livre du Dr Eric Ménat, Cancer, un accompagnement qui change tout, Source vive, 2015.

\ Un champignon japonais, le shiitake, est redoutablement efficace pour guérir les femmes contaminées par le papillomavirus – celui qui provoque le cancer du col de l’utérus. Le shiitaké cru à forte dose est toxique.

* http://lachainedevv.com/effets-anticancereux-du-chlorure-de-magnesium-etude-scientifique-in-vitro-cancer-du-sein/ [ Le Cis- diamminedichloroplatine (le Cisplatine), et le chnlorure de magnésium combattent le cancer du sein. ]

* http://www.nutranews.org/sujet.pl?id=1296 (Vitamine D3 : des scientifiques appellent à élever à 10 000 UI sa limite supérieure de sécurité) Le carbonate de calcium associé avec de la vitamine D réduisent de 77% le risque de cancer du colon et du sein)

¤ Limiter les effets secondaires des chimiothérapies, car elles sont rarement utiles :

* http://www.bon-coin-sante.com/blog-sante-sans-prise-de-tete/actualites-sante/un-traitement-pour-guerir-du-cancer-naturellement/

Atténuer les effets d’une chimio ou autre traitement chimique

Si vous êtes en traitement de chimiothérapie, voici quelques conseils qui vont limiter les effets secondaires.
Jeûne pendant les séances de chimio

Afin de limiter au maximum les effets secondaires de la chimio, je vous conseil de jeûner la vieille, le jour de votre chimio et le lendemain, un jeûne à l’eau et aux tisanes. Si c’est trop dur ou que votre état ne le permet pas vous pouvez prendre un bouillon et/ou un jus de fruits et légume, mais pas de repas solide. Pour faire au plus simple, le fait de jeûner va mettre vos cellules (saines) en état de protection contre ses agressions chimiques. Voir notre article sur les jeûnes courts
Drainage homéopathique (foie et autres organes)

Les traitements chimiques, chimio ou autres, vont encrasser votre organisme, il faut drainer et détoxiner au fur et à mesure, voici quelques pistes en homéopathie.

• Thuya 7 CH (1 tube) : 5 granules 3 fois par jour (Favorise l’élimination des toxines)
• Opium 9 CH (1 tube): 5 granules 3 fois par jour (Reprise du transit digestif)
• Chelidonium majus 5 CH (1 tube): 5 granules 3 fois par jour (Pour nettoyer le foie)
Vous pouvez également opter pour notre pack drainage Vortex + contenant ces 3 produits homéopathiques spécialement programmés pour votre maladie ou type de cancer. Voir le produit en boutique

Nota : Les granules sont à faire fondre sous la langue, ne pas avaler d’un coup.
Lavements intestinaux
Les lavements réguliers dans le cas d’un cancer ou autre maladie sont un atout majeur, c’est le cas depuis un siècle avec la thérapie anti-cancer Gerson qui n’a plus rien à prouver. Nous recommandons des lavements hebdomadaires au chlorure de magnésium et camomille. Cela va également limiter certains effets secondaires des traitements, comme la constipation par exemple. Voir le mode d’emploi sur notre article
En savoir plus sur http://www.bon-coin-sante.com/blog-sante-sans-prise-de-tete/actualites-sante/un-traitement-pour-guerir-du-cancer-naturellement/#YATz9jWITyuClrPv.99

¤ Contre tous les types de cancers (les remèdes les + efficaces) :

BIS \ Le Gc MAF

BIS \ Les acides gras oméga-3 d’origine bactérienne ou végétale (graines de lin[l'huile de lin rancit est toxique], graines de chia, graines de chanvre, noix commune), la curcumine du curcuma (12 grammes ou 20 gélules de curcumine) est 185 fois mieux assimilée dans le « NovaSol® Curcumin » (curcumine « encapsulée » dans des acides gras). Parmi les agents anti-cancer, il existe le corossol (= graviola), l’eau de Quinton (à boire, et par piqûre sous-cutanée dans le tissus cancéreux) ], le raisin (avec les pépins et la peau et la pulpe), et la graine de Nigelle sativa, une protéine issue du parasite du paludisme (ou malaria). Parmi les agents anti-cancer, il existeles cannabinoïdes [ de l'huile de cannabis de Rick Simson (si possible à dominance Indica) guérissant 70% des cancers ]

BIS \ Dr Laurent Schwartz (effet Warburg) : Amiloride (10mg à 40mg à raison de 3 fois par jour), Metformine (à forte dose) (jusqu’à 3g par jour) (qui est par ailleurs le traitement de base contre le diabète de type 2), acide lipoïque (600mg en injection intraveineuse lente) (on trouve de l’acide lipoïque dans les épinards et les brocolis), hydroxicitrate (500mg en comprimés, matin, midi, et soir). J’ai supprimé deux produits inhibiteurs d’acides (dont l’histoire des protons) car Thierry Casasnovas dit que tout inhibiteur d’acide aggrave le cancer.

BIS \ « Pour réaliser une extraction à l’huile d’olive, il suffira de faire chauffer au bain marie (< 100ºC) environ 10g de fleurs de cannabis dans 100 ml d’huile d’olive, pendant 90 minutes. Vous retirez ensuite le mélange du bain-marie, et vous le faites chauffer à feu doux à environ 110ºC (vérifiez avec un thermomètre) pendant 30 minutes, pour procéder à la décarboxylation des cannabinoïdes. Laissez ensuite refroidir, puis filtrez. » (…) Même ce type de cannabis n’est pas compatible avec la conduite routière).

\ Le Viscum Album injectable, les compléments alimentaires d’alkylglycérols, le Ginkgo biloba.

* https://www.youtube.com/watch?v=CR0AhbR3qvA7ème jour …juste un commencement 2 : « une congestion nommée cancer » – www.regenere.org [Les légumes-racines sont davantage faciles à digérer s'ils sont consommés cuits ou sous forme de jus (sans la pulpe) ; ce qui est un argument de taille lorsque les organes sont affaiblit et qu'il faut combattre le cancer] ; hélas, la cuisson et le jus n’ont pas de vitamine B12.

\ Il faut dormir suffisamment et être serein.

* https://www.youtube.com/watch?v=qhAVZFm0rrM (Le cancer , un épouvantail – www.regenere.org)L’HUILE DE RICIN et l’EAU DE QUINTON, à boire, et par piqûre sous-cutanée dans le tissus cancéreux. Mais le reste du ricin est mortel. Par ailleurs, un excès d’huile de ricin NON modifiée est toxique.

*http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=2003031701 L’ (huile de) ricin (modifiée) contre le cancer?

17 mars 2003 – On savait déjà qu’on peut tirer du ricin un poison dangereux ou encore une huile qui soulage efficacement la constipation. Les propriétés médicinales de la plante sont maintenant exploitées dans la lutte contre le cancer.

Des chercheurs américains du centre médical de la University of Texas Southwestern croient qu’en jumelant un extrait de ricin à une protéine qui se lie aux lymphomes, ils pourront développer une substance presque inoffensive pour les humains, mais mortelle pour les cellules cancéreuses.

Les premiers essais cliniques ont rencontré des problèmes importants lorsque le nouveau remède a endommagé des vaisseaux sanguins pulmonaires. Toutefois, une version génétiquement modifiée1 testée sur des souris s’est ensuite révélée beaucoup moins dangereuse, mais tout aussi efficace contre le cancer.

Les résultats de cette étude sont publiés dans le journal Nature Biotechnology.


Jean-Benoit Legault – PasseportSanté.net


D’après BBC, 11 mars 2003.

1. Smallshaw JE, Ghetie V, Rizo J, Fulmer JR, Trahan LL, Ghetie MA, Vitetta ES. Genetic engineering of an immunotoxin to eliminate pulmonary vascular leak in mice.Nat Biotechnol 2003 Mar 10; [epub ahead of print]. [Consulté le 17 mars 2003].

*** Les jus de fruits décongestionnent le corps, mais les jus de légumes re-minéralisent le corps, selonhttps://www.youtube.com/watch?v=YnrOJiLz0yU(Tumeurs et tumeurs, le corps dans sa simplicité 6 – www.regenere.org )Pour combattre le cancer, il ne faut pas négliger les épices doux, les micro-algues (= cyanobactéries), les herbes aromatiques (un excès de thym est toxique), les champignons les mieux exotiques, la VITAMINE B17 (= laetrile) (notamment dans le NOYAU D’ABRICOT ET NOYAY D’AVOCAT ET AMANDE AMÈRE) [ elle doit être prise avec modération (car elle est toxique ou mortelle à forte dose) (la vitamine B12 hydroxocobalamine est un contre-poison d’un excès de cyanure) ] ainsi que les baies [ en particulier d’une part les FRAMBOISES (surtout NOIRES) et d’autre part le RAISIN (surtout les pépins de raisin et le raisin rouge) ] [ car les baies sont riches en VITAMINE C (de type  »ACIDE ASCORBIQUE ») ]. Pour combattre le cancer, il ne faut pas négliger le chou de Bruxelles, la racine de betterave (riche en nitrates) [ sachant que la racine de chicorée est un compromis entre les nitrites et l'anti-cancer], le chou pommé, le brocolis, le chou-fleur, les épinards, et le chou frisé. Pour obtenir les effets anti-cancer, il est conseillé de les consommer crus, idéalement sous forme de jus (sans la pulpe) [mais la vitamine B12 n'est hélas pas présente dans les jus]. Pour combattre le cancer, il faut avoir autant d’oméga-3 que d’oméga-6. Pour combattre le cancer, il faut de la VITAMINE D (on la produit si on s’expose modérément au SOLEIL, et que le corps fabrique du cholestérol grâce au végétaux gras que l’on consomme)

\ Le chou-rouge, l’asperge, et la tête de violon, sont moins intéressants que la liste précédente, mais ce sont divers anti-cancer davantage intéressants que la moyenne.

* https://www.soignez-vous.com/maladies/cancer-le-dr-bernard-murzeau-ressuscite-la-geniale-machine-priore (l’existence et l’efficacité de la machine Priore anti-cancer, reprise par le Dr Bernard Murzeau, elle reste à prouver)

 

* En cas d’excès au cyanure (par exemple le noyau d’abricot), il existe diverses contre-poison, notamment la vitamine B12 hydroxocobalamine. Voir https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21856998

Traitement par hydroxocobalamine de l'intoxication aiguë par le cyanure à partir de grains d'abricots.
Cigolini D1, Ricci G, Zannoni M, Codogni R, De Luca M, Perfetti P, Rocca G.
Informations sur l'auteur
Abstrait

L’expérience clinique avec l’hydroxocobalamine dans l’intoxication aiguë au cyanure par ingestion reste limitée. Cette affaire concerne une femme âgée de 35 ans qui a consommé plus de 20 noyaux d’abricots. La littérature publiée suggère que chaque noyau aurait contenu des concentrations de cyanure allant de 0,122 à 4,09 mg / g (moyenne de 2,92 mg / g). À leur arrivée, la femme est apparue asymptomatique avec un taux de pouls élevé et une légère acidose métabolique. Quarante minutes après l’admission (environ 70 minutes de postage), le patient a éprouvé des maux de tête, des nausées et de la dyspnée et était hypotenseur, hypoxique et tachypnoïque. Après le traitement avec du nitrite d’amyle et du thiosulfate de sodium, son taux de méthémoglobine était de 10%. Cela a provoqué l’administration d’oxygène, ce qui a provoqué une légère amélioration de ses signes vitaux. On a ensuite administré de l’hydroxocobalamine. Après 24 h, elle était complètement asymptomatique avec une pression artérielle normalisée et d’autres paramètres hémodynamiques. Ce cas renforce la sécurité et l’efficacité de l’hydroxocobalamine dans l’intoxication aiguë par le cyanure par ingestion.

° Les mûres et les framboises (surtout les framboises noires) sont anti-cancer :
1. Cerda B, Tomas-Barberan FA, Espin JC. Metabolism of antioxidant and chemopreventive ellagitannins from strawberries, raspberries, walnuts, and oak-aged wine in humans: identification of biomarkers and individual variability. J Agric Food Chem. 2005;53:227-235.
2. Heinonen IM, Meyer AS, Frankel AN. Antioxidant activity of berry phenolics on human low-density lipoprotein and liposome oxidation.
J Agric Food Chem. 1998;46:4107-4112.
3. Liu M, Li XQ,
et al. Antioxidant and antiproliferative activities of raspberries. J Agric Food Chem. 2002;50:2926-2930.
4. Han C, Ding H,
et al. Inhibition of the growth of premalignant and malignant human oral cell lines by extracts and components of black raspberries. Nutr Cancer. 2005;51:207-217.
5. Olsson ME, Gustavsson KE,
et al. Inhibition of cancer cell proliferation in vitro by fruit and berry extracts and correlations with antioxidant levels. J Agric Food Chem. 2004;52:7264-7271.
6. Feng R, Bowman LL,
et al. Blackberry extracts inhibit activating protein 1 activation and cell transformation by perturbing the mitogenic signaling pathway. Nutr Cancer. 2004;50:80-89.
7. Liu Z, Schwimer J,
et al. Black raspberry extract and fractions contain angiogenesis inhibitors. J Agric Food Chem. 2005;53:3909-3915.
8. Marlett JA, McBurney MI, Slavin JL.
Position of the American Dietetic Association: health implications of dietary fiber. J Am Diet Assoc. 2002;102:993-1000.
9. Stollman NH, Raskin JB.
Diagnosis and management of diverticular disease of the colon in adults. Ad Hoc Practice Parameters Committee of the American College of Gastroenterology. Am J Gastroenterol 1999 November;94(11):3110-21.
10. Eglash A, Lane CH, Schneider DM.
Clinical inquiries. What is the most beneficial diet for patients with diverticulosis?J Fam Pract 2006 September;55(9):813-5. Reference List
11. Basu A, Rhone M, Lyons TJ.
Berries: emerging impact on cardiovascular health. Nutr Rev. 2010 Mar;68(3):168-77.
12. Yu YM, Chang WC,
et al.. Reduction of oxidative stress and apoptosis in hyperlipidemic rabbits by ellagic acid. J Nutr Biochem. 2005 Nov;16(11):675-81.
14. McDougall GJ, Ross HA,
et al. Berry extracts exert different antiproliferative effects against cervical and colon cancer cells grown in vitro. J Agric Food Chem. 2008 May 14;56(9):3016-23.
15. Ross HA, McDougall GJ, Stewart D.
Antiproliferative activity is predominantly associated with ellagitannins in raspberry extracts. Phytochemistry. 2007 Jan;68(2):218-28.
16. Seeram NP, Adams LS,
et al. Blackberry, black raspberry, blueberry, cranberry, red raspberry, and strawberry extracts inhibit growth and stimulate apoptosis of human cancer cells in vitro. J Agric Food Chem 2006;54:9329-39.
17. Elisia I, Kitts DD.
Anthocyanins inhibit peroxyl radical-induced apoptosis in Caco-2 cells. Mol Cell Biochem. 2008 May;312(1-2):139-45.
18. Dai J, Patel JD, Mumper RJ.
Characterization of blackberry extract and its antiproliferative and anti-inflammatory properties. J Med Food 2007;10:258-65.
19. Stoner GD, Wang LS,
et al. Multiple berry types prevent N-nitrosomethylbenzylamine-induced esophageal cancer in rats. Pharm Res. 2010 Jun;27(6):1138-45.
20. Bakkalbasi E, Mentes O, Artik N.
Food ellagitannins-occurrence, effects of processing and storage. Crit Rev Food Sci Nutr. 2009 Mar;49(3):283-98.
21. Zafra-Stone S, Yasmin T,
et al. Berry anthocyanins as novel antioxidants in human health and disease prevention. Mol Nutr Food Res. 2007 Jun;51(6):675-83.
22. Beekwilder J, Hall RD, de Vos CH.
Identification and dietary relevance of antioxidants from raspberry. Biofactors 2005;23:197-205.
23. Borges G, Degeneve A,
et al. Identification of Flavonoid and Phenolic Antioxidants in Black Currants, Blueberries, Raspberries, Red Currants, and Cranberries. J Agric Food Chem 2010;58:3901-9.
24. Rao AV, Snyder DM.
Raspberries and Human Health: A Review. J Agric Food Chem 2010;58:3871-83.
25. Buzzini P, Arapitsas P,
et al. Antimicrobial and antiviral activity of hydrolysable tannins. Mini Rev Med Chem. 2008 Oct;8(12):1179-87.
26. Ow YY, Stupans I.
Gallic acid and gallic acid derivatives: effects on drug metabolizing enzymes. Curr Drug Metab. 2003 Jun;4(3):241-8.
27. Mejia-Meza EI, Yanez JA,
et al. Effect of Dehydration on Raspberries: Polyphenol and Anthocyanin Retention, Antioxidant Capacity, and Antiadipogenic Activity. J Food Sci. 2010 Jan-Feb;75(1):H5-12.
28. Concèze – Fête de la framboise.
Framboises en Corrèze. [Consulté le 15 juin 2010]. www.framboises.com

ISPN (Institut National pour la Protection Naturelle) conseille la Vitamine C contre le cancer :

  • Cancer du sein : 75% de survivants en plus, 
  • Cancer du poumon : 887% de survivants en plus (8 fois mieux que des thérapies conventionnelles !), 
  • Cancer colorectal : plus de 107% de survivants en plus.

Incroyable : le remède naturel qui a sauvé Allan Smith !

Chère amie, cher ami,

Connaissez-vous l’histoire d’Allan Smith ?

Il est présent à notre congrès. J’ai tenu personnellement à ce qu’il y soit. Sa présence est déterminante. Vous allez comprendre pourquoi.

Alan Smith est le premier patient à avoir été soigné et guéri à l’hôpital, grâce à un traitement à haute dose de vitamine C.

Pourtant ses médecins s’opposaient à ce qu’il essaye ce traitement !

Alan Smith est un fermier néo-zélandais. Il était atteint de grippe porcine, d’une pneumonie avancée, d’une leucémie et d’un scorbut.

Il saignait du nez, de la bouche et des intestins. Il était dans le coma. Ces médecins l’avaient déjà condamné !

Au départ, ils ont refusé que soit administrée de la vitamine C à haute dose à Allan Smith.

Mais la famille a insisté. Ils ont même été jusqu’à menacer l’hôpital avec leurs avocats. Les médecins ont cédé.

Le traitement a été administré. Quelques jours plus tard, Allan Smith était tiré d’affaire !

C’est une histoire invraisemblable.

Elle montre la force que peuvent avoir les patients.

Allan Smith et sa famille ont montré à la face du monde qu’il était possible de se soigner à l’hôpital avec des hautes doses de vitamine C.

Grâce à lui, les patients en Nouvelle-Zélande peuvent demander à recevoir un traitement complémentaire à base de vitamine C à haute dose à l’hôpital.

C’est cela qu’il faut chercher à obtenir en France et en Europe !

La résistance aux antibiotiques

Il est d’autant plus urgent que ce traitement soit réintégré dans les procédures médicales en Europe, que la vitamine C à haute dose est efficace contre les infections. 

Or, les antibiotiques, eux ne le sont plus.

D’après une vidéo récente de l’INSERM, 700 000 personnesmeurent tous les ans dans le monde, à cause de la résistance aux antibiotiques (1).

Ce chiffre pourrait atteindre 10 millions de morts par an dans 30 ans, si rien est fait.

Rien qu’en France, un rapport du Ministère de la Santé (2) précise que :

« …chaque année, plus de 150 000 patients développent une infection liée à une bactérie multirésistante, et plus de 12 500 personnes en meurent ». 

Au Royaume-Uni, l’ancien premier ministre, David Cameron avait commandé un rapport auprès de Jim O’Neil, économiste, sur la question de l’antibiorésistance (3). La conclusion est sans appel :


« L’antibiorésistance est la plus grande menace sanitaire mondiale » 

Aux Etats-Unis, selon une étude de 2011, (4) 47% de la viande est infectée au staphylocoque doré. Les infections au staphylocoque doré sont passées de 2000 en 1993 à 370 000 en 2005. Et la progression continue.

En 2017, toujours aux Etats-Unis, le staphylocoque doré, tue plus que le sida. (1)

La réponse du Dr Thomas E Levy

L’évolution rapide de la résistance aux antibiotiques est due à la surconsommation d’antibiotiques par les humains et par les animaux d’élevage.

Les bactéries, organismes vivants, communiquent entre elles. Plus il y a d’antibiotiques dans la nature, plus les bactéries apprennent à les contrer. Elles « se passent le mot » et elles mutent.

Mais les antibiotiques ne sont pas la seule réponse aux maladies infectieuses (maladies provoquées par la transmission d’un micro-organisme : virus, bactérie, parasite, champignon).

Dans un livre exceptionnel, malheureusement non traduit en français, intitulé « Curing the Incurable, Vitamin C, Infectious Diseases, and Toxins », le Dr Thomas E Levy, le plus grand spécialiste de la vitamine C, actuellement en exercice, a réuni toutes les connaissances scientifiques dont nous disposons sur la Vitamine C et les maladies infectieuses.

Il en ressort que la vitamine C à haute dose peut être utile, voire déterminante (retour à la santé) contre les bactéries suivantes (entre autres) : 

>> La diphtérie

>> La coqueluche

>> Le tétanos

>> La tuberculose

>> Le streptocoque

>> La lèpre

>> La fièvre typhoïde

>> La malaria

>> La brucellose

 

Le livre s’intéresse également aux infections virales pour lesquelles la vitamine C peut également être utile :

 
>> la rougeole,

 >> les hépatites virales,

 >> la pneumonie,

 >> le rhume,

 >> la grippe,

 >> la varicelle,

 >> l’herpès

 >> et même le VIH !


Ce livre passe en revue 
1200 études scientifiques. C’est une véritable bible contre les infections.

Personne ne sait parler de ce sujet aussi bien que son auteur.

C’est la raison pour laquelle, nous avons tenu à ce que le Dr Thomas E Levy soit présent lors de notre 3e Congrès International de Santé Naturelle, le 30 septembre et 1er octobre 2017 à Paris.

Il participe à la “Soirée exceptionnelle Vitamine C à haute dose” du samedi 30 septembre 2017.

Il donne également une conférence d’expert, le 1er octobre 2017 au cours de laquelle vous pourrez lui poser toutes vos questions. 

Ceux qui participent au congrès ont la chance unique de pouvoir le rencontrer bientôt, de l’écouter et d’échanger avec lui.

C’est un homme extraordinaire. 

Consensus international

Il y a un consensus international sur la question des dangers de la résistance aux antibiotiques.

Tom Frieden est le Directeur du Center for Disease Control (CDC), l’une des agences de santé les plus puissantes au monde, basée à Atlanta (E-U).

Il a déclaré, devant des médecins, qu’il existait des « super bactéries » qui résistent aux antibiotiques. Il a ajouté : « en vérité nous devons faire face à une situation inquiétante »car les bactéries évoluent mais pas les médicaments. (5)

Selon lui, l’évolution des bactéries ramènerait l’humanité à l’ère d’avant l’existence des antibiotiques où l’on mourrait d’une pneumonie ou d’une infection urinaire.

Lors de l’Assemblée Générale de l’ONU en 2016 (6), le sujet a été mis sur la table. Le Président de séance, Peter Thomson a déclaré :

« La résistance aux antimicrobiens menace la réussite des Objectifs de développement durables et nécessite une réaction mondiale. »


De son côté, la Directrice Générale de l’OMS, le Dr Margaret Chan, a commenté la situation ainsi : 

« La résistance aux antimicrobiens représente une grave menace pour la santé humaine, le développement et la sécurité. Les engagements pris aujourd’hui doivent être concrétisés en actions rapides, efficaces et capables de sauver des vies dans les secteurs de la santé humaine, animale et environnementale. Le temps presse. »

Quelles pistes proposent nos gouvernants ?

Les constats des autorités de santé se suivent et se ressemblent : ils sont tous alarmants !

Et que proposent nos « têtes pensantes » de la santé ?

Tom Frieden (CDC) espère qu’en réorganisant les hôpitaux, le risque bactérien sera limité. Pour le reste, il en appelle à la créativité des scientifiques…

Les autorités de santé françaises elles, dans un rapport officiel (2), proposent quatre « axes » d’action : approfondir la recherche, améliorer le suivi, améliorer les antibiotiques et mieux sensibiliser les populations à leur usage…

Bref, des mesures « cosmétiques ».

De leur côté, les chefs d’Etat lors de la réunion à l’ONU se sont engagés à :


« Adopter une approche générale et concertée afin de s’attaquer aux causes fondamentales de la résistance aux antimicrobiens dans plusieurs domaines, et en particulier la santé humaine, la santé animale et l’agriculture. »


Ils se sont par ailleurs donnés rendez-vous en 2018 pour l’assemblée générale ; le sujet est, d’ores et déjà, à l’ordre du jour.

Qu’y feront-ils ? Se concerter ? S’applaudir ? Boire du champagne ?

La vitamine C à l’honneur lors du 3e CISN !

En attendant, j’ai beaucoup mieux à vous proposer.

Car la vérité est qu’il y a de l’espoir ! Il y a des solutions !

Nous pouvons créer une « Révolution Vitamine C ».

L’IPSN s’engage de toute ses forces pour faire reconnaître cette stratégie alternative déterminante dans la lutte contre les bactéries résistantes et les infections.

A noter par ailleurs, que ce traitement est également utile dans l’accompagnement des maladies suivantes : 

>> de nombreux cancers, grâce à la réaction de Fenton,

>> le traitement des radiations,

>> les maladies cardio-vasculaires.


Le 3e Congrès International de Santé Naturelle (30 septembre et 1er octobre 2017 à Paris) est l’occasion d’aborder ces trois sujets.

Nous avons réuni pour une “Soirée exceptionnelle”les trois plus grands spécialistes internationaux de la vitamine C : 

>> Le Dr Thomas Levy (MD) (Etats-Unis), cardiologue et membre de la société Américaine de Cardiologie. Auteur de 7 livres de référence sur le sujet, il est un le spécialiste mondial de la vitamine C.

>> Le Dr Ron Hunninghake (Etats-Unis), est le directeur de la clinique Riordan (Etats-Unis). Il a établi un protocole de traitement du cancer par la vitamine C, reconnu dans le monde entier. Il fait partie des médecins de référence dans la médecine orthomoléculaire.

>> Le Dr Atsuo Yanagisawa (Japon), cardiologue. Il a publié 141 articles scientifiques dans différentes revues prestigieuses. Médecin hospitalier à Tokyo, il a également été le directeur d’un centre de médecine intégrative dans la même ville. Il est Président de la société International pour la Médecine Orthomoléculaire.


Au Japon, le Dr Atsuo Yanagisawa est 
considéré comme un héros. C’est un expert reconnu par les autorités et très respecté de tout le peuple nippon. Ses travaux sur les traitements de la vitamine C contre les radiations ont été mis en pratique lors de la catastrophe de Fukoshima. Il est perçu comme un bienfaiteur national !

Cette soirée est modérée par Michel Dumestre, naturopathe et éditeur. Il a traduit l’un des livres du Dr Thomas E. Levy (La panacée universelle, 2016, éditions Michel Dumestre).

Par ailleurs, sera présent également Alan Smith, héros Néo-Zélandais. Grâce à lui les citoyens de son pays peuvent se soigner avec des traitements à haute dose de vitamine C. Je vous raconte son histoire ahurissante un peu plus bas. 

Une série de conférence d’experts !

A l’occasion de notre 3e Congrès Internationale de Santé Naturelle, nous avons proposé à ces spécialistes de donner une série de « conférences d’experts » sur les traitements à haute dose pour la vitamine C.

Ces conférences ont lieu le dimanche, 1er octobre 2017, toute la journée. Elles s’adressent plutôt aux médecins et aux thérapeutes.

Cette journée fera date dans l’histoire de la pratique de la vitamine C en France et en Europe.

Il suffirait de convaincre, un, deux, voire une dizaine de médecins ou de professionnels de santé pour déjà espérer sauver ou améliorer des centaines de vie ! 

L’histoire d’Alan Smith

Est aussi présent à notre congrès, Alan Smithle premier patient à avoir été soigné et guéri à l’hôpital, grâce à un traitement à haute dose de vitamine C.

Pourtant ses médecins s’opposaient à ce qu’il essaye ce traitement !

Alan Smith est un fermier néo-zélandais. Il était atteint de grippe porcine, d’une pneumonie avancée, d’une leucémie et d’un scorbut.

Il saignait du nez, de la bouche et des intestins. Il était dans le coma. Ces médecins l’avaient déjà condamné !

Au départ, ils ont refusé que soit administrée de la vitamine C à haute dose à Allan Smith.

Mais la famille a insisté. Ils ont même été jusqu’à menacer l’hôpital avec leurs avocats. Les médecins ont cédé.

Le traitement a été administré. Quelques jours plus tard, Allan Smith était tiré d’affaire !

C’est une histoire invraisemblable.

Elle montre la force que peuvent avoir les patients.

Allan Smith et sa famille ont montré à la face du monde qu’il était possible de se soigner à l’hôpital avec des hautes doses de vitamine C.

Grâce à lui, les patients en Nouvelle-Zélande peuvent demander à recevoir un traitement complémentaire à base de vitamine C à haute dose à l’hôpital.

C’est cela qu’il faut chercher à obtenir en France et en Europe ! 

Pour obtenir des résultats probants, les médecins compétents préconisent l’usage de doses allant de 10 à 100 grammes de vitamine C « pure » par jour !

C’est jusqu’à 300 fois la dose contenue dans un comprimé classique de vitamine C d’un gramme !

A ce stade, il n’est pas possible d’avaler des cachets. Le traitement se fait par perfusion. La vitamine C entre par les veines et inonde directement le sang.

C’est un traitement quasi médicamenteux qui nécessite un suivi professionnel. Il ne peut être administré que par des infirmiers ou des médecins dûment formés.

Toutefois, la molécule proposée existe dans la nature. Le corps l’utilise donc mieux qu’une molécule de synthèse. Par ailleurs, elle n’est pas nocive même si elle peut créer quelques désagréments (diarrhées par exemple).

La vitamine la plus étudiée au monde

On entend dire parfois au sujet de la vitamine C : « où sont les études ? Où est la science ? ».

Cette critique est inopérante aujourd’hui.

Sur le site Internet Pubmed (7), plus de 58 000 études sont recensées sur la vitamine C, ce qui en fait l’un des nutriments les plus étudiés au monde !

On retrouve par ailleurs 1600 études décrivant les résultats des traitements à haute dose de vitamine C.

Parmi les études sur la vitamine C, 900 ont été effectuées selon les critères habituels de la recherche actuelle, c’est-à-dire randomisée en double aveugle contre placébo.

On est loin d’une « terra incognita » !

Les effets bénéfiques des traitements de la vitamine C sont donc parfaitement connus des scientifiques qui ont étudié la question ! 

La vitamine C contre les infections !

Dans l’histoire d’Alan Smith, deux perfusions de 25 grammes de vitamine C au patient ont réduit de manière importante l’infection dans les poumons (confirmé aux rayons X par les médecins).

Il a reçu ensuite des perfusions de 100 grammes par jour et son état s’est nettement amélioré. (8)

Un autre patient, aux Etats-Unis cette fois, est sorti d’une situation critique grâce à un traitement à haute dose de vitamine C.

Mordu violemment par son chat, Franck Salaman développe une infection de la main. A l’hôpital, les médecins lui administrent les traitements habituels : vaccin contre le tétanos et antibiotiques. Cinq semaines plus tard, l’infection est toujours là. On propose à Franck l’amputation ! (9)

Il demande un traitement à haute dose de vitamine C. On lui refuse.

Il se fait soigner en clinique privée où les médecins lui administrent tous les jours 60 à 75 grammes de vitamine C par perfusion et 30 grammes par voie orale ! Sa main est bandée chaque nuit à un cataplasme d’ail et d’argile rouge. L’infection cesse au bout de 9 jours.

Il va à son rendez-vous à la date prévue pour l’amputation, où il sert la main de son médecin éberlué ! (10)

Les maladies infectieuses les mieux documentées

Outre ces cas exceptionnels, de nombreuses études viennent étayer l’hypothèse de l’efficacité de la vitamine C à haute dose dans des cas d’infections bactériennes ou virales graves.

Les chercheurs ont notamment montré l’efficacité de traitements utilisant la vitamine C à haute dose pour les maux suivants :

>> la septicémie (infection du sang) (11, 12, 13)

>> le Sida (14)

>> les infections pulmonaires (15)

>> diverses infections bactériennes, virales ou de parasites (16)

>> l’herpès (17)

>> le staphylocoque (18, 19) 

Notez que dans la plupart de ces études le traitement à base de vitamine C à haute dose n’est pas le seul prodigué.

En effet, la vitamine C est associée à d’autres traitements, parfois d’autres antioxydants, ou bien des produits naturels (huiles essentielles) ou encore à des antibiotiques.

Ce n’est pas un traitement exclusif. Plus que complémentaire (qui sous-entend que le traitement vient juste en plus), je qualifierai les perfusions de vitamine C de co-traitement.

Il participe au même titre que d’autres traitements à la rémission du malade ou au renforcement de son terrain. 

*Certains aliments facilitent hélas la progression de certaines métastases cancéreuses (tout au moins chez les rats), notamment : l’aubergine, le chou chinois, la racine de carotte (bien qu’elle ait un effet puissant contre maints cancers qui ne sont pas des métastases), la tomate (bien qu’elle ait un effet contre le cancer de la prostate), l’endive, le fenouil, le piment jalapeño, le radis, le concombre, le poivron orange, un excès d’OMÉGA-6 (bien que les oméga-6 sont nécessaires avec modération). Mais ils sont moins cancérigènes que les produits animaux. Mais s’ils sont consommés [à fortiori sous forme de jus crus (sans la pulpe), ils (ou tout au moins certains) peuvent paradoxalement devenir anti-cancer. Aussi, le jus de carotte (sans la pulpe) est anti-cancerhttps://www.youtube.com/watch?v=uxe98JqrJAw [ Anti Cancer - Vit C , Laetrile , Thé vert , Curcuma , ... ( One Way 2012 12 25 ) ] Mais ces même aliments combattent d’autres métastases cancéreuses. Donc au final, si on consomme pour éviter les carences, ce n’est pas grave, mais ce n’est pas le meilleur moyen pour combattre le cancer.

\ Le stress n’est pas cancérigène, mais c’est le sentiment d’impuissance (engendré par le stress) qui est cancérigène.

\ Pour lutter contre le cancer, le corps fabrique des levures qui se nourrissent de sucres. Cependant, les LEVURES et microbes et champignons sont la conséquence, mais pas la cause du cancer ; les levures et microbes et champignons consomment beaucoup de sucres ; ces levures et microbes et champignons servent à décongestionner le corps. Le sucre des fruits n’est pas cancérigène ; il est même excellent pour la santé. Les seuls sucres cancérigènes sont la plupart des sucres raffinés.

\ Sauf cas particulier, les bulbes et les Allium et les épices forts ne sont pas la panacée, car ils sont toxiques à forte dose, et ils nuisent à l’activité cérébrale, bien qu’ils sont bénéfiques à faible dose contre le cancer et contre les maladies cardio-vasculaires. À moins de boire quatre verres d’eau SUPPLÉMENTAIRES (à la quantité d’eau quotidienne conseillée ou judicieuse) par verre de café, hélas le café n’est pas la panacée, car il a beaucoup de caféine (= théine), bien qu’il combatte certains cancers. Le thé (NON kukicha) ca deux ou trois fois moins de théine, mais ce n’est hélas pas négligeable. Le THÉ VERT KUKICHA est un exemple d’anti-cancer vraiment intéressant.

- http://www.thierrysouccar.com/blog

/mega-doses-de-vitamine-c-cancer-et-sante-la-fin-de-lhistoire cancer-rhume-cataracte

* https://www.santenatureinnovation.com/cancer-le-remede-oublie/ [ La bactérie streptocoque, responsable de la maladie érysipèle (fièvre et infection de la peau), peut guérir certains cancers. Le remède « toxines de Coley » comporte ces bactéries à l’état mort, donc les effets secondaires sont moindres ].

* https://jforum.fr/dr-laurent-schwartz-cancer-un-traitement-simple-et-non-toxique.html Dr Laurent Schwartz (effet Warburg) : Amiloride (10mg à 40mg à raison de 3 fois par jour), Metformine (à forte dose) (jusqu’à 3g par jour) (qui est par ailleurs le traitement de base contre le diabète de type 2), acide lipoïque (600mg en injection intraveineuse lente) (on trouve de l’acide lipoïque dans les épinards et les brocolis), hydroxicitrate (500mg en comprimés, matin, midi, et soir) J’ai supprimé deux produits inhibiteurs d’acides (dont l’histoire des protons) car Thierry Casasnovas dit que tout inhibiteur d’acide aggrave le cancer.

**http://www.medisite.fr/cancer-et-nutrition-les-vitamines-anti-cancer.6239.38948.html?page=0%2C5 « Plusieurs études ont démontré que les oméga-3 (acides gras essentiels au bon fonctionnement de l’organisme) préviendraient les cancers en général (…) plutôt qu’à une supplémentation. Dans ce cas, l’apport en oméga-3 aurait entraîné l’effet inverse (chez les femmes ménopausées). (…)Une étude coréenne réalisée en 2009 a permis de préciser que ce bienfait serait surtout associé à la consommation d’oméga-3 via l’alimentation » et http://vegecru.com/omega3 Les acides gras oméga-3 d’origine bactérienne ou végétale (graines de lin[l'huile de lin rancit est toxique], graines de chia, graines de chanvre, noix commune)

* https://www.youtube.com/watch?v=Xt72L-TupYI(Thierry Casasnovas :curcuma + poivre noir [anti-physiologique] + gingembre)

* https://www.youtube.com/watch?v=_CN3MDCmpH8 (Le curcuma n’est pas anticancéreux, la curcumine oui.) ; [ (mycelle, phytosomal, liposome) = enrobé de graisses ]

***** ******https://www.youtube.com/watch?v=0oFfWXXFeyE(Curcumine & Curcuma santé anti cancer naturel zapping) et https://www.santenatureinnovation.com/nouvelle-curcumine-185-plus-puissante/ « Plusieurs techniques ont donc été mises au point pour augmenter son absorption : la purification, l’ajout de pipérine ( un actif extrait du poivre noir [anti-physiologique] ), la nano-émulsion ou son association à des phospholipides. Ces techniques ont permis de multiplier jusqu’à 29 fois la biodisponibilité de la curcumine. Ces premières avancées étaient encourageantes mais pas suffisantes sur le plan thérapeutique » et https://www.principesactifs.org/lhuile-de-cannabis-de-rick-simpson/ « Depuis 2003, Rick Simpson a ainsi proposé gratuitement son huile de cannabis à plus de 5000 patients souffrant de différentes pathologies, incluant tous les types de cancers, leucémie, mélanome, diabètes, douleurs chroniques, verrues, infections virales ou bactériennes… avec des résultats convaincants. Rick affirme ainsi que 70% des patients qui suivent son protocole se libèrent du cancer, en ingérant 60 grammes d’huile de cannabis de haute qualité. » et http://www.maplante.com/graines-de-nigelle-cancer/ et https://www.youtube.com/watch?v=qhAVZFm0rrM(Le cancer , un épouvantail – www.regenere.org ) et http://ls.eddenya.com/question-reponse/5925-le-remede-naturel-anti-cancer-que-l-industrie-pharmaceutique-ne-veut-pas-vous-reveler « Un groupe de chercheurs de l’Université du Kentucky a fait une étude sur l’extrait de pépins de raisin. Ils ont découvert que l’extrait de pépins de raisin déclenche la mort de 76% des cellules de leucémie et de cancer en seulement 24 heures. Cela a été prouvé dans des conditions de laboratoire.« Il faut moins de la moitié de la concentration de l’extrait de pépins pour contrôler la croissance des cellules cancéreuses et pour détruire plus de 50% des cellules dans la quatrième phase, moins que ce qui  était nécessaire pour obtenir des résultats similaires dans la deuxième phase. » et http://afrikhepri.org/le-corossol-pour-lutter-contre-le-cancer/ « En 1976, le Dr Jerry McLaughlin de l’Université de Purdue a découvert le acétogénines ANONACEA Graviola, est un puissant anti-cancer. »La curcumine du curcuma (12 grammes ou 20 gélules de curcumine) est 185 fois mieux assimilée dans le « NovaSol® Curcumin » (curcumine « encapsulée » dans des acides gras). Parmi les agents anti-cancer, il existe le corossol (= graviola), [ L’huile de ricin et l’eau de Quinton (à boire, et par piqûre sous-cutanée dans le tissus cancéreux) ] [le reste du ricin est mortel], le raisin (avec les pépins mais surtout le raisin rouge http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=raisin_nu),la graine de Nigelle sativa, une protéine issue du parasite du paludisme (ou malaria)http://www.medisite.fr/a-la-une-une-proteine-pourrait-detruire-9-cancers-sur-10.946984.2035.htmlParmi les agents anti-cancer, il existeles cannabinoïdes [ de l'huile de cannabis de Rick Simson (si possible à dominance Indica) guérissant 70% des cancers ] https://www.alchimiaweb.com/blogfr/huile-cannabis-rick-simpson/ [elle est rendue anti-cancer si on suit le protocole suivant : « L’huile d’olive serait finalement l’un des meilleurs solvants pour réaliser de l’huile de cannabis à but médical: totalement dénuée de toxicité, celle-ci est très efficace à la fois pour l’extraction des cannabinoïdes et des terpènes. L’huile d’olive n’étant pas volatile, les terpènes s’évaporent en effet beaucoup moins qu’avec d’autres solvants tels que le naphta ou l’éthanol. Pour réaliser une extraction à l’huile d’olive, il suffira de faire chauffer au bain marie (< 100ºC) environ 10g de fleurs de cannabis dans 100 ml d’huile d’olive, pendant 90 minutes. Vous retirez ensuite le mélange du bain-marie, et vous le faites chauffer à feu doux à environ 110ºC (vérifiez avec un thermomètre) pendant 30 minutes, pour procéder à la décarboxylation des cannabinoïdes. Laissez ensuite refroidir, puis filtrez. L’extraction à l’huile d’olive sera donc à la fois très facile et sans aucun danger! ». Le cannabis n’est pas compatible avec la conduite routière ; aussi, il devient toxique si on dépasse la dose ou si on en prend trop souvent (selon sa concentration de substances psychoactives). Sauf prescription médicale, il ne convient pas aux dames enceintes et aux petits enfants.

\ Je ne sais pas si la vitamine B17 et les noyaux d’abricots et les pépins de pomme et les amandes amères séchées sont comestibles OU TOXIQUES OU MORTELS, lorsqu’ils sont consommés à forte dose.

* http://micheldogna.fr/amandes-ameres-abricots/ [ (Vitamine B17 = laetrile) est une solution discutable ] « Dans le début des années 1950, ils apprirent qu’au royaume des Hunzas, dans les montagnes Himalayennes situées au nord du Pakistan, il était dit que ce peuple vivait « sans cancer ». Les Docteurs Krebs savaient qu’ils mangeaient de grandes quantités d’abricots sauvages (donc, amèrs), mais ils ne croyaient pas que le fruit contenait des substances pouvant lutter contre le cancer …jusqu’à ce qu’ils aient découvert que les Hunzakuts mangeaient également les amandes des noyaux d’abricots ; leur particularité : on sait que ces amandes sont très riches en NITRILOSIDES. En outre, on les trouve aussi dans les amandes (d’amandiers), graines de pêches, pépins de pommes (pectine), millet, fèves germées, sarrasin, et aussi dans d’autres fruits et noix, mais en quantité inférieure. » Je ne sais pas

* http://legauloisdechaine.blog.lemonde.fr/2010/03/17/laetrile-amygdaline-vitamine-b17-decouverte-et-fonctionalite/ « Chaque molécule de vitamine B17 contient une molécule de cyanide d’hydrogene, une molécule de benzaldehyde et deux de glucoses (sucre) verrouillées ensemble. Chimiquement, pour libérer la molécule de cyanure, seul un enzyme appelé beta-glucosidase est a même de le faire. Cet enzyme est présent en tres, tres petite quantité dans le corps, mais il se trouve que les cellules cancéreuses en produisent beaucoup (dû au fait que la cellule cancéreuse vit dans un milieu anaérobique et utilise les sucres comme source de production d’énergie). Ainsi, le cyanide d’hydrogene est libéré en masse dans les cellules cancéreuses en combinaison avec la molécule de benzaldehyde, qui est aussi un poison violent, lorsque combiné avec le cyanide. En fait la combinaison des deux substances chimiques a un effet 100 fois supérieur a celui des deux substances prises individuellement. De ce fait les cellules cancéreuses sont oblitérées a tres grande vitesse. »

 

… (ÉTUDES SCIENTIFIQUES)

En l’an 2014, les pays au IDH (Indicateur de Développement Humain) dits du  »Sud » n’ont presque aucun cancer, l’incidence des 20 cancers les plus courants en occident est 10 à 30 fois inférieur en Inde, dans un État il n’y a presque aucun cancer (grâce au curcuma probablement mélangé avec du poivre noir) sauf celui de la bouche (à cause de la mastication du tabac).

* GcMAF peut soigner la plupart des autistes et des cancéreux, au moins partiellement. « Ses noms techniques sont « groupe spécifique macrophage composant le facteur d’activation » ou « vitamine D binding protein macrophage facteur d’activation. » »

* http://www.thierrysouccar.com/blog/pourquoi-le-curcuma-ne-marche-pas(ce site ne porte très bien son nom ; car si on lit le contenu l’article, alors des études scientifiques ducurcuma de qualité mélangé avec du poivre noir, cela donne des résultats intéressants) ; (le fait d’introduire du gingembre augmente les effets du mélange anti-cancer) ; mais il existe de meilleures solutions pour renforcer l’efficacité du curcuma.

Références :

(1) Zhou H1, Beevers CS, Huang S. Les cibles de la curcumine. Cibles de médicament Curr. 2011 mars 1; 12 (3): 332-47.
(2) Anand P1, Kunnumakkara AB, Newman RA, Aggarwal BB. Biodisponibilité de la curcumine: problèmes et promesses. Mol Pharm. 2007 Nov-Dec; 4 (6): 807-18.
(3) Lao CD1, Ruffin MT 4e, Normolle D, Heath DD, Murray SI, Bailey JM, Boggs ME, Crowell J, Rock CL, Brenner DE. Dose escalade d’une formulation curcuminoïde. BMC Complement Altern Med. 2006 17 mars, 6: 10.
(4) Shoba G1, Joy D, Joseph T, Majeed M, Rajendran R, Srinivas PS. Influence de la pipérine sur la pharmacocinétique de la curcumine chez les animaux et les volontaires humains. Planta Med. 1998 mai; 64 (4): 353-6.
(5) Khajuria A1, Thusu N, Zutshi U. Piperine module les caractéristiques de perméabilité de l’intestin en induisant des altérations dans la dynamique de la membrane: influence sur la fluidité de la membrane de la brosse, l’ultrastructure et la cinétique enzymatique. Phyto-traitance. 2002 avril; 9 (3): 224-31.
(6) Erika Jensen-Jarolim, Leszek Gajdzik, Ines Haberl, Dietrich Kraft, Otto Scheiner, Jürg Graf. Les épices chaudes influent sur la perméabilité des monocouches épithéliales intestinales humaines. J. Nutr. 1998 128: 3 577-581.
(7) Yu H1, Huang Q. Amélioration de la biodisponibilité orale de la curcumine à l’aide de nouvelles nanoémulsions à base de organogel. J Agric Food Chem. 2012 30 mai; 60 (21): 5373-9.
(8) Sasaki H1, Sunagawa Y, Takahashi K, Imaizumi A, Fukuda H, Hashimoto T, Wada H, Katanasaka Y, Kakeya H, Fujita M, Hasegawa K, Morimoto T. Préparation innovante de curcumine pour une biodisponibilité orale améliorée. Biol Pharm Bull. 2011; 34 (5): 660-5.
(9) Kanai M1, Imaizumi A, Otsuka Y, Sasaki H, Hashiguchi M, Tsujiko K, Matsumoto S, Ishiguro H, Chiba T. Dose-escalation et étude pharmacocinétique de la nanocyanine curcumine, un agent anticancéreux potentiel avec une biodisponibilité améliorée, en bonne santé Volontaires humains. Cancer Chemother Pharmacol. 2012 Jan; 69 (1): 65-70.
(10) Cuomo J1, Appendino G, Dern AS, Schneider E, McKinnon TP, Brown MJ, Togni S, Dixon BM. Absorption comparative d’un mélange normalisé de curcuminoïde et de sa formulation de lécithine. J Nat Prod. 2011 25 avr. 74 (4): 664-9
(11) Di Pierro F1, Rapacioli G, Di Maio EA, Appendino G, Franceschi F, Togni S. Évaluation comparative des propriétés soulagement de la douleur d’une formulation lécithinisée de curcumine (Meriva (®)), de nimésulide et d’acétaminophène. J Pain Res. 2013; 6: 201-5.
(12) Belcaro G., Cesarone MR, Dugall M., Pellegrini L., Ledda A., Grossi MG, Togni S., Appendino G. Enregistrement de l’évaluation des produits de Meriva, un complexe curcumine-phosphatidylcholine, pour la gestion complémentaire de Ostéoarthrite. Panminerva Medica 2010 Giugno; 52 (2 Suppl. 1) .55-62.
(13) Belcaro G1, Hosoi M, Pellegrini L, Appendino G, Ippolito E, Ricci A, Ledda A, Dugall M, Cesarone MR, Maione C, Ciammaichella G, Genovesi D, Togni S. Une étude contrôlée d’un système de distribution lécithiné De curcumine (meriva) pour atténuer les effets néfastes du traitement du cancer. Phytother Res. 2014 mars; 28 (3): 444-50.
(14) Cheng AL1, Hsu CH, Lin JK, Hsu MM, Ho YF, Shen TS, Ko JY, Lin JT, Lin BR, Ming-Shiang W, Yu HS, Jee SH, Chen GS, Chen TM, Chen CA, Lai MK, Pu YS, Pan MH, Wang YJ, Tsai CC, Hsieh CY. Essai clinique de phase I de la curcumine, un agent chimiopréventif, chez les patients présentant des lésions à haut risque ou pré-malignes. Anticancer Res. 2001 Juil-Août; 21 (4B): 2895-900.
(15) Rai B1, Kaur J, Jacobs R, Singh J. Possible mécanisme d’action pour la curcumine dans les lésions précancéreuses à base de marqueurs sériques et salivaires du stress oxydatif. J Oral Sci. 2010 Jun; 52 (2): 251-6.
(16) Dhillon N1, Aggarwal BB, Newman RA, Wolff RA, Kunnumakkara AB, Abbruzzese JL, Ng CS, Badmaev V, Kurzrock R. Essai de phase II de curcumine chez les patients atteints de cancer du pancréas avancé. Clin Cancer Res. 2008 15 juillet; 14 (14): 4491-9.
(17) Kanai M1, Yoshimura K, Asada M, Imaizumi A, Suzuki C, Matsumoto S, Nishimura T, Mori Y, Masui T, Kawaguchi Y, Yanagihara K, Yazumi S, Chiba T, Guha S, Aggarwal BB. Une étude de phase I / II sur la chimiothérapie à base de gemcitabine plus la curcumine chez les patients atteints de cancer du pancréas résistant à la gemcitabine. Cancer Chemother Pharmacol. 2011 Jul; 68 (1): 157-64
(18) Carroll RE1, Benya RV, Turgeon DK, Vareed S, Neuman M, Rodriguez L, Kakarala M, Carpenter PM, McLaren C, Meyskens FL Jr, Brenner DE. Étude clinique de phase IIa sur la curcumine pour la prévention de la néoplasie colorectale. Cancer Prev Res (Phila). 2011 Mar; 4 (3): 354-64.
(19) He ZY1, Shi CB, Wen H, Li FL, Wang BL, Wang J. Augmentation de l’expression de p53 chez les patients atteints de cancer colorectal par administration de curcumine. Cancer Invest. 2011 mars; 29 (3): 208-13.
(20) Pia Allegri, Antonio Mastromarino, Piergiorgio Neri. Gestion des rechutes chroniques de l’uvéite antérieure: efficacité du traitement par la curcumine phospholipidique par voie orale. Suivi à long terme. Ophtalmologie clinique. Octobre 2010 Volume 2010: 4 Pages 1201 – 1206.
(21) Steigerwalt R1, Nebbioso M, Appendino G, Belcaro G, Ciammaichella G, Cornelli U, Luzzi R, Togni S, Dugall M, Cesarone MR, Ippolito E, Errichi BM, Ledda A, Hosoi M, Corsi M. Meriva, Un système d’administration de curcumine lécithiné, en microangiopathie diabétique et rétinopathie. Panminerva

* https://protegetasante.net/etudes-scientifiques-les-proprietes-anticancereuses-du-ginger-sont-capables-de-detruire-le-cancer-du-colon-des-ovaires-et-de-la-prostate-beaucoup-plus-efficacement-que-la-chimiotherapie/

1. Les composés anticancéreux:

Les composés actifs présents dans le gingembre sont le Gingerols, le shagaols et le paradol. Le Journal « Food and Chemical Technology » a récemment publié une étude qui a confirmé que les propriétés anticancéreuses du gingembre émanent essentiellement de ces trois composés puissants.

2. Éliminer les cellules cancéreuses de la prostate…..Cliquez sur le bouton rouge en dessous pour passer à la page suivante:

2. Éliminer les cellules cancéreuses de la prostate:

Une étude menée par des experts américains et publiée dans le « British Journal of Nutrition », a confirmé que l’extrait de gingembre peut perturber le développement des cellules cancéreuses dans le cancer de la prostate plus rapidement que la chimiothérapie. Le traitement est une dose d’extrait du Ginger de 100 mg par kg de poids corporel du patient. L’enquête a eu des résultats dans 56% des cas étudiés. En outre, le gingembre ne cause pas de dommages aux cellules saines du corps contrairement à la chimiothérapie qui peut endommager toutes les cellules (bénignes ou malignes), de même que les os.

3. détruit les cellules cancéreuses de l’ovaire:

La Revue de la Médecine Contemporaine a publié une étude qui montre que les composés de gingembre sont capables d’arrêter l’angiogenèse dans les tumeurs ovariennes. Par conséquent, le traitement précoce est essentiel. L’angiogenèse est un processus par lequel les tumeurs développent des vaisseaux sanguins qui seront

ensuite utilisées pour nourrir, entretenir et développer la cellule cancéreuse. Si l’angiogenèse est arrêté tôt, le cancer peut être facilement traité. A cet égard, il est recommandé de procéder à un traitement par une dose médicinale du gingembre à raison de 4 grammes par jour. L’une des principales difficultés rencontrées par le patient avec cancer de l’ovaire est que les cellules malignes deviennent résistantes à la chimiothérapie après un certain temps. Cela ne se produira pas avec le traitement à base du gingembre.

4. Empêche le cancer du côlon:

Une enquête menée en 2003 a révélé que les composés actifs de gingembre ont été en mesure de protéger les cellules du tractus intestinal, en particulier la prévention du cancer du côlon. En 2015 une étude publiée dans le « The Journal of Nutrition » a assuré que les bonnes cellules ont été protégées par le gingembre alors que les cellules cancéreuses ont été détruites dans un court laps de temps.

* https://www.alchimiaweb.com/blogfr/huile-cannabis-rick-simpson/

« Cannabinoïdes [ de l’huile de cannabis de Rick Simson (si possible à dominance Indica) :

Le processus que je vais vous décrire implique de nettoyer la matière végétale deux fois, avec un solvant efficace tel que le naphta pur, pour extraire la résine disponible sur la plante. Le naphta a prouvé être un solvant très efficace pour produire l’huile, et se trouve parfois sous le nom éther de pétrole. Les seuls solvants que j’ai déjà essayé sont l’éther, l’alcool et le naphta. L’éther est mon favori, c’est un solvant très efficace, mais il coûte cher et peut être difficile à trouver. Je pense aussi que l’usage de l’éther est plus adapté à des appareils de distillation fermés, car il est très volatil est que ses vapeurs le rendent assez dangereux à manipuler.

L’alcool n’est pas un solvant aussi efficace que l’éther ou le naphta, car il est moins sélectif par nature, mais il fonctionne tout de même. L’alcool va dissoudra davantage de chlorophylle des buds, ce qui produira une huile de couleur plus sombre. Pour qu’un solvant soit efficace il doit être 100% pur, et l’alcool pur à 100% est à la fois cher et difficile à trouver. D’un autre coté, le naphta n’est pas cher et pas trop difficile à trouver. De nombreuses boutiques pour peintres proposent du naphta afin de diluer la peinture, il est donc facile à trouver ce qui en fait mon solvant de premier choix.

Tous ces solvants, incluant l’alcool, sont toxiques par nature, mais si vous suivez ces instructions, les traces éventuelles de solvants restant dans l’huile ne seront pas un problème. Quand vous avez terminé, l’huile se refroidit à température ambiante pour former une forme de graisse. Cette huile terminée sera autant antitoxique que possible. Même si des résidus de solvants sont encore présents sous forme de traces, l’huile elle-même va agir contre ceux-ci en neutralisant toute toxicité.

Je ne conseille pas l’usage de gaz butane en tant que solvant pour produire cette médecine, car il est très volatil et demandera donc l’usage d’un équipement avancé pour neutraliser tout danger. Aussi, utiliser du butane pour faire de l’huile ne produira pas de décarboxylation du produit fini, ce qui rendra cette huile moins efficace pour l’usage médical, à moins de la vaporiser.

La matière végétale de départ doit être la plus sèche possible. Elle est alors placée dans un contenant de bonne profondeur, pour éviter que le mélange d’huile et de solvant ne déborde durant le processus de lavage. Une fois les buds placés dans le récipient désiré, celui-ci est rempli avec le solvant. Vérifiez que votre espace de travail soit bien ventilé et qu’il n’y ait aucune étincelle, flamme ou élément chauffant à proximité. (Ne fumez pas!)  Utilisez un bout de bois pour écraser la matière végétale, puis rajoutez du solvant jusqu’à ce que les buds soient complètement immergés. Touillez alors la matière végétale dans le solvant avec le bout de bois, pendant environ 3 minutes. Transvasez ensuite délicatement le mélange d’huile et de solvant dans un autre récipient propre, en laissant la matière végétale dans le récipient de départ, pour la laver une seconde fois.

Ajoutez de nouveau du solvant sur la matière végétale, pour qu’elle soit de nouveau immergée et mélangez là de nouveau pendant 3 minutes avec le bout de bois. Transvasez alors doucement ce mélange d’huile et de solvant dans le récipient contenant le résultat du premier lavage. Essayer de faire un troisième lavage sur la matière végétale ne produira que très peu d’huile, et sera très peu bénéfique sur le plan médical. Le premier lavage extrait en effet 70 à 80% de la résine des buds, et le second lavage retirera quasiment toute la résine restante.

Utilisez quelque chose comme un gros bidon d’eau (vide et propre) avec une petite ouverture sur le dessus, et insérez un entonnoir dans le trou, et de larges filtres à café dans l’entonnoir. Transvasez alors le mélange d’huile et de solvant issu des deux lavages dans les filtres à café, et laissez le mélange passer à travers les filtres pour en retirer toute matière végétale non désirée. Dès que le mélange d’huile et de solvant a été filtré, il est maintenant prêt pour l’étape d’évaporation.

Pour séparer le solvant de l’huile, utilisez un cuiseur de riz avec une ouverture sur le dessus, et possédant deux niveaux de température, un plus élevé et un autre plus bas. Assurez-vous que le cuiseur de riz soit situé dans un espace très bien aéré, et placez un ventilateur de brassage juste à côté pour chasser les vapeurs produites par l’ébullition du solvant. Les cuiseurs de riz sont conçus pour que le riz ne brûle pas lors de la cuisson, avec des capteurs de températures placés à l’intérieur qui diminueront automatiquement la température du cuiseur lorsque la température interne commence à être trop élevée. Quand vous produisez de l’huile, si la température est trop élevée cela vaporisera les cannabinoïdes contenus dans l’huile, et bien sur vous ne souhaitez pas que cela se produise. C’est pour cette raison que je recommande fortement d’utiliser un cuiseur de riz à ceux qui n’ont jamais produit d’huile auparavant, car cela élimine le risque que cela ne se produise, à condition bien sûr que le cuiseur de riz fonctionne bien.

Soyez donc certain qu’il n’y ait aucune étincelle, flamme ou élément chauffant dans l’espace où vous placerez le cuiseur de riz, car les vapeurs produites par le solvant sont très inflammables. J’ai utilisé la même technique des milliers de fois et je n’ai jamais eu d’incidents, mais pour votre propre sécurité je vous prie de suivre toutes ces instructions, et je vous recommande aussi de ne pas respirer les vapeurs produites par le solvant. Remplissez le cuiseur de riz à environ 75%, afin de laisser suffisamment d’espace au mélange d’huile et de solvant pour bouillir sans déborder. Allumez le cuiseur de riz sur la position de température élevée, et commencez à évaporer le solvant. Lorsque le niveau diminue dans le cuiseur de riz, rajoutez délicatement du mélange d’huile et de solvant, jusqu’à ce qu’il ne vous reste plus rien à ajouter.

Quand le niveau dans le cuiseur de riz diminue pour la dernière fois, et qu’il est réduit à environ 5 cm d’épaisseur, ajoutez quelques gouttes d’eau dans le mélange. Lorsque je fais bouillir le mélange d’huile et de solvant issu d’un demi-kilo de matière végétale, j’ajoute en général 10 à 12 gouttes d’eau à ce moment.

Cette petite quantité d’eau va permettre au reste de solvant de s’évaporer plus facilement de l’huile restant dans le cuiseur, la température d’évaporation de l’eau étant supérieure à celle d’évaporation du solvant. Quand le niveau a vraiment diminué dans le cuiseur, j’utilise d’habitude une paire de gants, pour soulever le cuiseur et remuer son contenu, jusqu’à ce que le cuiseur diminue automatiquement sa température.

Lorsque la fin du solvant aura été évaporée, vous pourrez entendre un son de craquement produit par l’huile dans le cuiseur, et vous verrez des bulles se former dans celle-ci. Vous pouvez aussi remarquer un peu de fumée ou de vapeur provenant de l’huile, mais ne vous inquiétez pas, car celle-ci est principalement de la vapeur produite par les quelques gouttes d’eau ajoutées précédemment. Une fois que le cuiseur est repassé automatiquement sur sa température de fonctionnement plus basse, je transvase son contenu dans un récipient en acier inoxydable. Il restera une petite quantité d’huile dans le cuiseur, qui sera très difficile à récupérer, à moins d’utiliser quelque chose comme du pain sec pour absorber l’huile tant qu’elle est encore chaude. Cette petite quantité d’huile sur du pain peut être consommée en tant que médecine, mais rappelez vous que sous forme ingérée cela peut parfois prendre une heure ou davantage avant de ressentir les effets. Soyez donc très prudent sur la quantité de pain et donc d’huile que vous consommerez, car un excès pourrait vous faire dormir quelques heures.

Prenez l’huile que vous avez transvasée dans le récipient en acier inoxydable, et placez celui-ci sur un dispositif chauffant de manière modérée, comme par exemple une cafetière électrique, pour évaporer toute eau restante dans l’huile. Assez souvent cela ne prend qu’un court instant pour évaporer l’eau restante, mais certaines variétés produisent davantage de terpènes que d’autres. Ces terpènes peuvent faire en sorte que l’huile que vous avez maintenant sur la cafetière produise des bulles pendant un certain temps, et il faudra alors patienter jusqu’à ce que l’huile ne présente plus d’activité. Lorsque l’huile placée sur la cafetière ne produit plus de bulles, et qu’il n’y a plus d’activité visible, retirez l’huile de la cafetière et laissez la refroidir quelques minutes. Utilisez alors une seringue sans aiguille, pour aspirer lentement l’huile encore chaude dans la seringue, et laissez la refroidir. L’huile va rapidement se changer en graisse épaisse, parfois l’huile devient tellement épaisse qu’il peut être difficile de la sortir de la seringue une fois refroidie. Si cela se produit, passez simplement votre seringue sous l’eau chaude, et l’huile sortira beaucoup plus facilement. Parfois un patient va sortir trop d’huile de la seringue, mais si cela se produit il suffira de plonger la seringue dans l’huile pour aspirer l’excès, qui retournera facilement à l’intérieur.

Tout d’abord, il est important de rappeler que les cannabinoïdes présents dans la plante de la marijuana ne sont (quasiment) pas sous leur forme active.  Une décarboxylation est en effet nécessaire afin de transformer les formes acides inactives des cannabinoïdes, en leur forme active recherchée par le consommateur.  Cette décarboxylation se fait sous l’action de la chaleur, c’est pourquoi elle est souvent réalisée directement lors de la consommation (combustion, vaporisation…), ou bien lors de la préparation de l’extraction (cuisson du beurre de Marrakech…). Le THCA inactif de la plante est alors transformé en THC actif, le CBDA inactif est transformé en CBD actif, et ainsi de suite. Si vous réalisez une extraction de cannabinoïdes, mais ne procédez pas à leur décarboxylation, cette extraction sera donc de plus faible puissance thérapeutique. Pour réaliser la décarboxylation des cannabinoïdes, il est nécessaire de chauffer ceux-ci à au moins 106ºC pendant environ 30 minutes. Le problème est qu’en réalisant ce traitement à la chaleur, on perd une très grande partie des terpènes du cannabis, les molécules aromatiques qui possèdent également d’intéressantes propriétés thérapeutiques! Une huile de cannabis ayant été chauffée ne contient donc presque plus de terpènes, alors qu’une huile de cannabis n’ayant subi aucun chauffage ne contient quasiment pas de cannabinoïdes sous leur forme active. Ce problème est hélas récurrent quel que soit le solvant utilisé pour l’extraction. Dans le cas de l’huile de Rick Simpson, les cannabinoïdes sous leur forme active sont davantage recherchés que les terpènes, il faut donc chauffer l’huile de cannabis pour réaliser la décarboxylation du THC et des autres cannabinoïdes. L’extraction à l’alcool (éthanol) est probablement la technique la plus ancienne. Elle était disponible dans les pharmacies jusqu’aux années 1950, sous le nom de teinture de cannabis. Il est toutefois très difficile de trouver de l’éthanol pur à 100%, et il faudra éviter celui de pharmacie qui contient un agent dénaturant pour éviter d’être consommé. L’éthanol est relativement peu toxique, possède une bonne capacité d’extraction des cannabinoïdes et des terpènes, mais il extrait hélas également la chlorophylle de la plante, ce qui donne un gout vert désagréable au résultat final. Il est éventuellement possible de filtrer cette extraction alcoolique avec du charbon actif pour éliminer la chlorophylle, mais cela élimine alors une grande partie des cannabinoïdes (50%). L’extraction à l’alcool n’est donc pas la technique idéale.

L’huile d’olive serait finalement l’un des meilleurs solvants pour réaliser de l’huile de cannabis à but médical: totalement dénuée de toxicité, celle-ci est très efficace à la fois pour l’extraction des cannabinoïdes et des terpènes. L’huile d’olive n’étant pas volatile, les terpènes s’évaporent en effet beaucoup moins qu’avec d’autres solvants tels que le naphta ou l’éthanol.

Pour réaliser une extraction à l’huile d’olive, il suffira de faire chauffer au bain marie (< 100ºC) environ 10g de fleurs de cannabis dans 100 ml d’huile d’olive, pendant 90 minutes. Vous retirez ensuite le mélange du bain-marie, et vous le faites chauffer à feu doux à environ 110ºC (vérifiez avec un thermomètre) pendant 30 minutes, pour procéder à la décarboxylation des cannabinoïdes. Laissez ensuite refroidir, puis filtrez. L’extraction à l’huile d’olive sera donc à la fois très facile et sans aucun danger! »

¤ (PARA)MÉDECINES : ANTI-CANCER : MÉTHODES DIVERSES : (ne remplacent pas les conseils du médecin) : (VI/VII)

¤ Mission de sauvetage des plantes médicinales :

Contre le cancer, Aloe arborescens. Le Desmodium est l’un des meilleurs protecteurs du foie (lors des chimio-thérapies) ; le chardon-marie et le romarin aussi. Le Ginko biloba (anti-oxydant et anti-fibrose post-radique) dans la radio-thérapie. L’extrait de brocolis dans la radio-thérapie.

 

Le curcuma et le millepertuis doivent être évités dans les chimio-thérapies (sauf indication contraire)

 

14 plantes anti-cancer :

Ail des champs

Bourse-à-pasteur

Chardon crépu

Églantier

Grande ortie

Hêtre

Lamier blanc

Marguerite des prés

Orpin blanc

Pissenlit

Raiponce en épi

Scabieuse des champs

Trèfle des prés

Violette odorante

¤ Le thé (même vert) et le café, lorsqu’ils sont pourvus de (théine = caféine), ce sont des remèdes discutables contre le cancer. Il est préférable d’enlever leur (théine = caféine) ou de consommer beaucoup d’eau pour que ces remèdes deviennent vraiment intéressants. (an 2016) :

\ David SERVAN-SCHREIBER, dans ses livres intitulés « Anti-cancer » et « Guérir », il affirme qu’on a prouvé scientifiquement l’efficacité du thé vert sur les humains (surtout les enfants) pour mieux supporter les chimio-thérapies, en cas de cancer. Attention… le thé vert doit être consommé un certain temps avant ou après les chimio-thérapies, mais il ne peut pas être consommé pendant certaines chimio-thérapies.

\ Une étude faite sur 5 ans au Japon ne voit aucune corrélation entre le thé vert et la réduction du cancer. Mais des études suffisamment longues dans le temps voient une corrélation entre le thé vert et le risque de réduction du cancer. http://www.guerir.org/david-servan-schreiber/billets-de-blog/quelle-quantite-de-the-vert-pour-un-effet-anticancer.htm1. Inoue M, Tajima K, Mizutani M, et al. Regular consumption of green tea and the risk of breast cancer recurrence: follow-up study from the Hospital-based Epidemiologic Research Program at Aichi Cancer Center (HERPACC), Japan. Cancer Letters 2001;167(2):175-82.

2. Kurahashi N, Sasazuki S, Iwasaki M, Inoue M, Shoichiro Tsugane for the JSG. Green Tea Consumption and Prostate Cancer Risk in Japanese Men: A Prospective Study. Am J Epidemiol 2007;167(1):71-7.

3. Beliveau R, Gingras D. Green tea: prevention and treatment of cancer by nutraceuticals. Lancet 2004;364(9439):1021-2.

\ Le thé vert kukicha (feuilles et tige) a très peu de théine, donc il est mieux que le thé vert (deux ou trois fois moins de théine que le café), qui est mieux que le café. Il faudrait quatre verres d’eau (supplémentaires à la quantité d’eau conseillée ou judicieuse) pour éliminer les effets nocifs d’un verre de café ; il faudrait la moitié ou le tiers de quatre verre d’eau (supplémentaires à la quantité d’eau conseillée ou judicieuse) pour éliminer les effets nocifs d’un verre de thé (NON kukicha).

* http://docteurbonnebouffe.com/bienfaits-the-blanc-elixir-jeunesse/ (avantages du thé blanc, l’un des aliments les plus riches au monde en anti-oxydant)

* http://ileauxepices.com/blog/2013/05/03/le-the-noir-histoire-vertus-et-conseils-de-preparation/wpid2150/ (avantages du thé noir)

* http://www.topsante.com/nutrition-et-recettes/la-sante-par-les-aliments/les-bons-aliments/the-rouge-3-choses-a-connaitre-avant-de-le-consommer-10743 (avantages du thé rouge, alias rooibos) (sans théine)

* https://www.elblogdelasalud.info/fr/los-pros-y-contras-del-cafe/1839 (le café a de nombreux inconvénients, mais son avantage est la présence de Bore qui aurait un effet contre le cancer de la prostate. Le café est une mauvaise idée lorsqu’on connaît le thé vert [surtout kukicha : tiges et feuilles] )

* http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=bore_ps (on trouve du Bore dans pleins de végétaux, qui n’ont pas les inconvénients du café)

¤ Contre certains types ou tous les types cancers (remèdes variés) :

* http://www.medisite.fr/cancer-les-traitements-et-levolution-les-plantes-anti-cancer.54513.38946.html?page=0%2C7(feuilles de pervenche de Madagascar) (anticancer et anti-diabète)

** Cancer du sein : !…! + Phytolacca 200c + Conium 3c + Thuja 30chttp://www.isias.lautre.net/spip.php?article412 et http://initiativecitoyenne.be/article-l-homeopathie-denigree-par-le-kce-mais-efficace-contre-le-cancer-108154750.html(l’homéopathie, dangereuse si on dépasse la dose, mais elle peut guérir entièrement environ 20 % des cancers du sein, et elle peut stabiliser ou réduire environ 20% d’autres cancers du sein.)

* http://www.thierrysouccar.com/blog/mega-doses-de-vitamine-c-cancer-et-sante-la-fin-de-lhistoire (vitamine C)

* http://dailygeekshow.com/virus-sida-cancer-traitement/ (Des chercheurs tentent de guérir le cancer en modifiant le virus du sida, mais ils ne maîtrisent pas tous les effets secondaires)

* http://www.consoglobe.com/superbrocoli-pour-lutter-contre-le-cancer-cg (« Beneforte »)

* https://www.santenatureinnovation.com/la-plante-merveilleuse-venue-dinde/ (Ashwagandha)

* http://www.sante-nutrition.org/etude-revolutionnaire-cette-herbe-verte-pourrait-etre-le-remede-a-5-differents-types-de-cancer-y-compris-de-lovaire-du-foie-du-poumon-et-le-melanome/ (moringa)

* https://www.youtube.com/watch?t=360&v=BGKgKIvtPkw (Brou de noix noire, impérativement de couleur verte) ; (clous de girofle et armoise dite « absinthe »).

* http://www.maxisciences.com/th%E9-vert/the-vert-et-medicament-contre-le-cancer-peuvent-interagir-negativement_art833.html (Le thé vert, bien qu’anti-cancer potentiel (an 2016), annule les effets d’un certain médicament anti-cancer)

* http://www.egaliteetreconciliation.fr/Thierry-Casasnovas-Tu-as-un-cancer-28323.html (jus de raisin++, et de carotte

* http://www.santenatureinnovation.com/cancer-le-remede-oublie/ (la bactérie streptocoque responsable de l’érysipèle)

* http://www.sante-nutrition.org/le-ph-du-corps-peut-guerir-le-cancer-ou-etre-la-cause-de-celui-ci/ O2+0acide=0cancer?

* http://www.sante-nutrition.org/cancer-et-si-le-docteur-simoncini-avait-raison/ (résumé sur le bicarbonate de soude)

* https://www.youtube.com/watch?v=k8x48WiKvEc&feature=youtu.be (anti-fongique [bicarbonate de soude, teinture d'iode] ; Tullio Simoncini disait que le champignon est l’unique cause du cancer ; il semblerait qu’il ait tort.Thierry Casasnovas dit que le champignon est l’un des effets du cancer ; il semblerait qu’il ait raison.

* http://www.espritsciencemetaphysiques.com/citron-bicarbonate-soude-combinaison-guerison-puissante.html (avis divergents sur le mélange : citron \ bicarbonate de soude)

* http://www.preventionsante.org/cette-huile-essentielle-tue-le-cancer-du-poumon-de-la-bouche-et-de-lovaire/ HE de thym ; le thym à forte dose est toxique

* http://aloearborescens-info.blogspot.fr/p/etude-sur-leffet-anti-cancer-de-laloe.html (Aloe arborescens)

* http://monguide-medical.com/Actualites.php?news_id=324&task=detail_news2 (feuilles de l’arbre Graviola)

* http://www.sante-nutrition.org/97-des-malades-atteints-du-cancer-en-phase-terminale-ont-precedemment-subit-cette-intervention-dentaire/ (dent dévitalisée serait facilement cancérigène)

* http://dailygeekshow.com/2014/10/19/plante-australienne-detruire-tumeurs-cancereuses-medecine/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter_Journaliere_2014-10-19 (plante australi.

* http://www.sante-nutrition.org/bromelaine-dissoudre-les-tumeurs/ (anti cellules cancéreuses)

* http://afrikhepri.org/quelles-sont-les-veritables-causes-cancer/ (anti-causes)

* http://www.sante-nutrition.org/mourante-elle-affirme-soigner-son-cancer-avec-des-ananas/ (ananas)

* http://www.sante-nutrition.org/aliment-extremement-courant-sest-revele-capable-tuer-86-cellules-cancereuses-du-poumon-in-vitro/ (poumon)

* http://www.20minutes.fr/lyon/1534531-20150206-rhone-alpes-decouvert-molecule-pouvant-tuer-tumeurs-cancereuses

* http://www.sante-nutrition.org/lhuile-noix-coco-tue-93-cellules-cancer-du-colon-in-vivo/ (côlon)

* http://www.sante-nutrition.org/gueri-lherbe-ble-homme-74-ans-remporte-combat-contre-cancer/ (herbe de blé)

* https://www.youtube.com/watch?v=sGW0T8uNSy8 (eau vibrante grâce au son)

* http://www.sante-nutrition.org/symbolique-du-cancer-dr-eduard-van-den-bogaert/ (chien pris, cancer guérit en 2 sem.)

* http://www.sante-nutrition.org/cancer-du-sein-cocktail-prometteur-6-plantes-guerisseuses/ (6 plantes anti-cancer)

* http://www.sante-nutrition.org/super-cocktail-6-molecules-vegetales-detruit-cellules-cancereuses-du-sein/ (6 molécules)

* http://www.sante-nutrition.org/les-8-plantes-aliments-les-efficaces-contre-cancer/ (8 plantes anti-cancer)

* http://hitek.fr/actualite/baie-australie-tue-cellules-cancer_4025 (baie d’Australie)

* http://www.sante-nutrition.org/cancer-une-fille-de-8-ans-a-reduit-de-75-sa-tumeur-grace-a-un-traitement-alimentaire/

* http://l.follet.free.fr/La%20cure%20de%20Breuss.htm (en outre, le cru est souvent conseillé)

* http://cancertemoignage.com/cancertemoignage/prele.html (prêle des champs est bénéfique, celle des marais est toxique)

* http://www.sante-nutrition.org/ce-compose-dhuile-dolive-tue-les-cellules-cancereuses-en-moins-dune-heure/ (huile d’olive

- http://www.algerie1.com/actualite/le-corossol-100-fois-plus-fort-pour-tuer-le-cancer-que-la-chimiotherapie/ (corossol)

* http://www.sante-nutrition.org/il-a-recemment-ete-prouve-que-cette-huile-essentielle-tue-le-cancer-du-poumon-de-la-bouche-et-de-lovaire/ (huile essentielle de thym)

* http://www.sciencevirale.com/une-herbe-qui-tue-98-des-cellules-cancereuses-en-16-heures/ (Artemisia annua)

*http://m.20minutes.fr/lyon/1534531-rhone-alpes-decouvert-molecule-pouvant-tuer-tumeurs-cancereuses Aurélie Juhem

* http://www.ipsn.eu/newsletter/cancer-guerison-interdite/ (Gaston Naessens et 714-X)

\ Le terme « tumeur » devrait être supprimé, car de manière subliminale (effet nocebo), il dit « tu meurs » en 2 mots.

* http://www.ohmymag.com/animaux/ce-chien-a-sauve-la-vie-de-sa-ma-tresse-il-a-detecte-son-cancer-du-sein-avant-les-medecins_art82077.html (chien médecin)

* http://www.atlantico.fr/atlantico-light/cancer-poumon-cancer-plus-mortel-bientot-detectable-grace-simple-prise-sang-1836902.html#Sh9ghT2rK8ljxopC.99 (cancer du poumon)

* http://www.sante-nutrition.org/americain-15-ans-developpe-test-depister-cancer/ (test dépiste cancer)

* https://deghys.wordpress.com/2015/06/04/cet-etudiant-americain-de-niveau-secondaire-a-invente-un-detecteur-de-cancer-en-seulement-5-minutes/ (détecteur de cancer)

° Herpès et cancer :

* L’acide aminé lysine http://www.herpes-info.fr/lysine/ (concurrent de l’acide aminé arginine) permet de réduire l’herpès.

* L’herpès permet de réduire le cancer de la peau d’un patient sur quatre http://www.cancer.be/nouvelles/utiliser-un-virus-de-lherpes-contre-le-cancer-de-la-peau

° Le jeûne :

\ En cas de cancer, le jeûne permet de mieux supporter les chimiothérapies, mais son efficacité (sans chimiothérapie) est variable. (année 2016)

* https://www.dailymotion.com/video/xlycrq_gueri-du-cancer-par-le-jeune-1-jean-claude_lifestyle jeûne anti-cancer : 1\2

* https://www.dailymotion.com/video/xlyajd_gueri-du-cancer-par-le-jeune-2-michel_lifestyle jeûne anti-cancer : 2\2

° + de 70 plantes anti-cancer :

* http://www.maplante.com/plantes-anti-cancer/ ( + de 70 plantes anti-cancer )

Des plantes anti-cancer

  • Chirette verte (Andrographis paniculata) : antibactérien, antivirales et tonique du système immunitaire. Des tests ont démontré que la plante a un effet contre le cancer de l’estomac, du sein, de la prostate, la leucémie et le mélanome.

  • Luzerne (Medicago sativa) : une plante très riche en vitamines et en minéraux, elle tonifie l’organisme et lui permet de lutter contre une maladie, elle a une certaine capacité à inhiber la croissance des cellules cancéreuses.

  • Anis (Pimpinella anisum) : Grâce à son action oestrogénique cette plante, Peut être utile contre le cancer de la prostate.

  • La Nymphée odorante (Nymphaea odorat) : fut l’un des premiers traitements en Amérique éclectique avant l’avènement de produits pharmaceutiques contre le cancer. Utilisé traditionnellement contre la diarrhée chronique et les brulures. Une infusion faite à partir des racines est utilisé dans le traitement de la tuberculose, les troubles bronchiques chroniques, la diarrhée, la dysenterie, l’inflammation gastro-intestinale, la gonorrhée, des pertes vaginales, des glandes enflammées, plaies dans la bouche et pour arrêter le saignement. Un cataplasme à base de racines est utilisé dans le traitement de gonflements, des furoncles, des tumeurs, inflammation de la peau, la vaginite, etc. Une guérison complète du cancer de l’utérus par une injection utérine d’une décoction a été enregistrée.

  • Arjuna (Terminalia Arjuna) : Cet arbre abaisse le taux de cholestérol global tout en augmentant le bon (HDL), Il ya eu des actions anticancéreuses qui sont à l’étude.

  • Ashwagandha (Withania somnifera) : une plante tonique et réparatrice, protège les cellules contre les dommages chimiques et rend les cellules cancéreuses plus sensibles aux rayonnements. Une plante adaptogène, qui a une activité anti-inflammatoire, sédative  et a un effet antioxydant. Cette plante améliore les défenses naturelles de l’organisme. Elle est considérée comme une plante de longévité en Inde. Une étude de l’Université Amravati en Inde a confirmé d’autres études récentes, qu’un composant biochimique de Ashwagandha pourrait inhiber la croissance du cancer en interférant avec la capacité de la cellule cancéreuse pour l’empêcher à prévenir sa destruction par le système immunitaire. La cellule cancéreuse utilise souvent une enzyme, la survivine pour inhiber le système de l’apoptose (destruction d’une cellule cancéreuse). Mais les chercheurs ont constaté que le withanone – l’un des principaux constituants de l’Ashwagandha  a la capacité unique de se fixer et interférer avec la survivine et rend la cellule cancéreuse à nouveau disponible pour le système immunitaire pour la détruire. L’Ashwagandha  favorise la guérison de l’os et peut traiter la maladie de Parkinson selon d’autres recherches. Les médecins ayurvédiques anciens connaissaient le pouvoir de guérison de l’Ashwagandha, ils l’ont utilisé cliniquement pour favoriser la guérison et pour stimuler le système immunitaire. Ils utilisaient l’herbe pour de nombreux maux, y compris l’anxiété, la dépression, la cicatrisation des plaies, l’immunosuppression et bien d’autres.

  • Chardon béni (Cnicus benedictus) : activité antibactérienne et antitumorale.

  • Amrit (Tinospora Cordifolia) : Connu sous le nom commun Guduchi. Tonique du système immunitaire, a une activité antibiotique et permet de tuer les cellules cancéreuses. Réduit les effets secondaires de la chimiothérapie.

  • Actée à grappes noires (Cimicifuga racemosa) : ses composées oestrogéniques ralentissent la croissance des tumeurs du cancer de la prostate.

  • Aigremoine (Agrimonia euratoria) : Efficace contre toutes les formes de cancer sauf la leucémie. Elle est utile en cas de désintoxication, goutte et certains types d’arthrite.

  • Chélidoine (Chelidonium majus) : utilisé lorsque la cause du cancer est virale, ou en cas d’une hypertrophie du foie. Nécessite une supervision d’un professionnel.

  • Nerprun purgatif (Rhamnus cathartica) : laxatif et diurétique, utilisé en cas de cancer lié à un problème rénal ou à une constipation. Contient des composés anti-tumorales.

  • Clajeux (Iris versicolor) : l’utilisation doit être contrôlée par un naturopathe pour votre sécurité. Les graines sont la partie active contre le cancer et ont une capacité à inhiber la synthèse des cellules cancéreuses. La plante fraîche est extrêmement toxique.

  • Boswellia serrata : plante anti-tumorale, généralement utilisé en combinaisons avec d’autres herbes, comme le curcuma et la réglisse.

  • Cordyceps (Cordyceps sinensis) : Des recherches récentes ont trouvé qu’il pourrait être cytotoxique pour les cellules cancéreuses. Ce champignon a des effets bénéfiques pour le système immunitaire, endocrinien, respiratoire, rénale, cardiovasculaire, hépatique et du système nerveux ainsi que notre réponse immunologique à la maladie.

  • Chimaphila Umbellata: La Chimaphile à ombelles ou Pyrole en ombelle (Bitter Wintergreen), utilisé pour le cancer du sein et les cancers lymphatiques. A ne pas utiliser pour une longue période

  • Phytolacca americana : Le Raisin d’Amérique ou Teinturier, utilisé pour les cancers du sein, de la gorge et de l’utérus. A utiliser sous surveillance d’un professionnel à cause de sa toxicité.

  • Pétasite (Petasites hybridus) : Agit comme un analgésique pour les tumeurs, la plante est toxique  ce qui nécessite le suivi d’un professionnel.

  • Lapacho (Tabebuia avellanedae) : A une action bénéfique contre les tumeurs solides telles que les carcinomes de Walker. Supprime et réduit ces tumeurs et semble être efficace contre la leucémie.

  • Suma (Pfaffia paniculata) : Ginseng Brésilien,  tonique, adaptogène, doux analgésique et anti-inflammatoire. On pense que c’est un oxygénateur cellulaire. La suma améliore la santé générale pour lutter contre le cancer.

  • Violette odorante (Viola odorata) : Les feuilles sont utilisées pour le sein et le cancer du poumon.

  • Salsepareille (Smilax medica) : contre l’inflammation du foie, utile contre les effets secondaires de la chimiothérapie et la radiothérapie. A ne pas utiliser en cas de maladie rénale.

  • Le Trèfle des prés (Trifolium pratense): Pocède une activité anti-tumorale, à ne pas utiliser avec des anticoagulants.

  • Drosera à feuilles rondes (Drosera rotundifolia) : Agit comme un anticancéreux et réparateur de gènes.

  • Serenoa repens (Serenoa gerrulata) : Ce palmier nain est utile contre le cancer de la prostate.

  • Polypodium decumanum : Cette fougère semble avoir une action de modulation immunitaire, utile contres les obstructions bronchiques et le cancer.

  • Valériane (Valeriana officinalis) : Elle a des effets calmants et une action anti-tumorale.

  • Saule blanc (Salix alba) : Utile pour restaurer la fonction de la moelle osseuse après une chimiothérapie ainsi que d’un effet positif sur la leucémie. Le saule a les propriétés de l’aspirine, mais il ne provoque pas d’ulcère d’estomac.

  • Estragon (Artemisia dracunculus) : A des propriétés anti-tumorales. Contient des rutines, qui renforcent les parois capillaires.

  • Pastel des teinturiers (Isatis tinctoria) : propriétés antivirales, anticancéreuses et anti-inflammatoire, c’est une plante qui soutient le foie.

  • Oseille crépue (Rumex crispus) : Utile pour l’élimination des métaux lourds, bénéfique pour la digestion en stimulant la production de bile. Utilisé en Chine et en Inde pour nettoyer le sang en cas de traitement chimio ou de rayonnement.

  • Zédoaire (Curcuma zedoaria) : Appartenant à la famille du gingembre et du curcuma ces racines ont des propriétés anticancéreuses et semblent être efficace pour les cancers du col utérin et du foie. Renforce l’immunité ainsi que la protection des leucocytes (globules blancs) endommagés en radiothérapie

  • Dionée attrape-mouche (Dionaea muscipula) : contient des principes actifs contre le cancer.

  • Espinheira Santa : vendu dans les magasins et les pharmacies brésiliennes pour traiter les ulcères et le cancer. Plusieurs formules topiques, pour le cancer de la peau sont vendus au Brésil avec  comme ingrédient actif principal Espinheira Santa. Il est également utilisé pour les ulcères, comme un antiacide, comme laxatif, comme un remède colique, pour éliminer les toxines par les reins et la peau, pour soutenir les reins, les glandes surrénales et les fonctions digestives, ainsi qu’une thérapie adjuvante pour un cancer. La plante est déconseillée pour le cancer du sein, de l’ovaire et de l’utérus.

  • Mullaca (Physalis angulata) : les stéroïdes naturels contenus dans le Mullaca stimulent l’immunité, plusieurs études sur le cancer ont démontré que cette plante est capable de tuer de nombreux types de cellules malignes in vitro. Dans une étude, le Mullaca a montré une forte cytotoxicité contre les cellules du cancer du rein, tandis qu’un extrait de la plante a pu réduire la taille des tumeurs cancéreuses chez des souris atteintes de leucémie lymophocytic. Dans diverses études, les extraits stéroïdiens des plantes (physalins) ont eu une forte activité contre plusieurs types de cellules cancéreuses humaines et animales, y compris: du foie, du col de l’utérus, le mélanome, du cerveau, du nasopharynx et le cancer du côlon. La recherche sur les avantages de Mullaca dans la lutte contre le cancer a commencé dans les années 1980 par des chercheurs aux États-Unis et la Thaïlande, et vérifié en 1992 à l’Université de Taiwan, qui a démontré une action significative contre cinq types de cancer humain et trois types de cancer de l’animal. En 2001, un nouveau produit chimique dans le Mullaca a été isolé à l’Université de Houston. Ce produit chimique était toxique contre le cancer du nasopharynx, le cancer du poumon et la leucémie chez la souris. Des recherches supplémentaires en Russie et en Chine ont démontré une action forte contre la blastogenèse, un processus dans le corps déclenché par la leucémie, tout en améliorant la fonction immunitaire. On croit que les produits chimiques stéroïdiens dans l’herbe et le niveaux des enzymes peuvent arrêter le cycle cellulaire dans les cellules cancéreuses tout en provoquant des dommages dans l’ADN de ces cellules afin de les empêcher de se répliquer. Le Mullaca est utilisé en Amérique du Sud et du Nord par les herboristes comme une thérapie complémentaire pour la leucémie et le cancer et en tant que traitement de l’infection pulmonaire à côté de la médecine moderne.

  • Mutamba : tue les bactéries, élimine les champignons, tue les virus, tue les cellules cancéreuses, nettoie le sang, supprime la toux, combat les radicaux libres, abaisse la pression artérielle, arrête le saignement. Dans une étude faite en 1990 une recherche brésilienne a démontré qu’un extrait de feuilles séchées était cytotoxique contre les cellules cancéreuses in vitro, ce qui donne une inhibition de 97,3% de la croissance cellulaire. Certaines des dernières recherches sur le Mutamba s’intéressaient aux antioxydants présents dans l’écorce et les feuilles (proanthocyanidines) et leur capacité à interférer avec la prostaglandine synthétase, un processus par lequel les bactéries et les agents pathogènes se répliquent.

Autres plantes Amazoniennes contre le cancer

  • Vassourinha;

  • Guacatonga;

  • Simarouba;

  • La griffe du chat;

  • Anamu;

  • Le pau d’arc;

  • Fedegoso;

  • Sangre de grado;

  • Amargo;

  • Copahu.

Plantes utilisées pour traiter le cancer en Afrique

  • Anacardiaceae : Spondias mombin (Hog Plum, Plum Ashanti) – extrait aqueux d’écorce pour le cancer de l’utérus

  • Annonaceae : Xylopia aethipica (arbre d’épice, poivre éthiopien, Hwenetia) – cancer du nez,  il a été démontré que les alcaloïdes ont une activité anti-paludisme.

  • Apocynaceae : Rauvolfia vomitoria (Kakapenpen) – cancer général, Voacanga africana (Ofuruma) – cancer en général.

  • Celastraceae : Maytensus buchananii, senegalensis – contiennent des alcaloïdes dont la maytansine qui sont utiles dans le traitement du cancer du pancréas.

  • Cucurbitacées : Charantia (Concombre africaine) (melon amère) – en combinaison avec une partie non précisée de Hilleria latifolia pour le cancer du sein.

  • Fabaceae : Abrus precatorius (Pois rouge) – cataplasme de grains moulus et d’eau pour une application externe pour traiter l’épithélioma.

  • Lamiaceae : Ocimum basilicum (basilic) – utilisés pour traiter le cancer (non précisé).

  • Moraceae : Ficus asperifolia (Arbre de papier verre) – cancer du sein

  • Nyctaginaceae : Boerhavia diffusa  – cancer du sein

  • Passifloraceae : Adenia rumicifolia .var miegei, lobata (Peteha) – utilisé en combinaison avec du poivre, maniguettes et feuilles de Musa paradisiaca (plantain) pour le cancer du nez

  • Plumbaginaceae : Plumbago zeylanica (Ceylan Leadwort, Opapohwea) – combiné avec Ricinus communis (ricin commun) (plante d’huile de ricin) dans une infusion d’huile pour le cancer de l’estomac.

  • Rutacées : xanthoxyloides Zanthoxylum, Z. gilletii – parties non spécifiées pour traiter quel cancer

Plantes utilisées pour traiter le cancer aux Caraïbes

  • Amaryllidaceae : Hymenocallis tubiflora (Loyon Dill) – contient le lycorin alcaloïde, connu pour son action antinéoplasique, antipaludiques et ses activités antibactériennes.

  • Asteraceae : Bidens pilosa (herbe à aiguilles) – utilisées en combinaison avec d’autres espèces pour le cancer.

  • Bignoniaceae : Jacaranda coerulea (Cancer Bush) – dessécher les feuilles et préparer une infusion aqueuse pour le cancer de la peau.

Autres plantes utiles contre le cancer

  • Romarin: Contient deux composés étonnants, l’acide carnosique et le carnosol.

  • Ces substances ne sont pas seulement des remèdes naturelles puissants contre le cancer, mais ils protègent également contre les effets de l’exposition aux rayonnements. Le romarin est très bénéfique pour la santé du cerveau.

  • Achillée millefeuille (Achillea millefolium) : Les racines ont été utilisés pour construire la masse musculaire et pour traiter le cancer par les Amérindiens. Elle est utile pour la cicatrisation et la radiothérapie.

  • Bardane (Arctium lappa) : Désintoxicante et anti-tumorale.

  • Gotu Kola (Centella Asiatica) : Plante de la mémoire et de la longévité.

  • Gingembre (Zingiber officinale) : Des études chez l’animal ont démontré que le Gingembre est capable de réduire les tumeurs du foie.

  • Echinacea (angustifolia Purpurea) : Stimule l’immunité, a une action antibactérienne et antitumorale.

  • Le chardon-marie (Silybum marianum) : Réputé pour son utilisation contre la cirrhose et l’hépatite, des études récentes ont démontré qu’elle a une action positive sur les enzymes du cancer du sein.

  • Hydraste du canada(Hydrastis canadensis) : Stimulant immunitaire tout en ayant une action antibiotique, la berbérine contenue dans la plante pourrait avoir un effet de rétrécissement sur les tumeurs.

  • Le curcuma : Certains experts de la santé soulignent les bienfaits anti-inflammatoires du curcuma et ils ont tiré des conclusions fondées sur le lien entre l’inflammation et le développement du cancer.


En savoir plus sur https://actumag.info/2014/08/23/70-plantes-medicinales-luttent-contre-cancer/#gX8YrDDqmmKBUMxm.99

¤ La cure Gerson (et Kelley) :

\ Personnellement, je pense que le café devrait être remplacé par du thé vert kukicha (tiges et feuilles) [bouillir 10 minutes et consommer dans l'heure]. Le thé (surtout kukicha) a très peu de la substance nocive (théine ou caféine), contrairement au café. Sinon, pour éliminer la nocivité d’un verre de café, il faut boire quatre verres d’eau (supplémentaires à la quantité d’eau quotidienne conseillée ou judicieuse) ; ces quatre verres d’eau peuvent être divisés par deux ou trois pour du thé (NON kukicha), et supprimés pour du thé kukicha.

* http://lesaudacieuses.com/la-cure-gerson-lanti-cancer-100-naturel-2/

La cure Gerson: l’anti-cancer 100% naturel

La thérapie Gerson, l’extraordinaire puissance d’un traitement anti-cancer !

Qui est le docteur Max Gerson ?

Max Gerson est un médecin allemand né en 1881. C’est en soignant l’un de ses patients atteint de migraine qu’il constate que la cure proposée a aussi éradiqué sa tuberculose de la peau. Fort de cette découverte, le docteur Gerson poursuit ses travaux et obtient des résultats remarquables et un vif succès. Il se lie d’amitié avec le prix Nobel Albert Schweitzer, médecin spécialiste en médecine tropicale, en guérissant la femme de celui-ci atteinte de tuberculose pulmonaire, là où tous les traitements conventionnels ont échoué. Ils resteront amis pour la vie.

La thérapie Gerson s’affine et s’applique peu à peu aux maladies redoutables ou incurables, aiguës ou chroniques comme les maladies cardiaques, l’insuffisance rénale, et enfin – le cancer ! En 1958, après trente années d’expérimentation clinique, Gerson publie une thérapie contre le cancer, contestant la médecine orthodoxe avec son protocole nutritionnel, enrichie de nombreux articles et d’histoires de patients atteints de cancer (qui avaient été abandonnés à mourir après l’échec de tous les traitements conventionnels) et totalement guéris.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages – très longs et très techniques – qui n’ont malheureusement jamais été traduits en français d’où la méconnaissance de cette thérapie en France !

Qu’est-ce que la thérapie Gerson ?

Ce régime alimentaire soigne par l’apport optimal de substances naturellement connues de l’organisme par opposition à l’utilisation de molécules à effets thérapeutiques créées par l’homme. Les fruits et légumes consommés durant la cure fournissent au corps les molécules (ortho-) chimiques adéquates, tout en éliminant les produits chimiques toxiques, nocifs ou nuisibles à l’organisme. La thérapie Gerson est à la fois une approche de la médecine orthomoléculaire et une thérapie métabolique.

Son action thérapeutique

Dès le début de ses découvertes, le Docteur Gerson comprend que les deux causes sous-jacentes des maladies dégénératives et chroniques sont les déficiences nutritionnelles et la toxicité.

Les déficiences nutritionnelles sont le résultat d’un régime alimentaire carencé, sous-vitaminé, provoqué lui-même par une alimentation moderne trop cuite, trop sucrée, trop salée, transformée, aromatisée et traitée chimiquement. Les vitamines, minéraux, matières premières et nutriments organiques contenus dans les fruits et les légumes disparaissant peu à peu de nos assiettes.

La toxicité est quant à elle amenée par une accumulation d’engrais artificiels, par l’irradiation des produits et par les substances chimiques toxiques (plomb, mercure, pesticides et résidus, nitrates, chlore, fluor, etc.) contenus par les fruits et légumes produits par l’agriculture moderne.

Les fruits et légumes sont alors dépourvus de leurs systèmes enzymatiques nécessaires à la guérison d’un corps malade.

De plus, en tenant compte de l’électricité des cellules, de l’équilibre sodium / potassium, de la fermentation du glucose par les cellules cancéreuses, de l’oxydation des enzymes, du tissu conjonctif, le docteur Gerson a défini un traitement naturel qui cible les anomalies au niveau cellulaire et qui les corrigent en normalisant le métabolisme du patient.

La cure Gerson comprend les éléments suivants :

  • La détoxification de l’organisme

  • L’alcalinisation de l’organisme

  • La restauration du système immunitaire

  • L’oxygénation du corps

  • Le maintien de l’équilibre sodium / potassium / iode

  • Les lavements du foie

  • La supplémentation d’enzymes d’oxydation afin de créer un système qui met en conflit les cellules malignes et le système de fermentation.

Protocole

Le régime alimentaire Gerson est bio et végétarien à 100%. Il comprend:

  • Une alimentation riche en oxygène, vitamines et antioxydants = 13 verres de jus frais de légumes et de fruits bio par jour : une très grande consommation de jus frais de légumes et de fruits pour l’apport en oxygène. Les antioxydants, eux,  protègent les cellules contre les dommages des radicaux libres et aident l’organisme à utiliser l’oxygène plus efficacement.

  • Une hygiène à base de lavements au café: capable d’éliminer les toxines qui circulent et les métabolites, le lavement au café dilate les voies biliaires menant au foie.

Le docteur Gerson a mis en évidence que 98% des personnes atteintes de cancer et d’autres pathologies dégénératives lourdes, succombent d’un foie engorgé de poisons, toxines et déchets, et non du cancer lui-même!

Il est évident que la détoxification par le lavement au café en complément avec les jus de légumes/fruits joue un rôle primordial dans le processus d’éradication du cancer. De plus, il diminue les douleurs.

  • Une alimentation riche en enzymes: les enzymes sont nécessaires à la digestion. Une alimentation cuite, pauvre en enzymes épuise l’organisme en puisant sur ses réserves.

  • Une alimentation hautement alcaline: par sa haute alcalinité, le régime Gerson crée un environnement hostile à la croissance des cellules cancéreuses. En quelques semaines, on observe un Ph urinaire variant de 8 à 8,5 (le ph urinaire normal étant situé entre 6,5 et 7,5). Rappel: un ph situé entre 0 et 7 est acide, et entre 7 et 14 il est alcalin.

  • Une alimentation saine et équilibrée: la cure Gerson favorise les aliments crus et nutritifs, faibles en matières grasses et exempts de protéines.

Toute cuisson à haute température (grill, barbecue, friture, etc.) provoque la formation de composés cancérigènes tels les acrylamides ou les hydrocarbures aromatiques polycycliques.

  • Une supplémentation en potassium et en enzymes diverses:

  • Potassium: selon le docteur Gerson, une alimentation carencée et l’exposition environnementale toxique entraînent le «syndrome de dommages aux tissus», la base de développement des cellules cancéreuses. Et l’un des problèmes fondamentaux à l’origine des maladies est la perte de potassium au niveau cellulaire associée à l’envahissement des cellules par le sodium (sel) qui attire l’eau. Il convient donc d’équilibrer ces deux minéraux en ingérant le moins de sel possible et en y ajoutant du potassium et de l’iode pour aider le foie à rétablir le niveau de potassium.
  • Enzymes pancréatiques et protéolytiques: elles aident à digérer les protéines et jouent un rôle capital dans la digestion des cellules cancéreuses.

  • Suppléments thyroïdiens: pour réguler le métabolisme du corps.

  • Solution de Lugol: cette solution de potassium iodé favorise la différenciation cellulaire qui aide les cellules malignes à revenir à leur structure normale.

  • Coenzyme Q10: antioxydant puissant, le Coenzyme Q10 est un nutriment qui restaure la production d’énergie et répare les cellules endommagées.

  • Niacine: cette vitamine B3 est donnée pour augmenter la circulation du sang à tous les tissus. Il contribue également à ramener un niveau de glycogène suffisant dans le foie.

  • Huile de lin: riche en acides gras essentiels (oméga-3), c’est la seule matière grasse autorisée dans le programme du docteur Gerson.

 

L’avis de la naturopathe

La thérapie Gerson est très contraignante (préparation des jus de légumes et fruits chaque heure, lavements au café, compléments alimentaires difficiles à trouver, fatigue, etc.). Je vous recommande donc de la débuter la première fois dans une clinique agréée. Votre cure sera ainsi supervisée par un médecin et vous recevrez un protocole personnalisé. Vous serez accompagnée à 100% et  pourrez ainsi vivre votre cure avec sérénité.

Si vous suivez cette cure à domicile, vous devez IMPÉRATIVEMENT réaliser au préalable un bilan rénal. En effet, il est conseillé d’adapter les doses de potassium afin de ne pas atteindre les doses dangereuses pour le cœur.

Par ailleurs, sachez que les tarifs pratiqués dans les instituts Gerson sont très coûteux.

Résultats et statistiques

La thérapie Gerson est à ce jour l’un des protocoles alternatifs les plus puissants.

Stade I et II        100% de réussite.

Stade III               de 70 à 82% de réussite.

Stade IV              40% (en stade terminal).

Où trouver les instituts Gerson ?

L’héritage et la vision du docteur Max Gerson se poursuivent à travers le monde dans des instituts et hôpitaux agréés. Vous en trouverez en Californie (San Diego), au Mexique (Tijuana), en Hongrie (Dobogoko) ou encore au Japon à l’hôpital Loma Linda et à l’hôpital Toritsu Ohtsuka (Tokyo).

¤ La méthode Seignalet :

* http://www.seignalet.fr/fr/le-regime-seignalet/comprendre-le-regime/la-methode-seignalet.html

La méthode Seignalet

Mis au point en 1985, le regime Seignalet est d’abord un régime santé qui vise à soigner.  Il est totalement équilibré et ne comporte aucun danger. Il prône une alimentation diversifiée et la plus proche possible de celle de nos ancètres cueilleurs-chasseurs. C’est pourquoi on le nomme parfois régime ancestral. 

La méthode de Jean Seignalet tient aussi  compte de la forme moléculaire des aliments, de leur qualité, et pas seulement de leur quantité comme dans la diététique classique.

Les aliments que nous consommons ont subi de nombreuses transformations moléculaires. Certains de ces aliments, classiquement considérés comme « sains », sont devenus totalement indigestes pour certains d’entre nous, en particulier:  De nombreuses céréales (dont le blé et le maïs)- Les laitages animaux (sous toutes leurs formes) – et les cuissons excessives (en particulier des graisses et des protéines animales).

La méthode est donc « sans gluten et sans caséine » et préconise du frais, du cru, et  des cuissons douces. Elle est totalement diversifiée et équilbrée. On la qualifie aussi de «  hypotoxique »,  car elle exclut des aliments « toxiques » à long terme pour certains. 

Ce qui fait le succés de cette méthode , c’est son efficacité. Les résultats de la méthode se font sentir sur les  petits maux mais aussi sur de nombreuses maladies chroniques. (voir rubrique Efficacité du régime). Le délai d’action varie de 1 mois à 1 an, mais la plupart des gens ressentent des effets rapidement. Par exemple,  ils digèrent mieux, se reveillent reposés, et  ont un meilleur moral. Pour ceux qui ont beaucoup de toxines accumulées, une période temporaire d’aggravation  des  symptomes correspond à une phase d’élimination des toxines. Quand cette élimination est terminée, les bénéfices de la méthode sont ressentis. 

Résultats et effets

Les patients du Dr Seignalet totalisent à eux tous plus de 115 maladies. 

Parmis elles, 91 ont réagi favorablement au régime, ce qui représente un espoir pour de nombreux malades. Ces patients ont appliqué strictement la nutrition Seignalet et les effets ont été perceptibles au bout d’une durée variable. Les premiers effets du changement nutritionnel se font sentir de manière très variable, de quelques mois à 2 ans.

Voici les tableaux récapitulant, pour chaque maladies, les résultats obtenus sur plus de 2500 patients. De nombreuses autres personnes pratiquent aujourd’hui cette nutrition et vous pourrez constater, en surfant sur le web, que beaucoup de ceux qui l’ont essayée sont satisfaits. 

Tableau 1 - Résultats du régime dans les maladies auto-immunes
Tableau 2 - 
Résultats du régime dans les maladies d’élimination
Tableau 3 - 
Résultats du régime dans les maladies d’encrassage

Les effets

  • Le Dr Seignalet a suivi gracieusement pendant presque 20 ans, plus de 2500 patients atteints de maladies parfois dites incurables. Parmi eux, 2250 se sont trouvés améliorés par sa méthode nutritionnelle.

« Pour les maladies où j’ai pu rassembler plus de 15 sujets, la fréquence des succés thérapeutiques paraît indubitable. C’est le cas pour la polyarthrite rhumatoîde, la spondylarthrite ankylosante, le syndrome de Gougerot-Sjogren, l’hypercholesterolémie, la colopathie fonctionnelle, les infections ORL à répétition chez l’enfant et l’acné. Pour les autres maladies ou peu de personnes ont été testées, il semble a priori raisonnable d’être plus réservé et d’attendre de disposer d’un nombre plus grand de patients et d’un recul important avant de prendre une position définitive. » 

  • Les succés thérapeutiques, lorsqu’ils sont obtenus, sont francs. Il faut parler de rémissions et non de guérisons car l’abandon de la diététique est, en règle générale, suivie d’une rechute après quelques semaines ou quelques mois. 
  • Quand le régime est efficace, une période d’élimination pouvant durer de quelques semaines à quelques mois, se manisfeste par différents désagréments qui correspondent à la sortie des molecules nocives de l’organisme: maux de tête, aphtes, diarrhée, amaigrissement… Cette période désagréable est passagère et aussi encourageante puisqu’elle correspond à la première phase de la thérapie: se débarasser des molécules qui encombrent l’organisme. Il faut cependant être vigileant, pour les personnes fragiles et affaiblies, à ne pas maigrir trop rapidement. Il convient alors d’arréter un temps la diététique et de la reprendre progressivement.
  • Le succés thérapeutique de la diététique permet souvent d’éliminer une grande part des médicaments. Cependant ceux -ci n’empêchent pas l’efficacité de la méthode, et ils seront éliminés progressivement, avec l’ accord du medecin traitant, en cas d’amélioration de l’état de santé. 


Ces patients ainsi que de nombreuses personnes qui ont pu constater par elles-mêmes ou sur leur patients,
 les effets positifs de cette diététique, sont aujourd’hui, les meilleurs communicants de la nutrition Seignalet.

La classification des maladies

La classification du Dr Seignalet différencie 3 mécanismes physiopathologiques, certaines maladies complexes pouvant cumuler plusieurs de ces processus.

La méthode hypotoxique découle de ce raisonnement scientifique. Il  explique, étapes après étapes, pourquoi, au niveau  microscopique, une alimentation mal choisie peut nuire à un certain nombre de personnes (prédisposition génétique), en particulier ceux qui subissent une maladie chronique.

Le premier de ces mécanismes, celui sur les maladies auto immunes,  prend en compte le fonctionnement des molécules HLA dont Jean Seignalet était un des grands spécialistes mondiaux. Ces molécules contribuent à la défense de l’organisme. Pour lui, les prendre en compte permet d’expliquer le dérèglement immunitaire de nombreux cas de maladies auto immunes.

La théorie de l’encrassage et la théorie de l’élimination découlent de cette première hypothèse tout en s’en différenciant: La méthode alimentaire connait aussi un grand succés dans ces pathologies,  le régime alimentaire est le même pour les 3 types de maladies, et la cause est une hyperperméabilité de l’intestin grêle. Mais les acteurs de ces mécanismes diffèrent et l’enchainement des évènements conduit à des pathologies dont l’expression est de 2 types:

  • les molécules nocives qui « divaguent », encombrent les cellules, gènent leur communication et peuvent même « pénétrer » dans les cellules. C’est ce qu’on appelle les maladies d’encrassage. 
  • L’organisme tente d’éliminer les déchets qui ont pénétré dans l’organisme, en les « expulsant » par un des émonctoires (filtres) de l’organisme. Ce sont les maladies d’élimination.
  •   Les maladies auto immunes

   « Je considère que les maladies auto-immunes vraies, comme on les définit classiquement, sont rares et ne forment qu’une petite minorité. Je place dans ce groupe le PTI et peut-être la myasthénie. Le régime alimentaire originel est ici impuissant et le seul recours reste les médicaments.

L’immense majorité de ces maladies sont en fait xénoimmunes. Elles correspondent à une réponse immunitaire normale, suivie d’une réponse inflammatoire normale, contre des tissus certes initialement sains, mais qui hébergent un hôte indésirable constitué par un peptide antigénique venu de l’environnement. »

  • Les maladies d’encrassage

      » En 1991, une réflexion sur les déchets d’origine intestinale que j’incrimine dans le développement de nombreuses affections, m’a conduit à distinguer les peptides et les protéines pouvant générer un désordre auto immun, et les autres substances incapables de provoquer une réponse immunitaire et pourtant nocives quand elles se déposent dans les tissus. L’encombrement progressif du milieu extra cellulaire, des membranes plasmatiques et du milieu intra cellulaire finit par perturber le fonctionement de certaines cellules. » 

  • Les maladies d’élimination

« Les globules blancs, qui ont pour fonction classique de lutter contre les agresseurs du corps humain, en particulier les bactéries et les virus, ont probablement une autre mission en plus de la lutte contre les germes. Ils ont aussi vraisemblablement une fonction « d’éboueur », chargés d’épurer l’organisme des déchets indésirables »

¤ La soupe anti-cancer du Dr Béliveau (dont parle David SERVAN-SCHREIBER) :

* http://www.seignalet.fr/images/stories/pdf/tableau1.pdf

* http://www.seignalet.fr/images/stories/pdf/tableau2.pdf

* http://www.seignalet.fr/images/stories/pdf/tableau3.pdf

* http://www.masantenaturelle.com/chroniques/conseil/conseil_soupe_anticancer.php

Dans son ouvrage Anticancer, prévenir et lutter grâce à nos défenses naturelles, le Dr David Servan-Schreiber évoque longuement les travaux du Dr Béliveau

Il nous mentionne notamment que l’équipe du Dr Béliveau a évalué l’effet d’une sorte de soupe de légume chez des souris gravement malades. Les souris qui étaient nourries de la soupe anti-cancer semblaient beaucoup plus en forme que les souris recevant l’alimentation habituelle et les tumeurs qu’elles développaient mettaient plus de temps à se développer et progresaient plus lentement.

Voici la recette de cette soupe

Cuire légèrement 100 g de chacun des légumes et fruits suivants :

- Ail
- Choux de Bruxelles
- Betterave
- Airelles
- Oignon vert
- Brocolis
- Epinard
- Fèves vertes
Ajouter à la soupe obtenue :

- Pamplemousse (100g.)
- Curcuma mélangé dans l’huile de lin (2 c. à café de curcuma pour 10 ml d’huile de lin)
- 6 tasses de thé vert (2 g de feuilles de thé vert pour 6 tasses d’eau)
- Poivre noir (2 c. à café)

¤ Cure de Breuss contre le cancer :

\ La carotte est anti-inflammatoire ; un cancer sur six est d’origine inflammatoire, parmi les humains. (an 2017)

* https://www.alternativesante.fr/cancer/la-cure-anti-cancer-rudolph-breuss et http://santesos.com/les-cellules-cancereuses-meurent-en-42-jours-ce-jus-de-cet-autrichien-celebre-a-guerit-plus-de-45-000-personnes-du-cancer-et-dautres-maladies-incurables-recette/

La plupart d’entre vous a déjà entendu parler de la cure mise au point au siècle dernier, à partir d’un grimoire du Moyen Âge, par un thérapeute autrichien, Rudolf Breuss. Cette cure, présentée comme une « cure anti-cancer » a provoqué de nombreuses polémiques, et il faut bien reconnaître que, dans ce domaine, on obtient grâce à ce protocole des résultats étonnants. J’ai personnellement rencontré des personnes qui se sont guéries de leur cancer par cette méthode. Certaines sont revenues d’un stade très avancé et leur guérison a été totale et durable… Depuis que la cure Breuss a été mise au point, des milliers de témoignages de guérison ont été enregistrés dans le monde entier, sans que cela n’intéresse la faculté, semble-t-il ! Mais en se focalisant sur le cancer, on a occulté le principal : la cure Breuss est une cure de santé qui rétablit la plupart des fonctions métaboliques et permet de guérir ou d’améliorer un nombre impressionnant de maladies.

Jusqu’ici, la cure Breuss, pourtant simple, était toutefois difficile à mettre en oeuvre car elle nécessite la consommation d’une importante quantité de jus frais qui, vendus en boutique bio, finissaient par coûter très cher. Mais aujourd’hui, le succès rencontré par les défenseurs du crudivorisme et, surtout, la démocratisation des extracteurs de jus (qui se vendent maintenant aux alentours de 300 euros), rend la cure accessible à n’importe qui. Il faut ajouter que, lorsque les beaux jours arrivent, il est plus facile de se plier à la cure car on est plus enclin à boire des jus toute la journée.

Alors, pourquoi ne pas l’employer en tant que cure régénérante qui permettra de perdre du poids, de décrasser l’organisme, de l’approvisionner en minéraux et de lui donner un élan difficile à décrire, mais dont tous ceux qui ont essayé la cure disent qu’ils n’avaient jamais connu cela avant.

Quels ingrédients me faut-il et combien de temps ?

En ce qui concerne le traitement du cancer, cette cure doit durer 42 jours précisément. Mais rien n’empêche de l’adapter à votre cas personnel et d’en réduire, si vous le souhaitez, sa durée. Il est toutefois recommandé de faire la cure pendant au moins trois semaines si l’on veut obtenir un effet sensible.

Comme vous l’avez compris, cette cure repose sur la consommation exclusive de jus de légumes. Et quand je dis jus, c’est jus ! Cela signifie qu’il ne faut pas absorber la pulpe.

La quantité à absorber par jour varie entre 1/4 de litre et 1 litre.
Il faut retenir que, pendant cette période, moins on boit en dehors de la cure, mieux cela vaut. Quant aux légumes, il ne s’agit pas de n’importe quels légumes, et il faudra obligatoirement choisir des légumes bio.

Voici donc la composition précise mise au point par Rudolf Breuss.

Mélange de jus (à consommer quotidiennement)
Avec un extracteur, fabriquer à la demande un mélange de jus à partir des proportions suivantes de légumes frais :

  • 300 g de betteraves rouges,
  • 100 g de carottes,
  • 100 g de céleri (racine),
  • 30 g de radis noir,
  • 1 pomme de terre avec pelure de la taille d’un œuf de poule (facultatif). La pomme de terre doit être à maturité pour être comestible, il faut éviter les excès de peau de pomme de terre, la variété Nicola est la préférable pour la santé.

Nota :
En cas de cancer du foie, la pomme de terre est nécessaire.
Voici une autre méthode : cuire une poignée de pelures de pomme de terre (bio) dans l’équivalent de deux tasses d’eau pendant 3 minutes.
Boire une tasse par jour de la décoction.

Quel est le fondement théorique de la cure Breuss ?

L’hypothèse de Rudolf Breuss (confirmée depuis par de nombreux scientifiques) est que le développement du fait cancéreux est alimenté par les protéines. La suppression de l’alimentation quotidienne en protéines provoque un choc dans l’organisme qui ne peut vivre sans cet élément. Le sang, amateur de protéines, se met alors à ronger dans le corps tout ce qui superflu, végétations, rassemblements de matières et tumeurs.
C’est une opération sans scalpel à laquelle le jus rouge procède lui-même, une fois finement dosé.

Il est à supposer que ces considérations, pour judicieuses qu’elles soient, ne sont que la partie visible de l’iceberg. Est-il besoin de tout expliquer pour pouvoir constater les résultats positifs, étonnants et souvent inespérés ? Il est, par ailleurs, important de signaler la nécessité d’un bon fonctionnement des selles et des urines car les produits d’excrétion stagnants pourraient provoquer des empoisonnements (voir le chapitre sur les tisanes complémentaires).

Ne perdez surtout jamais de vue que le cancer se nourrit des aliments solides qui sont porteurs de protéines. D’où la nécessité d’une nourriture exclusive de jus dont la lie a été filtrée.

Mode opératoire de la cure

  • Pendant les 3 jours qui précèdent la cure
    Il convient de commencer à consommer entre les repas le mélange de jus à raison de 1/4 de litre par jour, ceci afin d’habituer l’organisme à ce nouvel aliment.
  • Durant la cure de 42  jours
    S’en tenir strictement au mélange de jus que l’on consommera de préférence à la cuillère en le gardant un peu dans la bouche avant de l’avaler. Il a été démontré, par l’expérience, que 1/4 de litre par jour suffit pour vivre.

À savoir qu’il ne faut jamais dépasser un litre du mélange de jus par jour. On peut y ajouter, si l’on veut, une gorgée de jus de choucroute crue de temps en temps.

Pendant cette période, on peut maigrir de 5 à 15 kg, mais ceci n’empêche pas de se sentir bien et plein d’énergie.

Près de 20 000 personnes ont fait cette cure pendant 42 jours sans rien manger à côté. Elles ont tenu le coup et ont retrouvé la santé, sans rechute ultérieure. Eventuellement, on pourrait également boire un peu de jus de citron, mais jamais de jus de pomme ! On peut boire du jus de pomme frais seul entre-temps, mais jamais mélangé avec les autres jus.

Pendant la cure, il est recommandé de ne plus prendre aucun médicament, ni de faire aucune piqûre, ni de fumer, ce qui risquerait de nuire au grand nettoyage interne de l’organisme alors que celui-ci est en train de reprendre en main ses métabolismes vitaux d’auto-défense.

Enfin, il est indispensable de faire disparaître de la maison : naphtaline, camphre, DDT, sprays insecticides, épurateurs d’air pour WC et tous produits chimiques agressifs et douteux. En revanche, faites brûler de l’encens pour nettoyer la maison.

  • Après la cure
    Se réalimenter progressivement avec des aliments légers (pas de gluten et pas de lait si possible, plutôt des légumes, du quinoa, du riz…). Il est recommandé aussi de ne pas arrêter tout de suite le mélange de jus et de continuer à en consommer 1/2 litre par jour avant les repas.

42 jours sans manger, je vais mourir !

Il n’y a aucune inquiétude à avoir dans ce domaine, mais pour ceux qui ont peur de manquer, Rudolf Breuss a inventé une « demi-cure ». Cette appellation de Rudolf Breuss s’applique à ceux qui pensent ne pas pouvoir supporter le régime strict, ou bien parce que les personnes sont déjà trop affaiblies. Ceux-là pourront prendre chaque jour en plus du mélange de jus :

  • Soit une tasse de crème d’avoine (flocons cuits et mixés),
  • Soit une soupe de pâtes à l’oignon selon la recette suivante :
    - Faire revenir un oignon avec la pelure dans de l’huile, (l’oignon à forte dose est toxique surtout pour maints animaux, et à faible dose il a ses avantages et ses inconvénients)
    - Verser une tasse d’eau chaude,
    - Laisser cuire 1/4 d’heure,
    - Ajoutez les pâtes (peu).

La guérison est moins immédiate avec la demi-cure, mais elle peut-être plus adaptée à une cure de décrassage.

S’il ne s’agit pas de lutter contre un cancer avéré, vous pouvez aussi opter pour la cure pure et dure et en réduire la durée.

Les trois compléments à la cure

Indispensable : la tisane rénale

Un complément indispensable pendant les trois premières semaines (21 jours) est l’absorption quotidienne d’une tisane rénale.
Lorsque l’on applique tout ce qui est conseillé ici à la lettre, on perd peu de poids. La clé de voûte réside dans l’infusion rénale que l’on prend à raison de 1/2 tasse froide matin, midi et soir, ou mieux encore, si l’on prend deux cuillères à soupe toutes les heures.

Il faut :

  • 6 g de prêle,
  • 5 g d’ortie du mois de mai (de préférence),
  • 3 g de renouée,
  • 2 g de millepertuis.

Préparation de la tisane de Breuss
(pour 1 journée)

  • Jeter la valeur d’une petite tasse du mélange de plantes (16 g) dans l’équivalent d’une tasse d’eau chaude et laisser infuser pendant 10 minutes.
  • Récupérer le résidu d’infusion et mettre de côté le liquide infusé. Ajouter au résidu l’équivalent de 3 tasses d’eau.
  • Faire bouillir 10 minutes de telle sorte qu’un tiers s’évapore. Filtrer, mélanger cette décoction à l’infusion (ceci permet d’extraire une seconde famille de principes actifs sans détruire les premiers).

Attention : il ne faut pas dépasser les 3 semaines d’utilisation de cette tisane rénale, sinon les reins risqueraient de ne plus travailler que sous l’impulsion de la tisane. En revanche, il faut poursuivre la cure centrale.

Vous aurez peut-être des difficultés à obtenir les ingrédients de la tisane. Vous pouvez commander un mélange prêt à l’emploi chez Source Claire en suivant ce lien

En option : tisane à la sauge

Un médecin romain écrivit : « Pourquoi mourir puisqu’il y a de la sauge dans le jardin ? »
Il faut toujours boire une tasse de décoction de sauge par jour, chaude ou froide, même quand on se porte bien, et à plus forte raison pendant la cure. Faire bouillir une pincée par tasse pendant exactement 3 minutes.

Et encore : tisane de géranium

Le géranium contient des oligo-éléments de radium. C’est une radiothérapie douce. Cette tisane ferme la trilogie avec la sauge et la tisane rénale.
Une pincée de feuilles par tasse infusée 10 minutes. Boire une tasse par jour.

Des tisanes spécifiques supplémentaires

  • en cas de cancer du poumon : infusions de fenouil des Alpes.
  • en cas de cancer de l’utérus : infusions d’alchemille.

Protocole pour la cure + les tisanes complémentaires :
Durant les 3 premières semaines de la cure :
– au lever : 1/2 tasse de tisane rénale puis toutes les heures, alterner jus de légume (entre 35 et 125 ml selon les besoins) et décoction de sauge (1 cuillère à soupe).
– à midi et au coucher : 1/2 tasse de tisane rénale.
– à 17 heures : 1 tasse de géranium.

Après 3 semaines, supprimer la tisane rénale.

La cure de jus de Rudolf Breuss est-elle réservée au cancer ?

Absolument pas, comme je vous l’ai dit – et des milliers de personnes ont suivi cette cure dans le seul but d’améliorer leur santé et d’accroître leur vitalité.

Par ailleurs, la cure de jus de légumes peut être bénéfique dans de nombreuses maladies.

La cure Breuss va ronger toute formation indésirable
ou peu structurée (kystes, tissus superflus).

C’est une excellente cure d’amaigrissement qui peut s’effectuer sans souffrir de la faim, et sans effet nocif.

Pour l’arthrite, c’est spectaculaire. La méthode a, en outre, été testée par l’Institut de thérapies physiques de Amriswil en Suisse.

Pour la leucémie, même traitement : d’après Rudolf Breuss, la leucémie est une maladie de décomposition du sang s’effectuant au niveau de la veine porte. Cette maladie prend sa source dans une dépression morale plus ou moins consciente. Le traitement est plus simple que dans le cancer. Il suffit de consommer 1/4 de litre de jus mélangé par jour, réparti en apéritif avant les 3 repas principaux. Ceci pendant 42 jours.

L’énergie revient souvent
au bout de six jours

En général, les premiers effets de la cure apparaissent au bout de six jours. Si vous ne cherchez pas à vous débarrasser du cancer, consolidez les premiers effets pendant au moins une semaine. Après, c’est une question de courage et de détermination.

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

¤ 15 anti-inflammatoires naturels :

Cassis, pin, basilic, laurier, propolis, omégas 3… Et si vous remplaciez votre aspirine ou votre cortisone par un remède naturel ? Certains ont de puissants effets anti-inflammatoires sans avoir les effets secondaires des médicaments classiques. Ils peuvent soigner les affections respiratoires, urinaires, digestives et articulaires. La liste.

Les aiguilles de pin

Les jeunes aiguilles du pin sylvestre (Pinus sylvestris) sont récoltées pour leurs vertus thérapeutiques. Comme le fait remarquer le naturopathe Christopher Vasey, elles sont parfois vendues sous l’appellation incorrecte de « bourgeons de sapin ». Le pin sylvestre entraîne la sécrétion d’hormones anti-inflammatoires, comme la cortisone. « La cortisone produite par le corps à la suite de la prise de plantes est présente en quantité physiologique. Elle a des effets bienfaisants sans effets secondaires » souligne le naturopathe.
Indications : Voies respiratoires (rhinopharyngite, sinusite, bronchite, asthme…), rhumatismes, voies urinaires (cystite, prostatite…).
Posologie : Infusion : 20 à 50g de bourgeons à infuser pendant 10 minutes dans 1 litre d’eau, 3 tasses par jour.
Ou
Teinture-mère : 3 fois par jour, 10 à 20 gouttes avec un peu d’eau.
Contre-indications : hypertension, nervosité, faiblesse rénale.

L’huile essentielle de laurier

Dans la Grèce Antique, le laurier était consacré au dieu Apollon et symbolisait la gloire. C’est aujourd’hui une plante reconnue pour ses bienfaits anti-inflammatoires, antalgiques, anti-infectieux, et anti spasmodiques.
Indications : Voies respiratoires (rhume, pharyngite, bronchite, asthme…), voies digestives (diarrhées, colite, gastro-entérite…), peau (acné, furoncle, eczéma, crevasse, ulcère, urticaire…), bouche (gingivite, aphte, douleurs dentaires, parodontites, abcès…), articulations et muscles (arthrite, goutte, lumbago…) et nerfs (sciatique, névrite…).
Posologie : Le plus simple est d’utiliser l’huile essentielle de laurier (Laurus nobilis).
Voie orale : 2 à 3 fois par jour, 1 à 2 gouttes d’HE dans du miel ou de l’huile végétale.
Peau (HE pure) : 3 à 4 fois par jour, 1 goutte sur le bouton, l’aphte ou l’abcès.
Ou
Peau (HE diluée) : 10 gouttes d’HE diluées dans une cuillère à café d’huile de tournesol, à étaler 3 à 4 fois par jour sur la région à traiter et masser.
Ou
Gargarisme : 2 à 3 gouttes d’HE diluées dans un peu de lait à rajouter à un demi verre d’eau. Gargariser, recracher, 3 à 4 fois par jour.
Ou
Bain : 15 à 20 gouttes d’HE dans une cuillère à soupe de lait.
Par précaution : Avant d’employer l’HE de laurier, faites un test de quelques gouttes sur le pli du coude. Attendre 2 à 3 heures pour voir si des rougeurs apparaissent. Si c’est le cas, ne pas utiliser l’huile. Si non, c’est bon !
Attention : Ne pas confondre le laurier noble avec le laurier-rose ou laurier-cerise que l’on voit souvent dans les jardins et dont l’utilisation médicinale est interdite.

Les feuilles de basilic

On peut utiliser les sommités fleuries et les feuilles de basilic comme remède anti-inflammatoire. Elles possèdent en effet des substances qui bloquent ou freinent l’activité des médiateurs de l’inflammation.
Indications : Tube digestif (gastrite, brûlures, aigreurs, entérite, colite…), nerfs (névrite…), voies urinaires (cystite, prostatite), articulations (arthrite, polyarthrite,tendinite).
Posologie : Infusion : 3 à 4 feuilles fraîches infusées pendant 10 minutes dans 1 tasse d’eau chaude.
A savoir : Les feuilles de basilic perdent leurs propriétés curatives en séchant.

Les graines de nigelle

Cette plante est cultivée en Orient et en Europe centrale pour ses graines antihistaminiques. On peut la trouver dans les magasins diététiques et bio.
Indications : Voies respiratoires (rhume des foins, allergies aux poussières, asthme allergique) et vaisseaux sanguins (céphalée, migraine).
Posologie : teinture-mère : 3 fois 10 à 30 gouttes par jour dans de l’eau.

Les feuilles de cassis

Le cassis est une plante anti-inflammatoire dite « hormonale » puisqu’elle stimule le corps à produire des hormones aux effets anti-inflammatoires. Ces hormones appartiennent à la famille de la cortisone. On connaît l’usage des feuilles de cassis depuis des siècles pour soulager les rhumatismes.
Indications : Voies respiratoires (rhume des foins,allergie à la poussière, asthme allergique), articulations, voies urinaires (cystite, prostatite), inflammations en général (urticaire, hemorroides…).
Posologie : Macérat glycériné ou teinture-mère : 3 fois 30 à 50 gouttes avec de l’eau avant les repas.
Ou
Infusion (pour les rhumatismes et les voies urinaires surtout) : infuser 10g de feuilles sèches dans 2,5 dl d’eau bouillante pendant 15 min. Boire 2 à 3 tasses par jour.

L’huile essentielle de lavande

Parmi ses nombreux bienfaits, la lavande est une plante anti-inflammatoire. Comme on la trouve à portée de main, profitons-en !
Indications : Peau (acné, brûlure, coup de soleil, crevasse, morsure, piqure d’insecte, prurit, rougeur, urticaire, panaris…), voies respiratoires (bronchite, asthme, quintes de toux, pharyngite…), voies digestives (diarrhées), divers (douleurs musculaires, articulaires, des dents, otite, cystite…)
Posologie : La lavande est avant-tout utilisée en huile essentielle (Lavandula Angustifolia).
Voie orale : 3 fois ou plus par jour, 3 à 5 gouttes diluées dans du miel ou de l’huile végétale.
Ou
Onction pur : 3 fois par jour, 1 à 15 gouttes selon l’étendue de la surface à traiter. Etendre les gouttes sur la région et masser légèrement pour les faire pénétrer dans les tissus.
Ou
Bain : 15 à 20 gouttes dans une cuillère à soupe de lait ou de base pour bain.

Les fleurs de camomille romaine

Les premiers usages de la camomille romaine remonteraient au XVIe siècle. On l’utilisait beaucoup contre les inflammations digestives.
Indications : Tube digestif (gastrite, ulcèresd’estomac…), peau (eczéma, furoncle, plaies, démangeaisons, crevasses, urticaires…), nerfs (névralgies faciales, dentition douloureuse des enfants, névrites…), yeux (conjonctivite, blépharite…).
Posologie :
Interne : Infusion : 5 à 10 têtes par tasse, infuser pendant 10 minutes dans de l’eau bouillante, 3 à 5 tasses par jour.
Ou
Teinture-mère : 3 fois par jour, 30 gouttes avec un peu d’eau.
Ou
HE : 2 à 4 gouttes dans du miel ou de l’huile végétale, 3 à 4 fois par jour.
Externe :
– pour les inflammations de la peau et des yeux : infuser de la camomille à raison d’une cuillère à soupe pour 1 tasse. Laisser infuser 10 minutes puis appliquer quand l’infusion est tiède.
– pour les inflammations des nerfs : HE 3 à 4 gouttes d’HE diluées dans une demi cuillère à café d’huile de tournesol, en onction sur la région à traiter, 3 à 4 fois par jour.

L’eucalyptus citronné

Originaire d’Australie, l’eucalyptus a été introduit dans le sud de la France dès 1860. C’est la citronnella contenue dans les feuilles de ses branches âgées qui lui confère ses vertus anti-inflammatoires et antalgiques.
Indications : Articulations (polyarthrite, arthrose, goutte…), nerf (sciatique, zona…), tendons (tendinite, épicondylite…), muscles (élongations, déchirures), vaisseaux sanguins (phlébite, artérite, hémorroïdes…), peau (eczéma, mycoses, panaris, piqures d’insectes)
Posologie : Voie orale : 3 à 5 fois par jour, 3 à 5 gouttes dans du miel ou de l’huile végétale.
Ou
Voie cutanée : Onction d’un mélange de 10 gouttes d’HE pour 1 cuillère à café d’huile de tournesol. Répéter 3 à 4 fois par jour l’onction sur la zone à traiter. Maximum 21 jours.
Ou
Bain : 15 à 20 gouttes dans une cuillère à soupe de lait ou une base pour bain.

Le curcuma

La racine de curcuma est utilisée pour ses bienfaits anti-inflammatoires. Des recherches ont même démontré qu’elle pouvait être aussi efficace que des médicaments contre l’arthrite.
Indications : Tube digestif (gastrite, intestins irritable, colite…), articulations (rhumatisme, arthrite, arthrose), peau (eczéma, rougeurs, panaris…).
Posologie : Infusion : 1 à 1,5g de poudre par tasse, infuser 10 minutes, 1 à 3 tasses par jour.
Ou
Teinture-mère : 2 à 3 fois par jour, 5 à 20 gouttes avec de l’eau.
Ou
Gélules : 3 fois par jour, 1 à 2 gélules.
Externe : compresse d’infusion ou cataplasme de poudre, 3 à 4 fois par jour.

La décoction de saule blanc

Le saule blanc était déjà utilisé 5000 ans avant J-C. en Mésopotamie pour soigner diverses douleurs. Riche en salicine, c’est une des plantes qui a contribué à la découverte de l’aspirine (acide acétylsalicilique).
Indications : Articulations (rhumatisme, arthrite, goutte, douleurs dorsales), nerfs (névralgies, névralgie faciale), muscles (lumbago).
Posologie : Décoction : faire bouillir 25 à 30g d’écorce dans 1 litre d’eau pendant 5 minutes, puis laisser infuser 10 minutes. 2 à 3 tasses par jour.
Ou
Gélules : 3 fois 2 gélules, avant les repas.

La reine-des-prés, l’aspirine végétale !

La reine-des-prés (Spiroea almaria) est un des plus vieux anti-inflammatoires du monde puisque son principe actif est celui qui a servi à l’élaboration de l’aspirine : l’acide salicylique. Au Moyen-Age, on l’utilisait contre les inflammations de la peau lors de fièvres éruptives, comme la variole et la rougeole.
Indications : Articulations (douleurs, ankylose, gonflement, arthrite, goutte…),  nerfs (névralgie, névrite…), tendons (tendinite, tennis-elbow…), mal de tête.
Posologie : Infusion : infuser 1 cuillère à dessert de feuilles et de fleurs sèches dans 3 dl d’eau pendant 10 minutes. Boire 3 tasses par jour. Ne pas faire bouillir la plante sinon elle perd ses vertus.
Ou
Gélules : 3 fois 2 gélules, avant les repas.
Contre-indications : Allergie à l’aspirine, prise de fluidifiants sanguins.

Les omégas 3

Les omégas 3 sont des anti-inflammatoires naturels. Ils sont particulièrement recommandés lors d’inflammations chroniques (articulations…). Le hic c’est que notre corps n’en fabrique pas. Il faut donc les trouver dans l’alimentation pour avoir des apports suffisants.
Les premières sources d’omégas 3 sont : les huiles de première pression à froid (lin, colza, noix, germe de blé, soja, chanvre, caméline), les algues océaniques ou de lac comme la spiruline.
Menu d’un régime anti-inflammatoire :
Protéines : légumineuses.
Glucides : riz complet ou semi-complet, pâtes complètes, pommes de terre.
Lipides : huile de colza et de lin, amandes, noix, graines de lin.
Légumes : tous à volonté surtout ceux à feuilles vertes.
Fruits : tous à volonté.

Des compresses d’euphraise

On ne la connaît pas toujours, pourtant l’euphraise est une plante classiquement utilisée avec le bleuet pour soigner les inflammations des yeux.
Indications : yeux (conjonctivite, blépharite, orgelet…), nez (rhume infectieux et rhume des foins avec fort écoulement liquide).
Posologie : Usage externe surtout.
Yeux : Infusion : faire bouillir 1 poignée de plante sèche dans 1 litre d’eau pendant 10 minutes puis laisser infuser 10 minutes. Imbiber de la ouate et la poser sur les paupières. Répéter plusieurs fois par jour.
Rhume des foins : laver les fosses nasales avec la décoction, recommencer plusieurs fois.

Les bourgeons de bouleau

Les bourgeons du bouleau sont antihistaminiques. Ils diminuent le taux d’histamines présents dans le sang, d’où l’effet anti-inflammatoire. Les histamines sont des médiateurs des inflammations, particulièrement lors d’allergies.
Indications : Voies respiratoires (rhume des foins, allergies aux poussières et poils d’animaux, asthme allergique), articulations (rhumatismes, goutte…).
Posologie : Macérat glycériné de Betula pubescens Bourgeons 1D : 3 fois par jour 30 gouttes avec de l’eau.

Source: Les anti-inflammatoires naturels, Christopher Vasey, Jouvence Santé, 2013.

¤ L’origine secrète de la chimiothérapie :

* L’article suivant est un copié-collé dont la Source est https://www.santenatureinnovation.com/lorigine-secrete-de-la-chimiotherapie/

 

Le récit qui va suivre sur l’origine de la chimiothérapie n’est pas secret en soi. Vous pouvez le trouver dans tous les manuels d’histoire de la médecine. Seulement, peu de patients en ont entendu parler. En ce sens, c’est un secret jalousement gardé dans les milieux médicaux. Pourtant, il est indispensable de connaître cette histoire pour comprendre comment fonctionne la chimiothérapie contre le cancer. Tout patient devrait avoir le droit de l’entendre avant de commencer son traitement.

 

Le début de l’histoire de la chimiothérapie remonte à l’automne 1917. Nous sommes dans les mois les plus sinistres de la Première Guerre mondiale, qui a déjà fait des millions de morts pour rien. La scène se déroule dans la ville d’Ypres, dans la campagne flamande autrefois riante, aujourd’hui ravagée par la guerre de tranchées. Les tirs d’artillerie ont enfin cessé. Plus de 5000 soldats alliés (essentiellement des Français, des Belges et des Canadiens) se reposent. Soudain, ils voient arriver sur eux des nappes de gaz verdâtre portées par le vent. Elles ont été lâchées par des machines inconnues manipulées par les Allemands, à quelques centaines de mètres de là. Personne ne se doute qu’il s’agit d’une nouvelle arme de destruction massive : le « gaz moutarde », la première arme chimique. Quelques instants plus tard, ce n’est plus qu’un concert de hurlements, le spectacle abominable de milliers de corps brûlés vivants se tortillant sur le sol.

 

Le gaz moutarde, au contact de la peau, forme d’énormes cloques. Les muqueuses sont attaquées, les yeux, lèvres et poumons brûlés. Toutefois, les hommes ne meurent qu’au bout de quelques jours d’infections généralisées et d’hémorragies. Ainsi que l’observeront les médecins, le gaz moutarde a l’effet épouvantable de détruire la moelle osseuse, supprimant les défenses immunitaires des victimes et stoppant le renouvellement des cellules sanguines. Cette histoire me touche de près car mon arrière-grand-père était présent à la bataille d’Ypres. Par chance, il était monté au clocher de l’église pour observer le champ de bataille lorsque le gaz moutarde fut largué par les Allemands. Le gaz étant resté au raz du sol, il fut épargné.

 

Interdites par la Convention de Genève de 1925, les armes chimiques continueront néanmoins à être produites et utilisées. En 1943, les Allemands coulent un navire américain au large des côtes italiennes, près de Bari. Les cales de ce bateau sont bourrées de gaz moutarde qui se répand. Le médecin-colonel Steward Alexander, examinant les matelots tués par la catastrophe, confirmera que l’effet mortel du gaz moutarde vient de l’effondrement du nombre de globules blancs dans leur sang après quelques jours.

 

Il n’en fallait pas plus pour donner une étrange idée à deux jeunes scientifiques, Alfred Gilman et Louis Goodman de l’université de Yale, aux Etats-Unis, qui contribuaient au programme secret de recherche américain sur les armes chimiques (Chemical Warfare Service). Puisque le gaz moutarde détruit les globules blancs, ne pourrait-il pas servir à traiter les enfants souffrant du cancer du sang, ou leucémie, qui se caractérise par une prolifération incontrôlée des globules blancs dans le sang ?

C’est ainsi que naquit la première chimiothérapie. Nous allons raconter l’histoire mais il faut d’abord faire un rappel sur la leucémie.

 

° La leucémie, maladie du sang blanc

 

La leucémie lymphoblastique aigüe est un cancer du sang qui touche surtout les enfants vers l’âge de 4 et 5 ans. Elle est provoquée par une maladie de la moelle osseuse. On a du mal à imaginer qu’il puisse se passer quoi que ce soit d’intéressant dans notre moelle. Elle paraît isolée du reste du corps par le mur épais, dur et apparemment impénétrable des os qui l’entourent. En réalité, nos os sont poreux, et notre moelle joue un rôle indispensable : elle fabrique les cellules de notre sang. Nos os laissent passer les cellules de sang fabriquées dans la moelle, qui rejoignent le flux sanguin et le régénèrent.

 

Il existe trois principaux types de cellules sanguines fabriquées par la moelle osseuse :

  • Les globules rouges, très connus car ce sont eux qui donnent au sang sa couleur écarlate ; ils servent à transporter l’oxygène de nos poumons vers les cellules.
  • Les plaquettes, qui servent à faire coaguler le sang.
  • Les globules blancs, qui sont les soldats qui protègent notre organisme. Les globules blancs sont aussi nommés leucocytes (en grec ancien leucos veut dire blanc et cyte veut dire cellule).

 

Malheureusement, il arrive parfois que les cellules de la moelle osseuse deviennent folles et se mettent à proliférer : c’est le cancer du sang, ou leucémie. La moelle osseuse se met à fabriquer tant de globules blancs que le sang lui-même devient blanchâtre. Les médecins du XIXe siècle qui ont observé cela pour la première fois ont donc appelé cette maladie la leucémie, qui veut dire « sang blanc » en grec, de leucos, blanc, et hemos, le sang.

 

° La leucémie, une maladie mortelle à 99,93 %

 

Si les globules blancs se multiplient en cas de leucémie, il n’en va pas de même des autres cellules sanguines. Le nombre de globules rouges baisse, entraînant une anémie qui se manifeste par un teint pâle et une grande fatigue. Le nombre de plaquettes baisse aussi, provoquant des risques d’hémorragie puisque le sang ne parvient plus à coaguler normalement. Au moins, pensera-t-on, le grand nombre de globules blancs assure-t-il une protection maximale contre les infections. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Au contraire, ces globules blancs si nombreux sont immatures et ne font même plus leur travail d’immunité. Le patient risque alors les infections et en particulier la septicémie, une infection généralisée mortelle.

 

La leucémie fut partiellement vaincue, on va le voir, en 1971, grâce à un traitement de chimiothérapie permettant de guérir 50 % des cas. Mais jusque là, c’était une maladie terrible et mortelle à 99,93 %. Les médecins de l’après-guerre n’avaient aucun traitement. Ils ne pratiquaient même pas la transfusion sanguine (remettre au malade un sang sain venant d’une autre personne) car cela ne faisait que prolonger inutilement les souffrances des malades. Le défi médical du traitement de la leucémie est que les cellules qui se mettent à proliférer dans la moelle osseuse ne présentent qu’une différence infime avec les cellules saines. Leur capacité à se multiplier trop vite ne vient que d’une minuscule mutation du code se trouvant sur le ruban d’ADN caché à l’intérieur de leur noyau. Ainsi, si l’on cherche à détruire les cellules cancéreuses avec un produit, les cellules saines mourront aussi. Le problème fut résumé ainsi en 1945 par un grand chercheur sur le cancer, le Pr W. H. Wolgom : « Les personnes qui n’ont pas de formation en chimie ou en médecine peuvent ne pas réaliser combien le problème est réellement difficile. Il est presque, pas tout-à-fait mais presque, aussi dur de trouver un produit qui dissoudrait l’oreille droite mais pas l’oreille gauche. »

 

° Le gaz moutarde testé sur un patient cancéreux

 

Malgré cette difficulté apparemment insurmontable, nos deux chercheurs du Service de la guerre chimique décidèrent de tester les effets du gaz moutarde sur des souris souffrant de lymphome, un cancer des ganglions lymphoïdes qui produit lui aussi une prolifération de globules blancs (lymphocytes). Et de fait, « après seulement deux administrations du composé, la tumeur commença à s’amollir et régresser jusqu’au point de ne plus être palpable ». Le résultat était suffisamment encourageant, selon les deux chercheurs, pour justifier des essais sur l’être humain. Nous sommes en effet en plein dans l’époque où la recherche médicale est entrée dans l’ère moderne. Les nouveaux chercheurs estiment qu’il est devenu éthique de faire courir des risques aux malades à partir du moment où cela permet d’améliorer leur connaissance de la maladie et qu’existe l’espoir de déboucher sur des traitements pour les patients suivants, même si cet espoir est faible.

Ceci est en contradiction avec la vision classique du médecin qui s’engageait, en prêtant le serment d’Hippocrate à « d’abord ne pas nuire » à son patient (« primum non nocere »). Mais ce serment était-il respecté dans les faits par une profession qui pratiquait à grande échelle les saignées, les purgations, les prétendus « traitements » au mercure, à l’arsenic et à l’antimoine (des poisons violents), sans la moindre preuve scientifique d’efficacité ? Toujours est-il qu’Alfred Gilman et Louis Goodman décidèrent d’essayer leur idée sur un patient. C’était un homme, J.D., de 48 ans, souffrant d’un lymphome. Il reçut des injections de gaz moutarde en intraveineuse. Il réagit au début comme les souris : ses tumeurs disparurent en dix jours. Un mois plus tard, elles avaient réapparu, et il fut traité à nouveau au gaz moutarde. En fait, comme on pouvait s’y attendre, l’arme chimique avait détruit sa moelle osseuse en même temps qu’elle avait détruit le lymphome, et comme les malheureux soldats, J. D. mourut. Selon les médecins, le traitement n’avait pas ralenti sa maladie. Au contraire, « sa mort fut hâtée par les effets indésirables du médicament sur sa moelle osseuse », autrement dit ses globules rouges et ses plaquettes avaient aussi été détruits. Le patient suivant eut encore moins de chance : le traitement n’eut aucun effet sur sa tumeur. Par contre, il détruisit totalement sa moelle osseuse, causant sa mort. Le gaz moutarde fut déclaré « bien trop toxique », même pour le traitement du cancer.

 

Mais l’expérience des souris et du premier malade qui avaient semblé connaître une rémission avant de mourir, puisque leur cancer avait effectivement régressé, avait frappé les esprits. Des chimistes commencèrent donc à « travailler » sur le gaz moutarde pour le modifier et créer des molécules légèrement différentes dont l’une, espérait-on, aurait le même effet sur les tumeurs tout en étant moins destructrice pour la moelle osseuse.

 

° Le Service de la guerre chimique de l’armée américaine reconverti en centre de recherche en chimiothérapie

 

Ces recherches eurent lieu au Service de la guerre chimique de l’armée américaine, sous la direction du Dr Cornelius Rhoads. Ce service fut fermé en 1945 mais les installations et tout le personnel furent reconvertis en centre de traitement du cancer. Deux philanthropes américains, Alfred Sloan et Charles Kettering, firent une donation en 1948 pour poursuivre les travaux et c’est ainsi que naquit l’Institut Sloan-Kettering, qui fait toujours référence aujourd’hui dans le traitement du cancer. À force d’essais, ils découvrirent en effet des substances dérivées du gaz moutarde qui étaient moins toxiques et pouvaient être utilisées pour réduire les tumeurs en limitant les effets indésirables pour le patient. C’est ainsi qu’apparut le premier groupe de médicaments de chimiothérapie, incluant le thiotépa (1950), le chlorambucil (1953), le melphalan (1953) et la cyclophosphamide (1957), encore utilisés aujourd’hui.

 

Le melphalan, combiné avec des corticoïdes, est utilisé dans le traitement du myélome, une autre forme de cancer de la moelle osseuse. Le melphalan ne diffère du gaz moutarde que parce que les chimistes ont remplacé un atome de soufre par un groupement azoté.

Mais il allait s’avérer que le traitement de la leucémie ne réussirait pas avec une seule catégorie de médicaments. C’est l’administration d’une combinaison de produits qui allait permettre de vaincre la maladie.

 

° Découverte du méthotrexate

 

Peu après la découverte des effets du gaz moutarde sur la leucémie, un chercheur de Harvard, Sydney Farber, s’aperçut que ses jeunes patients leucémiques mouraient plus vite lorsqu’il leur donnait de l’acide folique (vitamine B9). Au lieu d’abandonner immédiatement le traitement, il eut l’idée suivante, qui paraît évidente aujourd’hui, mais qui était absolument géniale : puisque l’acide folique accélère le décès, alors une substance qui bloquerait l’action de l’acide folique pourrait peut-être guérir les malades ? En collaboration avec Harriett Kilte et les chimistes des Laboratoires Lederle, Farber mit au point l’aminopterine, puis l’amethopterine (méthotrexate), une substance « anti-folate » qui, en effet, se révéla efficace pour bloquer la prolifération des cellules cancéreuses.

En effet, les cellules ont besoin d’acide folique pour se reproduire. En donnant de l’acide folique à ses patients, Farber avait sans le savoir « nourri » les cellules cancéreuses en leur permettant de se multiplier encore plus vite. D’autres médicaments antileucémiques furent encore découverts pendant cette période : le 6-mercaptopurine (6-mp) et un alkaloïde, extrait de plante tropicale, la vincristine. Toutefois, ces produits seuls continuaient à causer plus de tort que de bien aux malades. En 1967, après 20 ans d’essai, une enquête sur 1000 enfants traités pendant la période révéla que seuls deux d’entre eux pouvaient être considérés avoir été « guéris », c’est-à-dire avoir survécu plus de 5 ans. La lutte contre la leucémie semblait donc désespérée.

 

° Le traitement de la leucémie

 

C’est à un ancien du Service de la guerre chimique, le Dr Howard Skippper du Sloan-Kettering Institute, que nous devons le protocole de traitement qui permit de faire passer le taux de survie à 5 ans des enfants leucémiques de 0,07 % en 1945 à 71 % aujourd’hui. Influencé par la culture militaire, il comprit que la leucémie ne pourrait être vaincue que par une éradication totale de l’ennemi : les cellules cancéreuses dans la moelle osseuse. Il fallait être prêt, aussi bien en pratique que psychologiquement, à pratiquer sur les patients une guerre totale, en recourant aussi bien aux armes chimiques (chimiothérapie) qu’à l’arme nucléaire (radiothérapie), en ne s’imposant qu’une seule limite : que le traitement s’arrête juste avant de tuer le malade. Il fallait pour cela accepter de fermer les yeux sur tous les enfants qui allaient être sacrifiés pour que cette limite soit trouvée, et aussi accepter de faire endurer aux patients des douleurs indescriptibles : car chaque étape du traitement allait être suivie de nausées et de vomissements d’une telle gravité que la plupart des enfants souffriraient de malnutrition et verraient leur croissance interrompue. Par ailleurs, comme expliqué plus haut, leurs cellules saines seraient empoisonnées comme leurs cellules cancéreuses, ce qui leur ferait tomber les cheveux, remplirait leur bouche d’ulcères, et leur provoquerait une diarrhée et une cystite (inflammation du canal urinaire) chroniques. Pendant toute cette affreuse période de recherche du traitement, les effets indésirables dépassèrent en gravité ceux de la maladie elle-même, et ce furent plus souvent les médicaments qui tuèrent les malades que le cancer lui-même.

Et pourtant, la solution finit par être trouvée par le Dr Skipper. Son innovation fut de comprendre que l’erreur de ses prédécesseurs avait été de cesser le traitement trop tôt.

La pratique, jusqu’à lui, avait été d’induire une rémission chez le malade, puis de réduire les doses pour limiter la toxicité du traitement. Le Dr Skipper, au contraire, décida d’accroître les doses une fois la rémission obtenue.

En effet, imagina-t-il avec raison, les cellules cancéreuses qui auront survécu à la première attaque sont forcément les plus résistantes et les plus malignes. Ce sont celles-là qu’il faut aller débusquer et annihiler avant qu’elles ne se multiplient et ne contre-attaquent en force.

On avait en effet observé que, lors des récidives du cancer, les médicaments étaient beaucoup moins efficaces, comme si les cellules cancéreuses avaient développé une résistance à la chimiothérapie.

Des médecins se mirent à appliquer ce principe : commencer par induire une rémission grâce à des médicaments relativement peu toxiques, la vincristine et la prednisone (dérivée de cortisone). À ce moment-là, une fois l’ennemi affaibli, lancer les armes de destruction massive méthotrexate et 6-mp, et continuer le traitement pendant deux à trois ans dans l’espoir d’éliminer la dernière cellule cancéreuse survivante.

Ce traitement permit un progrès modeste mais les médecins s’aperçurent que des cellules cancéreuses se réfugiaient dans le cerveau. Protégées par la barrière hémato-encéphalique, elles se trouvaient comme dans un bunker antichimiothérapie.

C’est ce qui donna l’idée à un autre médecin, le Dr Pinkel, de sortir l’arme nucléaire : il décida d’infliger en complément du traitement des rayons radioactifs dans le cerveau des enfants leucémiques. Ce fut un échec. Il réagit sur le patient suivant en doublant la dose de rayons.

Cette fois, le taux de rechutes fut divisé par vingt !!!

Un pas de géant avait été accompli dans le traitement de la leucémie. Les souffrances endurées par les patients sacrifiés se révélaient utiles. Le taux de survie à 5 ans passa à 50 % en 1971 puis, par d’autres améliorations du traitement, monta à 71 % en 1995 chez les enfants.

Globalement, aujourd’hui, en incluant les adultes, 50 % des patients leucémiques survivent au delà de 5 ans après leur diagnostic.

 

° Une histoire terrible, mais qui se finit bien

 

C’est donc une histoire terrible, mais qui se finit plutôt bien. Je dis « plutôt », car le problème de la leucémie est loin d’être derrière nous. Le traitement actuel continue à entraîner des séquelles (baisse du QI, lié aux traitements dans le cerveau), et surtout une forte augmentation du risque de leucémie à l’âge adulte, qui est un effet secondaire du traitement. C’est pourquoi les recherches continuent ardemment. On aimerait trouver un traitement moins toxique, moins agressif.

 

Le grand progrès dans le traitement de la leucémie est la greffe de moelle osseuse saine, que l’on implante dans les os du patient après avoir détruit entièrement la moelle malade. Ce traitement a encore progressé grâce à l’autogreffe, c’est-à-dire la culture de cellules saines du patient lui-même, qui permet de surmonter les problèmes d’incompatibilité immunitaire. Mais concernant la chimiothérapie elle-même, les progrès spectaculaires réalisés dans les années 60 n’ont pas été ré-édités. On traite toujours, grosso modo, la leucémie de la même façon. Le Dr Nicole Délépine, célèbre pour son service de traitement de la leucémie à l’hôpital de Garches, considère même que les nouveaux traitements que les labos cherchent à tester contre la leucémie ne méritent même pas d’être essayés. Pour elle le bon vieux méthotrexate reste le seul produit ayant fait ses preuves dans le domaine.

 

C’est au fond la différence entre la génération de nos parents, qui a connu les progrès de la médecine après Guerre, et la nôtre. Leur optimisme, leur confiance illimitée venait de la moisson de découvertes qui avaient lieu à l’époque. Et il est vrai que les progrès spectaculaires, comme celui du traitement de la leucémie, pouvait laisser espérer que le mouvement allait continuer de plus belle.

Dans la lutte contre le cancer, les progrès sont lents, très lents. Mais nous pouvons néanmoins nous estimer très heureux de disposer désormais de ce traitement contre la leucémie des enfants. Vraiment, c’est une bonne chose.

 

Maintenant, on comprendra aussi la volonté de personnes, de plus en plus nombreuses, de s’impliquer pour comprendre les causes (environnementales par exemple) des cancers, et découvrir les moyens de prévention les plus efficaces, en l’absence de traitements vraiment satisfaisants.

 

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Article mis à jour le 14 avril 2016.

Les lois des EHE (Êtres Hautement Évolués) ainsi que les lois de l’univers

10 avril 2017

\ Comment convaincre une personne de ne pas appliquer ce qu’elle a lu ? Dans un premier temps, il faut savoir ce que disent les textes, sachant qu’une certaine diversité d’interprétations peut-être acceptée. Dans un second temps, il faut savoir quelles sont les conditions d’application des textes, sachant qu’un texte peut-être rendu inapplicable par un autre texte. Dans un troisième temps, il faut savoir dans quels contexte et environnement ce texte a été écrit, pour comprendre que son application n’est pas d’actualité.

\ [ La règle de la minorité (intransigeante et stricte) (pour donner un exemple… lorsqu’on s’engage à ne pas tuer alors il ne faut pas chercher des exceptions dans lesquelles il semble nécessaire de tuer, sinon on ne parviendra jamais à se mettre d’accord sur le type d’exceptions à tolérer, ce qui rendra impossible la mise en place de la règle générale qui consiste à ne pas tuer.) ; minimiser son identité (pour garder sa capacité de réflexion, et pour ne pas recevoir une étiquette que l’on ne souhaite pas) (se qualifier de végétaLien risque de faire penser au mot  »carence ») ; 30 jours « végane » (au sens étymologique et noble du terme) sans sucres ni gluten (formulé différemment et de manière plus complète, il s’agit d’éviter les sucres raffinés et les céréales chargées en gluten et en prolamine) (il s’agit de mettre son engagement en pratique) ] [ne pas pratiquer la communication paralysante : il vaut mieux parler des divers avantages de ce que l’on souhaite que de parler des divers inconvénients de ce que l’on ne souhaite pas ; il y a d’écrit « FUMER TUE » sur les paquets de cigarettes mais cela n’incite pas les gens à arrêter de fumer]

° Les lois des EHE (Êtres Hautement Évolués) :
\ Dieu conseille à l’auteur, dans sa vie personnelle, de mettre l’accent sur les points 1 et 2 et 3 et 4 et 8 et 12 et 14 et 15 et 16.
1. Les membres d’une espèce éveillée discernent l’Unité de toute Vie et la vivent pleinement. Bien souvent, les humains dans un état NON éveillé la nient ou l’ignorent.
2. Les membres d’une espèce éveillée disent toujours la vérité. Trop souvent, les humains dans un état NON éveillé se mentent à eux-même et mentent aux autres. (En ce qui concernent l’Histoire, il faut dire la vérité, toute la vérité, uniquement la vérité ; mais il ne faut pas dire une demi-vérité même si on souhaite l’appeler « vérité pure » ; et il ne faut pas mentir. En ce qui concerne sa colère, je dois l’exprimer avec modération lorsque je suis tout seul, mais pas devant l’individu qui m’a mis en colère. Si je suis devenu éveillé, je dois incarner l’éveil, mais sans aller crier sous tous les toits que je suis éveillé.)
3. Les membres d’une espèce éveillée font ce qu’ils disent vouloir faire. Souvent, les humains dans un état NON éveillé disent une chose et en font une autre.
4. Les membres d’une espèce éveillée, ayant vu et reconnu ce qui fonctionne, font toujours cela. Les humains dans un état NON éveillé font souvent le contraire.
5. Les membres d’une espèce éveillée n’acceptent pas dans leur civilisation un quelconque principe avec ce que les humains appellent la « justice » et le « châtiment ». (Il n’est pas naturel aux membres éveillés de pardonner sans compréhension. Ils refusent de se venger, mais ils comprennent. Ils ne consentent pas au mal qu’on leur fait ; mais ils ne ressentent pas de colère haineuse. Ils ne sont pas dans l’illusion de la séparation, ils savent que la violence amène la violence, ils ont de l’empathie pour leur bourreau qui a peut-être souffert, ils savent que le bourreau ne sait pas ce qu’il fait au niveau conscient même lorsque le bourreau ment.)
6. Les membres d’une espèce éveillée n’acceptent pas dans leur civilisation un quelconque principe avec ce que les humains appellent l’ « insuffisance ».
7. Les membres d’une espèce éveillée n’acceptent pas dans leur civilisation un quelconque principe avec ce que les humains appellent la « propriété ».
8. Les membres d’une espèce éveillée partagent constamment avec tout le monde.
9. Les membres d’une espèce éveillée établissent un équilibre entre la technologie et la cosmologie, de même qu’entre les machines et la nature. Souvent, les humains dans un état NON éveillé ne le font pas.
10. Les membres d’une espèce éveillée établissent un équilibre entre la technologie et la cosmologie, de même qu’entre les machines et la nature. Souvent, les humains dans un état NON éveillé ne le font pas.
11. Les membres d’une espèce éveillée ne feraient jamais rien qui puisse endommager ou affecter l’environnement physique dont dépendent les membres de leur espèce quand ils sont incarnés sur le plan physique. Les humains dans un état NON éveillé le font souvent.
12. Les membres d’une espèce éveillée ne s’empoisonnent jamais.
13. Les membres d’une espèce éveillée ne sont jamais en concurrence entre eux. Les humains dans un état NON éveillé le sont souvent. (Les membres éveillés n’ont aucun plaisir à gagner à un jeu si leur victoire implique la défaite d’une autre personne. Même dans le milieu professionnel, ils sont solidaires, mais ne sont pas en concurrence).
14. Les membres d’une espèce éveillée sont parfaitement conscients qu’ils n’ont besoin de rien. Les humains dans un état NON éveillé agissent souvent en fonction de leur besoins perçus. (Les membres éveillés ne vont pas dans l’excès inverse ; ils ne se privent pas de nourriture, et ils ne se mortifient pas)
15. Les membres d’une espèce éveillée éprouvent et expriment de l’amour inconditionnel pour chacun. Souvent, les humains dans un état NON éveillé ne peuvent s’imaginer que même Dieu les aime, et encore moins s’aimer eux-mêmes.
16. Les membres d’une espèce éveillée ont harnaché les pouvoirs de la dimension immatérielle. La plupart des humains dans un état NON éveillé ignorent leur existence.

.
° Les 10 illusions des humains sont le fait de croire que sont omniprésents (ou presque omniprésents) : le besoin, l’échec, la désunion, le manque, le jugement, la condamnation, les conditions, la supériorité, l’ignorance

.

.

.

¤ LES LOIS DE L’UNIVERS :

* http://lawsoftheuniverse.weebly.com/the-laws.html

¤ 7 Lois Philosophiques Hermètes :

* http://lawsoftheuniverse.weebly.com/7-hermetic-philosphic-laws.html

* Les sept principes hermétiques. « Les principes de la vérité sont sept, celui qui les connaît, de manière compréhensible, possède la clé magique avant le déclenchement de toutes les portes du temple ». – Le Kybalion. https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Kybalion

Les Sept Principes Hermétiques, sur lesquels s’appuie toute la Philosophie Hermétique, sont les suivants:

    LE PRINCIPE DU MENTALISME.

    LE PRINCIPE DE CORRESPONDANCE.

    LE PRINCIPE DE LA VIBRATION.

    LE PRINCIPE DE LA POLARITÉ.

    LE PRINCIPE DU RYTHME.

    LE PRINCIPE DE CAUSE ET D’EFFET.

    LE PRINCIPE DU GENRE.

Ces sept principes seront discutés et expliqués au fur et à mesure que nous procédons à ces leçons. Une courte explication de chacun, cependant, peut aussi être donnée à ce stade.

¤ I. LE PRINCIPE DU MENTALISME.

« THE ALL is MIND; The Universe is Mental ». – Le Kybalion.

Ce principe incarne la vérité que « Tout est l’esprit ». Cela explique que THE ALL (qui est la Realité Substantile sous-tendant toutes les manifestations extérieures et les apparences que nous connaissons sous les termes « The Material Universe », « Phenomena of Life », « Matter », « Energy » et, en bref , Tout ce qui est évident pour nos sens matériels) est SPIRIT, qui en soi est INCONTABLE et impossible à évaluer, mais qui peut être considéré et considéré comme UN UNIVERSEL, INFINITE, VIE L’ESPRIT. Il explique également que tout le monde ou l’univers phénoménal est simplement une Création Mentale de L’ALL, soumis aux lois des choses créées, et que l’univers, dans son ensemble, et dans ses parties ou unités, a son existence dans l’esprit de THE ALL, dans lequel Mind nous « vivons, nous déménageons et avons notre être ». Ce principe, en établissant la nature mentale de l’univers, explique facilement tous les phénomènes psychiques et psychologiques variés qui occupent une si grande partie de l’attention du public et qui, sans une telle explication, ne sont pas compréhensibles et défient le traitement scientifique. Une compréhension de ce grand principe hermétique du mentalisme permet à l’individu de saisir facilement les lois de l’univers mental et d’en appliquer le même bien à son bien-être et à son avancement. L’élève hermétique est habilité à appliquer intelligemment les grandes lois mentales, au lieu de les utiliser de manière aléatoire. Avec le pneu Master-Key en sa possession, l’élève peut débloquer les nombreuses portes du temple mental et psychique de la connaissance, et entrer dans le même esprit libre et intelligent. Ce principe explique la vraie nature de «l’énergie», «le pouvoir» et la «matière», et pourquoi et comment tout cela est subordonné à la maîtrise de l’esprit. L’un des anciens maîtres hermétiques a écrit, il y a longtemps: «Celui qui saisit la vérité de la nature mentale de l’univers est bien avancé sur Le chemin de la maîtrise». Et ces mots sont aussi vraisemblablement au moment où ils ont été écrits pour la première fois. Sans cette Maître-Clé, la maîtrise est impossible, et l’étudiant frappe en vain les nombreuses portes du Temple.

¤ II. LE PRINCIPE DE CORRESPONDANCE.

« Comme ci-dessus, donc ci-dessous, comme ci-dessous ci-dessus. » – Le Kybalion.

Ce principe incarne la vérité qu’il y a toujours une correspondance entre les lois et les phénomènes des divers plans de l’être et de la vie. Le vieux axiome hermétique a couru dans ces mots: « Comme ci-dessus, ainsi ci-dessous, comme ci-dessous, ainsi ci-dessus. » Et la compréhension de ce principe donne à chacun le moyen de résoudre un paradoxe sombre et un secret caché de la nature. Il y a des avions au-delà de notre connaissance, mais lorsque nous appliquons le Principe de Correspondance à eux, nous sommes en mesure de comprendre beaucoup de ce qui nous serait inconnaissable. Ce principe est d’application et de manifestation universelle, sur les différents plans de l’univers matériel, mental et spirituel, c’est une loi universelle. Les anciens Hermétistes considéraient ce Principe comme l’un des instruments mentaux les plus importants par lesquels l’homme pouvait écarter les obstacles qui cachaient de voir l’Inconnu. Son utilisation a même écarté le Voile d’Isis dans la mesure où un aperçu du visage de la déesse pourrait être pris. Tout comme une connaissance des Principes de la géométrie permet à l’homme de mesurer les soleils éloignés et leurs mouvements, assis dans son observatoire, une connaissance du Principe de Correspondance permet à l’Homme de raisonner de manière intelligente à partir du Connoré à l’Inconnu. En étudiant la monade, il comprend l’archange.

¤ III. LE PRINCIPE DE LA VIBRATION.

« Rien ne repose, tout se déplace, tout vibre ». – Le Kybalion.

Ce principe incarne la vérité que « tout est en mouvement »; « Tout vibre »; « Rien n’est au repos »; Les faits que la Science moderne approuve, et que chaque nouvelle découverte scientifique a tendance à vérifier. Et pourtant, ce principe hermétique a été énoncé il y a des milliers d’années par les maîtres de l’Égypte ancienne. Ce principe explique que les différences entre les différentes manifestations de la matière, de l’énergie, de l’esprit et même de l’esprit résultent en grande partie des différents taux de vibrations. De THE ALL, qui est Pure Spirit, jusqu’à la forme la plus grossière de Matter, tout est en vibration – plus la vibration est élevée, plus la position dans la balance est élevée. La vibration de l’Esprit est à un taux aussi infini d’intensité et de rapiditéQu’il soit pratiquement au repos – tout comme une roue qui se déplace rapidement semble être immobile. Et à l’autre extrémité de l’échelle, il existe des formes grossières de matière dont les vibrations sont si basses qu’elles semblent au repos. Entre ces pôles, il y a des millions et des millions de degrés de vibrations variables. Du corpuscule et de l’électron, de l’atome et de la molécule, aux mondes et aux univers, tout est en mouvement vibratoire. Cela est également vrai sur les plans d’énergie et de force (qui ne sont que des degrés variables de vibration); Et aussi sur les plans mentaux (dont les états dépendent des vibrations); Et même sur les plans spirituels. Une compréhension de ce Principe, avec les formules appropriées, permet aux étudiants hermétiques de contrôler leurs propres vibrations mentales ainsi que celles des autres. Les Maîtres appliquent également ce Principe à la conquête des phénomènes naturels, de diverses façons. «Celui qui comprend le Principe de la Vibration, a saisi le sceptre du pouvoir», dit l’un des anciens écrivains.

¤ IV. LE PRINCIPE DE LA POLARITÉ. « Tout est Dual, tout a des poteaux, tout a ses deux opposés, et à la différence des mêmes, les opposés sont de nature identique, mais différents en degrés, les extrêmes se rencontrent, toutes les vérités ne sont que des demi-vérités; Tous les paradoxes peuvent être conciliés.  » – Le Kybalion. Ce principe incarne la vérité que « tout est double »; « Tout a deux pôles »; « Tout a ses deux opposés », tous les anciens axiomes hermétiques. Cela explique les anciens paradoxes qui ont perplexe tant, ce qui a été dit comme suit: «Les thèses et les anti-thèses sont de nature identique, mais différentes en degré»; «Les contraires sont les mêmes, différant seulement en degré»; « Les couples d’opposés peuvent être conciliés »; « Les extrêmes se rencontrent »; « Tout est et n’est pas, en même temps »; « Toutes les vérités ne sont que des demi-vérités »; « Toute vérité est à moitié fausse »; « Il y a deux côtés de tout », etc., etc., etc. Il explique que, dans tout, il y a deux pôles, ou des aspects opposés, et que les « opposés » ne sont vraiment que les deux extrêmes de la même chose, avec beaucoup de variantes Degrés entre eux. Pour illustrer: la chaleur et le froid, même si les «opposés» sont vraiment les mêmes, les différences ne sont que des degrés de la même chose. Regardez votre thermomètre et voyez si vous pouvez découvrir où « chaleur » se termine et « froid » commence! Il n’y a pas de «chaleur absolue» ou «froid absolu» – les deux termes «chaleur» et «froid» indiquent simplement des degrés variables de la même chose, et cette «même chose» qui se manifeste comme «chaleur» et «froid» « Est simplement une forme, une variété et un taux de vibration. Ainsi, «chaleur» et «froid» sont simplement les «deux pôles» de ce que nous appelons «Chaleur» – et les phénomènes qui y sont associés sont des manifestations du Principe de Polarité. Le même Principe se manifeste dans le cas de « Lumière et Ténèbres », qui sont la même chose, la différence étant de degrés variables entre les deux pôles des phénomènes. Où « l’obscurité » part-elle, et « léger » commence-t-il? Quelle est la différence entre « Large et Small »? Entre «Hard and Soft»? Entre «Noir et Blanc»? Entre « Sharp and Dull »? Entre « Noise and Quiet »? Entre «Haut et Bas»? Entre «Positif et négatif»? Le Principe de la Polarité explique ces paradoxes, et aucun autre Principe ne peut le surpasser. Le même principe fonctionne sur le plan mental. Prenons un exemple radical et extrême – celui de « Love and Hate », deux états mentaux apparemment totalement différents. Et pourtant, il y a des degrés de haine et de degrés d’amour, et un point central dans lequel nous utilisons les termes «Like or Dislike», qui s’améliorent si graduellement que parfois nous sommes en perte de savoir si nous « aimons » ou « Déteste » ou « non plus ». Et tous sont simplement des degrés de la même chose, comme vous le verrez si vous voulez penser un moment. Et, plus que cela (et considéré comme plus important par les Hermétistes), il est possible de changer les vibrations de la haine contre les vibrations de l’Amour, dans son esprit et dans l’esprit des autres. Beaucoup d’entre vous, qui ont lu ces lignes, ont eu des expériences personnelles de la transition rapide involontaire de Love to Hate, et l’inverse, à votre guise et à celle des autres. Et vous réaliserez donc la possibilité que cela soit accompli par l’utilisation de la volonté, au moyen des formules hermétiques. «Le bien et le mal» ne sont que les pôles de la même chose, et l’hermetiste comprend l’art de transformer le mal en bien, au moyen d’une application du principe de la polarité. Bref, l’art de la polarisation devient une phase de «l’alchimie mentale» connue et pratiquée par les anciens et modernes maîtres hermétiques. Une compréhension du Principe permettra de changer sa propre Polarité, ainsi que celle des autres, s’il consacrera le temps et les études nécessaires pour maîtriser l’art.

¤ V. LE PRINCIPE DU RYTHME. « Tout coule, dehors et en dedans, tout a ses marées, toutes choses montent et tombent, le pendule-swing se manifeste dans tout, la mesure de la balançoire à droite est la mesure de l’oscillation vers la gauche; Rhythm compensaTes. « - Le Kybalion. Ce principe incarne la vérité que, dans tout, il se manifeste un mouvement mesuré, en va-et-vient: un flux et un afflux, un basculer vers l’arrière et vers l’avant, un mouvement en forme de pendule, un reflux et un flux de marée : Une marée haute et une marée basse, entre les deux pôles qui existent selon le Principe de Polarité décrit il y a un instant. Il y a toujours une action et une réaction: une avancée et une retraite en hausse et en coulée. Dans les affaires de l’univers, des soleils, des mondes, des hommes, des animaux, de l’esprit, de l’énergie et de la matière. Cette loi se manifeste dans la création et la destruction des mondes, dans la montée et la chute des nations, dans la vie de toutes choses; Enfin, dans les états mentaux de l’homme (et c’est avec ce dernier que les Hermétiques trouvent la compréhension du Principe le plus important). Les Hermétistes ont compris ce Principe, en trouvant son application universelle, et ont également découvert certains moyens pour surmonter ses effets dans Eux-mêmes en utilisant les Mulas et méthodes. Ils appliquent la Loi Mentale de Neutralisation. Ils ne peuvent annuler le Principe, ou ne pas cesser son fonctionnement, mais ils ont appris à échapper à leurs effets sur un certain degré selon la Maîtrise du Principe. Ils ont appris à l’UTILISER, au lieu de l’UTILISER. Dans cette méthode et similaires, se composent l’art des hermétistes. Le Maître de Hermétique se polarise au point où il désire se reposer, puis neutralise le basculement rythmique du pendule qui tendrait à l’emporter vers l’autre poteau. Tous les individus qui ont atteint un degré quelconque de maîtrise de soi le font dans une certaine mesure, plus ou moins inconsciemment, mais le Maître le fait consciencieusement, et en utilisant sa Volonté et atteint un degré de Poème et fermeté mentale presque impossible de croyance De la part des masses qui se balancent en avant et en avant comme un pendule. Ce principe et celui de la Polarité ont été étroitement étudiés par les Hermétistes, et les méthodes de neutralisation et de neutralisation et de l’UTILISATION constituent une partie importante de l’Hermétique Mental Alchemy.

¤ VI. LE PRINCIPE DE CAUSE ET D’EFFET. « Toute cause a son effet, chaque effet a sa cause, tout se passe selon la loi, le hasard n’est qu’un nom pour le droit non reconnu, il y a beaucoup de causes de causalité, mais rien n’échappe à la loi ». – Le Kybalion. Ce principe incarne le fait qu’il existe une cause pour chaque effet; Un effet de chaque cause. Cela explique que: « Tout se passe selon la loi »; Que rien ne «se produit simplement»; Qu’il n’y a pas de hasard; Que, bien qu’il y ait différents plans de Cause et Effet, plus dominant les plans inférieurs, rien n’échappe entièrement à la Loi. Les Hermétistes comprennent l’art et les méthodes de s’élever au-dessus du plan ordinaire de Cause et Effet, dans une certaine mesure, et en augmentant mentalement vers un plan supérieur, ils deviennent des Causes plutôt que des Effets. Les masses de personnes sont transportées, obéissant à l’environnement; Les volontés et les désirs d’autres plus forts que eux-mêmes; hérédité; suggestion; Et d’autres causes extérieures qui les déplacent comme des pions sur l’Échiquier de vie. Mais les Maîtres, qui se lèvent vers l’avant, dominent leurs humeurs, leurs personnages, leurs qualités et leurs pouvoirs, ainsi que l’environnement qui les entoure, et deviennent des Déménageurs plutôt que des pions. Ils aident à JOUER LE JEU DE LA VIE, au lieu d’être joué et déplacé par d’autres testaments et de l’environnement. Ils utilisent le principe au lieu d’être ses outils. Les Maîtres obéissent à la Causalité des avions supérieurs, mais ils aident à REGARDER sur leur propre avion. Dans cette déclaration, il est condensé une richesse de connaissance hermétique – laissez-le lire qui peut.

¤ VII. LE PRINCIPE DU GENRE. « Le genre est en tout; tout a ses principes masculins et féminins, le genre, se manifeste sur tous les plans ». – Le Kybalion. Ce principe incarne la vérité qu’il y a GÉNÉRER manifesté en tout – les principes masculins et féminins au travail. Ceci est vrai non seulement sur le plan physique, mais sur les plans mental et même spirituel. Sur le plan physique, le principe se manifeste sous forme de SEX, dans les plans supérieurs, il faut des formes supérieures, mais le principe est toujours le même. Aucune création, physique, mentale ou spirituelle, n’est possible sans ce Principe. Une compréhension de ses lois éclairera beaucoup un sujet qui a perplexe l’esprit des hommes. Le principe du genre fonctionne toujours dans la direction de la génération, de la régénération et de la création. Tout, et chaque personne, contient les deux Éléments ou Principes, ou ce grand Principe, en lui, lui ou elle. Chaque chose mâle a également l’élément féminin; Chaque Femme contient aussi le Principe Mâle. Si vous comprenez la philosophie de la Création mentale et spirituelle, de la Génération et de la Re-génération, vous devez comprendre et étudier ce Principe Hermétique. Il contient la solution de nombreux mystères de la Vie. Nous vous précisons que ce Principe n’a aucune référence aux nombreuses bases, pernicieuses et dégradant les théories, les enseignements et les pratiques luxuriants, qui sont enseignés sous des titres fantaisistes et qui sont une prostitution du grand principe naturel du genre. De telles révocations de base des anciennes formes infâmes de Phallicism ont tendance à ruiner l’esprit, le corps et l’âme, et la Philosophie Hermétique a déjà été la note d’avertissement contre ces enseignements dégradés qui tendent à la convoitise, à la licétude et à la perversion des principes de la Nature. Si vous cherchez de tels enseignements, vous devez aller ailleurs pour eux – L’herméticisme ne contient rien pour vous dans ce sens. Pour le pur, tout est pur; À la base, tout est fondamental.

* Uncommom/Misc. LawsUncommon/Misc. Laws

\ Le droit de la résonance – La loi de la résonance est la loi universelle qui détermine les différents motifs ou fréquences vibratoires qui sont déterminés et projetés en fonction de diverses pensées, croyances et émotions et la fréquence projetée qui active la loi de l’attraction en veillant à ce que cette résonance ou projeté L’énergie ne peut s’harmoniser qu’avec des énergies qui vibrent ou résonnent à une fréquence vibratoire harmonieuse similaire qui détermine et crée vos résultats physiques.

\ Droit de la croissance – Le droit de la croissance est la loi universelle qui est l’une des plus simples à comprendre. Il existe simplement pour s’assurer que quelque chose se développe toujours, que la création est constante et déterminée par le type et la qualité de la graine plantée. Dans le cas de la vérité universelle, cette graine est déterminée par l’énergie projetée. Grâce à son opération immuable, inébranlable et prévisible, vous pouvez devenir conscient et déterminé dans ce que vous projetez ou planifiez, ce qui déterminera ce que vous recevrez ou récoltez dans chaque domaine de votre vie.

\ Droit de l’abondance – Le droit de l’abondance peut être mieux compris en regardant la croissance continue et les ressources illimitées disponibles dans notre Univers. Il produit continuellement et se multiplie sans effort grâce au pouvoir des lois universelles ci-dessus, dont l’abondance est déterminée uniquement par le type et la qualité de la graine ou de l’énergie projetée.

\ Le droit de la réciprocité – La loi de la réciprocité qui est étroitement liée et s’harmonise parfaitement avec toute loi universelle, initie et crée un processus inébranlable et infaillible qui «réciproque» le sens de donner et de prendre mutuellement ou de revenir en nature ou en degré.

¤ 12 lois universelles communes :

* http://lawsoftheuniverse.weebly.com/12-immutable-universal-laws.html

\ La Loi de l’Unité Divine – tout est relié à tout le reste. Ce que nous pensons, dire, faire et croire aura un effet correspondant sur les autres et sur l’univers qui nous entoure.
\
La loi de la vibration – Tout dans l’univers se déplace, vibre et se déplace dans des motifs circulaires, les mêmes principes de vibration dans le monde physique s’appliquent à nos pensées, sentiments, désirs et volonté dans le monde éthérique. Chaque son, chose et même pensé a sa propre fréquence vibratoire, unique en soi.

\ Loi d’action – Doit être employé pour que nous puissions manifester des choses sur terre. Nous devons nous engager dans des actions qui soutiennent nos pensées rêves, émotions et mots

La loi de la correspondance – Cette loi universelle stipule que les principes ou les lois de la physique qui expliquent l’énergie physique du monde, la lumière, les vibrations et le mouvement ont leurs principes correspondants dans l’éthérique ou l’univers « Comme ci-dessus, donc ci-dessous »

\ Loi de cause et d’effet – Rien ne se produit par hasard ou en dehors des lois universelles. Toute action (y compris la pensée) a une réaction ou une conséquence « Nous récoltons ce que nous semons »

\ Loi de la compensation – La loi universelle est la loi de la cause et de l’effet appliquée aux bénédictions et à l’abondance qui nous sont fournies. Les effets visibles de nos actes nous sont donnés dans les cadeaux, l’argent, les héritages, les amitiés et les bénédictions.

\ La loi de l’attraction – Démontre comment nous créons les choses, les événements et les personnes qui entrent dans nos vies Nos pensées, nos sentiments, nos paroles et nos actions produisent des énergies qui, à leur tour, attirent des énergies. Les énergies négatives attirent les énergies négatives et les énergies positives attirent des énergies positives.

\ La loi de la transmutation perpétuelle de l’énergie – Toutes les personnes ont en leur pouvoir le pouvoir de changer les conditions de leur vie. Des vibrations plus élevées consomment et transforment les plus bas; Ainsi, chacun de nous peut changer les énergies dans nos vies en comprenant les lois universelles et en appliquant les principes de manière à influer sur le changement

\ Loi de la relativité – Chaque personne recevra comme série de problèmes (Essais d’initiation / leçons) dans le but de renforcer la lumière au cours de chacun de ces tests / leçons pour être un défi et rester connecté à nos cœurs lors de la résolution des problèmes. Cette loi nous enseigne également à comparer nos problèmes aux autres problèmes dans une perspective appropriée. Peu importe la gravité de notre situation, il y a toujours quelqu’un qui est dans une position pire. Tout est relatif.

\ La loi de la polarité: tout se trouve sur un continuum et a l’envers. Nous pouvons supprimer et transformer des pensées indésirables en nous concentrant sur le pôle opposé. C’est la loi des vibrations mentales.

\ La loi du rythme – Tout vibre et se déplace à certains rythmes .. Ces rythmes établissent des saisons, des cycles, des étapes de développement et des modèles. Chaque cycle reflète la régularité de l’univers de Dieu. Les maîtres savent comment se lève au-dessus des parties négatives d’un cycle en ne pouvant jamais exciter ou permettre aux choses négatives de pénétrer leur conscience.

\ La loi du genre – La loi du genre se manifeste en toutes choses comme masculin et féminin. C’est cette loi qui régit ce que nous connaissons comme création. La loi du genre se manifeste dans le règne animal en tant que sexe. Cette loi détermine tout dans la nature à la fois masculin et féminin. Les deux sont nécessaires pour que la vie existe.
¤ 11 Lois oubliées :

* http://lawsoftheuniverse.weebly.com/11-forgotten-lawsnow-remembered.html

La loi de la pensée

La loi de l’approvisionnement

La loi de l’attraction

La loi de réception

La loi d’augmentation

La loi d’indemnisation

Loi de non-résistance : Dans chaque moment éveillé, nous créons et modifions nos vies. Notre situation actuelle et notre avenir sont et sommes le fruit de nos penses, de nos visualisations, de nos intentions, de nos émotions, de nos sentiments, de nos croyances, de nos attitudes, de nos attentes et de ce que nous voulons (ou Ne nous permettrons pas) d’expérimenter les formes de votre vie.

La loi du pardon

La loi du sacrifice

La loi de l’obéissance

La loi du succès

Comment mieux connaitre une personne

4 octobre 2022

https://fr.wikihow.com/mieux-connaitre-une-personne

Comment mieux connaitre une personne

Comment mieux connaitre une personne dans *** TOUS LES ARTICLES *** icon-pdf Télécharger l’article

Les relations font partie intégrante de la vie de tout le monde. Qu’il s’agisse d’amis ou d’amoureux, de collègues ou même de la personne que vous venez juste de rencontrer, il peut arriver que vous ayez une connexion avec une personne et que vous ayez envie d’apprendre à mieux la connaitre. Toutefois, vous pouvez avoir du mal à déterminer la meilleure manière d’approfondir votre relation sans vous précipiter ou sembler autoritaire. Vous pouvez apprendre à mieux connaitre quelqu’un en montrant de l’intérêt, en vous ouvrant à lui et en approfondissant votre relation.

Partie 1

Montrer de l’intérêt

  1. Image intitulée Get to Know Someone Better Step 1
    1
    Tenez une conversation. Le fait de discuter avec quelqu’un est le meilleur moyen pour mieux connaitre celui-ci. Attirer l’attention d’une personne via une discussion peut indiquer que vous souhaitez mieux la connaitre [1] .

    • Faites usage de divers moyens pour engager la conversation. Vous avez la possibilité de vous approcher de la personne ou de lui envoyer un courriel ou un message. Restez léger au départ et posez des questions auxquelles l’individu peut répondre. Par exemple, vous pouvez vous avancer vers la personne et dire Salut Sara, j’ai vraiment apprécié ton exposé aujourd’hui, surtout les graphiques. Comment as-tu pu les réaliser ? Si vous voulez envoyer un message ou un courriel à la personne, vous pourriez écrire Excellente présentation aujourd’hui, Sara ! La façon dont tu as présenté les graphiques m’a vraiment impressionné. Peux-tu m’en dire plus sur la façon dont tu les as regroupé [2]  ?
    • N’oubliez pas d’en faire une conversation anodine au lieu d’aborder des sujets personnels. Les questions personnelles sont non seulement plus appropriées lorsque vous connaissez bien la personne, mais certains individus peuvent confondre cela au fur et à mesure que vous les abordiez.
  2. Image intitulée Get to Know Someone Better Step 2
    2
    Montrez votre côté positif. Les gens sont plus susceptibles de vouloir mieux vous connaitre si vous êtes positif et organisé. Cela montre à la personne que vous avez du respect pour vous-même et pour votre amitié [3] .

    • Soignez votre apparence sans exagérer. Portez des vêtements propres, peignez vos cheveux et gardez-vous de passer trop de parfum et de maquillage. Cela montre à l’autre que vous êtes abordable et disposé à mieux le connaitre.
    • Faites montre de positivité et d’optimisme. Bien que nous passions tous parfois une mauvaise journée, personne n’aime être en compagnie de quelqu’un qui a toujours des pensées négatives ou qui est déprimé. Si vous avez passé une mauvaise journée, dites-le à votre ami, puis dites quelque chose du genre, Et là, nous sortons et je suis vraiment heureux d’oublier cette mauvaise journée.
  3. Image intitulée Get to Know Someone Better Step 3
    3
    Soyez gentil. Tout le monde aime être en compagnie des personnes qui sont confiantes et à l’aise avec elles-mêmes. Le fait d’être positif, gentil, amical et ouvert envers la personne que vous souhaitez mieux connaitre peut permettre de l’attirer vers vous.

    • Maintenez le contact visuel avec cette personne et adoptez un langage corporel ouvert pour montrer que vous lui portez de l’intérêt et que vous êtes amical [4] . Par exemple, souriez, inclinez votre corps et penchez la tête vers la personne [5] .
    • Évitez de parler en mal des autres, car cela risque de dissuader la personne que vous souhaitez mieux connaitre. Les avis négatifs peuvent amener la personne à poser cette question, Que dit-il de moi lorsque je suis absent [6]  ?
  4. Image intitulée Get to Know Someone Better Step 4
    4
    Faites preuve de patience. Il vous faudra du temps pour apprendre à connaitre quelqu’un. Augmentez progressivement vos interactions avec la personne et faites montre d’intérêt et de respect mutuel envers lui. Cette approche vous permet également à tous les deux de révéler votre véritable personnalité, ce qui peut finalement entrainer une amitié solide.
Partie 2

Interagir avec son ami

  1. Image intitulée Get to Know Someone Better Step 5
    1
    Parlez de vos centres d’intérêt respectifs. En discutant, parlez des choses qui passionnent la personne. Le fait de savoir ses affinités vous donnera plus de détails sur la personnalité de votre ami [7] .

    • Donnez des avis sur les centres d’intérêt de la personne et servez-vous-en au cours de la conversation. Cela pourrait l’inciter à vous parler davantage et vous permettre d’apprendre plus la personnalité de l’autre. Cela peut également vous amener à mener des activités ensemble, ce qui peut également renforcer votre relation. Par exemple, dites Viens-tu de dire que tu aimes la cuisine vietnamienne ? Je n’ai jamais essayé cela. Quels sont tes types de plats préférés [8]  ?
    • Posez des questions au sujet des centres d’intérêt de la personne. Par exemple, si vous voulez apprendre à mieux connaitre la personne qui est juste assise à côté de vous, dites J’ai remarqué cette magnifique image sur ton bureau. Où l’as-tu acheté ?
    • Faites mention de vos centres d’intérêt au cours de la conversation. Cela permettra à l’autre de mieux vous connaitre et montrera aussi que vous avez envie de discuter avec lui. Pensez à utiliser les centres d’intérêt de l’autre en tant que moyen pour vous présenter. Par exemple, si vous discutez de la nourriture, vous pouvez dire J’aime toujours essayer de nouveaux mets et je n’ai pas encore vraiment essayé la cuisine mexicaine. Peux-tu m’en dire un peu plus à ce sujet et m’indiquer les plats que tu préfères ?
  2. Image intitulée Get to Know Someone Better Step 6
    2
    Accordez une attention particulière à la personne. Si vous voulez connaitre la personnalité et les centres d’intérêt de la personne, écoutez et suivez de près les actes et les propos de votre ami. Cela est la preuve que vous lui portez de l’intérêt et vous donne une amorce à partir de laquelle vous pouvez entamer une conversation ou proposer que vous meniez une activité ensemble [9] .

    • Abordez des sujets sérieux et plus légers afin de mieux cerner la personnalité de la personne. Par exemple, pour les sujets plus légers, parlez des animaux de compagnie. Vous pouvez dire Quelle race de chien as-tu ou aimerais-tu avoir ? Pour les sujets plus sérieux, faites en sorte qu’ils ne soient pas polémiques afin de ne pas offenser la personne. Vous pouvez dire Tu te rends compte à quel point la campagne électorale pour la présidence est devenue mesquine ?
    • Posez des questions au sujet des propos de la personne afin de montrer que vous voulez apprendre à mieux la connaitre.
    • Faites des remarques sur la personne et complimentez-la. Il s’agit aussi d’un bon moyen de faire durer la conversation et de montrer l’intérêt que vous lui portez [10] . Par exemple, dites Ta capacité à te débarrasser de tous les obstacles sur ton chemin est vraiment impressionnante ! Comment le fais-tu avec autant de grâce ?
    • Observez les habitudes de la personne. Votre ami tient-il toujours les portes aux autres ? Si c’est le cas, cela pourrait indiquer qu’il est poli et prévenant.
  3. Image intitulée Get to Know Someone Better Step 7
    3
    Gardez votre indépendance. Vous pourriez être tenté de passer beaucoup de temps avec l’autre lorsque vous apprenez à vous connaitre, mais il est important que vous gardiez votre indépendance. C’est une marque de respect pour l’autre tout comme pour vous et cela peut vous aider à mieux cerner la personnalité de la personne [11] .

    • Continuez de défendre vos propres opinions, ce qui pourrait vous amener à avoir ensemble des conversations plus enrichissantes. Montrez à votre ami que vous êtes capable d’avoir vos propres opinions. Les échanges constructifs et les conversations enrichissantes aideront à maintenir votre amitié [12] .
    • Évitez de vous rendre trop disponible. Cela montrera à la personne que vous n’êtes pas collant et que vous pouvez avoir d’autres relations.
  4. Image intitulée Get to Know Someone Better Step 8
    4
    Passez du temps ensemble. L’un des meilleurs moyens d’apprendre à mieux connaitre quelqu’un, c’est de mener différentes activités avec lui. Ceci vous aidera à découvrir de nouveaux aspects de sa personnalité ou de sa vie, tout en montrant que vous avez envie de renforcer vos liens [13] .

    • Vous pourriez envisager de commencer à faire des choses que vous aimez tous les deux. Par exemple, suggérez un diner à un restaurant que vous avez tous deux envie d’essayer. Vous pourriez aussi faire la cuisine ensemble.
    • Limitez le temps que vous passez ensemble en fonction d’à quel point vous connaissez la personne. Vous ne devriez par exemple pas réserver des vacances ensemble si vous ne connaissez l’autre que depuis quelques mois. Vous pourriez plutôt envisager de faire une virée d’un jour pour faire quelque chose dont vous avez tous les deux envie.
  5. Image intitulée Get to Know Someone Better Step 9
    5
    Acceptez les qualités comme les défauts. Personne n’a une personnalité unidimensionnelle. Apprendre à mieux connaitre quelqu’un, c’est aussi réaliser qu’il y a des aspects positifs et négatifs de sa personnalité. Le fait d’accepter ses défauts et ses qualités peut vous aider à mieux connaitre l’autre et à forger une solide relation avec lui [14] .

    • Dans la mesure du possible, veillez à ce que vos interactions soient toujours positives. Commencez vos conversations par de bonnes nouvelles ou par quelque chose de positif qui vous est arrivé. Ceci peut détendre l’atmosphère et vous permettre par la suite (ou permettre à l’autre) d’aborder des sujets plus négatifs, ce qui peut plus tard vous donner des indices sur la personnalité de votre ami.
    • Soyez compréhensif lorsque l’autre semble avoir eu une mauvaise journée. Personne n’est à l’abri d’un minimum de négativité et le fait d’observer la façon dont la personne gère cette situation peut vous amener à mieux la connaitre. Si vous en avez envie, discutez avec l’autre de ce qui le trouble et offrez-lui votre aide.
Partie 3

Renforcer sa relation

  1. Image intitulée Get to Know Someone Better Step 10
    1
    Montrez à la personne que vous lui portez de l’intérêt. Il n’y a aucun mal à dire à un ami que vous aimeriez apprendre à mieux le connaitre, que ce soit en tant qu’ami ou sur le plan romantique. Au cours d’une conversation banale, vous pourriez dire J’aime vraiment passer du temps avec toi et j’espère que nous aurons l’opportunité de développer encore plus notre amitié à l’avenir. Assure-vous de bien souligner le côté platonique de la relation que vous voulez avoir en disant notre amitié de façon à ne pas embrouiller l’autre. Si par contre vous avez des sentiments pour cette personne, vous devriez aussi le dire clairement. Vous pourriez dire Tu sais, nous avons dernièrement passé beaucoup de temps ensemble et mes sentiments ont dépassé la simple amitié. J’espère que tu ressens la même chose, mais je comprendrais si ce n’est pas le cas. Ce genre de phrases montre votre intérêt sans surcharger l’autre de vos attentes.
  2. Image intitulée Get to Know Someone Better Step 11
    2
    Partagez des informations et vos sentiments. Si vous avez une chance de connaitre la personne de façon plus approfondie, vous pouvez commencer à lui livrer des informations plus personnelles ainsi que vos sentiments. Cela lui montrera que vous aimeriez apprendre à mieux la connaitre et établira un lien de confiance entre vous deux.

    • Évitez de partager des informations ou des sentiments trop personnels. Limitez ce que vous dites en fonction d’à quel point vous connaissez l’autre. Par exemple, ne mentionnez pas votre vie sexuelle et ne posez pas des questions sur celle de la personne. Ce genre d’information se partage avec de très proches amis et pas avec quelqu’un que vous aimeriez connaitre [15] . Partagez plutôt des choses comme Je suis sur le point de me faire opérer du genou ou Mon mari vient juste d’avoir une promotion, mais sa société veut nous faire déménager.
  3. Image intitulée Get to Know Someone Better Step 12
    3
    Invitez la personne à vos rassemblements avec d’autres amis. Dans la plupart des cas, vos amis pourront généralement vous donner une perspective intéressante sur quelqu’un que vous souhaiteriez mieux connaitre. Le fait de l’inclure dans vos activités avec vos autres amis peut vous aider à voir s’il agit différemment avec d’autres personnes ou à découvrir d’autres aspects de sa personnalité [16] .

    • Souvenez-vous que le genre d’évènement auquel vous l’invitez doit dépendre d’à quel point vous connaissez la personne. Par exemple, évitez de l’inviter pour un cocktail si vous commencez à peine à la connaitre. Envisagez plutôt de lui demander d’aller diner avec d’autres amis, ce qui vous donnera la possibilité de discuter et d’apprendre à mieux vous connaitre.
  4. Image intitulée Get to Know Someone Better Step 13
    4
    Passez plus de temps ensemble. Au fur et à mesure que vous apprenez tous les deux à mieux vous connaitre, vous devriez penser à passer plus de temps ensemble. Le fait de vous rencontrer régulièrement ou d’aller en vacances ensemble vous aidera aussi à mieux vous connaitre [17] .

    • Envisagez d’avoir un vrai rendez-vous plutôt qu’un diner ou un cocktail. Cela vous permettra de reprendre vos conversations ou de discuter de choses qui se passent dans vos vies respectives.
    • Programmez des vacances ou des virées ensemble. Être à proximité de la personne pendant que vous êtes détendus peut vous aider à vraiment savoir qui elle est. Souvenez-vous juste qu’il est tout à fait acceptable que vous ayez aussi du temps pour vous-même au cours de ces vacances.

Références

Comment vous souvenir de vos vies antérieures

4 octobre 2022

https://fr.wikihow.com/vous-souvenir-de-vos-vies-ant%C3%A9rieures

Comment vous souvenir de vos vies antérieures

Comment vous souvenir de vos vies antérieures dans *** TOUS LES ARTICLES *** icon-pdf Télécharger l’article

Avez-vous été un astronaute ? Un aventurier ? Une actrice ou un roi ? Voudriez-vous le savoir ? Découvrir ses vies antérieures peut être amusant. C’est facile, cela détend et vous n’avez pas besoin d’un hypnothérapeute à la mode pour le découvrir !

Méthode 1

Le faire soi-même

  1. Image intitulée Remember Your Past Lives Step 1
    1
    Préparez le terrain. Assurez-vous que la pièce n’est pas trop chaude ni trop froide. Tirez les rideaux, éteignez la télévision ou la radio, débranchez votre téléphone, si vous avez un générateur d’électricité bruyant, réglez-le juste assez pour qu’il ne produise pas de son discordant. Procédez à l’un de ces réglages :

    • un bruit blanc. Il peut s’agir d’un poste de télévision qui n’est connecté à aucune chaine,
    • un bruit brun. Cela peut évoquer le son lointain des vagues d’un océan.
  2. Image intitulée Remember Your Past Lives Step 2
    2
    Libérez votre esprit et trouvez un endroit paisible. Asseyez-vous ou étendez-vous dans une pièce calme, plongée dans l’obscurité. Choisissez un moment où vous êtes d’humeur égale et où votre corps et votre esprit sont détendus. Si vous avez faim ou si vous êtes distrait, vous aurez du mal à vous concentrer.
  3. Image intitulée Remember Your Past Lives Step 3
    3
    Détendez-vous. Allongez-vous sur le lit ou là où vous avez décidé de mener votre séance d’autohypnose, contentez-vous de faire le vide dans votre tête pendant quelques minutes pour vous préparer dans votre voyage.
  4. Image intitulée Remember Your Past Lives Step 4
    4
    Préparez-vous. Fermez les yeux et mettez-vous à l’aise. Couchez-vous sur le dos avec les bras le long du corps et inondez-vous mentalement d’une lumière protectrice.

    • Imaginez une lumière blanche qui vous inonde tout autour de vous. Regardez-la avec les yeux de votre esprit, quand elle se répand sur vos pieds, vos jambes, vos genoux, vos cuisses, votre torse et vos bras, sur votre cou, votre visage et votre tête. Cette lumière blanche vous protège de toute influence négative. Elle représente l’amour et la chaleur, l’illumination d’une clarté éblouissante tout autour de vous, vous chouchoutant dans sa brillance, vous protégeant de tout ce qui est mal.
    • Voyez-la en esprit. Sentez sa chaleur et invitez-la à se répandre sur vous. Répétez-vous en mots ou en esprit « Je respire dans une énergie puissante et protectrice. Cette énergie construit une aura de protection autour de moi. Cette aura me protège tout le temps et en toutes circonstances. »
    • Dites ceci cinq fois et au cours de cinq inspirations. Après, il vous suffit de vous concentrer à visualiser et sentir l’énergie pour la rendre plus brillante et plus puissante. Saisissez la couleur qui vous vient à l’esprit et répétez le processus jusqu’à ce que vous soyez prêt à suivre la prochaine étape.
  5. Image intitulée Remember Your Past Lives Step 5
    5
    Commencez votre voyage. Imaginez-vous dans un long couloir avec au bout une large porte. Voyez ce couloir aussi précisément que possible, quel que soit ce qui vous vient à l’esprit.

    • Votre couloir pourrait être tout en or et en filigranes ou gothique comme une cathédrale, tout en pierres de taille ou un chemin de forêt avec une arcade de branches ployant au-dessus de vous, c’est à vous de voir.
    • Quel que soit le couloir échafaudé en esprit, servez-vous en chaque fois que vous cherchez vos vies antérieures. Imaginez votre couloir de telle sorte que quand vous arrivez au bout, quand vous avez atteint la grande porte et saisi la clenche, vous allez découvrir une vie antérieure.
  6. Image intitulée Remember Your Past Lives Step 6
    6
    Descendez le long de votre couloir. Soyez conscient de chaque pas que vous faites dans ce couloir. Voyez vos pieds toucher le sol, visualisez chaque aspect de votre voyage quand vous approchez de la large porte, l’odeur de la pièce, les sons environnants, la couleur de la lumière et même les senteurs autour de vous.

    • Quand vous êtes enfin parvenu au bout du couloir (quand vous sentez que vous êtes prêt et pas avant), saisissez la clenche de la porte. Voyez-vous en train de le faire, sentez sous vos doigts la texture de la clenche et percevez le son du mécanisme quand vous l’abaissez. Quand la porte s’ouvre, respirez à fond et poussez doucement la porte.
  7. Image intitulée Remember Your Past Lives Step 7
    7
    Bienvenue dans une vie antérieure. Acceptez la toute première chose que vous voyez au-delà de la porte comme étant quelque chose émanant d’une vie d’avant.

    • Cela pourrait être une abstraction comme la couleur jaune ou quelque chose d’aussi clair et vivace qu’un enfant très aimé lové dans vos bras. Prenez ce que vous voyez comme une base. Construisez quelque chose là-dessus. Sentez-le. Gardez les images dans votre esprit et ouvrez-vous à elles en acceptant tout ce qui pourrait émerger dans votre esprit.
    • Vous pourriez découvrir que le « jaune » est devenu un tapis. Si vous allez plus profondément dans votre vision, vous pourriez découvrir que le jaune est une flaque de soleil répandue sur un tapis. Vous découvrirez peut-être que ce tapis se trouve dans une maison à Londres… et ainsi de suite.
    • À ce stade, vous pourriez douter de vous, mais soyez rassuré, vous êtes en train de vous souvenir d’une vie passée.
  8. Image intitulée Remember Your Past Lives Step 8
    8
    Soyez patient. Si vous ne voyez rien, essayez de penser à quelque chose que vous avez toujours apprécié, un passetemps favori, un talent ou une destination de voyage. Vous pourriez vous demander : « Pourquoi j’aime ça ? Est-ce relié à une vie antérieure ? »

    • Si vous ne voyez toujours rien, essayez la méthode de la chaussure : regardez vos pieds et visualisez la paire de chaussures que vous vous verriez porter et commencez par là. Vous pourriez voir des sandales et réaliser que vous portez aussi une tunique. Vous pourriez voir des souliers à bouts pointus et réaliser que vous portez une longue robe de soie.
    • Si vous vous voyez dans une maison splendide avec une ravissante épouse et si vous vous demandez comment vous êtes arrivé là, vous avez glissé dans une nouvelle dimension. Souriez et continuez votre exploration.
    • Une fois que vous vous êtes souvenu de quelque chose, même si ce n’est qu’une paire de chaussures et si vous êtes quasiment certain qu’il y a une part de vérité là-dedans, vous pouvez démarrer votre prochaine méditation à partir de là. Commencez toujours chaque séance avec quelque chose que vous avez déjà vu dans une séance précédente. Allez toujours du connu vers l’inconnu.
  9. Image intitulée Remember Your Past Lives Step 9
    9
    Acceptez ce que vous voyez. Il semblera que vous avez inventé ces images. Parfois, c’est le cas, vous devez accepter cela comme faisant partie du processus de recherche de vie antérieure.

    • Ces visions contiennent presque toujours en elles une part de vérité. Vous n’en serez persuadé qu’à partir du moment où vous aurez fait plusieurs méditations de vies antérieures, vous verrez alors se répéter inlassablement certains schémas et détails.
    • Dans l’intervalle, vous devez vous autoriser à croire que ce que vous voyez est authentique, si vous ne le faites pas, vous ne parviendrez nulle part. Votre esprit d’analyse va tout simplement écarter toute image et la mettre sur le compte de votre imagination débridée.
  10. Image intitulée Remember Your Past Lives Step 10
    10
    Revenez dans le présent. Habituellement, vous serez ramené au présent faute de stimulation nécessaire, sauf si vous avez dû vous arracher à un souvenir désagréable. Vous verrez que les images n’arrivent plus, à moins que votre esprit d’analyse n’ait été stimulé par inadvertance par quelque chose que vous avez vu… et là, c’est fini. Vous n’avez plus d’autre choix que d’ouvrir les yeux.

    • Si cela ne se produit pas et que vous êtes prêt à revenir dans la réalité, imaginez simplement la porte où votre voyage avait commencé. Ouvrez-la et descendez le couloir en pierres de taille (ou quoi que vous ayez visualisé) et dites-vous que quand vous aurez atteint le point de départ, vous serez revigoré et vous souviendrez parfaitement de votre vie antérieure dans tous les détails et dans toute sa clarté.
Méthode 2

Employer la thérapie de l’hypnose

  1. Image intitulée Remember Your Past Lives Step 11
    1
    Consultez un thérapeute spécialisé dans l’hypnose. Il est parfois nécessaire de maitriser des outils dont nous ne savons rien pour régresser dans nos vies antérieures, l’autohypnose, par exemple, peut être difficile. Des thérapeutes qualifiés dans le domaine des régressions via l’hypnose ont obtenu une formation dans ce cadre. Voici comment ils pourraient vous diriger.

    • Ils peuvent faire jouer de la musique pendant qu’ils vous parlent sur un ton calme pour vous apaiser et vous mettre à l’aise. Laissez-vous entrainer et trouvez votre paix intérieure.
    • Libérez votre esprit de toute pensée intrusive et, quoi qu’il arrive, laissez les choses venir naturellement.
    • Détendez les muscles de votre corps, laissez surtout la tension quitter votre cou et vos épaules.
    • Quand vous vous détendez en profondeur, le thérapeute évoquera la lumière qui se répand en vous et atteint chaque partie de votre corps jusqu’à ce qu’elle vous ait complètement enveloppée.
    • Quand vous êtes prêt et totalement détendu, le thérapeute va ouvrir les portes de vos nombreuses vies antérieures en vous guidant dans le passé.
    • Il va vous encourager à explorer vos souvenirs en donnant tous les détails dont vous puissiez vous souvenir.
    • Le thérapeute peut vous ramener au stade foetal et vous parler comme si vous étiez né à nouveau dans une autre vie.
    • Quand vous avez découvert votre vie passée, il vous guidera à travers cette dernière et vous encouragera à vous en souvenir, sauf que cette fois, quand vous vous réveillez vous savez tout de votre passé.
    • Quand votre séance touche à sa fin, le thérapeute va vous ramener doucement au présent et à votre vie actuelle.
  2. Image intitulée Remember Your Past Lives Step 12
    2
    Félicitations ! Vous venez de vivre votre vie antérieure.
Méthode 3

Devenir métaphysique

  1. Image intitulée Remember Your Past Lives Step 13
    Tentez l’aspect religieux. Pour certains, les vies passées ne sont pas un endroit où aller, mais font partie de votre personnalité. Plusieurs cultures au cours de l’humanité ont considéré la réincarnation comme faisant partie de leurs croyances.

    • Il existe plusieurs termes pour parler de réincarnation et plusieurs religions la pratiquent sous une forme ou une autre. Là où la plupart des courants de la foi abrahamique (le judaïsme, le christianisme et l’islam) ne croient pas en la réincarnation, c’est le cas pour beaucoup d’autres.

Conseils

  • Si vous découvrez quelque chose de très dérangeant dans votre vie antérieure, souvenez-vous de l’aura qui vous entoure. Vous pouvez la quitter dès que vous le souhaitez. Vous n’êtes pas obligé de rester et d’assister à tous ces moments horribles.
  • Ne vous forcez pas. Cela devrait rester simple et naturel. Vous ne devriez pas vous faire violence pour y arriver.
  • Ne lancez pas trop souvent des séances d’autohypnose ou plusieurs jours d’affilée. Se forcer dans ce domaine ne fera que créer des souvenirs imprécis du passé. De même, si vous laissez un laps de temps entre deux séances (des semaines ou des mois), vous pourriez découvrir après avoir consulté vos notes que vous vous êtes souvenu plusieurs fois des mêmes informations du passé, un indice puissant témoignant de la véracité de ce que vous avez vu.
  • Soyez prêt à trouver et à reconnaitre un écho de la vérité dans ce que vous voyez (ou sentez ou entendez). Vous saurez la vérité quand vous l’aurez trouvée. Vous expérimenterez une mémoire de la réincarnation et aurez soudain une révélation à propos de quelque chose qui est lié à votre vie actuelle.
  • Pendant les pauses ou après avoir consigné sur le papier vos pensées et impressions, songez à tout ce à quoi vous auriez pu être connecté. Cela peut être une langue, de la musique (assez courant), des lieux et des odeurs. Vous pouvez avoir pu apprécier ou non ces éléments. Ils vous aideront à révéler une part de vous-même restée dans l’ombre et pourtant familière comme faisant partie de votre vie antérieure.
  • La régression dans une vie antérieure est en lien avec la mémoire et le voyage de l’âme. Cela fait partie de vous-même. Freud, Jung et d’autres psychanalystes ont admis que l’inconscient (où sont stockés les souvenirs et les informations) est d’accès difficile, mais pas impossible.
  • Servez-vous chaque fois des mêmes mots protecteurs et images rassurantes pour obtenir une sorte de « Réflexe de Pavlov ».
  • Cela pourrait ne pas fonctionner tout de suite, continuez jusqu’à ce que vous vous soyez souvenu de quelque chose.
  • Vous trouverez peut-être que vous êtes capable d’obtenir de bons résultats en vous servant de l’autosuggestion dans le cadre de l’autohypnose pour mieux intégrer votre moi dans le contenu d’une expérience de réincarnation.
  • Afin d’affiner la sensibilité de votre mental aux souvenirs de vies antérieures, vous pourriez peut-être préférer une stratégie d’approche empirique qui consiste à stimuler la vigilance, une ouverture spirituelle et une conscience accrue du phénomène [1] .
  • Certains hypnotiseurs (appelés aussi souvent hypnothérapeutes) sont spécialisés en hypnose spirituelle. Réalité ou mythe ? Le plus simple est probablement d’essayer une première séance de découverte, afin de découvrir le potentiel de ce type de pratique.

Avertissements

  • Sachez que des choses assez étranges peuvent se produire pendant la régression dans une vie antérieure ou une séance d’autohypnose. Les symptômes les plus courants sont similaires à ceux vécus lors d’expériences de sortie du corps physique. Il s’agit d’une sensation d’apesanteur, comme si vous flottiez au-dessus de votre corps, comme si vous étiez un esprit explorant votre forme corporelle étendue sur le lit. Bien que ce ne soit pas vraiment une expérience de vie antérieure, cela vous rapproche plus que jamais du plan spirituel et peut donc vous rendre apte à vous souvenir de votre vie passée. Cette expérience s’accompagne généralement d’une accélération du rythme cardiaque et d’yeux révulsés quand vous « regardez » la scène autour de vous.
  • Plusieurs témoignages parlent d’enfants qui se sont souvenus de leurs vies antérieures. Ils ont évoqué des évènements, des noms et des lieux dont ils ne savaient rien jusque-là. Parmi ces enfants, certains n’avaient que deux ans.
  • Un vieux proverbe chinois dit : « Qu’un chat soit noir ou blanc n’a aucune importance, à partir du moment où il attrape des souris. » D’un point de vue psychologique, il n’y a aucune différence entre le fait que les expériences de régression dans les vies antérieures provoquées par l’hypnose soient réelles ou si elles sont le fruit d’une recherche expérimentale. Tant que des personnes continuent à témoigner de leur soulagement après avoir traité leurs problèmes avec la technique de régression dans les vies antérieures, le traitement est bon et sa validité n’a pas besoin d’être expliquée.
  • On peut expérimenter un autre phénomène assez courant qui est la « fragmentation ». Votre mémoire deviendra plus vivace, votre rythme cardiaque va augmenter et vous aurez ensuite l’impression d’être de plus en plus petit, comme si tout votre être était réduit à un minuscule grain de conscience émergeant à l’endroit de vos yeux. Les images que vous verrez seront fragmentées comme la surface brisée d’un miroir. Vous pourriez alors avoir des visions abstraites, des silhouettes comme sorties d’un rêve étrange. Les souvenirs de vos vies antérieures seront progressivement dépassés par cette fragmentation. L’expérience peut être déconcertante. Mais sachez reconnaitre comme normal tout ce qui vous paraitra bizarre et abstrait. Ne vous en souciez pas. Contentez-vous de vous éloigner de cette galerie d’images et arrêtez l’expérience. Le simple fait de penser à votre corps (et être logé dedans) vous fera automatiquement revenir dans la réalité.
  • Comme pour toute forme d’expérience religieuse, nous devons rester ouverts (ou au moins tolérants) vis-à-vis de l’exploration des souvenirs d’une vie antérieure tant que cette dernière peut donner un sens à notre existence actuelle.
  • Ne confondez pas la vérité avec ce que vous avez envie de voir ou comme le disait Bob Dylan : « Ne prenez pas la maison en bas de la rue pour le paradis. »
  • Si vous expérimentez une image de vie antérieure déplaisante, sachez que vous pouvez vous extraire immédiatement et vous réveiller de votre autohypnose. Même si vous vous êtes protégé avec de la lumière blanche, vous pourriez tout de même tomber sur une scène difficile à supporter. Contentez-vous d’ouvrir les yeux. Si vous choisissez de continuer en assistant aux scènes déplaisantes de votre vie antérieure, rassurez-vous en vous disant que vous ne ferez que les voir et non les revivre et que vous êtes en sécurité dans votre cocon de lumière protectrice, loin des remords ou de la terreur, vous verrez ainsi cette vie-là comme un film joué par des acteurs professionnels. Persuadez-vous que cela ne peut vous faire aucun mal et cela ne vous choquera pas.
  • Notre culture occidentale actuelle reste sceptique face aux expériences de vies antérieures, car nous n’avons pas encore été capables de prouver de façon scientifique que la réincarnation existe, même si une moitié de l’humanité y croit. Personne n’a jamais ramené une pièce de monnaie de la Rome antique lors d’une séance de régression dans une vie antérieure, par exemple.

Références

Comment se connaitre soi‑même

4 octobre 2022

https://fr.wikihow.com/se-connaitre-soi%E2%80%91m%C3%AAme

Comment se connaitre soi‑même

Comment se connaitre soi‑même dans *** TOUS LES ARTICLES *** icon-pdf Télécharger l’article

Coécrit par Adrian Klaphaak, CPCC 

Apprendre à se connaitre soi-même est une expérience réellement enrichissante. Vous deviendrez indépendant, ferez les choses pour vous-même, enfin ! C’est une émotion difficilement exprimable par les mots, mais lorsque vous ne savez pas qui vous êtes, il est difficile de l’ignorer. Se trouver n’est pas facile, mais cela en vaut la peine.

Méthode 1

Réveiller sa conscience

  1. Image intitulée Find Yourself Step 1
    1
    Établissez une chronologie de votre propre vie. Écrivez tous les objectifs importants que vous pensez avoir atteints ou voulez atteindre. Puis, ajoutez les évènements passés de votre vie qui vous ont marqué et affecté. Lorsque nous rencontrons des problèmes et des mésaventures, cela forme notre système de croyances et nous fait penser de façon différente. En fait, ces évènements nous font tels que nous sommes. Tout ce que vous listerez sera vous et non un simple reflet de la société.

    • Il ne s’agit pas de se complaire avec soi-même. Il s’agit de clarifier et d’identifier les problèmes. Ces problèmes pourraient vous empêcher d’atteindre votre potentiel et de laisser éclater votre véritable personnalité.
    • Prenez le temps d’écrire clairement les évènements du passé qui ressortent dans votre chronologie. Une chronologie est une méthode incroyablement objective pour déterminer les évènements que vous considérez comme importants dans votre vie. Vous pouvez les regarder comme des blocs de formation et expériences changeantes sans les imprégner de trop d’émotions (comme vous le feriez en notant ces évènements dans un journal). Restez simple, vrai, et centré sur l’effet ou la leçon centrale apprise de chaque incident passé.
    • Lorsque vous analysez des expériences négatives passées, regardez le message positif que vous en avez appris et ne vous attardez pas sur les erreurs ou le côté négatif. Après tout, vous en avez probablement appris quelque chose. Tout le monde traverse de mauvais moments au cours de sa vie, mais prétendre que ces moments sont pire qu’ils ne le sont ou complètement inexistants ne vous fera aucun bien. Plutôt, reconnaissez que sans ces expériences passées vous ne seriez pas où vous êtes aujourd’hui.
  2. Image intitulée Find Yourself Step 2
    2
    Distinguez vos pensées des pensées des autres. Pour la plupart des gens (c’est plus courant que vous ne le pensez probablement), il est facile de traverser la vie en mode autopilote, la réalité nous étant presque entièrement expliquée. Va à l’école, trouve un emploi, marie-toi, pense comme cela, fais ceci, etc., et ta vie sera parfaite. Et cela a certainement des avantages, mais ne laisse pas beaucoup de place pour vous. Asseyez-vous seul, puis à la fin de la chronologie, ajoutez quelques-unes de vos croyances qui ne sont pas basées sur la logique, mais sur ce que l’on vous a dit. Nous avons tous ce genre de croyances. Maintenant, est-ce réellement ce que vous pensez ?

    • La société a une tendance certaine à pointer du doigt les marginaux, à condamner les perdants, à idolâtrer le beau, aliéner l’étranger. Mais voici un fait : ces jugements ne sont pas basés sur la réalité. Que ressentez-vous pour le monde qui vous entoure ? Songez à ce que vous’ pensez être bon ou mauvais et non à ce que quelqu’un d’autre vous a dit.
    • Soyez libre de penser librement. Vous reconnaissez-vous réellement dans les affiliations religieuses et politiques de vos parents ? Votre carrière est-elle réellement ce qui vous importe le plus ? Les lunettes noires et épaisses vous donnent-elles vraiment l’impression d’être cool ? Si la réponse est non, très bien ! Il n’y a absolument rien de mal à ne pas vous conformer aux normes préexistantes. Tout ce que vous avez à faire est d’effacer ce que vous avez appris, puis de tout réapprendre. Mais cette fois, faites votre apprentissage en vous basant sur votre instinct.
    CONSEIL D’EXPERT(E)
    Adrian Klaphaak, CPCC
    Adrian Klaphaak, CPCC
    Conseiller en évolution professionnelle

    Embrassez votre individualité ! Adrian Klaphaak, fondateur de A Path That Fits, nous dit : « dans certains pays, la culture n’aide pas vraiment les gens à savoir qui ils sont et à trouver leurs points forts, leurs passions, et leur personnalité unique. En plus, nous sommes tellement occupés, la pression du travail et les responsabilités ne nous laissent pas beaucoup de temps pour explorer nos passions et savoir qui nous sommes vraiment. Vous devez prendre le temps de trouver cela. Une fois que vous avez déterminé votre voie, ne laissez aucune peur, aucun doute, ni aucune insécurité vous retenir. »

  3. Image intitulée Find Yourself Step 3
    3
    Commencez à compter sur vous-même. La confiance en soi et l’indépendance sont au cœur de la recherche de soi-même. Sans une estime de vous suffisamment forte, vous écouterez sans cesse ce que disent les autres et serez limité(e) par ce qu’ils pensent être bien, mal, et approprié. Apprenez à croire en vous et à faire confiance à vos sentiments. Puis, déterminez une structure sur laquelle baser votre nouvelle appréciation de vous-même.

    • Si vous avez été harcelé dans le passé, faites face à ces problèmes. Ils ne disparaitront pas d’eux-mêmes. Cette situation passée continue peut-être d’influencer votre approche de la vie, vous incitant à penser que vous devez vivre en fonction de ce que les autres attendent de vous.
    • Commencez à faire confiance à votre propre jugement et à votre façon de prendre des décisions. Bien sûr, vous allez faire des erreurs de temps en temps, mais tout le monde en fait. C’est par les erreurs que vous grandirez, apprendrez et finirez par vous connaitre.
    • Commencez à prendre des responsabilités pour le budget, les affaires ménagères et la planification du futur. Les gens qui ont du mal à savoir qui ils sont ont tendance à négliger les détails de la vie, de façon désinvolte, en pensant que les choses se règleront d’elles-mêmes. Mais ce n’est pas toujours le cas. Prendre des responsabilités vous éloigne du précipice et vous permet d’être indépendant et de compter sur vous-même, sans n’être plus porté par les vagues du destin.
  4. Image intitulée Find Yourself Step 4
    4
    Préparez-vous à recommencer de zéro. Développez votre propre code moral et appliquez-vous à le respecter. Éliminez les étaux de votre vie (il s’agit de toutes les actions ou habitudes qui entravent votre personnalité véritable et vous permettent d’échapper aux questions difficiles). Ces étaux sont distrayants et souvent nocifs.

    • Arrêtez de fumer, de manger trop ou d’abuser de l’alcool. Voici quelques exemples de mauvaises habitudes qui vous empêchent de fonctionner au mieux. Analysez ces habitudes, comprenez pourquoi vous les utilisez comme béquilles au lieu de trouver de meilleures façons de vous satisfaire.
    • Cette étape pourrait être une véritable rééducation pour certains, mais considérer que ces habitudes sont trop difficiles à gérer ne les fera pas disparaitre. Souvenez-vous que vous ne pourrez pas faire avancer votre vie si vous regardez constamment dans le rétroviseur.
  5. Image intitulée Find Yourself Step 5
    5
    Organisez votre monde. Mettre de l’ordre dans tous les autres domaines de votre vie pourrait vous faciliter ce processus de recherche identitaire. Rangez votre chambre. Faites vos devoirs. Résolvez cette dispute avec votre ami. Vous désencombrerez ainsi votre univers et aurez davantage de temps pour vous.

    • Nous avons tous des excuses pour ne pas évoluer dans la direction dans laquelle nous aimerions évoluer. Ce pourrait être l’argent, l’école, un emploi, une relation ou bien d’autres choses. Même si vous êtes terriblement occupé, prenez le temps de réfléchir et de vous confronter à chaque problème. Si cela demeure une priorité n° 2, vous ne mettrez jamais d’ordre dans votre vie.
Méthode 2

Conquérir le monde

  1. Image intitulée Find Yourself Step 6
    1
    Immergez-vous dans la solitude. Accordez-vous du temps et de l’espace afin de parvenir à vous éloigner des attentes extérieures, des conversations, du bruit, des médias et de la pression. Prenez chaque jour le temps de sortir marcher et de réfléchir. Asseyez-vous sur un banc dans un parc et regardez autour de vous. Partez en road trip, afin de réfléchir. Qu’importe ce que vous faites, éloignez-vous de ce qui vous distrait et vous empêche de contempler votre vie et la direction que vous voulez lui donner. Dans la solitude, vous devrez vous sentir indépendant et autosuffisant et non seul, dans le besoin ou effrayé.

    • Tout le monde a besoin de passer du temps seul, que vous soyez introverti, extraverti, célibataire, en couple, jeune ou vieux. S’isoler est nécessaire pour se régénérer, s’écouter, pour trouver la paix intérieure et pour réaliser que la solitude, lorsque voulue, n’est pas une mauvaise situation, mais bien davantage un passage libérateur de votre existence.
    • Si vous êtes créatif, vous pourriez découvrir que la solitude stimule votre créativité. Il est bon de collaborer avec d’autres personnes de temps en temps, mais il est difficile d’être réellement créatif lorsque vous êtes constamment entouré de gens. Prenez du recul et puisez dans votre créativité.
  2. Image intitulée Find Yourself Step 7
    2
    Recherchez une passion. Lorsque vous croyez en quelque chose ou voyez de la beauté en quelque chose, vous devriez poursuivre cet intérêt sans vous préoccuper de ce que pensent les autres. Si vous avez découvert quelque chose pour lequel vous êtes prêt à faire des efforts et des sacrifices, s’achève alors une des quêtes les plus importantes de votre vie. Bien souvent, poursuivre cette activité pourra vous mener à quelque chose d’extrêmement satisfaisant.

    • La clé ici est de réaliser que ce pourrait être n’importe quoi. Ce pourrait être la lutte contre la faim dans le monde ou ce pourrait être la peinture. Il n’y a pas d’échelle en matière de passion : vous le sentez ou vous ne le sentez pas, aucune passion n’est meilleure qu’une autre. Lorsque vous découvrez quelque chose qui vous tire du lit le matin, accrochez-vous-y. Vous pourrez alors laisser éclore votre vous véritable.
  3. Image intitulée Find Yourself Step 8
    3
    Trouvez un mentor. Bien que ce processus de recherche de soi soit très personnel et que vous seul pouvez déterminer ce dont vous avez besoin, un mentor pourrait être une ressource incroyable lorsque vous rencontrez ces obstacles inévitables sur la route. Recherchez quelqu’un en qui vous avez confiance et qui semble savoir qui il est. Comment y est-il parvenu ?

    • Partagez avec votre mentor le processus que vous entreprenez. Précisez que vous savez qu’il s’agit d’un voyage personnel, mais que vous aimeriez vous appuyer sur les forces de votre mentor. Analysez cette personne le plus objectivement possible. Qu’est-ce qui la fait avancer, qu’est-ce qui fait d’elle ce qu’elle est ? Comment en est-elle arrivée là ? Comment parvient-elle à rester elle-même ?
    • Un bon système de soutien est essentiel lorsque vous cherchez qui vous êtes. Peu de gens comprendront ce que vous traversez, les autres balayeront le sujet, en pensant que votre quête de vous-même n’est qu’une lubie passagère. Utilisez ce mentor comme un modèle, votre cheminement en sera facilité.
  4. Image intitulée Find Yourself Step 9
    4
    Déterminez votre carrière. Si vous errez à droite à gauche à la recherche de l’emploi idéal, il y a de grandes chances que vous ne soyez pas heureux à l’intérieur. Ces changements d’emplois permanents pourraient être une excuse pour ne pas réaliser entièrement votre potentiel. Apprenez à vous connaitre en cherchant à savoir ce que vous aimez vraiment faire. Si l’argent n’était pas un problème, que feriez-vous de vos journées ? Serait-il possible de rendre cette activité lucrative ?

    • Prenez le temps de laisser vagabonder votre esprit. Songez à ce que vous aimez et n’aimez pas. Au-delà de ces choses, laissez votre esprit vagabonder vers d’autres idées que vous associez avec les idées précédentes. Notez toutes ces choses. Puis revenez à la question de votre carrière et examinez les associations précédemment faites. Quel type de carrière semble le mieux correspondre aux choses qui vous stimulent et vous motivent, mises en exergue par l’exercice des associations ? Comme l’a dit Alain de Botton, cet exercice permet de rechercher les bips de joie dans la cacophonie des obligations, des attentes et pressions extérieures [1] .
    • Gardez en tête, cependant, que le travail pourrait ne pas être la sphère dans laquelle vous vous épanouirez. Si c’est le cas, vous devrez parvenir à trouver un équilibre entre votre vie personnelle et votre travail, afin de poursuivre votre quête du vous véritable en dehors du bureau, même si cela signifie que vous travaillerez moins et aurez moins de revenus. Tout cela est possible, en particulier s’il s’agit de trouver qui vous êtes et de vous épanouir.
Méthode 3

Changer de perspective

  1. Image intitulée Find Yourself Step 10
    1
    Défaites-vous du besoin d’être aimé de tous. Acceptez que certaines personnes aient une mauvaise opinion de vous, qu’importe ce que vous faites. Il est important d’oublier ce que pensent les autres, car vous ne pourrez pas satisfaire tout le monde. Et bien que vous ne vouliez peut-être pas décevoir vos proches, ils devraient vouloir votre bonheur. Tant que vous continuerez à vivre pour satisfaire les idées des autres et leur perception de vous, vous ne saurez jamais réellement qui vous êtes. Cette idée est parfaitement résumée par Raymond Hull : « Celui qui se taille pour faire plaisir aux autres terminera bientôt coupé en morceaux. »

    • Sachez que certaines personnes deviendront jalouses ou dépassées lorsqu’une personne change ses habitudes et devient plus mature et mieux dans sa peau (d’autres personnes adoreront cela). Ce processus est alors une menace aux relations anciennes, car vous forcerez ces gens à se regarder dans un miroir et à voir qui ils sont, alors qu’ils n’en ont pas forcément envie. Accordez de l’espace et votre compassion à ces gens, ils pourraient revenir vers vous plus tard. S’ils ne reviennent pas vers vous, laissez-les vivre leurs vies. Vous n’avez pas besoin d’eux pour être vous.
  2. Image intitulée Find Yourself Step 11
    2
    Abandonnez la négativité. Cela semble plutôt abstrait oui. Mais heureusement, c’est plus facile à faire qu’à dire ! Faites l’effort conscient de limiter vos jugements des autres, des choses et de vous-même. Cela pour deux raisons : 1. Les pensées positives sont nourrissantes et peuvent conduire à un bonheur masqué par votre sentiment d’être perdu. 2. Ouvrir votre esprit à de nouvelles expériences et de nouvelles personnes (que vous avez mal jugées) vous permettra de découvrir un nouvel univers qui pourrait être meilleur que celui que vous connaissez : un monde où vous pourrez trouver votre place au soleil, votre château dans les nuages, votre place dans ce monde de fous.

    • Essayez chaque jour de faire quelque chose que vous auriez tendance à rejeter parce que bizarre, illogique ou simplement gênant. Sortir de votre zone de confort vous permettra d’appendre beaucoup, mais vous obligera également à comprendre qui vous êtes, ce dont vous êtes capable, ce que vous aimez, ce que vous n’aimez pas, et ce qui vous manquait dans votre vie précédente. Vous y gagnerez beaucoup !
  3. Image intitulée Find Yourself Step 12
    3
    Posez-vous toutes les questions possibles. Posez-vous les questions difficiles, celles auxquelles il est difficile de faire face. De plus, gardez par écrit vos réponses à ces questions. Après votre période de solitude, ces pensées glisseront facilement au fond de votre esprit pour y être oubliées. Si vous les avez notées, vous pourrez revoir vos notes chaque fois que vous réfléchissez. Cela vous permettra d’avancer sur votre chemin et de ne pas constamment vous poser les mêmes questions. Conservez ces notes dans un carnet qui soit à la fois facile d’accès et tenu à jour de votre vie actuelle. Ce sera pour vous une source d’enrichissement, par laquelle vous pourrez mesurer votre évolution. Voici comment commencer.

    • Si j’avais toutes les ressources du monde, si je n’avais pas besoin de gagner ma vie, que ferais-je de mon quotidien ? Peut-être que vous peindriez, que vous écririez, que vous exploreriez la forêt amazonienne ou que vous auriez une ferme. Ne vous retenez pas.
    • Pourrais-je plus tard regarder ma vie et me dire que je ne regrette rien ? Regretterez-vous de n’avoir jamais voyagé ? Regretterez-vous de n’avoir jamais invité cette personne à sortir, même si vous risquiez de vous faire rejeter ? Regretterez-vous de n’avoir pas passé suffisamment de temps avec votre famille quand vous le pouviez ? Cette question peut-être très difficile.
    • Si je devais choisir trois mots pour décrire la personne que j’aimerais être, quels seraient ces mots ? Aventureuse ? Aimante ? Ouverte ? Honnête ? Hilarante ? Optimiste ? N’ayez pas peur de choisir des mots généralement considérés comme négatifs, car ils prouvent que vous êtes une personne vraie et pas un amas de caractéristiques de ce que les gens veulent que vous soyez.
      • Parfois, les traits que vous n’aimez pas deviennent utiles dans les situations d’urgence, comme être autoritaire par exemple. Parfois, ces traits sont valorisés dans le domaine professionnel que vous souhaitez intégrer, comme être perfectionniste.
      • Si vous avez un trait de caractère réellement négatif, le reconnaitre ouvertement peut vous donner la motivation de travailler à rediriger votre énergie vers quelque chose de positif. Essayez de canaliser cette mauvaise habitude dans un passetemps. Vous n’aimez pas laver vos vêtements ? Partez faire du camping, vous aimerez peut-être ça ! Même quelque chose comme le pole-dancing pourrait être votre échappatoire.
    • Qui suis-je ? Cette question n’est pas statique ! Ce devrait être une question que vous vous posez tout au long de votre vie. Une personne saine se réinvente constamment. En vous posant régulièrement cette question, vous réactualiserez votre connaissance de vous-même et de la façon dont vous changez. Au lieu de répondre à cette question par ce que vous pensez devoir être, concentrez-vous sur ce que vous êtes réellement, car c’est probablement une très bonne réponse, malgré vos défauts.
Méthode 4

Rester soi-même

  1. Image intitulée Find Yourself Step 13
    1
    Agissez à partir de vos nouvelles découvertes. Faites ce que vous voulez faire ! Faites de l’aquarelle, écrivez une histoire, partez en voyage à Mombasa, sortez diner avec un cousin, faites des blagues plus souvent, ouvrez-vous, dites-la vérité. Commencez à faire ou à être dès maintenant ce que vous avez décidé d’être ou de faire.

    • Ne secouez pas la tête en présentant des excuses comme pas le temps, pas d’argent, responsabilités familiales, etc. Au lieu d’utiliser ces excuses, commencez à affronter les obstacles de votre vie. En prenant le temps de planifier et en rassemblant le courage de demander ces choses, vous parviendrez à trouver le temps et l’argent nécessaire et à vous libérer de vos obligations.
    • Parfois, le vrai vous a trop peur de faire face aux considérations pratiques, car cela signifie faire face aux limites que vous vous êtes imposées. Commencez à planifier ce que vous voulez vraiment faire et recherchez ce qui doit être fait pour y parvenir au lieu de vous trouver des excuses, tuant ainsi vos rêves et vos objectifs avant même qu’ils soient nés.
  2. Image intitulée Find Yourself Step 14
    2
    Préparez-vous aux échecs. Se connaitre soi-même est un cheminement et non une destination. Les essais et les erreurs font partie de ce cheminement. C’est le prix à payer pour la satisfaction que vous recevrez : vous allez rencontrer des obstacles, et certains vous feront tomber. Soyez prêt à comprendre et accepter que cela fait partie du processus et engagez-vous à vous relever aussitôt et à reprendre votre chemin.

    • Ce ne sera pas simple et ça n’a jamais été simple pour personne, mais si vous apprenez à voir les obstacles comme une chance de prouver à quel point vous désirez vous connaitre, vous trouverez alors de la satisfaction et de la sécurité dans votre quête. En étant vous même, les gens vous respecteront davantage et vous traiteront plus gentiment. Le mieux est que vous serez bien dans votre peau et que cela sera visible de l’extérieur, les gens comprendront alors mieux qui vous êtes.
  3. Image intitulée Find Yourself Step 15
    3
    Servez les autres. Le Mahatma Gandhi a dit un jour « le meilleur moyen de se trouver est de se perdre au service des autres ». En vous concentrant uniquement sur votre introspection sans tendre la main aux autres, vous pourriez ne pas voir plus loin que le bout de votre nez et vous isoler des autres. Rendre service aux gens et à la société est le moyen ultime de trouver un but et sa place dans le monde.

    • Voir à quel point la vie peut-être difficile pour d’autres gens est bien souvent un signal d’alarme et permet de voir vos propres soucis, inquiétudes et problèmes sous un autre angle. Cela vous aidera à prendre conscience de ce que vous avez et des possibilités que vous pouvez saisir dans votre vie. Cela peut nourrir votre personnalité, car vous réaliserez alors soudainement ce qui est le plus important. Faites-en l’essai, vous ne le regretterez pas.

Conseils

  • Sur le chemin, vous aurez parfois besoin de pleurer. Il est plus sain de laisser couler vos larmes que de les retenir !
  • Bien que ce soit un peu cliché, il est très important d’être soi-même lorsque vous cherchez à savoir qui vous êtes. Veillez à ce que personne n’influence qui vous êtes, écoutez les autres et apprenez d’eux, mais réservez-vous les choix, les décisions et les acceptations. Si vous capitulez devant ce que les autres pensent, vous aurez beaucoup de mal à savoir qui vous êtes, puisque les gens influenceront ce que vous pensez être.
  • Sortez de votre zone de confort pour une période prolongée. Notez la façon dont vous vous adaptez en dehors de votre zone de confort et vous remarquerez des choses à votre propos que vous n’aviez jamais remarqué.
  • Ne pensez pas que vous êtes le seul à passer par cette étape. Dans L’homme invisible, Ralph Ellison résume cela parfaitement : « Pendant toute ma vie, j’ai cherché quelque chose et partout où je me suis rendu, quelqu’un a essayé de me dire ce que c’était. J’ai accepté leurs réponses, mais elles étaient souvent complètement différentes, et même contradictoires. J’étais naïf. Je me cherchais moi-même et je questionnais tout le monde sauf ma propre personne, alors que moi et moi seul pouvait répondre. Il m’a fallu beaucoup de temps et un douloureux bouleversement de mes attentes pour parvenir à réaliser que tout le monde semble être né ainsi : je ne suis personne d’autre que moi-même. »
  • Vous ne pouvez pas savoir à l’avance combien de temps durera ce processus. Soyez patient.
  • Soyez le meilleur vous que vous puissiez être.
  • N’ayez pas peur de prendre votre temps. Vos décisions n’ont pas à être prises rapidement et vous prendrez probablement de meilleures décisions si votre esprit est calme et reposé.
  • Apprenez à pardonner dans l’espoir que d’autres vous pardonneront.
  • Sachez qu’être vous-même est ce que vous pouvez être de mieux.
  • Sachez que vous être proche de l’arrivée lorsque vous êtes à l’aise dans ce processus. Il n’y aura pas forcément de moment de révélation !
  • Il n’y a vraiment pas de bonnes ou de mauvaises réponses, répondez à vos questionnements en toute sincérité.

Avertissements

  • Ne vous mentez pas à vous-même en essayant d’être quelqu’un que vous n’êtes pas. Souvenez-vous qu’il s’agit d’être vous-même. Il est important de ne pas laisser votre famille, la société ou les médias décider pour vous et vous pousser dans une certaine direction, surtout quant à votre apparence physique.
  • Ne répandez pas de mauvaises rumeurs et ne parlez pas mal des gens. Rabaisser les autres ne vous permettra pas de mieux vous connaitre. Cela ne fait que compromettre votre dignité en tant qu’ê